Éditions EMS

  • Surtout connu pour ses travaux sur la culture nationale, G. Hofstede a été avant tout un chercheur en gestion, ou en management, en quête structurelle des incidences et d´une meilleure compréhension des aspects humains et culturels du contrôle dans les organisations. Européen, G. Hofstede l´est à de multiples égards : par l´intérêt qu´il porte aux faits sociaux, aux considérations de pouvoir et d´identité (Hofstede et Kassem, 1977), par les traditions de recherche qui l´ont nourri, par son origine dans un « petit pays », placé aux confins d´influences culturelles multiples (à la fois francophones, allemandes, et dans une moindre mesure britanniques). Issu de la recherche « comptable » au sens large (accounting), G. Hofstede s´est tout particulièrement intéressé aux questions de contrôle dans les organisations.

    Dans ces quelques pages, nous nous efforçons de tracer à nouveau, dans ses grandes lignes, la démarche et le cheminement intellectuel de cet auteur. Nous tentons ensuite une synthèse des apports conceptuels et théoriques « directs » du travail de G. Hofstede aux théories du contrôle dans les organisations, et en particulier du contrôle de gestion. La troisième partie s´interroge sur les implications, pour la recherche en contrôle, des études sur les cultures nationales menées par l´auteur : comment la contribution principale de G. Hofstede à la recherche en management a plus particulièrement suscité de nouveaux travaux et un débat en comptabilité-contrôle de gestion. Enfin, la quatrième et dernière partie permettra de souligner, plutôt que les limites d´une oeuvre qui a marqué notre domaine, les hésitations méthodologiques et conceptuelles de G. Hofstede. Chercheur avant tout, Hofstede se voit parfois reprocher ce qui pourtant est la caractéristique première d´une entreprise de recherche : le refus de privilégier une direction définitive en la considérant comme la seule voie « vraie », fût-elle mainstream ou radicale.

empty