Le Manuscrit

  • De 1789 à 1792, à l'initiative des colons de Saint-Domingue admis comme députés au sein de l'Assemblée nationale, les débats se focalisent sur la question des droits des hommes de couleur libres ou " mulâtres ". Hostile à la reconnaissance de ces droits, le lobby colonial d'alors réussit à écarter toute application aux " îles " de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen malgré les interventions répétées des membres de la Société des amis des noirs. Cet " abcès de fixation " permet de différer la suppression de la traite et la première abolition de l'esclavage.

  • Cette étude, qui tente d'explorer l'imaginaire à l'oeuvre dans le récit libertin galant du XVIIIe siècle, montre que la scène mondaine est dominée par deux types de séducteurs : le purement hédoniste et le résolument pervers. Chacune de ces figures manie les signes et les valeurs conformément à sa vision et selon des stratégies et des tactiques appropriées. Aussi, l'érotique et le politique se conjuguent-ils pour préfigurer des rapports intersubjectifs commandés soit par le diplomatiquement correct soit par l'esprit guerrier.
    Sur le plan esthétique, l'étude souligne l'implication réciproque entre le dit et le dire. La perversité et l'hédonisme s'expriment selon des modalités qui leur sont propres, donnant ainsi lieu à des effets de lectures contrastés.

  • L'Histoire générale des voyages de l'abbé Prévost, traduction de la compilation anglaise A New General History of Voyages and Travels, comble un manque dans le paysage des écrits de voyages français du XVIIIe siècle. À l'inverse de l'Angleterre, la France accuse alors un retard dans la production de compilations de ce type. La traduction réalisée par l'abbé Prévost arrive à point nommé, ce qui explique en partie son succès.

    Cet inventaire nouveau et en français des voyages extra-européens implique un réseau de représentations dont la strate traduite ne constitue qu'un élément. Que cette traduction soit le fait de Prévost, romancier reconnu, interroge : la littérature de voyage exige en effet d'abord la vérité des faits. Intervient également la transposition - ou la traduction - des illustrations, médiatrices privilégiées de l'ailleurs. Dans une société qui privilégie l'accès au savoir par l'observation, leur impact s'avère conséquent même s'il demeure indissociable des effets textuels.

    Centrée sur les sept premiers tomes traduits de l'Histoire générale des voyages, cette étude vise à réinterroger une oeuvre en plaçant l'accent sur ce qu'elle est d'abord : une traduction.

empty