Caillon Dorriotz

  • Québec, octobre 1886. Des élections viennent de se dérouler dans un contexte politique difficile. Laure Conan nous entraîne dans une discussion sur le patriotisme, les fondements de la nation canadienne et le rôle que devraient y jouer les femmes.
    Les premières lignes :
    "C'était à Québec, par un soir d'octobre dernier. J'étais chez une charmante Canadienne que, par discrétion, je nommerai madame Dermant. La soirée s'avançait. Assises à leur table d'ouvrage, la maîtresse de céans et sa nièce, Melle du Vair, travaillaient à un lambrequin destiné au bazar du Patronage. Tout en travaillant, nous causions des événements et des hommes du jour.
    - Mais, dit Melle du Vair, vous expliquez- vous pourquoi les hommes d'aujourd'hui changent si vite d'opinions et de sentiments ?
    - Je n'explique rien, ma chère, répondit tranquillement madame Dermant. Je sais depuis longtemps que les feuilles du tremble tournent au moindre vent."

  • 529 : l'emperaire bizantin Justinian barra l'escòla filosofica d'Atenas e ne'n fai fugir sa còla de pensaires. Comença un eveniment màger per la pensada occidentala : la Translatio studiorum, lo transferiment daus estudis. Matiàs Gibert nos conta quela aventura que nos mena en Occitània. Nos desvela lo ròtle qu'i jutgueron sos intellectuaus e sa lenga. De'n primier publiadas dins lo jornau en linha Jornalet.com, las cronicas de la Translatio studiorum son reünidas dins quel obratge.
    Un extrach :
    Lengadòc e Provença an conegut mantes centres intellectuals de traduccion e de produccion filosofica entre los sègles XII e XIV, ont las comunautats josievas, de Narbona fins a Marselha, en passant per Besièrs, Montpelhièr e subretot Lunèl, son arribadas a un naut nivèl de coneissença e refinament filosofic, en tradusent d'òbras aràbias, en mantenent una correspondéncia amb de figuras intellectualas de l'epòca coma lo grand Moïses Maimonid.

  • Nous sommes dans la Vaunage, près de Nîmes au XVIIIe siècle. Jean l'ont-pris, de retour d'enterrer sa femme, et tout à sa joie de l'avoir fait, va raconter son histoire à un gentilhomme croisé par hasard. Dans une langue savoureuse et pleine d'humour, Joan Batista Favre nous conte cette vie truculente, pleine de turpitudes, où sournoiserie et malhonnêteté sont les maîtres-mots. Un des chefs-d'oeuvres des lettres d'oc.
    Extrait : "Je vous dirai, monsieur, que je suis né à Solorgues, non pas d'une grande, grande famille, si vous voulez, mais assez passable pour l'endroit. Mon père s'y installa, et y leva boutique de ressemeleur avec l'approbation des puissances, c'est-à-dire du consul, du maréchal et d'un capucin, qui venait y faire tous les ans la quête de l'huile. Il s'y fit tant chérir, tant admirer, enfin il fit si bien qu'il vint à bout de ses désirs et qu'il s'y maria avec une bâtarde du chirurgien de Calvisson. La mère et la fille vivaient là retirées comme deux petites vierges, et des gens dignes de foi m'ont assuré que ma mère était alors la plus gaillarde fille qu'il y eût dans tout le pays. Elle s'appelait Margot, et mon père, devant Dieu soit-il, portait le nom de Truquette. Pour moi, il m'est arrivé comme aux enfants de noblesse qui ne portent pas le nom de leur famille. Je m'appelle Jean-l'ont-pris : non pas que ce soit le nom d'une terre, car, excepté un plein vase où ma mère tenait du basilic sur une fenêtre, mes parents, quand je naquis, ne possédaient pas une pelletée de terre en propre. Mais dans la suite je vous expliquerai d'où me vient ce nom, qui m'est toujours resté depuis. Suivons les choses par leur fil."

  • Lo processús dau referendum per l'independéncia d'Escòcia prenguet dos ans e mieg entre la debuta de la campahna «Yes Scotland» e lo vòte. Dos ans e mieg ente lo governament escocés trabalharà a l'integracion de son territòri dins lo concert de las nacions. Dos e mieg ente lo governament britanic balharà au monde una leiçon de dubertura, de tolerància e de democracia. Jornalet, que seguet queu processús atentivament, vos prepausa de'n tornar trobar las grandas estapas tras sos articles agropats dins queu recuelh.
    Un extrach : "Los ciutadans d'Escòcia decidisson uèi lor avenir en un referendum. 307 annadas après la signatura de l'Union entre Anglatèrra e Escòcia, los escoceses an l'escasença de decidir, dins las urnas, se vòlon contunhar de far partida del Reialme Unit o se se'n vòlon separar. Aquel vòte seguís la tradicion de far las eleccions generalas un dijòus."

  • Marie peut vous sembler avoir une vie bien ordinaire mais cela n'est pas le cas. Miss Papillon vous prend par la main et vous ne voudrez plus la lâcher. La sensible Lucie doit faire face à un moment qui marque un tournant dans son chemin de vie. Verveine vous touchera au coeur et vous verrez un garçon pleurer. Des histoires ordinaires qui ne le sont pas tant que cela. Autant de tranches de vies de personnages que vous auriez-pu croiser sans savoir combien ils sont exceptionnels. Peut-être cela parle-t-il de vous?

    La nouvelle "Bien ordinaire" a reçu le prix "Coup de coeur du jury" du concours "Une femme exceptionnelle" organisé par Librinova et le blog Tout à l'égo en 2014. Elle est publié ici dans une version révisée par l'auteur.


    Les premières lignes : "3h30. La mélodie choisie pour le réveil a beau être douce, elle sonne comme une insupportable intrusion à ses oreilles. Elle allume immédiatement la lumière sous peine de se rendormir, malgré la deuxième alerte. Elle s'attarde quelques minutes dans la chaleur du sommeil. Puis, elle se secoue et descend dans le noir à la cuisine. Tous dorment encore et elle n'allumera la lumière qu'une fois la porte refermée. Elle ne veut réveiller personne. Le café préparé la veille est réchauffé en un rien de temps. Dehors, le vent secoue comme un beau diable et la pluie gifle les maisons. C'est la saison des tempêtes d'hiver. Elle pense à Yann parti en mer pour deux mois. Il est second à bord du Kalinka. Il en dit assez peu sur la vie à bord et le travail mais elle sait bien. Fille et petite-fille de pêcheur, elle écoutait les hommes raconter. Les chaluts, les quarts, la houle, les tempêtes, le froid, l'humidité, le sel et l'odeur qui ne cède jamais mais aussi la mer, celle que l'on aime et déteste à la fois."


  • Février 1943 : en pleine tourmente de la seconde guerre mondiale, Joë Bousquet consacre un numéro des Cahiers du Sud au « génie d'Oc et l'homme méditerranéen ». Simone Weil y donnera son interprétation philosophique, quasi mystique, de la métaphysique occitane.

    Extrait : "L'esprit de la civilisation d'oc au XIIe siècle, tel que nous pouvons l'entrevoir, répond à des aspirations qui n'ont pas disparu et que nous ne devons pas laisser disparaître, même si nous ne pouvons pas espérer les satisfaire".

  • Fritz Napoleon Smith est le directeur du Earth Chronicle, le premier quotidien parlé de l'histoire du monde. Il vous fait découvrir, au travers de sa journée de travail, le monde de 2889, comme il a pu être imaginé en 1889.
    Nous vous proposons ici une nouvelle traduction, plus proche de l'originale, de ce récit visionnaire où les Verne, père et fils, imaginent avec un siècle d'avance ce qui nous semble notre quotidien.

    Les premières lignes :
    " Les hommes de ce XXIXe siècle vivent au milieu d'une féerie continuelle, sans avoir l'air de s'en douter. Blasés sur les merveilles, ils restent froids devant celles que le progrès leur apporte chaque jour. Tout leur semble naturel. S'ils la comparaient au passé, ils apprécieraient mieux notre civilisation, et ils se rendraient compte du chemin parcouru. Combien leur apparaîtraient plus admirables nos cités modernes, dont la population atteint parfois jusqu'à dix millions d'habitants, aux voies larges de trois cents pieds, aux maisons hautes de mille, à la température toujours égale, au ciel sillonné par des milliers d'aéro-cars et d'aéro-omnibus ! S'ils se représentaient l'état des choses qui existaient alors, quand pour circuler dans les rues boueuses le seul moyen de transport était des caisses cahotantes, traînées par des chevaux, - oui ! des chevaux ! Pensez aux chemins de fer de l'ancien temps, et vous pourrez apprécier les tubes pneumatiques dans lesquels on voyage à une vitesse de mille miles à l'heure. Nos contemporains ne jouiraient-ils pas mieux du téléphone et du téléphote, s'ils se souvenaient de ce qu'était le télégraphe ? "

  • Feurier de 1943: en plena tormenta de la segonda guerra mondiala, Joë Bousquet consacra un numèro daus Cahiers du Sud a "l'engenh d'òc e l'òme mediterranèu". Simone Weil i balharà son interpretacion filosofica, quasi mistica, de la metafisica occitana. Quela edicion es acompanhada d'un comentari de Matiàs Gibert, professor de filosofia, que reviret lo texte.
    Extrach: "L'esperit de la civilizacion d'òc al XIIen sègle, tal coma lo podèm entreveire, respond a d'aspiracions qu'an pas desparegut e que devèm pas daissar desparéisser, emai se podèm pas esperar las satisfar."

  • Lo Professor Challenger, scientific renommat, e Malone, son jòune amic jornalista, son mandats per McArdle, director de la Gazette, a l'endavant d'un inventor per li escriure un rapòrt argumentat sus la valor de sa descobèrta.
    Extrach :
    "I a un sénher leton que li dison Theodore Nemor que viu a White Friars Mansions, Hampstead, e que pretend qu'a inventada una maquina d'una natura vertadièrament extraordinària, que poiriá desintegrar quin objècte que siá situat dins son esfèra d'influéncia. La matièra se dissòlv e torna a sa condicion atomica o moleculara; e òm la pòt tornar assemblar en inversant lo procèssus. Per extravagantas qu'aquelas assercions parescan, i a de pròvas seriosas qu'an de fondaments, e qu'aquel òme, per còp d'astre, a descobèrt un fenomèn remarcable.
    Fa pas besonh que vos espepidone çò de revolucionari dins una invention atal, nimai son potencial extraordinari coma arma de guèrra. Una fòrça que poiriá desintegrar un coirassat, o transformar un batalhon, foguèsse pas que per un brieu, en colleccion d'atòms, permetriá de senhorejar dins lo mond. "

  • En septembre 1831, lors d'une excursion avec son père, Amédée Papineau découvre dans des ruines une pierre tombale portant la lettre « C ». On lui raconte alors la légende d'une femme qui aurait été la maîtresse d'un intendant du roi de France au Québec. Ce court récit est à la fois une légende romantique et une promenade au coeur de la forêt canadienne.
    Extrait : "Un matin donc, un matin comme on en voit en Canada dans cette saison, mon père, un vieil ami des siens et moi roulions dans un coche de louage à travers les rues étroites de cette ville : on arrive aux portes, on s'engage sous un long et obscur souterrain, et un instant après nous traversions la jolie rivière Saint-Charles et prenions la route de Montmorency, à travers un paysage riant et pittoresque."

  • Charles, fils d'un armateur marseillais, vogue vers la Louisiane sur l'Alcyon. Le navire, pris dans une tempête, se retrouve au large du Canada et va faire une mauvaise rencontre qui bouleversera la vie du jeune homme.
    "Le pirate du Saint-Laurent" est une aventure fertile en événements et en rebondissements que nous vous proposons en 8 épisodes.

    Extrait : "C'était une longue corvette, noire comme de l'encre, couronnée d'une bande rouge sanglant. Nul pavillon ne flottait à sa drisse. Mais des flammes noires ornaient ses cacatois. Le capitaine de l'Alcyon, qui cherchait à reconnaître la corvette, à l'aide de sa longue-vue, fronça soudain les sourcils et frappa du pied.
    - Qu'y a-t-il donc, monsieur ? demanda Charles attribuant ces mouvements à la mauvaise humeur.
    - Rien de bon ! rien de bon !- Lieutenant !
    Un officier s'approcha.
    - Voyez ! dit le capitaine en passant la lunette à son second.
    Dès que celui-ci eut regardé il pâlit.
    - Le Corbeau ! murmura-t-il."

  • Francis Wayland Thurston ereta de son grand oncle una boitia ente tròba un estranh bas releu mai de las nòtas sens chap ni centena. L'enquesta que decidís de menar li farà descubrir un terrible secret.
    Vos prepausam lo chap d'òbra de H.P. Lovecraft lo texte que fonda lo mite de Cthulhu, un dau mai important de la literature fantastica dau segle XX, per son influéncia. Aquí, rentram dins lo Panteon Negre de quel autor qu'i desveloparà una brava partida de sas òbras.
    Las primieras linhas: "La misericòrdia de l'uman, pensi, es l'incapacitat de son esperit a far lo ligam entre tot çò que conten. Vivèm sus una illa tranquilla d'ignorància al mitan de las mars negras de l'infinit, e es pas nòstre destin de viatjar tròp luènh. Las sciéncias, caduna s'esperforçant dins sa direccion pròpria, nos an benlèu nafrats un pauc fins ara. Mas un jorn, juntar amassa totas aquelas pèças de saber escampilhadas nos obrirà un vejaire tant esglasiant de la realitat e de nòstra posicion espauruganta al mitan, que siá vendrem calucs d'aquela revelacion, siá fugirem lo lum mortal per nos refugiar dins la patz e la securitat d'una novèla Edat Mejana."

  • Juan Carlos est un jeune garagiste argentin, pleins de désir. Mais arrivera-t-il à ses fins ? Ou court-il à la catastrophe ?
    Courte nouvelle, pleine d'humour et de scènes coquines, elle vous emmène dans les fantasmes de Juan Carlos.

  • Pour la Sant-Jordi 2016, journée mondiale du livre de l'Unesco, nous vous offrons un extrait gratuit de La Jongleuse, que nous publieront en intégralité prochainement. Ce roman d'aventures, très noir, que l'on pourrait classer dans les romans gothiques, vous emmenera sur le Saint-Laurent, pour un voyage angoissant ou vous croiserez un inquiétant personnage : Matshi Skouéou, la Jongleuse !

  • Per festar la Sent Jòrdi 2016, vos uefrem un recuelh de las doàs novelas qu'avem publiadas dins la colleccion "Imaginari". S'agís de la Maquina a desintegrar d'Arthur Conan Doyle e d'En l'An 2889 de Jules Verne.

empty