ENS Éditions

  • Depuis les années 1990 le voile cristallise les débats politiques sur l'identité nationale et livre des femmes musulmanes une image partielle. Cet ouvrage cherche à donner plus d'épaisseur à leur présence dans la société française en s'intéressant aux premières d'entre elles : les Algériennes venues au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Qui sont ces femmes ? Pourquoi traversent-elles la Méditerranée aux pires moments de la répression du nationalisme algérien ? Comment trouvent-elles leur place dans la société qui les entoure et leur rôle dans la guerre d'indépendance menée aussi en métropole ? Grâce à une enquête orale approfondie, on les entend répondre à ces questions, on les découvre également au détour d'un fonds photographique public ou privé, dans le secret des archives judiciaires et policières, administratives et médiatiques. Leur mémoire inspire une parole vive et permet aux archives de parler à leur tour. On comprend alors l'histoire partagée qui les amène à prendre parti dans une guerre souvent fratricide, à s'attacher à l'Algérie naissante autant qu'à trouver la forme d'une intégration singulière, loin des débats actuels qui les méconnaissent obstinément. L'écriture de cette histoire résulte ainsi d'une écoute, d'une patience et d'une réflexion sur les outils, sur les méthodes aptes à rendre visible la matière complexe des parcours de ces Algériennes pendant cinquante ans, en s'efforçant d'en préserver la vie. Illustration de couverture : Archives privées © Fatma Malagouen

  • Dès 1791 Condorcet défend avec fougue « l´instruction en commun des deux sexes » comme mesure démocratique - mais il ne sera pas écouté. Neuf décennies plus tard, les Républicains choisissent la non-mixité lorsqu´ils créent l´enseignement secondaire public des jeunes filles. Malgré la diffusion de la coéducation aux États-Unis et ailleurs, la mixité à la fin du XIXe siècle reste une utopie en France. Il faut attendre 1976 pour que la mixité se généralise à tous les degrés de l´enseignement, sans débat ni polémique. Pourtant, nous savons aujourd´hui, comme l´écrit Geneviève Fraisse, que « la mixité est nécessaire, mais pas suffisante, pour dissoudre les inégalités chroniques ». L´histoire de cette révolution pédagogique, de ses opposants et de ses défenseurs, de ses réussites et de ses échecs, restait largement à écrire. Des historiennes et des sociologues nous convient dans ce volume à des analyses du passé éloigné et du passé proche, et à des comparaisons avec d´autres pays d´Europe où la mixité est au coeur des questionnements. Alors que la remise en cause de la mixité est devenue un débat de société, son histoire et ses enjeux méritent d´être rappelés car ils montrent à quel point le fait de mettre garçons et filles ensemble n´a jamais été une simple question de gestion des sexes. Toute la société est concernée.

  • L´auteur s´interroge dans cet ouvrage sur la place du religieux islamique dans la société civile marocaine et apporte des éléments de réponse à travers une passionnante enquête de terrain menée auprès des deux principaux mouvements islamiques marocains. Acteur engagé du printemps arabe, et issu lui-même de la gauche démocratique et séculière marocaine, Youssef Belal démontre, par une sociologie religieuse attentive aux formes pratiques de la mobilisation, que l´islam n´est pas incompatible avec la démocratie, et que l´islam politique tel qu´il s´est développé au Maroc, qu´il soit celui de la monarchie ou celui de certains mouvements dits islamistes, participe pleinement de la rationalisation et de la sécularisation de la société de ce pays.

  • Cet ouvrage s'intéresse à un aspect encore peu connu de l'histoire de l'éducation en France au XIXe siècle. En s'inscrivant dans le récent « tournant transnational » de la recherche historique, il examine le vaste système d´échanges, de circulations et d´emprunts par-delà les frontières qui accompagnent la mise en place du système scolaire moderne entre 1870 et 1914. Son ambition est de montrer comment l´école républicaine, souvent pensée comme un élément de l´identité nationale et comme un instrument de nationalisation de la société française, s´est largement construite en référence à des exemples et modèles étrangers. Le livre adopte une perspective de recherche originale qui remet en cause les frontières classiques de l´analyse historique, souvent cloisonnée à la seule sphère nationale, et permet ainsi de placer les débats scolaires hexagonaux dans les circuits européens et mondiaux des idées pédagogiques. Couverture : Single desks proposés par les maisons de fournitures scolaires Whitecomb (Boston) et Thurnstout (Providence). Ferdinand Buisson, Rapport sur l'instruction primaire à l'Exposition universelle de Philadelphie en 1876, présenté à M. le minstre de l'Instruction publique au nom de la Commission envoyée par le ministère à Philadelphie, Paris, Imprimerie nationale, 1878, p. 197.

  • Plus sensibles en France à la dimension de la classe et de l'origine des acteurs de l'enquête, les approches méthodologiques en sciences humaines ont jusqu'aux années 2000 négligé celles du sexe et de l'orientation sexuelle. La dimension sexuée des interactions retient cependant davantage l'attention que par le passé.

  • À la croisée de l´histoire et de l´histoire de l´art, cet ouvrage analyse, à travers le cas de Fès, l´ensemble des mécanismes de fabrication d´une ville nouvelle et ceux de son corollaire - la transformation d´une ville ancienne -, sous le Protectorat français au Maroc (1912-1956). Il met ainsi en lumière les distorsions entre l´idéal urbain, théorisé a posteriori par le résident général Louis-Hubert Lyautey et sa kyrielle de collaborateurs, et la réalité finalement sortie de terre. Ce travail, basé sur des sources archivistiques dispersées de part et d´autre de la Méditerranée et dont certaines sont inédites, s´intéresse autant aux doctrines qui sous-tendent les transformations de la ville, aux protagonistes qui participent à ces changements, qu´au contexte dans lequel ils interviennent. L´auteur met ainsi en évidence qu´une ville nouvelle édifiée en contexte colonial est loin d´être la simple matérialisation d´une doctrine politique, ni une ville construite par et pour les Européens. Elle montre qu´au contraire, elle est l´oeuvre de tout un système d´acteurs pluriels - administration, colons mais aussi élite locale -, le résultat d´accointances, d´accords, de désaccords et surtout de compromis, autant qu´elle est le fruit des circonstances, de contingences géographiques, politiques, sociales ou encore économiques, et même de hasards.

  • L´orientalisme des arabisants français, fortement controversé pour son implication dans la politique d´expansion coloniale, n´avait pas encore été l´objet d´une enquête historique fouillée. A travers une analyse de leurs carrières, de leurs publications et de leurs prises de position, l´ouvrage restitue les enjeux savants et politiques de leur action, inscrite dans le contexte culturel général d´un large XIXe siècle. Il permet de réapprécier l´intérêt d´auteurs souvent oubliés, qui ont à la fois travaillé à la constitution d´un patrimoine arabe et musulman et participé à la mise en oeuvre d´un projet impérial aux effets destructeurs.

  • Les questionnements épistémologiques, théoriques et méthodologiques sur les corpus, notamment de textes, irriguent les humanités et les sciences humaines et sociales. Au sein de cette réflexion, les trois étapes essentielles de la composition, de la mesure et de l'interprétation des corpus sont distinguées même si, en pratique, elles sont imbriquées selon des logiques circulatoires. Quels sont les critères, théoriques mais aussi bien souvent pratiques, qui déterminent la constitution d'un corpus de recherche ? Quels outils et logiciels permettent de l'exploiter au mieux ? Comment arriver à faire la part entre domaine quantitatif et domaine qualitatif ? Dans cet ouvrage, des chercheurs issus de différentes disciplines se côtoient, afin de porter sur le même objet des regards différents : le corpus apparaît tantôt comme terrain de recherche, tantôt comme espace d'exploration méthodologique, tantôt comme objet de réflexions théoriques. L'approche interdisciplinaire, appuyée sur des retours d'expérience variés, permet ainsi de partager réflexions, méthodes et outils (notamment par une comparaison entre les différentes offres logicielles) au sein d'une réflexion commune qui intéressera toute personne confrontée à la notion de corpus, que ce soit en « débutant » ou en « utilisateur confirmé ».

  • Palerme est une ville marquée par l´illégalité, criminelle ou non, et par d´importants dysfonctionnements institutionnels : clientélisme des autorités municipales, faible efficience des administrations. Cet essai, qui traite de la gestion et de l´aménagement de la ville de Palerme depuis la fin du second conflit mondial, révèle les complexités des mécanismes à l´oeuvre dans l´espace urbain, à l´origine de la dégradation du territoire et des conditions de vie des habitants. L´auteur met en relation deux champs de recherche. Le premier a trait à la culture politique des autorités municipales : une culture faite de pratiques, d´usages et de représentations, mais aussi de rapports au territoire, aux administrés et au bien commun. Le second concerne les politiques mises en oeuvre par ces mêmes autorités et les techniques de gouvernement auxquelles elles ont recours. Appréhendée dans son quotidien comme dans ses grandes évolutions, la ville fait l´objet dans cette étude d´une approche globale. L´action des pouvoirs publics est abordée à l´aune des politiques d´urbanisme et, plus largement, des services urbains (eau, déchets) et des différentes interventions qui façonnent le territoire. Contribution importante à la connaissance des réalités de l´Italie contemporaine et plus particulièrement du Mezzogiorno, l´ouvrage livre de nombreuses clefs de lecture d´une ville qui étonne et déroute les visiteurs. Au-delà, cet essai formule, à partir du cas de Palerme, des pistes de recherche pour l´étude d´un modèle de gouvernement urbain méridional en Italie.

  • Les formes des mises en relation entre sociétés ne cessent de varier en fonction des moyens de communication et des accords politiques entre États. La mobilité des hommes reste un des facteurs de ces mises en relation entre territoires non contigus ; elle permet le transfert des techniques, des capitaux, des idées et le développement d'une solidarité entre les peuples. Les mauvaises conditions climatiques dans l'espace sahélien d'une part, l'évolution des politiques nationales d'aménagement des politiques de coopération au développement d'autre part, ont provoqué l'émigration d'une partie de la population sahélienne vers d'autres pays et occasionné l'arrivée au Sahel de multiples acteurs exogènes de développement. La confrontation des logiques de développement élaborées par des acteurs d'origines diverses, les interventions opérées à des échelles géographiques différentes signent l'instauration progressive d'un nouveau système d'appropriation des espaces. Ce système entretenu par les leaders d'ONG, les migrants, les élus locaux renforce les mises en relation Nord-Sud et Sud-Sud et aboutit à une construction de territoires d'un type nouveau. À partir d'enquêtes et d'analyses en France et en Afrique sahélienne, ce livre donne les clés pour comprendre les dynamiques organisationnelles, l'émergence d'un mouvement associatif très structuré tant dans les pays africains que dans les pays occidentaux, et introduit les nouvelles hiérarchisations spatiales et sociales.

  • Cet ouvrage est le fruit d´une collaboration entre climatologues, hydrologues et biogéographes tunisiens et français, entretenant un dialogue d´une rive à l´autre de la Méditerranée. Son contenu privilégie le quantitatif, le chiffre, plus que le rêve cher à Bachelard. Les volumes d´eau en mètres cube, par dizaines ou par milliards, et les hauteurs d´eau, en millimètres ou en mètres, y sont plus présents que le rare, le précieux, le beau et le poétique. Eau et environnement met délibérément l´accent sur les anomalies plus que sur les régularités. Le trop pluvieux, le trop sec, le trop mal réparti, le trop érosif, le trop mal exploité, le trop mal utilisé... y sont déclinés à diverses échelles, du pays au bassin versant élémentaire, en passant par les régions où se révèlent les déséquilibres de la ressource et de son utilisation. Eau et environnement s´inscrit dans un temps précis, la fin du xxe siècle, et brosse un état des lieux propre à la Tunisie et à la France, avec une courte référence à l´Algérie. L´ambition de la communauté de chercheurs qui ont contribué à cet ouvrage est néanmoins d´élargir les visions sectorielles des questions de l´eau à des approches dites intégrées, globales ou systémiques, susceptibles de se décliner sur d´autres espaces. Flotte cet esquif au fil du grand courant des études dédiées à l´eau !

  • La notion d'acceptation sociale, qui reste peu formalisée par la recherche en sciences humaines, est pourtant omniprésente dans les politiques de développement des territoires. Les études d'impact, les politiques participatives, ...

  • Cet ouvrage interroge le moment où, entre 1780 et 1860, la géographie se structure en champ scientifique et académique indépendant en Europe, et particulièrement en France, en Prusse et en Grande-Bretagne. Au même moment dans ces trois pays, des géographes travaillent à ce que leur champ d'étude soit enfin considéré comme une science à part entière. Ce processus de construction à la fois scientifique et disciplinaire est profondément marqué par l'héritage des Lumières et l'esprit universaliste, mais, parallèlement, il se trouve également influencé et informé par le contexte politique. Les savoirs géographiques sont en effet investis d'une valeur stratégique grandissante : ils jouent un rôle majeur dans les idéologies et actions politiques des États. Par le croisement de sources de différentes natures, par l'articulation d'une approche internaliste et externaliste, ce livre s'inscrit dans le champ du spatial turn.

empty