Beaux-Arts de Paris Éditions

  • Elle endort, elle fait peur, elle amuse. L'hypnose n'est pas souvent convoquée dans les histoires de l'art, probablement pour ces trois raisons réunies. Alors même qu'elle connaît aujourd'hui un net regain d'intérêt dans la culture scientifique et les imaginaires populaires, peu de cas semble être fait du rôle que l'hypnose a joué dans le champ de la création où elle est pourtant omniprésente, de manière délibérée ou inconsciente, de Gustave Courbet à AUguste Rodin, de Salvador Dali à Andy Warhol, jusqu'à Tony Oursler. Cet ouvrage se propose justement de relire, pour la première fois les liens étroits que les pratiques artistiques ont entretenus avec l'histoire culturelle de l'hypnotisme depuis Mesmer. C'est là une autre manière d'instruire une chronique des dispositifs d'emprise et d'attraction exercées sur le spectateur à l'âge moderne, afin d'explorer plus avant l'intérêt des artistes pour les modes de transmission de l'émotion sous état modifié de conscience. Au croisement de plusieurs champs-histoire de l'art, histoire des sciences et culture populaire-, cet ouvrage très richement illustré montre comment s'est affirmé, tout au long de la modernité, la recherche d'un efficace de l'art, en donnant un rôle majeur à l'imagination dans l'invention et la réception des oeuvres qui nous fascinent.

  • Anecdotomania Nouv.

    cet ouvrage propose, pour la première fois en français, un ensemble de textes et des entretiens de l'artiste. Il rend compte de la richesse et de la diversité de sa pratique, dont de larges pans restent méconnus. Au fil des textes présentés par Daniel Spoerri lui-même, apparaît un parcours complexe, en prise avec de nombreux mouvements majeurs de la période comme Flexus, Pop ARt, Mail ARt, et en dialogue avec des artistes très divers, entre autres Joseph Beuys, Robert Filliou, Jean Tinguely et Roland Topor. Cette anthologie révèle également les qualités d'écrivain et de conteur de Daniel Spoerri - sa manie des anectodes, constitue un véritable programme artistique-, ainsi qu'une époque et un réseau amical international où la création est avant tout affaire de partage.

  • Première traduction de l'ouvrage majeur du théoricien américain Fredric Jameson Dans ce texte fondateur de l'analyse du Postmodernisme, il étudie le passage du modernisme à cette nouvelle logique culturelle dominante, propre au capitalisme tardif, à partir d'exemples : peinture, architecture, littérature, photographie, cinéma ou vidéo. Ce livre, qui s'inscrit dans la tradition des cultural studies anglo-saxons, est une référence indispensable pour tous ceux qui s'intéressent à l'évolution de l'analyse de la pensée.

  • Cet ouvrage réunit un ensemble de textes notes et lettres écrits par l'artiste qui se revendique plus comme un peintre. Illustré par des photos personnelles de l'artiste , il montre sa réflexion sur sa pratique.

  • À partir de 1968, Michel Journiac (1935 - 1995) s'exprime par des actions, des photographies, des écrits, des objets, des peintures... Il devient le principal représentant français de l'Art corporel, sociologique et critique. Les écrits de cet ouvrage rassemblent "une longue lettre inédite, des articles publiés dans l'emblématique revue que fût arTitudes, créée et animée par François Pluchart, et des entretiens enregistrés au gré de rencontres et de débats,". Les Écrits sont accompagnés de nombreux documents photographies.

  • Les années 1968 sont le théâtre d'une formidable production visuelle, portée par les utopies révolutionnaires. De 1968 à 1974, artistes et militants d'extrême gauche inventent de nouvelles formes d'expressions visuelles en lien avec les luttes collectives. Images en lutte raconte cette extraordinaire rencontre entre l'art et la politique, qui s'ouvre et se referme aux Beaux-Arts de Paris, de l'Atelier Populaire en 1968 aux réunions du FHAR et du MLF en 1974. Cet ouvrage s'ouvre par plus de 300 affiches de l'Atelier Populaire reproduites en grand format. Il présente pour la première fois de nombreux projets d'affiches ainsi qu'un reportage photographique sur l'occupation de l'Ecole. Des dossiers sont consacrés aux luttes, aux soutiens, aux révolutions, à la libération sexuelle... Il rassemble des peintures, des photographies, des sculptures, des installations, des revues, des tracts, des affiches politiques, des extraits de films et des photographies.

  • Cet ouvrage est le catalogue de l'exposition éponyme présentée au cabinet des dessins Jean Bonna aux Beaux Arts de Paris. L'Ecole des Beaux-Arts de Paris, qui accueillit la Joconde après son vol en 1914, et qui protège dans sa collection des feuilles exceptionnelles de l'artiste se devait de rendre hommage au grand maître italien.
    Cette exposition rassemble quelque uns des chefs d'oeuvres du quattrocento, il montre la richesse des collections des Beaux-arts de Paris: Raphaël Lippi... Trente dessins qui offrent un parcours passionnant sur la pratique du dessin en Italie à la fin du XVe siècle. Avec une contribution scientifique de Lizzie Boubli conservatrice en chef du patrimoine et directrice des études au CNRS qui dresse un panorama passionnant des ateliers florentins et Emmanuelle Brugerolles commissaire de l'exposition et directrice de l'ouvrage.

  • La Grammaire des arts du dessin embrasse l'ensemble des beaux-arts - dessin, architecture, sculpture et peinture et répond de façon exhaustive à toutes les questions d'ordre esthétique que peut se poser un spectateur face à une oeuvre. Charles Blanc fut directeur des Beaux-Arts de 1848 à 1850 et de 1870 à 1873, mais il fut aussi théoricien, historien et pédagogue. Premier professeur d'esthétique au Collège de France, il travailla ainsi à promouvoir une histoire de l'art pour tous.

  • La découverte de l'oeuvre de Georges Focus, peintre et dessinateur du XVIIe siècle, suscite aujourd'hui l'étonnement. Academicien, il se specialise dans le genre du paysage classique. Apres 1683,il est enferme dans un asile parisien, les Petites Maisons. Il realise alors des « ecritures dessinees » publiees ici pour la premiere fois. Ces dessins sont l'unique trace de la production d'un artiste aliene a cette epoque. Ils nous permettent de penetrer de plain-pied au coeur de l'existence, des etats d'ame, des souffrances et des obsessions d'un artiste habite par des rancoeurs et des ressentiments exacerbes. Ce livre réunit des recherches et des réflexions d'historiens de l'art et de la médecine, de psychiatres et de chercheurs sur la question du rapport entre l'art et la folie.

  • Conformement a sa logique du refus des etiquettes et des tiroirs, Jean-Jacques Lebel a aborde non seulement des themes divers, mais tous les genres d'ecriture, du billet d'humeur a l'etude historique fouillee, du journalisme d'intervention a l'hommage respectueux ou frondeur en passant par les objets poetiques mal identifiables. On trouvera dans ce recueil tous les tons, tous les registres, toutes les allures de texte, vives ou lentes, spontanees ou muries. Independamment de la question du happening, de la poesie sonore et de Fluxus, on y distinguera trois grandes pistes: celle du passeur essentiel entre la Contre-Culture americaine et les avant-gardes europeennes, celle de l'ecrivain libertin/libertaire, celle de l'historien passionne par les rapports entre l'art et l'hallucination. Le tout sur fond de fidelite aux ideaux Dada et a cette valeur cardinale qu'est l'amitie.

  • Jérôme Zonder, né en 1974, diplomé des Beaux-Arts de Pars, est aujourd'hui reconnu en France et à l'internationnal pour son oeuvre virtuose centrée sur une pratique réinventée du dessin. Ce carnet réunit les portraits présentés au cabinet Jean Bonna et un ensemble retrospectif de ses dessins.

  • Malraux nous le rappelle : "L'art vient moins de quelque part que de quelqu'un". Freud constate que "plus on pénètre profondément dans la pathogenèse de la maladie nerveuse, plus se dévoile la connexion des névroses avec les productions de la vie psychique humaine et même les plus précieuses d'entre elles". C'est pourquoi la confrontation de l'art et de la psychanalyse est inévitable. Lorsque Freud se place en spectateur des oeuvres d'art et lorsqu'il cherche à élucider les énigmes que celles-ci lui renvoient quant à l'émotion qu'elles suscitent, il ne se place pas en position d'interprète. Il reconnait que ce qu'il a découvert "à l'aide d'un laborieux travail sur autrui" était déjà su et exprimé intuitivement par les artistes. C'est ainsi que Freud a peu à peu interrogé les avancées théoriques de sa découverte. Ce qui a donné lieu aux textes et essais, dont les plus remarquables sont présentés ici, suivis des développements ultérieurs produits par Lacan. Claude This est psychanalyste, membre de l'Ecole de la Cause Freudienne. Diplômée de l'Ecole nationale des beaux-arts de Nancy, elle a inauguré à partir de 1969 un enseignement qui confrontait l'art et la psychanalyse. Elle a été professeur aux Beaux-Arts de Paris de 1977 à 1995.

  • Gina Pane, figure majeure de l'Art corporel, crée ses premières actions in situ en 1968 en s'isolant dans la nature. Elle réalise ensuite, de 1971 à 1980, des actions en public. L'oeuvre définitive étant une composition murale réalisée en trois temps : dessins préparatoires, story-board - action - choix des photographies, des textes et des dessins. Puis elle développe les Partitions, entre installations et sculptures, en transférant sur verre, cuivre ou bois, des évocations du corps. Les écrits de Gina Pane rassemblent ses textes publiés et dactylographiés, ainsi que ses notes de travail : projets, commentaires, poèmes, rêves et réflexions. Ils sont présentés autour de quatre grandes notions qu'elle énonce, en 1974 dans Lettre(e) à une inconnue(e) : "ART / SCIENCE / POLITIQUE / QUOTIDIEN." Ces chapitres donnent un éclairage nouveau et intimiste sur les thèmes qui lui sont chers et sur la force de son engagement. On y trouve aussi bien les listes des objets "utilisés en permanence", "utilisés ponctuellement" ou construits par l'artiste, que ses réflexions personnelles sur le corps, la couleur, le langage, la pédagogie ou sa définition de l'art. Accompagnés de dessins inédits, ces écrits constituent un complément indispensable pour mieux connaître Gina Pane.

  • Agnes Martin (1912, Mackin, Saskatchewan - 2004, Taos, Nouveau-Mexique) est une peintre américaine d'origine canadienne. Elle s'oriente dans les années 1960 vers l'abstraction géométrique. Associée à l'art minimal, elle se réclame de l'expressionnisme abstrait. Son oeuvre exercera une influence majeure sur les générations d'artistes suivantes. Chez Agnes Martin, la recherche d'absolu est au coeur de l'oeuvre. Ce recueil d'aphorismes, de conférences, de poèmes et de paraboles nous livre une expérience de la sagesse, un itinéraire de l'errance et de la perfection.

  • Cet ouvrage réunit des articles, des essais et des lettres, publiés entre 1938 et 1973, pour la plupart inédits en français. Il présente ces textes dans leur ordre chronologique et retrace ainsi l'itinéraire intellectuel et artistique d'Ager Jorn. Au fil de la lecture, nous découvrons son intérêt pour l'art populaire ou pour des artistes comme Fernand Léger, Wols ou Jean Dubuffet. Nous apprenons à mieux connaître celui qui s'adressait en ces mots "grand public" "Soyez modernes collectionneurs, musées.
    Si vous avez des peintures anciennes ,ne désespérez pas. Gardez vos souvenirs mais détournez les pour qu'ils correspondent à votre époque. Pourquoi rejeter l'ancien si on peut moderniser avec quelques traits de pinceaux? ça jette de l'actuaité sur votre vieille culture. Soyez à la page et distingués, du même coup. La peinture c'est fini. Autant donner le coup de grâce. Détournez. Vive la peinture"

  • Cet ouvrage réunit la totalité des écrits publiés de Frantz Marc ainsi qu'un choix extensif de sa correspondance, inédite ou publiée en allemand, avec Wassily Kandinsky, August Macke, Paul Klee, Hugo Ball, Alfred Kubin, Herwarth Walden ou Reinhardt Pipper. Il propose également la première publication intégrale de la correspondance entre Frantz Marc et Robert Delaunay, ainsi qu'un dossier sur la fameuse polémique sucitée par Carl Vinnen, peintre qui fut à l'origine d'une violente réaction en Allemagne contre la peinture française. Le choix de ces lettres implique une lecture de l'art de cette période. Elles témoignent de la position ambiguë des artistes qui adoptent une posture "internationaliste", tout en recourant aux clichés du nationalisme. Elles révèlent combien mysticisme et rapports entre peinture et musique furent essentiels à l'élaboration de l'abstraction, tout en montrant diversité et opposition dans les approches des différents peintres. Ce volume, fruit d'un important travail d'archives, offre au public francophone des textes fondamentaux de l'art moderne demeurés jusqu'à ce jour inaccessibles.

  • Ces réflexions, publiées en 1719, connurent un succès immédiat. L'abbé Du Bos, dans la lignée de l'ut pictura poesis, étudie les rapports entre les arts. Il participe à un mouvement qui cherche à donner au peintre un autre statut que celui de l'artisan voué à l'exercice d'un métier manuel. Ces Réflexions sont le fondement d'une nouvelle esthétique de la perception, faisant du sentiment un critère de jugement et ouvrant ainsi la voie à la critique moderne.

  • Les écrits de Max Beckmann s'imposent au rang des plus importants écrits d'artistes du XXe siècle. Les journaux, correspondances, conférences, préfaces, réunis dans cet ouvrage, et pour la première fois traduits en français, couvrent la période 1903-1950. Ils donnent à la fois un remarquable témoignage sur les deux guerres mondiales et sur le mode-de-vie et le processus de création de Beckmann. Il convient comme le souligne Philippe Dagen dans sa préface, de lire "cet ouvrage autant comme un manuel de résistance pour le présent que comme un livre d'histoire du passé".

  • Dezeuze s'exprime avec saveur et perspicacité sur Cézanne, Malevitch, Munch, Goya, Parmentier, Clyfford Still, et d'autres. Mais on trouve également des réflexions sur des matières plus éloignées ; qu'on en juge : les Gnostiques, le Mexique, l'art du colophon dans la peinture chinoise... A ce choix déjà dense, on a ajouté ici l'ensemble des interviews et des poèmes donnés par l'artiste... Fondée sur une connaissance historique, linguistique, culturelle, politique, souffrant sans doute peu d'exemples parmi ses contemporains français, l'oeuvre de Daniel Dezeuze est paradoxalement - ou en conséquence - marquée par la transparence, le jeu, l'improbable, l'économie, la discrétion, la retenue. Elle hésite entre la litote et l'ellipse. Elle fait de l'allusion sa force. Elle y gagne en intonation, en tranchant, en radicalité. (Extrait de la préface d'Henty-Claude Cousseau).

empty