Editions Edilivre

  • Dans l'État fictif d'Afrique orientale, le Kenzaburwa, le jeune fugueur Wilhelm Tamari, en conflit avec ses parents aisés parce qu'il a fait un enfant à une jeune fille de classe sociale défavorisée, ainsi que dix-neuf autres jeunes chômeurs sont attirés par des djihadistes qui leur promettent une formation professionnelle avec des emplois lucratifs à l'appui.
    En réalité, ces jeunes gens, dupés, seront soumis dans un camp d'entraînement caché, non seulement à une formation militaire «inhumainement sévère» mais aussi à un lavage de cerveau idéologique qui doit faire d'eux des disciples obséquieux et pieux.
    Pour les chefs de la milice djihadiste, il est question, dans un premier temps, de « terrasser par les armes », avec l'aide des jeunes recrutés, le régime haï du Kenzaburwa, parce qu'inféodé à l'Occident, et instaurer par la suite un État théocratique...
    Si les djihadistes ont atteint leur premier objectif, par contre, tous les espoirs des jeunes gens qui ne partagent ni leur idéologie ni leur extrémisme, se sont effondrés. Le terrorisme et le fanatisme ont détruit leur vie et repoussé la paix dans leur pays parce que les forces armées régulières et les démocrates du Kenzaburwa ont appelé à une riposte appropriée...

empty