Langue française

  • Tout le monde est intéressé par l'expérience de la jouissance, la sienne et celle des autres, à preuve toutes les oeuvres artistiques, érotiques, scientifiques écrites, interrogées et consultées. Ces productions, excitantes ou spécialisées, abordent en général la jouissance sous un angle déterminé. Ce livre essaie de restituer à cette expérience les dimensions complexes et contradictoires qui en font une question obsédante, différemment posée, interprétée et traitée, selon qu'on est de ce sexe ou de l'autre.

  • A lire ou à écouter les journaux d'information, l'actualité politique, sociale, économique est sans cesse confrontée à des paradoxes qui se lèveraient comme des obstacles renouvelés et infranchissables devant toute tentative d'améliorer la vie. Contradiction d'ordre logique, le paradoxe avait été analysé par les psychologues de l'Ecole de Palo Alto comme cause de troubles psychiques chez les enfants qui y étaient exposés de la part des parents sous forme d'injonctions impossibles à satisfaire. Ces modes de communication, comme les impasses auxquels conduisent des choix apparemment incompatibles, sont relevés comme rédhibitoires dans toutes les formes de la vie sociale. Pourtant, une analyse élargie montre que le paradoxe est universellement présent et actif, que la pensée ne saurait s'en abstraire dans son mode de fonctionnement, qu'il est étroitement lié à la vie et peut même être considéré comme la source de l'énergie à l'origine de toutes choses. On peut même affirmer qu'il est la condition de l'évolution. Illustrée par des exemples pluridisciplinaires, cette lecture interroge alors le paradoxe dans les sciences humaines et sociales, particulièrement comme pratique psychosociologique, pour montrer comment il est facteur de changement, moteur d'une histoire toujours à réinventer. On retrouve là le mythe de Sisyphe repris par Camus, ce défi à toujours reprendre l'effort de triompher de la réalité qui fait sans cesse obstacle.

  • Partant de l'affirmation d'Aristote selon laquelle l'homme est un animal politique et qui parle, l'auteur développe ce qu'il en est du lien paradoxal qui lui fait nécessairement rechercher la coopération de ses semblables, organiser des solidarités, tout en réagissant agressivement à toute dissemblance réelle ou imaginaire. De cette lutte incessante entre les pulsions, entre celles-ci et l'impératif spécifique à l'espèce d'élaborer ses modes de vivre ensemble, entre violence et symbolique, naît le politique. Celui-ci peut se définir comme l'émergence de la Loi, non comme évocation du père mais comme émanation du groupe, garantissant la reconnaissance de ses membres et l'interdiction de dévoration entre eux. L'auteur, dans une perspective de psychologie politique, analyse comment les désorganisations du lien et l'affaiblissement du politique, liés aux excès de la modernité, suscitent désarroi et blessures identitaires qui libèrent des pulsions destructrices comme le terrorisme, les violences urbaines ou les conduites suicidaires. Psychosociologue Jacqueline Barus-Michel, est professeur émérite de l'université Paris 7 (Psychologie sociale clinique).

  • Parmi les différentes analyses de crise dans des groupes, organisations et institutions, la psychologie sociale clinique a sa spécificité car, tout en choisissant le champ social, elle réserve une place centrale au sujet. Dans cette perspective, les données de l'inconscient sont incontournables comme l'est le recours à une interdisciplinarité qui embrasse la complexité des phénomènes. Cet ouvrage met en scène différentes figures de crise qui renvoient aux mécanismes intra et interpsychiques dans des contextes sociaux. Crises institutionnelles, crises individuelles s'éclairent réciproquement. Les interférences entre le psychologique et le social sont mises en lumière, dans chacune des situations étudiées. Un nouveau chapitre est consacré à la généralisation des crises spécifique dans les sociétés modernes. La dernière partie est une réflexion sur la psychologie sociale clinique ses positions épistémologiques, ses problématiques, ses références et méthodologies. Appuyé sur des études de cas, ce livre esquisse ainsi une théorie des crises qui permet d'envisager des modalités d'intervention aidant à se ressaisir des processus et se démarquant de pratiques par trop instrumentales oublieuses de ce qui fait sens pour des sujets.

  • Un ouvrage de référence sur la psychosociologie : repères conceptuels et méthodo-logiques, auteurs précurseurs et fondateurs de la discipline. Enrichie de dix notices inédites, cette nouvelle édition rend compte de l'actualité de cette discipline.

    Les articles ont été rédigés par les chefs de file de la psychosociologie qui ont contribué à diffuser l'influence de la discipline dans de nombreux domaines (sciences de l'éducation, formation, pédagogie, enquête sociale et économique - travaux sur l'opinion publique, études de marché ou de motivation -, compréhension, analyse et traitement des situations sociales, en psychothérapie ou dans le travail social en général) et ont renouvelé les perspectives concernant les groupes et les relations de groupe, les structures d'organisation, les processus de changement, le traitement des conflits sociaux et leurs incidences sur les personnes.

    Le présent ouvrage dirigé par Jacqueline Barus-Michel, Eugène Enriquez et André Lévy, psychosociologues, enseignants et chercheurs, a été conçu et réalisé dans le cadre du CIRFIP (Centre international de recherche, formation et intervention psychosociologiques). Avec notamment, Gérard Mendel, Jean-Claude Filloux, Jacques Ardoino, Jean Dubost, Max Pagès, Florence Giust-Desprairies, Guy et Jacqueline Palmade, Vincent de Gaulejac, André Sirota, Dominique Lhuilier, Guy Jobert, Gilles Amado, Georges Lapassade, Ophélia Avron, Jacques Cosnier, Rémi Hess, Anne Ancelin-Schutzenberger, André de Peretti.

empty