Anne-Marie Sicotte

  • 1845. Montréal s'étend au rythme des arrivées d'immigrants et des nombreuses naissances.
    Léonie, sage-femme, accompagnée de sa fille Flavie, met ses talents et son savoir au service de toutes les mères, riches ou pauvres, mariées ou non. Esprit moderne, elle aspire à changer les mentalités : faire évoluer le statut des femmes, permettre à chacune d'entreprendre les études qu'elle souhaite.
    Un nouveau monde se lève. Mais pour que les accoucheuses y obtiennent la reconnaissance qu'elles méritent, il leur faudra lutter avec fierté contre le poids de l'Église conservatrice et l'emprise corporatiste des médecins.

  • 1853. Flavie débute une nouvelle vie. Elle a tout abandonné pour rejoindre une étonnante société utopiste dans l'État de New York. Ici, souffle un vent de liberté révolutionnaire. Mais certains dogmes restent profondément ancrés dans l'esprit des hommes...
    Léonie ne le sait que trop bien, elle qui doit inlassablement poursuivre sa lutte contre les mentalités réactionnaires. Face à tant d'écueils, le savoir oral des sages-femmes pourrait bien se perdre, submergé par la bien-pensance de l'opinion publique...
    De déroutes en succès, aujourd'hui encore, les combats de Léonie et Flavie se perpétuent, portés par des milliers de femmes.

  • Flavie a réalisé son rêve : elle est devenue sage-femme. Elle se prépare désormais à relever un nouveau défi, celui du bonheur conjugal.
    Mais d'autres obstacles vont réclamer sa force et son courage. Sa mère, Léonie, dirige l'École des sages-femmes de Montréal dans la tourmente d'un xixe siècle où puritanisme et sexisme s'exacerbent. Aveugle face aux tensions sociales naissantes, la bonne société se scandalise et s'insurge, prête à sacrifier les temps modernes naissants sur l'autel des dévotions.

  • La vie d'une jeune fille perturbée par le divorce de ses parents et les tracas de l'adolescence.
    Été 1976, dans la province de Québec. Véronique, presque 16 ans, quitte difficilement le temps de l'innocence et s'adapte avec peine au divorce de ses parents. Son père se consacre à sa nouvelle famille, tandis que sa mère profite d'une liberté chèrement acquise : partir en chasse et collectionner les amants, c'est dans l'air du temps ! Oscillant entre douleur, solitude et fragilité, Véronique s'invente des histoires pour oublier les silences de sa mère et l'apparente indifférence de son père. Introvertie et sauvage, elle se voudrait invisible...
    Afin d'émerger de son cocon et retrouver le plaisir d'être, la jeune fille devra apprivoiser son passé et s'astreindre à une salutaire exploration des amours fragiles.
    Édition revue par l'auteur

  • Découvrez l'intégrale des Accoucheuses en un seul ebook !Tome 1 : La Fierté Faubourg Sainte-Anne, Montréal, 1845. En pleine nuit, une sage-femme et sa fille vont accompagner une femme dans sa délivrance. À seize ans, Flavie entreprend ainsi l'apprentissage du métier d'accoucheuse auprès de Léonie, sa mère, qui caresse d'audacieux projets : la fondation d'un refuge pour femmes enceintes démunies et celle d'une école de sages-femmes. À l'instar de Simon, le père de Flavie, la société de l'époque, placée sous le règne tyrannique de la pudeur, est rebutée par ces nouveautés. Les membres du clergé se méfient comme de la peste de l'esprit d'entreprise de Léonie et de ses collègues. De leur côté, les médecins engagent une lutte de pouvoir afin de ravir leur clientèle aux sages-femmes. Séparés par un large fossé, les univers masculin et féminin ne se rejoindront qu'au moyen de trop fragiles passerelles, celles du respect et de l'amour.
    Tome 2 : La Révolte Dans ce deuxième tome, la lutte est de plus en plus âpre entre accoucheuses et hommes de l'art, entre dames patronnesses et hommes de robe. Maintenant mariée à un médecin, Flavie entreprend une quête qui se révèlera fort ardue, celle de son bonheur tant conjugal que professionnel. Contre vents et marées, Léonie conduit les destinées de la Société compatissante et de l'École de sages-femmes de Montréal. Au milieu du XIXe siècle, dans un contexte où le règne tyrannique de la pudeur se consolide, les mentalités refusent une telle hardiesse au " sexe faible ". La belle société, l'évêque du diocèse à sa tête, se scandalise de ces comportements insolents ! Flavie et Léonie refusent de sacrifier leur joie de vivre sur l'autel des dévotions. Dans un monde marqué par des tensions sociales très vives, leur destin s'inscrit dans la trame des bouleversements du début des temps modernes.
    Tome 3 : La Déroute Pendant que Léonie désespère de réussir à assurer la pérennité d'un savoir ancien trop souvent tourné en ridicule, sa fille Flavie est prête à tout pour s'affranchir des conventions qui constituent une entrave aux ambitions des femmes et à leur liberté d'action. Des opposants déterminés espèrent leur défaite. Le groupe des hommes de l'art cherche avant tout à favoriser l'essor d'une science obstétricale naissante. Les fières accoucheuses auront donc à affronter un ennemi aussi puissant qu'insaisissable, une opinion publique qui s'accroche à un idéal de vertu et de bienséance, une morale victorienne triomphante.

  • Elle a été première ministre de la solidarité féminine, et la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste, qu'elle a fondée, fut le siège de son gouvernement. Pendant un demi-siècle, Marie Gérin-Lajoie a déployé une infatigable ardeur à combattre les préjugés véhiculés au sujet des femmes, considérées alors par beaucoup comme des êtres influençables aux nerfs fragiles et aux facultés intellectuelles limitées. Cette biographie met en relief la destinée exceptionnelle de cette pionnière de la lutte pour le droit de vote et le droit à l'éducation pour les femmes du Canada français.

empty