Éditions Gallmeister

  • Rien n'est plus comme avant : le monde tel qu'on le connaît semble avoir vacillé, plus d'électricité ni d'essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au coeur de la forêt. Quand la civilisation s'effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l'inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d'inépuisables richesses.

    Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle.

  • Révoltés de voir le somptueux désert de l'Ouest défiguré par les grandes firmes industrielles, quatre insoumis décident d'entrer en lutte contre la "Machine". Un vétéran du Vietnam accro à la bière et aux armes à feu, un chirurgien incendiaire entre deux âges, sa superbe maîtresse et un mormon nostalgique et polygame commencent à détruire ponts, routes et voies ferrées qui balafrent le désert. Armés de simples clefs à molette - et de quelques bâtons de dynamite - ils doivent affronter les représentants de l'ordre et de la morale lancés à leur poursuite. Commence alors une longue traque dans le désert.

    Dénonciation cinglante du monde industriel, hommage à la nature et hymne à la désobéissance civile, Le Gang de la clef à molette est un livre subversif à la verve tragi-comique sans égale.

  • Le monstre est en marche : le super-excavateur géant GOLIATH, le plus terrifiant engin jamais construit par l'homme, menace les déserts de l'Ouest. C'est compter sans les membres du Gang de la Clef à Molette, révoltés de voir la nature ainsi menacée et bien décidés à enrayer la course du titan. Entre cette bande de quatre insoumis et la "Machine" industrielle s'engage alors un combat désespéré. Les usines explosent, les bulldozers s'évanouissent dans la nature... Contre l'asservissement des esprits, tous les coups sont permis !

    Quinze ans après Le Gang de la clef à molette, Le Retour du Gang est l'ultime roman d'Edward Abbey. Ce livre tout à la fois outrancier et nostalgique est une dénonciation cinglante de l'ordre établi et un chant d'amour aux espaces sauvages

  • Peu de livres ont autant déchaîné les passions que celui que vous tenez entre les mains. Publié pour la première fois en 1968, Désert solitaire est en effet de ces rares livres dont on peut affirmer sans exagérer qu'il "changeait les vies" comme l'écrit Doug Peacock. À la fin des années 1950, Edward Abbey travaille deux saisons comme ranger dans le parc national des Arches, en plein coeur du désert de l'Utah. Lorsqu'il y retourne, une dizaine d'années plus tard, il constate avec effroi que le progrès est aussi passé par là. Cette aventure forme la base d'un récit envoûtant, véritable chant d'amour à la sauvagerie du monde, mais aussi formidable coup de colère du légendaire auteur du Gang de la clef à molette.

    Chef-d'oeuvre irrévérencieux et tumultueux, Désert solitaire est un classique du nature writing et sans conteste l'un des plus beaux textes jamais inspirés par le désert américain.

  • Caitlin, douze ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d'une banlieue de Seattle. Afin d'échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l'école, elle court à l'aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette amitié et lui révèle le terrible secret qui les lie toutes deux à cet homme.

    La prose cristalline de David Vann nous apprend comment le désir d'amour et l'audace de la jeunesse peuvent guérir les blessures du passé. Aquarium est un pur moment de grâce offert par l'un des plus grands écrivains américains actuels.

  • Les récits qui composent ce "Traité" parlent de pêche à la mouche, d'amitié et de tout ce qui fait une vie de pêcheur - du café de bivouac aux voitures en passant par les cannes à mouche et autres équipements. Ni traité philosophique, ni récit d'aventures, ni manuel de pêche, ce livre combine des éléments de ces trois veines, avec en prime une bonne dose d'humour et d'esprit. Sous la plume faussement légère de John Gierach se dissimulent de subtiles considérations sur la nature et un amour profond pour ce monde dans lequel il a choisi de s'exprimer.

    Ce Traité du zen et de l'art de la pêche à la mouche est un joyau de la trempe de Et au milieu coule une rivière, de Norman Maclean. Il fait tout simplement de John Gierach l'un des plus merveilleux auteurs de nature writing aujourd'hui en activité.

  • Automne 1978, nord de la Californie. C'est l'ouverture de la chasse sur les deux cent cinquante hectares du ranch de Goat Mountain où un garçon de onze ans, son père, son grand-père et un ami de la famille se retrouvent comme chaque année pour chasser. À leur arrivée, les quatre hommes aperçoivent au loin un braconnier qu'ils observent à travers la lunette de leur fusil. Le père invite son fils à tenir l'arme et à venir regarder. Et l'irréparable se produit. De cet instant figé découle l'éternité : les instincts primitifs se mesurent aux conséquences à vie, les croyances universelles se heurtent aux résonances des tragédies. Et le parcours initiatique du jeune garçon, abandonné à ses instincts sauvages, se poursuivra pendant plusieurs jours, entre chasse au gibier et chasse à l'homme.

    Soutenu par une prose poétique, précise et obsédante, Goat Mountain est le nouveau roman provocant et visionnaire d'un auteur au sommet de son art. Ce livre ambitieux contient en son essence l'humanité tout entière.

  • Au bord des plus belles rivières américaines, John Gierach nous invite à un voyage au coeur de la nature sauvage, et à la découverte des précieux secrets qui font d'une échappée en solitaire ou entre amis l'essence de la vie. En dix-huit essais ici réunis, le plus célèbre des écrivains-pêcheurs évoque les dangers d'être considéré comme un expert dans son domaine, les plaisirs de pêcher du poisson ordinaire, quelques stratégies permettant de se procurer des étaux pour monter des mouches, et le souvenir d'une compagne recroisée au hasard d'un voyage. Les truites, les éphémères, les copains de pêche, les anciens amours, la spectaculaire Green River et les criques secrètes de l'Ouest traversent ces récits débordants de profondeur et d'ironie.
    />
    À la manière d'Ernest Hemingway, de John D. Voelker et de Norman Maclean, John Gierach s'intéresse avec un sens inouï de l'humour et de la poésie à certains des plus grands mystères de la vie : le sexe, la mort et la pêche à la mouche.

  • Été 1985. Dans la vieille demeure familiale, en plein coeur de la Vallée Centrale de Californie, Galen vit seul avec sa mère. Tandis que celle-ci s'attache à faire revivre un passé idéalisé et l'étouffe d'un amour oppressant, le jeune homme tente de trouver refuge dans la méditation. Son existence et celle de sa mère sont rythmées par les visites inopportunes de sa tante et de sa cousine trop sexy, et par celles qu'ils rendent à sa riche grand-mère dont la mémoire défaille. Mais l'accumulation de rancoeurs entre les deux soeurs et l'obsession de Galen pour sa cousine ne tarderont pas à les mener au bord de l'explosion. Une fois que la noirceur de chacun se sera révélée au grand jour, rien ne pourra plus les préserver du pire.

    Après Désolations et Sukkwan Island, prix Médicis étranger 2010, David Vann nous entraîne dans la fournaise californienne. Il livre un roman haletant sur la folie et la lente descente aux enfers d'un jeune homme à l'esprit torturé. Le nouveau tour de force d'un romancier exceptionnel.

  • Au milieu des années 1950, Jack Burns reste un solitaire, un homme hors du temps. Il s'obstine à parcourir le Nouveau-Mexique à cheval, vit de petits boulots et dort à la belle étoile. Lorsqu'il apprend que son ami Paul vient d'être incarcéré pour avoir refusé de se soumettre à ses obligations militaires, Jack décide de se faire arrêter. Retrouver Paul en prison et s'évader ensemble, tel est son plan. Mais il n'imaginait pas que son évasion déclencherait une traque d'une telle ampleur. Nul ne peut impunément entraver la marche de l'ordre et du progrès.

    Seuls sont les indomptés est un chef-d'oeuvre d'Edward Abbey, auteur insoumis et emblématique de l'Ouest américain, qui dévoile avec cette échappée sauvage le prix à payer pour la liberté.

  • Pour des millions de lecteurs, le nom de Robert Traver reste attaché au phénoménal succès de son roman Autopsie d'un meurtre. Peu savent que ce pseudonyme est celui d'un célèbre magistrat qui passait le plus clair de son temps à pêcher la truite sur les lacs et rivières du Michigan. Avec Itinéraire d'un pêcheur à la mouche, l'auteur nous offre un recueil d'aventures drôles et extravagantes. Livre culte outre-Atlantique, ce formidable éloge de la nature et de l'amitié est aussi une réflexion profonde sur l'art contemplatif de la pêche à la mouche.

    Traduit en français pour la première fois, il s'inscrit, avec Et au milieu coule une rivière de Norman Maclean, dans la lignée des grands classiques américains sur la nature.

  • "Au-delà du mur de la ville irréelle, au-delà des enceintes de sécurité coiffées de fil de fer barbelé et de tessons de bouteille, au-delà des périphériques d'asphalte à huit voies, au-delà des berges bétonnées de nos rivières temporairement barrées et mutilées, au-delà de la peste des mensonges qui empoisonnent l'atmosphère, il est un autre monde qui vous attend. C'est l'antique et authentique monde des déserts, des montagnes, des forêts, des îles, des rivages et des plaines. Allez-y. Vivez-y. Marchez doucement et sans bruit jusqu'en son coeur." Ainsi parle Edward Abbey au début d'Un fou ordinaire.

    Tour à tour contestataire, contemplatif ou irrévérencieux, toujours profondément sincère, ce livre est la déclaration d'amour d'un des plus grands auteurs américains aux immensités sauvages de l'Ouest.

  • Qu'ils se retrouvent en train d'arpenter les terres fertiles du Sud, de conduire leur pick-up fenêtres ouvertes dans la chaleur suffocante du périphérique de Houston, d'actionner l'écorceuse pour transformer des grumes en feuilles de papier, les hommes de ce recueil découvrent tous, en un instant, la faille en eux. Être hanté depuis toujours par un enfant, un parent, une femme, un voisin, un copain disparus, interrompre enfin le mouvement continu et regarder une vie en face. La question soudain serait de savoir ce que devenir un homme signifie. Ici, certains ont été largués. Là, un enfant n'est jamais né. Une mère a été assassinée. Des maris ont découché. Des chiens sont morts. Bien des bières ont été descendues, et des rires échangés entre frères, amis, amants.

    Après Le Sillage de l'oubli, premier roman qui remporta un formidable succès critique et public, on retrouve dans Des hommes en devenir la plume évocatrice et puissante d'un maître de la littérature américaine.

  • Utah, printemps 1983. La montée des eaux du Grand Lac Salé atteint des niveaux records et les inondations menacent le Refuge des oiseaux migrateurs. Hérons, chouettes et aigrettes neigeuses, dont l'étude rythme l'existence de Terry Tempest Williams, en sont les premières victimes. Alors qu'elle est confrontée au déclin de ces espèces, Terry apprend que sa mère est atteinte d'un cancer, comme huit membres de sa famille avant elle - conséquence probable des essais nucléaires menés dans le Nevada au cours des années 1950. Bouleversée par la douleur de celle qu'elle accompagne dans la maladie, Terry se plonge dans une enquête sur les effets dévastateurs des retombées radioactives.

    Remarquable étude naturaliste et chronique familiale saisissante, Refuge entrelace le destin des oiseaux du Grand Lac Salé et celui des hommes frappés comme eux par les drames écologiques. Dans une langue tout à la fois sobre et poétique, Terry Tempest Williams refuse la tragédie et lance un formidable appel au renouveau.

  • Au coeur de l'Idaho et des montagnes Rocheuses, trois hommes se trouvent réunis pour réaliser une étrange construction au-dessus d'un canyon. Chacun est muré dans son propre isolement et tente de fuir son passé. Il y a d'abord Arthur Key, colosse taciturne qui a subitement quitté Los Angeles, puis le jeune et indolent Ronnie Panelli, petit voleur à la tire. Tous deux ont été embauchés à la hâte par Darwin Gallegos, lui-même en colère contre Dieu et les hommes après le décès accidentel de sa femme. Sur le site grandiose de ce chantier suspendu entre ciel et terre, une amitié profonde va se tisser entre les trois hommes qui se libèrent peu à peu de leurs obsessions, tandis qu'une ombre funeste plane sur le projet.

    À travers une prose lyrique et envoûtante, Ron Carlson impose avec Cinq ciels son incroyable talent à mettre en scène des destins brisés dans des décors éblouissants.

  • Ambassadeur à la retraite installé à San Francisco, Bruce Mason n'a plus grand chose en commun avec le garçon frêle et révolté parti quarante-cinq ans auparavant de Salt Lake City avec la ferme intention de tirer un trait définitif sur son histoire familiale mouvementée. Mais le voici de retour dans la ville de sa jeunesse pour organiser l'enterrement de sa tante. Au fil de ses déambulations dans les rues familières, ses souvenirs l'entraînent dans un voyage sinueux au coeur de son passé qui l'oblige à renouer avec celui qu'il a été.



    Après La Montagne en sucre, vaste fresque d'inspiration autobiographique, Wallace Stegner redonne vie à son alter ego de papier, Bruce Mason, dans un roman profond et poétique jusqu'à présent inédit en français.

  • Dans ce nouveau recueil de chroniques halieutiques, John Gierach combine avec humour et esprit les ingrédients d'un manuel de pêche et d'un récit d'aventures pour nous offrir des réflexions profondes et ironiques non seulement sur la pêche à la mouche, mais aussi sur la beauté des rivières et sur nos propres travers. Il nous montre que la pêche à la mouche est bien plus qu'un simple sport. C'est un mode de vie dans lequel la patience est - parfois - récompensée, les rythmes du monde naturel appréciés à leur juste valeur, et où la quête de la canne ou de la rivière idéale est sans fin.

    John Gierach s'inscrit dans la lignée des Aventures de Nick Adams d'Ernest Hemingway et des récits de John D. Voelker et Norman Maclean. Avec ce délectable Même les truites ont du vague à l'âme, il confirme qu'il est l'un des auteurs les plus perspicaces, drôles et talentueux de l'Ouest américain.

  • Dès l'enfance, ici, on semble rompu à la survie. Dans cette famille de pionniers en Alaska, on ne pleurniche pas, trois générations s'entrecroisent pour le prouver. Pêcheuses, pêcheurs, trappeurs, trappeuses, chasseurs ou chassées, la force des liens se mesure au courage, à la capacité de tenir la bouteille, d'encaisser les coups et au don pour raconter des histoires. Tous ont appris très tôt que les bananes portent la poisse sur les bateaux, c'est l'oncle qui le dit. On sait que les hameçons vont se ficher partout quand on les lance, un mannequin à l'hôpital peut en témoigner. Même les poissons dans ces récits semblent parler tant ils sont en vie, tant ils se battent, eux aussi, contre les éléments.

    Dans chaque histoire de ce premier ouvrage magistral, Melinda Moustakis donne à voir des paysages d'une rudesse que seule la beauté de l'Alaska peut atténuer, des personnages que seuls le rire, la famille et les histoires peuvent apaiser.

  • La petite ville d'Oakpine, au coeur des magnifiques paysages du Wyoming, offre une vie paisible à ses habitants. Et c'est à cela qu'aspire Jimmy, 50 ans, atteint du sida. Devenu un écrivain renommé à New York, il souhaite désormais retrouver sa ville natale pour y passer les derniers mois de sa vie, et renouer avec ses parents. Il découvre que le destin vient de réunir à Oakpine ses trois meilleurs amis d'enfance : Craig, Frank et Mason. Chacun a fait son chemin, construit une vie, mais tous se trouvent aujourd'hui à un tournant de leur existence. Petit à petit, au gré de ces retrouvailles, les quatre hommes vont se rendre compte que leur amitié est la meilleure arme pour effacer les fantômes du passé et affronter les obstacles du présent.

    Avec pour décor des images lumineuses et émouvantes de l'Ouest américain, Ron Carlson dépeint toute l'humanité de ses personnages et offre un portrait bouleversant de l'amitié, dans un nouveau roman qui confirme son infini talent à sonder les âmes.

  • En 1973, Rob Schultheis retire ses maigres économies de la banque et prend la route de l'Ouest au volant de son minibus Volkswagen. Il débarque à Telluride, dans le Colorado. À l'époque, Telluride n'est qu'une petite ville minière coupée du monde, où vivent quelques familles isolées et où rodent encore loups et grizzlys, le genre d'endroit où l'on vous passe à tabac si vos cheveux sont trop longs. Trente ans plus tard, elle est devenue une destination de villégiature pour les riches skieurs du monde entier. Le rêve américain s'exprime ici dans toute sa folie, du médecin local qui chasse les ovnis à bord de son Cessna à la magie sinistre des fantômes qui peuplent le désert indien.

    /> Avec un style tout aussi indomptable que son sujet, L'Or des fous entraîne le lecteur à travers un voyage inoubliable et lui fait entrevoir le visage changeant et méconnu de l'Ouest américain.

  • Les chroniques de ce recueil nous font sentir l'odeur du café de bivouac, entrevoir l'eau pure des grandes rivières à truites, partager les longues sorties de pêches entre amis. Tout à la fois manuel de pêche, récit d'aventures, traité philosophique, elles s'entremêlent dans une cartographie intime qui nous en dit autant sur les humains et leur travers risibles que sur la pêche à la mouche. John Gierach s'inscrit ainsi dans la grande tradition des écrivains-pêcheurs qui, d'Ernest Hemingway à Jim Harrison ou John D. Voelker, ont composé certaines des plus belles pages de la littérature américaine.

    Truites & Cie nous présente une collection de fables délectables, autant de petits chefs-d'oeuvre qui font dire à Carl Hiaasen que lire les textes de John Gierach sur la pêche à la mouche est la chose la plus plaisante au monde... après la pêche à la mouche".

  • Nul endroit aux États-Unis n'a autant résisté à l'avancée de la civilisation que la partie des montagnes Rocheuses qui s'étend du plateau du Colorado au Nord du Mexique. Baroudeur mélancolique, Rob Schultheis nous entraîne dans cette terra incognita entrecoupée de canyons et de terres indiennes sacrées, et nous convie à un voyage initiatique dans des régions magiques aux caprices tumultueux. Véritable conteur né, il parcourt les paysages rares et mystérieux de l'Ouest avec le regard d'un poète à l'humour féroce.

    Sortilèges de l'Ouest est l'un des plus beaux textes sur les grands espaces américains, un récit mémorable qui nous fait découvrir ces territoires familiers aux lecteurs d'Edward Abbey et où ne passe aucun touriste. Ce classique inédit en français est une ultime célébration de la "Frontière" américaine et de sa démesure.

  • Un matin de 1863, la mère de Robey Childs s'éveille bouleversée par un songe. Un grand danger planerait sur son mari, soldat de la guerre de Sécession. Elle envoie alors Robey, son unique enfant, âgé de quatorze ans, sur les traces de son père avec pour seule arme une veste réversible aux couleurs des uniformes de chacune des deux armées. Commence alors pour Robey un voyage qui bouleversera sa vie. Monté sur un cheval noir hors du commun, cadeau providentiel d'un de ses voisins, il traversera un pays en ruines, découvrant sur sa route la véritable nature des hommes.

    Le Voyage de Robey Childs est le récit d'une quête initiatique, subtile fable aux accents d'épopée qui traverse l'histoire d'un pays déchiré par une guerre fratricide.

  • Le Printemps d'un pêcheur raconte bien plus que de simples parties de pêche. L'auteur nous parle de la nature secrète de la superbe Colombie-Britannique et à travers elle de l'environnement en général, de la place du pêcheur dans ce monde sauvage et des rythmes millénaires qui le gouvernent. Dans l'univers de Haig-Brown, aller à la pêche signifie aller à la rencontre de la Nature : c'est un engagement total de l'esprit et des sens. Et quand on découvre la qualité, la portée, la profondeur et la grâce qui se dégagent du Printemps d'un pêcheur, il est impossible de ne pas reconnaître l'infini talent de son auteur.

    Encensé par les plus grands auteurs de nature writing américains, Roderick Haig-Brown est sans conteste un écrivain-pêcheur hors normes. Avec ce Printemps d'un pêcheur, il nous permet de nous évader quelques heures en sa compagnie au bord des plus belles rivières d'Amérique du Nord.

empty