Arts et spectacles

  • Journal intime

    Alma Mahler

    • Des femmes-antoinette fouque
    • 16 January 2020

    « J'ai encore lu "Zarathoustra" ce soir. - Maman et Carl repartent aujourd'hui. Nous, nous restons jusqu'à vendredi. C'était délicieux, ce soir. Nous étions tous assis autour de la cheminée, nous avons éteint la lumière et nous nous sommes raconté nos vies. Dans la pénombre, j'ai joué du piano. - L'atmosphère était divine, la fontaine jasait sous les fenêtres, et tout le monde était dans le noir, étendu sur les fauteuils ou le sofa. - Je peux dire que j'ai vraiment joliment joué. Justement, tout est une question d'atmosphère chez moi - et c'était le cas. [...] C'était une soirée incroyablement poétique. » A.M.

    Alma Mahler a 19 ans quand elle commence à écrire son journal qu'elle tient pendant près de quatre ans - 22 carnets qu'elle appelle «Suites », comme une composition musicale. De son histoire d'amour avec Klimt jusqu'à sa rencontre avec Gustav Mahler dont elle gardera le nom, elle nous entraîne dans ses élans et ses désillusions. La brillante compositrice et interprète évoque également sa passion pour la musique et pour l'art, et révèle une personnalité audacieuse, exaltée et d'une troublante maturité.

  • Maman

    Patrick Renaudot

    • Des femmes-antoinette fouque
    • 28 March 2017

    Du Nord des fonderies et des manufactures de textile aux plus grandes scènes du monde, elle a toujours été présente, soutien inconditionnel et discret, présence diligente et ô combien précieuse. Aujourd'hui, sa fille Line lui rend hommage, déroulant pour elle le roman d'une vie tour à tour belle, difficile, dont chaque instant est empreint de courage et de joie de vivre.

    "Maman, ce sont tes mains qui s'excusent de ne pouvoir offrir encore plus et toujours, c'est ton menton qui tremble à la lisière de la joie et du doute. C'est mon enchantement à la moindre seconde devant ta force et ta faiblesse, ton innocence et ta souveraineté, tes craintes et ton courage. Maman, pour toute cette pudeur qui enflamme tes joues quand tu parles de toi, pour tes joues aussi fraîches au baiser qu'elles l'étaient lorsque j'étais petite... pour toute cette tendresse, pour toute cette noblesse, je te dédie ce texte. À toi qui m'as dédié ta vie."
    L.R.

empty