Sciences sociales / Société

  • Fascinante plongée dans les mystères de notre matière grise, L'Esprit organisé décortique le fonctionnement structurel de l'intellect et livre les secrets pour utiliser de façon optimale cet incroyable organe qu'est le cerveau. Dans une ère où nous sommes noyés sous les informations, Daniel Levitin nous offre les clefs pour recouvrer le sens de l'ordre et apprendre à réorganiser notre esprit.
    " Il y a environ cinq mille ans, quand les premiers humains ont imaginé une façon de consigner les faits par écrit, ils augmentèrent ainsi leurs capacités intellectuelles. Ils étendirent les limites naturelles de la mémoire humaine en conservant une partie de leurs souvenirs sur des tablettes d'argile, des murs de cavernes et, plus tard, des papyrus et du parchemin. Nous avons ensuite développé d'autres systèmes - calendriers, classeurs, ordinateurs et Smartphones - pour nous aider à organiser et à ranger les informations que nous avions préalablement écrites. "

  • Vestiges d'une séparation Nouv.

    Un inventaire pour mémorial
    Un bracelet en forme de paon, un simple couteau, un livre de poèmes, des perles offertes à une jeune musulmane par un maharaja... Autant de souvenirs, de fragments de destins d'un monde sur le point d'être englouti avec ses derniers témoins vivants. Car soixante-dix après la partition de l'Inde et du Pakistan quelles traces subsistent de l'ancien pays unifié ?
    Pour ressusciter cette culture, Aanchal Malhotra s'attache aux objets qui ont accompagné ce peuple (ses arrière-grands-parents, notamment) pendant l'exode, et qui, désormais, sont chargés de symboles. A travers ces legs se raconte l'histoire des différentes communautés hindou, musulmane et sikh qui composent le pays.
    Grâce à une succession de courts chapitres consacrés à chacun de ces objets, Aanchal Malhotra tend à restituer la mémoire d'un pays disparu.

  • Les vrais hommes sont féministes Nouv.

    Y a-t-il jamais eu de domination qui n'ait paru naturelle à ceux qui l'exerçaient ? - John Stuart Mills
    " Hé, les gars, c'est à vous que je parle ! Il paraît que depuis #MeToo, être un homme, juste un homme, serait devenu "compliqué'.
    On ne peut plus rien dire ! On ne peut plus être galant, on ne peut plus draguer, on ne peut plus rigoler !
    Vous êtes mal à l'aise. Limite agacés. Solidaires des femmes, évidemment, vous n'êtes pas bas de plafond, mais bon, une fois passées les bornes, y a plus de limites.
    Vous avez besoin de lire ce livre. Parce que dans ce livre, j'explique :
    Le patriarcat est en pleine forme, et il sait se défendre. Insidieux, sournois, il agit en catimini, en loucedé, sans qu'on le nomme, sans qu'on le détecte, façon iceberg. En profondeur. Immergé.
    Or, si le patriarcat s'attaque aux femmes, il ne vous épargne pas. La masculinité telle qu'on vous l'inculque vous fait plus de mal que de bien. Lisez mon livre : vous aussi, vous aurez envie d'abolir le patriarcat. "
    Isabelle Alonso
    Cette lettre ouverte aux hommes, ponctuée d'éclats de rire, s'adresse également aux femmes en leur suggérant des parades pour déjouer le système patriarcal, en les invitant à élever différemment leur fils et à rallier leurs hommes à cette nouvelle approche du monde.

  • Journal d'assises Nouv.

    " En juin prochain, la cour d'assises de Chalon-sur-Saône jugera Valérie Bacot. Elle risque la perpétuité. Valérie est accusée d'avoir tiré à bout portant sur son mari, le père de ses quatre enfants. Son mari qui était le compagnon de sa mère vingt-cinq ans plus tôt. Son mari qui l'a violée lorsqu'elle avait douze ans, qui la battait, la prostituait, sans qu'elle ne bronche, jusqu'à ce qu'il menace de s'en prendre à sa fille de quatorze ans. Cette nuit-là, elle l'a tuée pour ne pas mourir, pour que son cauchemar et celui de ses enfants, prenne fin. Mais ce fut le début d'un autre enfer...
    L'histoire de Valérie, c'est une tragédie grecque : inceste, amour, viol, haine, mort. Une histoire vraie au coeur de la ruralité française où l'accusée est aussi, est surtout, une victime.
    En juin prochain, je défendrai Valérie. Ce que vous lirez sera mon journal, rédigé tous les soirs de la semaine de procès. Je ne cacherai rien de mes doutes, de mes angoisses, de mes joies, de mes colères. Je décrirai le procès, ma plaidoirie, l'étude du dossier, les rapports des experts, des enquêteurs et des témoins, mais aussi ma réaction au verdict, quel qu'il soit. Je partagerai l'ambiance d'une cour d'assises, la spécificité de cette juridiction populaire où des citoyens tirés au sort décident du destin d'un être humain.
    Mon but est d'ouvrir des pistes de réflexion sur les nombreux dysfonctionnements judiciaires, institutionnels, éducatifs, médicaux qui autorisent un drame comme celui de Valérie Bacot. Ce drame qui ne serait pas advenu dans des pays européens mieux armés dans la lutte contre les violences faites aux femmes. "
    Janine Bonaggiunta

empty