Nevicata

  • D'Alexandre le Grand aux nouvelles Routes de la Soie, 2500 ans d'histoire comme vous ne l'avez jamais lue.
    Avec son « histoire du coeur du monde », Peter Frankopan renverse notre récit traditionnel, qui gravite autour de la Grèce antique, de Rome et de l'irrésistible ascension de l'Occident. Une approche réductrice, qui mérite une relecture urgente et approfondie.
    L'auteur élargit la perspective et tourne son regard vers « une région située à mi-chemin entre Orient et Occident, qui va des rives orientales de la Méditerranée jusqu'à la mer Noire et à l'Himalaya ». C'est là qu'il place le curseur de sa lecture de l'histoire.
    Salué par la presse internationale comme le « plus important livre d'histoire publié depuis des décennies », Les Routes de la Soie est un voyage grisant à travers les siècles, de l'Europe à la Chine, décentrant avec audace le regard du lecteur pour éclairer d'une lumière nouvelle notre compréhension du monde.
    Redécouvrez l'Histoire avec ce livre incontournable salué à plusieurs reprises par la critique et figurant parmi le palmarès des 25 livres de l'année du Point !
    EXTRAIT
    Depuis l'origine des temps, le centre de l'Asie fut le lieu de création des empires. Les plaines alluviales de Mésopotamie, alimentées par le Tigre et l'Euphrate, ont fourni la base de la civilisation elle-même - car c'est dans cette région que se sont formées les premières villes et cités. L'agriculture systématique s'est développée en Mésopotamie et dans tout le « Croissant fertile », bande de terre très productive aux riches ressources en eau, qui s'étend du golfe Persique au littoral de la Méditerranée. C'est là aussi que certaines des premières lois connues ont été publiées il y a près de 4 000 ans par Hammourabi, roi de Babylone, qui y détaille les devoirs de ses sujets et édicte de féroces châtiments en cas de transgression.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    On a tous rêvé de lire une histoire de l'humanité en 700 pages. On rêve tous aussi de partir en voyage sur les chemins du monde et de son passé. L'historien anglais comble ces deux aspirations en nous entraînant sur une quinzaine de routes qui jalonnent deux mille cinq cents ans d'échanges et de tumultes. - Le Point
    Un livre courageux et ambitieux, foisonnant de connexions surprenantes. - New York Review of Books
    Une histoire du monde dont l'auteur déplace le centre de gravité vers l'est. Il fallait oser, et le résultat est brillant. - The Economist
    Un livre d'une grande érudition qui éclaire des horizons aussi vastes que les régions qu'il traverse. - Sunday Times
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1971, Peter Frankopan est historien et professeur à l'Université d'Oxford, où il dirige le Centre de recherches byzantines. Également enseignant aux Universités de Yale, Harvard, Princeton et Cambridge, il est l'auteur d'une Histoire de la Première croisade (2012), unanimement saluée.

  • Les routes de la soie, dans leur version contemporaine, pour comprendre les rapports entre Orient et Occident.
    Les nouveaux défis posés à l'Occident se multiplient et deviennent toujours plus complexes. L'Europe a plus de mal que jamais à penser son avenir face aux populismes et aux crises migratoires, tandis que les États-Unis sont lancés dans un retrait inédit des affaires internationales, menaçant d'anciennes alliances.
    Pendant ce temps, tout au long des antiques Routes de la Soie souffle un vent d'espoir. L'époque y est à l'optimisme. Du Moyen-Orient à la Chine, de la Russie à l'Iran, les échanges se multiplient, les pays coopèrent et de nouvelles alliances sont scellées, faisant fi d'antagonismes anciens. Le contraste est saisissant avec ce qui se joue à l'Ouest.
    Peter Frankopan dresse dans ce récit un tableau du monde actuel et explique pourquoi il est essentiel d'en comprendre les bouleversements. Quelles seront les répercussions de ce grand basculement des centres de pouvoir, non seulement pour nos dirigeants politiques et économiques, mais aussi pour chaque citoyen, qu'il soit voyageur, étudiant ou parent de jeunes enfants ? L'auteur reprend le fil de l'histoire là où Les Routes de la Soie l'a laissé. Ces routes sont en pleine expansion. À nous de faire preuve de vigilance, car nous serons tous concernés.
    Découvrez la suite des Routes de la soie, dans laquelle l'auteur analyse le monde contemporain à la lumière de plus de 2500 ans d'Histoire.
    EXTRAIT
    Il y a un quart de siècle, j'étais sur le point de quitter l'université, le monde semblait bien différent. La Guerre froide avait pris fin, ouvrant à des espoirs de paix et de sécurité. « Les actes héroïques de Boris Yeltsin et du peuple russe » avaient mis la Russie sur la voie des réformes et de la démocratie, déclara le président Clinton lors d'un sommet avec son homologue russe à Vancouver en 1993. La perspective d'une « Russie pleine d'une productivité et d'une prospérité inédites » était bonne pour tous.28
    L'avenir souriait aussi à l'Afrique du Sud où des négociations tendues pour mettre un terme à l'apartheid avaient suffisamment progressé pour que le comité Nobel décerne le Prix Nobel de la Paix 1993 à F. W. de Klerk et Nelson Mandela pour leur « travail en vue d'une fin pacifique au régime d'apartheid et pour avoir jeté les bases d'une nouvelle Afrique du Sud démocratique ».
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE 
    Quel bonheur qu'un historien de talent veuille bien jeter un regard sur la géopolitique du temps présent. - JeanAugustinAmarDuRivier, Babelio
    On met en perspective ce que l'on ressent de façon impalpable au quotidien : l'émergence et l'expansion insidieuse mais massive de la Chine, le réveil de l'Inde, la montée en puissance de la Russie et le déclin des USA et de l'Europe qui n'arrivent pas à suivre ni à entrer dans la nouvelle dynamique. - manugeneve, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1971, Peter Frankopan est historien et professeur à l'Université d'Oxford, où il dirige le Centre de recherches byzantines. Conférencier et consultant pour de nombreuses organisations internationales, il est investi dans diverses oeuvres caritatives. Outre son grand succès Les Routes de la Soie, il est l'auteur d'une Histoire de la Première croisade (2012).

  • Des mers et des océans aux piscines chlorées en passant par les thermes antiques, la nage fait partie de l'histoire et de la culture de l'humanité dans toutes ses dimensions !
    Voici probablement le plus beau livre écrit sur la nage, les plongeurs et les nageurs. Paru en 1992, Héros et Nageurs a d'emblée été salué comme tel par la critique anglaise et américaine. Panorama complet de la discipline, il entrelace tout à la fois l'histoire, la géographie - de la Grèce à la Polynésie -, la littérature - d'Homère à Patrick Leigh Fermor -, le cinéma, l'histoire de la peinture et bien sûr le sport. Depuis les Grecs et les Romains jusqu'aux Jeux Olympiques, des Anglais qui réinventent l'art de nager à l'orée du XIXe siècle en passant par le romantisme allemand, de l'art du plongeon suédois à l'école de natation japonaise, des fleuves des Indiens d'Amérique à la Californie de Johnny Weissmuller, ce livre nous propose surtout une psychanalyse, une « quête spirituelle de l'eau » : il nous plonge dans de profonds étangs au coeur de nos propres têtes. Charles Sprawson s'inscrit dans le sillage des plus grands auteurs - Goethe, Byron, Gide, Jack London, Pouchkine, Kevin Andrews ou Mishima - et nous fait comprendre qu'ils furent aussi des nageurs. Ils nous ont appris que l'immersion est une échappatoire vers le sublime et l'héroïque.
    Traduit en italien et en allemand, voici la première édition française de ce magnifique récit, devenu livre culte.
    Paru en 1992, ce récit historique de Charles Sprawson a été salué par la critique anglaise et américaine. Un panorama de la natation devenu culte et traduit pour la première fois en français !
    EXTRAIT
    Nous sommes allés nous restaurer dans le jardin de Butterfields, qui fut jadis la maison d'Errol Flynn, à l'angle de Sunset et Olive. Rose ne s'en tenait plus aux algues, aux graines de sésame et de tournesol. Sous les orangers, il évoqua tranquillement ses premiers souvenirs d'enfance en Australie, quand il nageait dans le réservoir de Manly, dans le bassin naturel de Bondi Beach, où les vagues passaient par-dessus les parois et le propulsaient dans un sens, vers des temps extraordinairement rapides. Les expériences les plus intenses avaient été des bains très matinaux dans le port de Sydney, où l'eau était suave, sa texture soyeuse, quand nager ressemblait à « une aventure dans un autre monde », notamment à Noël quand les fortes marées « King » affluaient du Pacifique. C'était dans ces conditions qu'il jugeait avoir fait ses meilleurs temps, avec un sentiment d'euphorie qu'il n'avait jamais vraiment connu dans une piscine faite de main d'homme. Pour Rose, nager supposait une implication sensuelle intense, une suite rythmée de sons à mesure que les mains tranchent l'eau qui passe sous le corps et forme une vague contre le côté du visage. Le rythme réduit l'effort. Avant la course, il écoutait une musique particulière proche du rythme de sa battue. La chanson de Glenn Miller, In the Mood, lui correspondait parfaitement. La principale qualité indispensable au nageur, continua-t-il, c'est le « sens de l'eau ». Il doit se servir des bras et des jambes comme un poisson de ses nageoires, être capable de ressentir la pression de l'eau sur les mains, de la retenir dans la paume tout en la retirant sans qu'elle puisse lui glisser entre les doigts.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Une ode merveilleuse à la nage [...] Avec Charles Sprawson, et le poète Swinburne pour guide, on s'immerge dans « un monde bien plus glorieux que celui dont Dante lui-même a rêvé dans son paradis » - l'expérience est initiatique, inoubliable. - Nathalie Crom, Telerama

  • Civilisation

    Kenneth Clark

    Une sublime initiation à l'histoire de l'art européen et à l'essor de la conscience occidentale.
    Dans ce livre, l'un des plus grands esprits du XXe siècle dresse le portrait inégalé d'un millénaire de beauté européenne. De l'architecture à l'ingénierie, de la peinture à la musique, de la poésie à la philosophie, de l'Écosse à la Sicile, de la France aux Pays-Bas, de l'Italie à l'Allemagne, Kenneth Clark écrit le livre de l'admiration et de l'enthousiasme. Il y démontre que la civilisation vit tant qu'elle ajoute à notre humanité et notre dignité. Juchés à sa suite sur les épaules de génies, nous sentons à chaque page se dilater notre intellection et notre sensibilité. Et la leçon esthétique est une éthique : cette Civilisation éblouissante, telle la chaconne de Bach jouée par Yehudi Menuhin dans la chapelle Sixtine, semble terrasser le mal et le désespoir. A-t-elle jamais cessé d'être nécessaire ?
    Redécouvrez le succès international paru en 1969 qui met en avant la beauté de l'art européen.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Kenneth Clark (1903-1983) est un historien de l'art et auteur britannique. De 1934 à 1945, il fut le plus jeune directeur de la prestigieuse National Gallery à Londres. Après la guerre, il se consacra davantage à l'écriture et se fit connaître d'un large public grâce aux émissions sur l'art qu'il produisit et présenta à la BBC, dont la célèbre série Civilisation.

  • Mongolie

    Marc Alaux

    Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre.
    D'abord l'étourdissement des steppes. Ces paysages infinis. Cette liberté unique, chérie par les cavaliers nomades. La Mongolie est un rêve qui vous porte aux confins de notre monde. Sa seule évocation vous transporte dans le froid glacial des hivers les plus rigoureux de la planète. Mais ce pays n'est pas que cela : l'instauration de la démocratie et son entrée dans l'économie de marché après 1990 ont engendré de profondes mutations. La Mongolie, coincée entre l'ours russe et le dragon chinois, imprégnée du culte et de la légende de Gengis Khan, a toujours survécu à ceux qui prétendaient la conquérir et l'asservir. Ce petit livre n'est pas un guide. Il raconte la Mongolie que Marc Alaux a passé des années à arpenter à pied. Il dit le coeur mongol, les superstitions, les croyances, la force qui se dégage des steppes et d'un climat si rude. Parce que pour comprendre l'âme mongole, avoir le goût de l'infini - et vouloir le transmettre - est juste indispensable. Un grand récit suivi d'entretiens avec Isabelle Charleux, Nomindari Shagdarsu¨ren et Naraa Dash.
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les steppes mongoles. Et donc mieux les comprendre.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Marc Alaux est éditeur et libraire à Transboréal. Sa passion du peuple mongol, dont il étudie la langue et l'histoire, fait de lui un décodeur accompli de l'âme du pays du Ciel bleu. Il est l'auteur, le rewriter ou l'annotateur d'une dizaine d'ouvrages dont Ivre de steppes, Un hiver en Mongolie (Transboréal, 2018) et Proverbes & dictons de Mongolie (Géorama, 2018)

  • Sicile

    Richard Heuzé

    Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre.
    La Sicile est un poème. Une terre monumentale, pétrie de son passé antique et de son héritage baroque. Une île rebelle, labourée par la mafia qui lui a causé tant de dommages. Imprenable Sicile, aujourd'hui transformée en modèle pour l'Italie moderne, où la culture a peu à peu repris ses droits et où Palerme s'affiche radieuse et ambitieuse. L'âme sicilienne vous étreint dès le détroit de Messine. Elle a le goût ténébreux des silences et des coulisses sombres, contés par les plus grands romanciers italiens. Mais elle porte en elle une joie qui irrigue et transforme l'Italie d'aujourd'hui. Ce petit livre n'est pas un guide. Il plonge dans la Sicile des Siciliens en vous donnant le goût de ses légendes. Parce que pour comprendre cette île, les mythes sont les meilleures balises. Un grand récit suivi d'entretiens avec Jean-Yves Frétigné, Francesco Giambrone et Leoluca Orlando.
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les légendes siciliennes. Et donc mieux les comprendre.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Installé en Italie depuis plus de trente ans, Richard Heuzé fut le correspondant du Figaro à Rome. Il est l'auteur de Italie, l'esthétique du miracle (Nevicata, 2015) et Matteo Salvini, l' homme qui fait peur à l'Europe (Plon, 2019).

  • Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre.
    Les îles Marquises portent la marque d'hommes dont le peuple a failli disparaître, rompus à préserver leur culture et leur originalité. La symphonie turquoise des lagons polynésiens s'arrête ici, au pied de ces fascinants contreforts montagneux qui, jadis, hypnotisèrent Paul Gauguin et Jacques Brel. Les Marquises ne sont pas qu'une terre paradisiaque. Leur relief est rude. Leurs vallées sont hors d'atteinte. Les Marquisiens ont combattu pour voir enfin reconnues leurs racines, source de leur exceptionnelle résilience et de leur force pour surmonter les meurtrissures de leur passé. Ce petit livre n'est pas un guide. Il raconte les Marquises à travers l'histoire, les témoignages et les livres. Il tend aux Marquisiens le miroir de leur immémoriale solitude. Parce que pour comprendre ce peuple insulaire et fier, l'écouter est la première des règles. Un grand récit suivi d'entretiens avec Pierre et Marie-Noëlle Ottino-Garanger, Debora Kimitete et Ben Teikitutoua.
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les forces marquisiennes. Et donc mieux les comprendre.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Loïc Josse a longtemps été libraire à Saint-Malo. Passionné de mer et de voyage, auteur, il est un conférencier régulier sur l'Aranui, le cargo qui relie Tahiti aux îles Marquises.

  • Une découverte soyeuse et savante d'une Arabie encore heureuse, dont chaque page est imprégnée de merveilleux.
    Le Yémen est sans doute le plus fascinant et le plus méconnu des pays du monde arabe. Une terre brûlante entre désert, océan et montagnes, objet de fantasmes millénaires. Les géographes antiques narraient une Arabia Felix dont les trésors d'encens étaient gardés par des serpents volants, les voyageurs du Moyen Âge rapportaient des légendes d'îles disparues et de montagnes en sang... Notre imaginaire contemporain évoque plutôt un pays en proie à la guerre, aux rivalités ancestrales et condamné à la famine. Contre l'avis de ses proches, Tim Mackintosh-Smith s'établit au Yémen en 1982, afin de parfaire son apprentissage de l'arabe. Il ne le quittera qu'en 2019, chassé par la guerre. Dans ce récit de voyages à travers le pays, incomparable d'érudition et mâtiné d'un humour tout britannique, il nous conte une Arabie éternelle et hospitalière, qui sous son regard prend une dimension mythique.
    Plongez-vous dans ce récit de voyage passionnant qui vous fera découvrir un tout autre Yémen que celui que vous pensez connaître.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Auteur, conférencier et linguiste, Tim Mackintosh-Smith (1961) est un arabisant britannique, lauréat de nombreux prix littéraires. Considéré comme le plus brillant connaisseur européen du Yémen, il s'inscrit avec éclat dans la lignée des grands écrivains-voyageurs des déserts d'Arabie.

  • L'Indonésie est un pays aux mille et un visages et aux mille et une découvertes que le lecteur pourra apprécier dans cet ouvrage !
    Plus de 16000 îles ! Le chiffre, à lui seul, dit l'immense défi qu'est cet État-archipel nommé Indonésie. Un pays où la terre, à l'image de ses innombrables volcans, est aussi indomptable que les mers qui l'entourent. Tanah Airku ou « Ma terre-eau », l'hymne national, témoigne de cette fusion unique entre les éléments que les peuples de ces îles ont appris tant bien que mal à dompter. Avec, en réponse à ce relief kaléidoscope, une mosaïque d'ethnies que l'islam, la religion ultra-majoritaire, a davantage
    épousée qu'unifiée.
    Le chant polyphonique de ce géant qu'est l'archipel indonésien a toujours attisé les convoitises. Ses épices furent, pendant des siècles, l'aimant du commerce mondial. Ses détroits sont stratégiques. Son vaste territoire fait du premier pays musulman du monde l'une des clefs de voûte de l'Asie-Pacifique.
    Ce petit livre n'est pas un guide. Mais d'île en île, au plus près des peuples, il dit la magie de l'Indonésie. Un grand récit suivi d'entretiens avec Alissa Wahid et Heri Dono.
    Ce témoignage et ces entretiens, oscillant entre magie et réalité de l'Indonésie, enchanteront les passionnés de ce pays hors du commun !
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Elizabeth D. Inandiak vit en Indonésie qu'elle parcourt avec toujours autant de bonheur. Ses reportages, notamment dans Géo, et les nombreux articles de la presse indonésienne qu'elle traduit pour Courrier International, ont éclairé la lanterne de générations de voyageurs

  • Un livre qui parle de notre langue et de la manière dont elle unit les peuples !
    L'âme d'une langue n'est pas qu'une affaire de mots. Elle est aussi l'affaire de tous ceux qui l'emploient, la parlent, l'écrivent et construisent son univers linguistique si singulier. L'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), qui regroupe 88 États et gouvernements, membres ou observateurs, est au service de la vaste communauté d'acteurs ayant le français en partage. Son 50e anniversaire, en cette année 2020, est donc l'occasion de redire combien ce lien qui nous unit est fort. De l'Afrique à l'Europe en passant par l'Asie et l'Amérique latine, la langue française a tissé entre nous des liens profonds, hérités de notre histoire commune, même lorsque celle-ci est douloureuse, et toujours fécondés par la modernité. Ce petit livre ne prétend pas tout dire de l'âme de
    la langue française. Il est écrit avec le coeur et dit la passion que nourrissent les écrivains et les artistes pour ces mots qui les ont, tous, rendus plus grands et leur permettent d'écouter battre le pouls des peuples. Un récit de Jean-Marie Gustave Le Clézio, suivi d'entretiens avec Barbara Cassin, Dorcy Rugamba, Fawzia Zouari, Rithy Panh et Simon Njami.
    Découvrez un essai du Prix Nobel de littérature Jean-Marie Gustave Le Clézio sur l'âme de la langue française, suivi d'entretiens avec des experts de la langue.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-Marie Gustave Le Clezio, prix Nobel de littérature, est l'un des auteurs phares de la Francophonie et membre du jury du Prix des Cinq Continents, créé en 2001 par l'Organisation internationale de la Francophonie.

  • Europe

    Richard Werly

    • Nevicata
    • 19 October 2020

    L'Union européenne est en péril et le lecteur trouvera des réponses sur la déchirure du drapeau dans cet ouvrage...
    Le drapeau bleu étoilé de l'Union européenne est déchiré. Le divorce chaotique avec le Royaume-Uni, puis le coup de massue de la pandémie ont fait entrer cette communauté d'États unique au monde dans une période de turbulences dont l'issue peut encore être fatale au rêve européen. Laisser s'éteindre les étoiles d'une Union, forgée à partir des années 1950 pour sortir de l'engrenage des guerres et des rivalités mortelles, serait la pire des renonciations.
    Ce petit livre n'est pas un guide. Il ne prétend pas dire tout sur le processus qui a conduit à l'Union européenne d'aujourd'hui. Mais il est une flamme que nous voulons entretenir. Il souffle sur les braises d'un dessein européen qui doit impérativement renaître.
    Pourquoi ces déchirures dans le drapeau ? Pourquoi ce ressentiment contre « Bruxelles » alors que l'adhésion au projet européen demeure massive et réelle ? Le besoin d'Europe exige un droit d'inventaire. Le voici. Parce que pour convaincre les peuples, il faut d'abord - et toujours - s'efforcer de les comprendre.
    Un grand récit suivi d'entretiens avec Béatrice Giblin, Ivan Krastev, Mark Mazower, Alain Lamassoure et Paolo Rumiz.
    Ce témoignage et ces entretiens permettront au lecteur de comprendre le destin de l'Europe ! Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre...
    À PROPOS DES AUTEURS
    André Gattolin est sénateur français (LREM) du département des Hauts de Seine, vice-président de la Commission des Affaires européennes du Sénat.
    Richard Werly>/b> est le correspondant pour les Affaires européennes du quotidien suisse Le Temps. Il a créé et dirige la collection L'âme des peuples.

  • Ecosse

    Samake Assanatou

    • Nevicata
    • 19 October 2020

    Aujourd'hui, qui dit Écosse dit Brexit. Mais l'Écosse, c'est aussi les Écossais, leur environnement, leur tempérament, leurs paysages et leurs légendes...
    Comment parler de l'Écosse à l'heure où l'avenir du Royaume-Uni reste miné par le Brexit et les tensions qui en résultent ? Comment raconter cette passion nationale qui étreint ce territoire depuis des décennies ? La réponse apportée ici est celle de la vie quotidienne, des paysages et des légendes qui font cette terre d'une beauté sauvage. Ils sont le soubassement de cette identité accrochée, depuis l'Antiquité, au fameux mur d'Hadrien qui la sépare de l'Angleterre.
    Impossible d'écrire sur l'Écosse sans s'efforcer de comprendre les Écossais. Leur environnement et leurs ressources naturelles les ont façonnés. Le choix, comme emblème national, de cet animal mythique aux pouvoirs extraordinaires qu'est la licorne dit leur force, leur ténacité, leur brin de folie aussi...
    Ce petit livre n'est pas un guide. Il dit l'imaginaire et les réalités d'une terre qui a toujours arraché son destin au climat, à la mer et à la pierre. L'Écosse est un tempérament qu'il vous faut éprouver pour vraiment l'apprécier. Un grand récit suivi d'entretiens avec Sir Tom Devine, Dani Garavelli et Nadine Aisha Jassat.
    Ce témoignage et ces entretiens, oscillant entre imaginaire et réalité de l'Écosse, enchanteront les passionnés de ce pays hors du commun !
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Assa Samaké-Roman est journaliste. Installée en Écosse, elle a vécu passionnément le chaotique feuilleton du Brexit dont l'issue pourrait être, demain, l'émergence d'une nouvelle Écosse.

  • Valais

    Guy Mettan

    Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre.
    Ce canton est un miracle suisse. Niché au coeur des Alpes, jaloux de ses sommets parmi les plus beaux de l'Helvétie, le Valais a l'indépendance arrimée à ses crêtes. Les Valaisans forment une confrérie. Réputés solidaires, ombrageux et téméraires, ils ont fait de leur terre le royaume de l'or blanc, où les coteaux irrigués par l'eau des glaciers se couvrent de vignobles à faire pâlir les meilleurs terroirs d'Europe. Guy Mettan a sillonné le « Vieux pays » sous tous ses angles, par tous ses sentiers. Il en dresse le portrait attendri d'une terre résolue à préserver sa très montagneuse identité. Ce petit livre n'est pas un guide. Il raconte le Valais comme on l'arpente, pierre par pierre, vallée par vallée, en tenant bien compte des subtiles différences linguistiques. Parce que pour comprendre cette république des glaciers, l'important est de ne jamais laisser fondre l'attachement qui vous porte immanquablement vers ses hautes cimes. Un grand récit suivi d'entretiens avec Jean-Henry Papilloud, Marie-Thérèse Chappaz et Luzius Theler.
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les sommets valaisannes. Et donc mieux les comprendre.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Guy Mettan est journaliste, homme politique et ancien président du Club suisse de la presse. Il est aussi l'auteur du Dictionnaire impertinent de la Suisse (Slatkine, 2010) et de Le monde à deux mille mètres (Slatkine, 2021).

  • Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre.
    Une immensité. Un monde à part. Une histoire de violence façonnée par une colonisation pénitentiaire dont les vestiges sont promus au rang de trésors nationaux. L'Australie est née de la folie de navigateurs perdus dans les confins du Pacifique. Il fallut ensuite aux administrateurs venus d'Europe conquérir, éliminer, repousser toujours plus loin son peuple aborigène. L'Australie est un continent de cicatrices dont le coeur sec a longtemps battu au rythme de la pire des ségrégations.
    Ce pays géant est taillé pour l'aventure. Les vagues qui se fracassent sur ses rivages vous transforment l'âme. Ses milliers de kilomètres de pistes burinent les visages, forgent les caractères et redonnent aux hommes qui les empruntent le goût de la redécouverte de soi-même. Et voilà que le visiteur se retrouve sur la côte, saisi par la passion de l'océan Pacifique et par la beauté de ses villes. Sydney l'indolente. Melbourne plus austère. Canberra la sévère.
    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il dit, avec amour, les secrets et les tourments de cet immense pays.
    Un grand récit suivi d'entretiens avec Lyndall Ryan (Les Australiens ont peur de découvrir qui ils sont), Bernard Salt (La migration nous définit) et Linda Burney (L'âme australienne est une âme aborigène).
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les passions australiennes. Et donc mieux les comprendre.
    EXTRAIT
    Dans le bouillonnement superficiel de la plus grande ville du pays s'est perdu l'écho du labeur des bagnards qui lui ont donné forme. Rares sont les premières constructions de baraques, entrepôts, installations portuaires qui ont échappé à la métamorphose de Sydney Cove dans la métropole contemporaine. Celles qui ont pu être préservées dans le quartier The Rocks, l'ont été au prix de la mobilisation des résidents locaux, avec le renfort de syndicats dans les années 1970. Au fil des quartiers, mêlé aux cantines asiatiques et centres commerciaux modernes, le cachet anglo-saxon s'avère toutefois indélébile, imprégné dans les frontons des pubs, des bâtiments officiels et les parcs de la ville.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    - "(...) Belle et utile collection petit format chez Nevicata, dont chaque opuscule est dédié à un pays en particulier. Non pas un guide de voyage classique, mais, comme le dit le père de la collection, un «décodeur» des mentalités profondes et de la culture. Des journalistes, excellents connaisseurs des lieux, ont été sollicités (...). A chaque fois, un récit personnel et cultivé du pays suivi de trois entretiens avec des experts locaux. - Le Temps
    - "Comment se familiariser avec "l'âme" d'un pays pour dépasser les clichés et déceler ce qu'il y a de juste dans les images, l'héritage historique, les traditions ? Une démarche d'enquête journalistique au service d'un authentique récit de voyage : le livre-compagnon idéal des guides factuels, le roman-vrai des pays et des villes que l'on s'apprête à découvrir." - Librairie Sciences Po
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Marie-Pauline Desset collabore à Sydney à l'agence de presse Belga depuis février 2016. Ce pays-continent ne cesse jamais de la fasciner.

  • Japon perdu

    Alex Kerr

    Au début des années 1970, Alex Kerr, jeune étudiant américain, acquiert une maison abandonnée, plusieurs fois centenaire, sur l'île japonaise de Shikoku. Ce sera le point de départ d'une vie d'écrivain, d'antiquaire, d'expert érudit et passionné du Japon.
    Écrit à l'origine en japonais, ce récit enchanteur y suit les pérégrinations de l'auteur pendant une trentaine d'années.
    Un plongeon, suave ou déroutant, dans l'architecture, les arts traditionnels, la calligraphie, le théâtre kabuki, l'histoire et la vie contemporaine de l'archipel nippon, des vallées reculées aux grandes métropoles modernes. Le pays du soleil levant jetait alors les derniers reflets de sa nature luxuriante et de campagnes préservées.
    Nostalgique de ce monde perdu, critique de la quête effrénée de modernité, si destructrice du patrimoine culturel et naturel, Alex Kerr continue pourtant d'aimer le Japon de tout son être. Ce livre annonce sa perpétuelle renaissance.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1952 aux États-Unis, Alex Kerr est un spécialiste des arts et des cultures d'Asie orientale. Conférencier et antiquaire, il est un infatigable conservateur des arts traditionnels du Japon. Japon perdu est son premier livre, écrit originellement en japonais et lauréat du prix Shincho Gakugei en 1994.

  • L'Alsace est un déchirement. Ou plutôt un trait d'union. Tout au long de son histoire, cette région tiraillée entre France et Allemagne a souffert des grandes fractures européennes et célébré l'unité du continent par sa culture, sa joie de vivre et l'ambition de Strasbourg, sa capitale. L'Alsace, dont les cabaretiers ont toujours rythmé la vie publique, est d'abord une volonté : celle de ses habitants d'affirmer, envers et contre tous, leur identité métisse et pourtant si française.
    Ce pays du milieu dit la France, car elle est sa fenêtre sur l'autre Europe : protestante, germanique, dure au mal, où la rigueur du climat cesse lorsque s'ouvrent les portes des winstubs. Elle dit aussi le vieux continent, dont elle porte les blessures.
    Ce petit livre n'est pas un guide, même s'il promène le lecteur au fil des contreforts alsaciens, jusque dans ses typiques marchés de Noël ! Il dit l'âme de l'Alsace et celle des Alsaciens. Parce que pour comprendre ce peuple-là, romantique et taiseux, il faut d'abord apprendre à l'écouter.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Hervé Levy est journaliste, écrivain et conteur, passionné par sa région, qu'il estime aujourd'hui en quête d'identité dans le « Grand Est » français dans lequel peu se retrouvent.

  • Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre.
    Comment raconter cet insatiable soif de vivre du peuple libanais ? Comment raconter ce Liban si souvent envahi, menacé, dépecé et aujourd'hui confronté à l'afflux de millions de réfugiés en provenance de Syrie, ce voisin qui jadis mit Beyrouth à sa botte ?
    Le Liban est une passion. Une raison d'être que son territoire, accolé à celui d'Israël, dissimule souvent mal, tant s'entremêlent sur cette terre des destins opposés, jetés les uns contre les autres lors de la guerre civile qui poussa vers l'exil - une fois de plus - des centaines de milliers de Libanais. Sa géographie, magnifique combinaison de plaines, de montagnes et de forêts de cèdres, est un écrin pour le coeur d'une nation que tout pourrait diviser, mais qui toujours a su ressusciter.
    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il dit les souffrances, les divisions religieuses, l'héroïsme de certains et les doutes des autres. Car le Liban est un pays vivant et qui se bat. Comprendre son peuple exige de se laisser conquérir par son instinct formidable de survie.
    Un grand récit suivi d'entretiens avec Carla Eddé (Le peuple libanais est jouissif et jouisseur), Walid Joumblatt (Le Liban ne disparaîtra jamais), Ziad Majed (Les Libanais sont habitués à "faire avec", sans Etat) et Joumana Haddad (Nous souffrons d'une incapacité à la cohésion nationale).
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les passions libanaises. Et donc mieux les comprendre.
    EXTRAIT
    Au Liban le mariage est une fin en soi. Une pression infinie repose donc sur les épaules de celles qui doivent « se dépêcher » de trouver chaussure à leur pied puisqu'on compte un homme pour sept femmes, conséquence directe de la guerre civile et de l'émigration masculine. Aujourd'hui, la nouvelle génération - privilégiée intellectuellement et financièrement - n'hésite plus à sortir du carcan familial, si bien qu'on dénombre de plus en plus de couples non mariés installés en ville.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    - "(...) Belle et utile collection petit format chez Nevicata, dont chaque opuscule est dédié à un pays en particulier. Non pas un guide de voyage classique, mais, comme le dit le père de la collection, un «décodeur» des mentalités profondes et de la culture. Des journalistes, excellents connaisseurs des lieux, ont été sollicités (...). A chaque fois, un récit personnel et cultivé du pays suivi de trois entretiens avec des experts locaux. - Le Temps
    - "Comment se familiariser avec "l'âme" d'un pays pour dépasser les clichés et déceler ce qu'il y a de juste dans les images, l'héritage historique, les traditions ? Une démarche d'enquête journalistique au service d'un authentique récit de voyage : le livre-compagnon idéal des guides factuels, le roman-vrai des pays et des villes que l'on s'apprête à découvrir." - Librairie Sciences Po
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Franco-libanaise résidant à Paris, après avoir vécu longtemps à Beyrouth, Stéphanie Baz-Hatem est conseillère et consultante en communication. Spécialisée en politique française et européenne, elle conseille différents organismes internationaux et personnalités publiques.

  • Une ode aux petites choses qui comptent vraiment en montagne : être au bon endroit, au bon moment, avec les bonnes personnes. Et profiter de la vue.
    Une histoire d'échecs est le récit autobiographique du célèbre alpiniste britannique Victor Saunders. Grimpeur hors pair, guide de montagne et explorateur de sommets lointains, Victor Saunders a eu un prestigieuse carrière d'alpiniste qui l'a mené à plusieurs reprises jusqu'au sommet de l'Everest. Mais en plus de raconter ici de riches souvenirs, des hivernales écossaises aux hautes altitudes de l'Himalaya, il nous emmène là où l'on ne l'attend pas... Ces moments de doute au cours d'une ascension où tout ne se déroule pas comme prévu, ces situations d'effroi et parfois tragiques auxquelles un alpiniste est confronté, les instants périlleux où le montagnard expert est brutalement ramené à son humble et fragile condition d'homme... De ses premiers pas de grimpeur sur les falaises anglaises aux expéditions engagées, Victor Saunders révèle dans ces pages sa personnalité discrète et attachante, loin des lumières éphémères de la célébrité, et affirme son talent d'écrivain à l'humour tout britannique.
    Laissez-vous emporter par le récit passionnant de Victor Saunders, un alpiniste hors pair qui a consacré sa vie à la montagne.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après avoir exercé le métier d'architecte, Victor Saunders est devenu guide de montagne en 1996. Infatigable explorateur de sommets reculés, il a réalisé de nombreuses expéditions sur les plus hautes montagnes du monde, sur chaque continent. Président en exercice du prestigieux Alpine Club britannique, il réside dans la vallée de Chamonix.

  • Séville

    Jean-Pierre Perrin

    Découvrez la mythique Séville, capitale de l'Andalousie, au moyen d'un récit inédit !
    Qui peut ne pas aimer Séville ? La vieille capitale andalouse est un chaudron de passions, le lieu par excellence de la quête amoureuse où, sous le regard brûlant des Vierges, le blasphème accompagne les désirs, où la rédemption est au coin de la rue. À l'ombre de son architecture flamboyante, les plus grands créateurs, peintres, écrivains, musiciens, ont autant été inspirés par elle qu'ils ont contribué à son mythe. Sur les rives du Guadalquivir, l'âme de l'Andalousie se montre conquérante. Les faubourgs de Triana où vivait Carmen, les majestueuses arènes de la Maestranza, où toréait son amant Escamillo, le quartier Santa Cruz, où Don Juan ravit la fille du Commandeur et qu'il perça de sa rapière, la rue Sierpes où fut emprisonné Cervantès, où il imagina peut-être son chevalier errant... Tous ces lieux racontent plus qu'une histoire. Ils disent l'âme du peuple andalou et sévillan dont les folies ont toujours interloqué l'Espagne et séduit le monde. Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il vous raconte l'amoureuse tragédie sévillane et que Carmen ou Don Juan sont en chacun de nous. Un grand récit suivi d'entretiens avec Joseph Perez, Alain Dutournier et Francis Wolff.
    Ce récit informatif et romancé, suivi d'entretiens avec Joseph Perez, Alain Dutournier et Francis Wolff, présente tous ces lieux qui incarnent l'âme du peuple andalou et sévillan dont les folies ont toujours interloqué l'Espagne et séduit le monde.
    EXTRAIT
    Comme l'indique l'historien et écrivain Fernando García de Cortázar, Séville est « un prodige qui surgit de l'eau et se nourrit de l'eau ». Prodige monumental pour son architecture, mais aussi pour les mythes qu'elle inspira.
    La ville elle-même est mythe. Hispalis, de son nom romain, fut fondée par Hercule lors du voyage qui le conduisit au-delà des colonnes auxquelles il donna son nom, aujourd'hui le détroit de Gibraltar. Il a d'ailleurs sa colonne dans le vaste jardin public de la Alameda, à côté de celle de César qui, lui, fit construire de grands monuments. Les empereurs romains Trajan et Hadrien sont nés à Italica, cité toute proche.
    C'est vrai que l'on va d'abord à Séville pour la beauté de son patrimoine architectural. Pour les palais de l'Alcázar, chef-d'oeuvre absolu de l'architecture mudéjare. Ensuite, pour la cathédrale, la tour de l'Or, la Casa de Pilatos, le quartier Santa Cruz, ses musées, et plus récemment le pont de Calatrava...
    Si l'on fait une rapide addition, on dénombre à Séville plus de 250 monuments classés. Sans compter tous ces merveilleux palais dont les vieilles noblesses refusent d'entrebâiller les portes, à l'exception de quelques-unes, moins orgueilleuses ou plus fauchées.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean Pierre-Perrin est l'auteur de Iran, la prière des poètes dans la même collection (Nevicata). Grand reporter et spécialiste du Moyen-Orient, il a reçu le prix Joseph Kessel en 2017 pour son livre Le djihad contre le rêve d'Alexandre (Seuil).

  • Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre
    Immense pays. Immenses ressources. Immenses défis. Pour le visiteur, condamné à ne découvrir qu'une infime partie de ce territoire géant, le Brésil est une aventure en soi. Mais qui connaît les Brésiliens sait que cette immensité géographique, source d'infinis métissages, leur colle aussi à la peau comme une seconde nature. Musique, émotions, passions, football... Réussites, richesses, inégalités sociales, opportunités... Tout, sur cette terre conquise par une poignée de colons, se joue en dehors des cadres habituels. Sa miraculeuse renaissance, synonyme de développement économique et d'aspiration géopolitique, ne sera jamais linéaire.
    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Au fil d'un récit nourri de multiples voyages à travers le pays, il nous donne à voir et à comprendre en quoi le Brésil est si différent. Et pourquoi il nous dit tant sur nous-mêmes, nos désirs et nos limites. Un voyage des rivages d'Ipanema aux profondeurs indigènes de la forêt tropicale pour mieux connaître les passions brésiliennes. Et donc mieux les comprendre.
    Un grand récit suivi d'entretiens avec Isabel Lustosa (Au Brésil, la race est à la fois un problème et la solution) et Claudio Frischtak (Notre pays va devoir se réinventer).
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les passions brésiliennes. Et donc mieux les comprendre.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    - "(...) Belle et utile collection petit format chez Nevicata, dont chaque opuscule est dédié à un pays en particulier. Non pas un guide de voyage classique, mais, comme le dit le père de la collection, un «décodeur» des mentalités profondes et de la culture. Des journalistes, excellents connaisseurs des lieux, ont été sollicités (...). A chaque fois, un récit personnel et cultivé du pays suivi de trois entretiens avec des experts locaux. - Le Temps
    - "Comment se familiariser avec "l'âme" d'un pays pour dépasser les clichés et déceler ce qu'il y a de juste dans les images, l'héritage historique, les traditions ? Une démarche d'enquête journalistique au service d'un authentique récit de voyage : le livre-compagnon idéal des guides factuels, le roman-vrai des pays et des villes que l'on s'apprête à découvrir." - Librairie Sciences Po
    EXTRAIT
    Le soir, Zé, un Indien Yanomani, me parla de l'énorme peixe-boi, le poisson-boeuf, qui mesure près de 3 m et pèse jusqu'à 450 kg, le plus gros poisson d'eau douce au monde, sans oublier l'anguille électrique qui peut assommer un cheval ou tuer un caïman en déchargeant sur eux ses 700 volts, ou encore le pirarucu qui, protégé par une véritable armure, est capable de résister aux morsures des piranhas, ces poissons prédateurs aux mâchoires d'acier. Il me parla aussi de l'onça, le jaguar, noble animal menacé de disparition en raison de sa fourrure, du capybara, sorte d'énorme cochon d'Inde de 50 kg (le plus gros rongeur du monde), du paresseux, qui peut tourner sa tête à 270°, ou encore du tapir qui, avec sa langue de 60 cm de long, se nourrit de termites et de fourmis qu'il avale en énormes quantités.
    « Dieu est grand mais la forêt est encore plus grande » dit un proverbe local. Même s'il n'a jamais quitté la ville (85 % de la population brésilienne vit dans les villes), le Brésilien sait que la forêt est là, immense et menacée, et qu'elle occupe près de 40 % de la surface de son pays.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Infatigable romancier, Patrice Montagu-Williams nous a ramené Brésil, dans les pas du géant de ses longues années passées dans cet immense pays. Grand voyageur, ce Niçois pur jus a toujours gardé, rivée au coeur, la ville de son enfance. Il nous en ouvre les clés dans Nice, bien plus qu'une promenade.

  • Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre
    La Crète est bien plus qu'une île. Elle s'est longtemps rêvée centre du monde. L'Antiquité en fit l'un de ses épicentres. Le Minotaure a, dans le labyrinthe de ses montagnes, forgé un mythe que nous avons tous croisé. Les Crétois sont les enfants de Zeus, battus par les vents marins, modelés par une terre âpre mais nourricière. Puis le tourisme nous a ouvert les portes de leur île, parfois de manière trop brutale. Sa culture, sa musique, ses moeurs se sont métissées dans le grand bain des vacanciers éperdus de ses paysages.
    La Crète est une Grèce à part, dont le coeur bat loin d'Athènes. Mais de cette Grèce et du monde hellénique, elle est indissociable. Les mystères insulaires sont ceux des clans, des familles, de traditions que la modernité ébranle sans jamais parvenir à les déverrouiller.
    Comprendre l'âme de la Crète oblige à regarder ses rivages autrement, à feuilleter les partitions de ses chants traditionnels et de ses légendes comme les pages de ce petit livre décodeur : en se laissant porter par la liesse de « Zorba ». Et par sa liberté.
    Un grand récit suivi d'entretiens avec Eleftheria Zei (La Crète est une société de montagnards et de contradictions), Aris Tsantiropoulos (Des clans, des histoires et une terre) et Ross Daly (La Crète doit dépasser son insularité).
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les passions de la Crète. Et donc mieux les comprendre.
    EXTRAIT
    La Crète est faite du brassage de ces influences culturelles. Ce sont les aman aman5 que l'on entend dans les chansons traditionnelles ou que l'on prononce lorsqu'on a oublié de prendre ses clés. Ce sont les plats comme la sofegada, sorte de ratatouille qui tirerait ses origines de l'occupation vénitienne, mais dont la composition a évolué aujourd'hui. Ce sont les noms de famille qui s'achèvent en akis - suffixe signifiant « petit » -, donnés par les Ottomans aux Crétois en signe d'humiliation.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    - "(...) Belle et utile collection petit format chez Nevicata, dont chaque opuscule est dédié à un pays en particulier. Non pas un guide de voyage classique, mais, comme le dit le père de la collection, un «décodeur» des mentalités profondes et de la culture. Des journalistes, excellents connaisseurs des lieux, ont été sollicités (...). A chaque fois, un récit personnel et cultivé du pays suivi de trois entretiens avec des experts locaux. - Le Temps
    - "Comment se familiariser avec "l'âme" d'un pays pour dépasser les clichés et déceler ce qu'il y a de juste dans les images, l'héritage historique, les traditions ? Une démarche d'enquête journalistique au service d'un authentique récit de voyage : le livre-compagnon idéal des guides factuels, le roman-vrai des pays et des villes que l'on s'apprête à découvrir." - Librairie Sciences Po
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Ex-collaboratrice au Parlement européen, Marie Geredakis est une auteure passionnée par la Méditerranée et le destin des peuples qui l'ont forgée. La Crète, berceau de sa famille grecque, est pour elle le symbole de ce carrefour, indispensable pour que l'Europe soit un espace vivant où les peuples se transforment et se mêlent.

  • Afrique du Sud

    Sébastien Hervieu

    Ce grand pays regorge de richesses. Pourtant ce sont ses luttes qui l'ont façonné. Sans cesse, les Sud-Africains ont dû se battre. Contre l'apartheid et pour leur liberté bien sûr. Mais aussi contre les éléments, les antagonismes communautaires, les inégalités sociales criantes qui noient malheureusement la nation « arc-enciel » dans un tourbillon de violences.
    Comprendre l'Afrique du Sud exige à la fois de connaître et d'oublier Nelson Mandela. Ce dernier est partout, gravé dans l'imaginaire mondial comme le héros d'une émancipation gagnée dans la paix. Mais les Sud-Africains « nés libres » dénoncent une liberté inachevée. Le pays vit au fil de ses convulsions. Il se cabre à la manière des fauves de ses parcs nationaux ou des flots rugissants du Cap de Bonne-Espérance.
    Ce petit livre n'est pas un guide. Il raconte l'âme d'un peuple qui souffre et vit en même temps. Parce que pour le comprendre, il faut avoir entendu le cri de sa terre fracturée et si souvent blessée.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Sébastien Hervieu est journaliste indépendant, ancien correspondant du Monde en Afrique du Sud et ex-responsable Afrique de Courrier international. Il est aujourd'hui basé en Côte d'Ivoire.

  • Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre
    Les Japonais vivent au présent. Le temps glisse sur l'Archipel, emportant avec lui les joies comme les malheurs. Le tsunami de mars 2011, à l'origine du pire accident nucléaire de l'histoire, reste une plaie ouverte, mais le Japon, pugnace, regarde déjà ailleurs. Ce pays est un art de vivre. Une société unique. Un écheveau de règles souvent tacites mais incontournables, qui font du quotidien un rituel bien réglé.
    Qu'est-ce qu'être Japonais aujourd'hui, dans un pays vieillissant où la natalité ne cesse de décroître ? Comment concilier l'infini romantisme des pavillons d'or et d'argent de Kyoto et les émois décadents de Kabukicho, le quartier chaud de Tokyo ? Comment évoquer le Japon de ce siècle sans comprendre que son dessein industriel et occidentalisé se fracasse aujourd'hui sur la concurrence effrénée de la Chine, sur fond de surenchères nationalistes réciproques ?
    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il plonge le lecteur au coeur de traditions millénaires, pointe les transformations, souligne les fractures. Pour découvrir un Japon vécu de l'intérieur, raconté au plus près de ses évolutions récentes.
    Un grand récit suivi d'entretiens avec Pierre-François Souyri, Chikako Mori et Keiichiro Hirano.
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les passions japonaises. Et donc mieux les comprendre.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Belle et utile collection petit format chez Nevicata, dont chaque opuscule est dédié à un pays en particulier. Non pas un guide de voyage classique, mais, comme le dit le père de la collection, un «décodeur» des mentalités profondes et de la culture. Des journalistes, excellents connaisseurs des lieux, ont été sollicités (...). A chaque fois, un récit personnel et cultivé du pays suivi de trois entretiens avec des experts locaux. - Le Temps
    Comment se familiariser avec "l'âme" d'un pays pour dépasser les clichés et déceler ce qu'il y a de juste dans les images, l'héritage historique, les traditions ? Une démarche d'enquête journalistique au service d'un authentique récit de voyage : le livre-compagnon idéal des guides factuels, le roman-vrai des pays et des villes que l'on s'apprête à découvrir. - Librairie Sciences Po
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Traductrice de littérature japonaise, romancière et conférencière, Corinne Atlan a vécu près de vingt ans en Asie. Sa maîtrise de la langue japonaise lui donne un accès privilégié à l'intimité d'un pays où elle multiplie les séjours depuis quatre décennies.

  • L'âme du Sénégal est marchande. Le commerce coule ici comme le fleuve. Il nourrit les espoirs, porte les familles, relie les émigrés à leur terre, lance vers l'Europe et les États-Unis une jeunesse prête à tout pour s'en sortir. Les Sénégalais sont fils de l'esprit et des échanges. Les confréries veillent sur un islam « noir » empreint de soufisme et d'animisme, permettant avec le pouvoir, résolument laïc, de garantir la paix sociale et de contenir le radicalisme.
    Dakar est un poumon commerçant et démocratique. Une rente aussi, car le Sénégal vit de son modèle depuis son indépendance. Le soutenir revient à porter à bout de bras un pays qui, jusque-là, s'est refusé à sombrer dans les luttes violentes. Le Sénégal est un rythme que la langue wolof sert à merveille. Cette Afrique-là est celle de l'ouverture après avoir été celle de toutes les blessures.
    Ce petit livre n'est pas un guide. Il vous promène de Dakar à Ziguinchor, sur les rives du fleuve Casamance.
    Et au fil de ces pages, l'âme du Sénégal se découvre comme jamais.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Sabine Cessou, journaliste indépendante, est ancien grand reporter pour L'Autre Afrique, ex-correspondante de Libération en Afrique du Sud et aux Pays-Bas, aujourd'hui basée à Bruxelles et collaboratrice de RFI, Le Monde diplomatique et La Croix.

empty