Maurice Level

  • La malle sanglante

    Maurice Level




    La Malle sanglante

    s'inspire d'un fait-divers célèbre de la fin du XIXe siècle : l'affaire Gouffé, affaire criminelle française, mettant en scène la disparition d'un fonctionnaire, suivie quelques temps plus tard de la découverte de restes humains.


    Ce roman est suivi d'une nouvelle parue en 1906 et intitulée Laquelle ?


    Maurice Level (1875-1926), cousin de Marcel Schwob, est un auteur de pièces de théâtre du Grand Guignol ainsi que d'histoires courtes. Son oeuvre, traduite en anglais dès 1903, retient l'attention de Howard Philips Lovecraft, qui le considère comme l'un des plus grands auteurs de son temps, digne descendant d'Edgar Allan Poe. Il inspire par ailleurs le japonais Edogawa Ranpo qui a été l'un de ses plus fervents admirateurs.

  • L'épouvante

    Maurice Level

    Un jeune journaliste parisien découvre, par hasard, trois assassins après leur forfait et, par déduction, le lieu du crime. A la vue de la victime et de son environnement, il décide de falsifier les preuves laissées par les meurtriers et d'en créer de nouvelles qui lui permettraient de réaliser un scoop... Mal lui en prend, car il va vivre... l'Épouvante!

  • L'épouvante

    Maurice Level

    Un jeune journaliste parisien découvre, par hasard, trois assassins après leur forfait et, par déduction, le lieu du crime. A la vue de la victime et de son environnement, il décide de falsifier les preuves laissées par les meurtriers et d'en créer de nouvelles qui lui permettraient de réaliser un scoop... Mal lui en prend, car il va vivre... l'Épouvante!

  • Un jeune journaliste parisien découvre, par hasard, trois assassins après leur forfait et, par déduction, le lieu du crime. A la vue de la victime et de son environnement, il décide de falsifier les preuves laissées par les meurtriers et d'en créer de nouvelles qui lui permettraient de réaliser un scoop... Mal lui en prend, car il va vivre... l'Épouvante!

  • L'Épouvante

    Maurice Level

    - Alors, c'est bien entendu, fit M. Ledoux sur le pas de sa porte. Dès que vous aurez une soirée libre, un mot, et vous venez dîner à la maison ? - Entendu, et encore merci pour l'excellente soirée... - Vous voulez rire. C'est moi, tout au contraire... Levez bien votre col, il ne fait pas chaud. - Vous connaissez le chemin ? Le boulevard Lannes tout droit jusqu'à l'avenue Henri-Martin. En marchant vite, vous trouverez peut-être le dernier tramway.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • L'Épouvante

    Maurice Level

    « - Alors, c'est bien entendu, fit M. Ledoux sur le pas de sa porte. Dès que vous aurez une soirée libre, un mot, et vous venez dîner à la maison ? - Entendu, et encore merci pour l'excellente soirée... - Vous voulez rire. C'est moi, tout au contraire... Levez bien votre col, il ne fait pas chaud. - Vous connaissez le chemin ? Le boulevard Lannes tout droit jusqu'à l'avenue Henri-Martin. En marchant vite, vous trouverez peut-être le dernier tramway. » Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « La troisième nuit vit disparaître les dernières communications électriques : les piles donnaient des courants dérisoires. L'induction dynamique semblait abolie, aucun appareil ne produisait plus d'ondes hertziennes. Au matin, les hommes se trouvèrent privés de ce système nerveux qui les unissait " innombrablement " à travers la planète. Le soir, ils s'avérèrent inférieurs aux peuples des vieux âges : la vapeur les abandonnait à son tour. Les alcools, les pétroles et plus encore le bois ou le charbon étaient devenus inertes. Pour produire un peu de feu, il fallait recourir à des produits rares, qui, on en avait la certitude, ne tarderaient pas à sombrer dans la mort chimique... »

  • « Les portes de l'enfer » est un recueil de nouvelles, courtes, incisives, noires et souvent désespérées, mais elles raviront les amateurs du genres.

  • Un jeune journaliste parisien découvre, par hasard, trois assassins après leur forfait et, par déduction, le lieu du crime. A la vue de la victime et de son environnement, il décide de falsifier les preuves laissées par les meurtriers et d'en créer de nouvelles qui lui permettraient de réaliser un scoop... Mal lui en prend, car il va vivre... l'Épouvante!

empty