Compagnie des Artistes

  • Dans une petite ville de garnison à la fin du XIXè siècle, l'éxistence presque sans horizon de trois jeunes femmes, arrivées là dans les bagages de leur père commandant de brigade, et qui rêvent de retourner dans la ville de leur enfance, Moscou, un rêve marqué du sceau de l'illusion qui maintient en vie. Tandis que l'élan vers l'avenir des personnages masculins s'enlise dans la conversation de salon, l'univers des soeurs suinte l'impuissance et la frustration, la sensation désespérante qu'elles appartiennent à un monde qui meurt et qu'elles ne pourront pas changer: elles n'auront pas la force par exemple d'empêcher leur belle-soeur d'instaurer le nouvel ordre petit-bourgeois dans la maison des vieux idéaux humanistes, car elles ne savent pas à quels nouveaux idéaux se vouer. Pour Stéphane Braunschweig, Tchekhov a écrit une pièce sur la jeunesse : une jeunesse qui se perçoit sans avenir et échouée dans un monde trop vieux.

    Indisponible
  • Avant sa première représentation du spectacle de Henry VI de Shakespeare au Festival d'Avignon 2014, le jeune metteur en scène, Thomas Jolly, 34 ans, était quasiment inconnu du monde du théâtre. Cette mise en scène fulgurante de Henry VI, une véritable " onde de choc ", tant pour le public que pour les professionnels. Aujourd'hui, Thomas Jolly est demandé pour mettre en scène des spectacles dans les plus grandes salles qu'elles soient d'opéra ou de théâtre en France ou à l'étranger. Suite donc à Henry VI le jeune prodige nous invite à poursuivre la saga shakespearienne avec l'intégrale de Richard III, ici remarquablement filmé à l'Odéon théâtre de l'Europe.

  • Avec sa présence incontournable et sa générosité si singulière, Michel Fau aime, avec humour, jouer les divas dans le plus improbable des récitals. Au coeur de son dispositif transformiste, le voici s'emparant de l'opéra de Camille Saint-Saëns Samson et Dalila, pour revisiter par la voix et la danse quelques-uns des moments forts de l'oeuvre. Une thématique lyrique joyeusement perturbée par quelques extraits de Phèdre de Jean Racine, le climax baroque de Castor et Pollux de Jean-Philippe Rameau, ou la tendre madeleine proustienne du Summertime de Porgy and Bess de George Gershwin.

  • A l'origine de ce texte, la demande du Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique d'un texte sur l'art théâtral et celle de l'Académie expérimentale des théâtres d'une rencontre autour du thème "Le Théâtre des limites". Olivier Py a décidé d'y répondre par un acte de théâtre. Avec cette épître adressée aux jeunes acteurs et au public tout entier, Olivier Pÿ ouvre des chemins à l'entendement du théâtre.

  • A l'automne 2009, alors qu'il se sait malade, Georges Wilson se met lui-même en scène dans la peau d'un vieil acteur dans une pièce que l'auteur autrichien Thomas Bernhard a consacrée à un autre comédien de légende, Minetti. Georges Wilson y met en abyme sa propre rage de roi déchu, de lion blessé. Telle aura été sa manière de boucler la boucle, à l'approche du terme d'une vie tout entière consacrée au théâtre.

  • Cette tragédie de 1669 raconte l'histoire du monstre "naissant" : Néron, vertueux souverain, va devenir par le biais des passions politiques et amoureuses, exécrable, cruel, tyrannique et infiniment désirant.

  • Ces saynètes subtiles et burlesques, qui laissent éclater la magie du langage à chaque réplique, dénotent une vision décalée du monde, où le rire règne en maître. Credo artistique, le comique est aussi une métaphysique : manifestant avec acuité la violence et l'agressivité du réel, il exprime au plus haut degré le tragique de la condition humaine.

  • Louis, 34 ans, rend visite à sa famille pour la première fois depuis des années. Il retrouve sa soeur Suzanne, 23 ans, son frère Antoine, 32 ans, sa mère, 61 ans, et sa belle-soeur Catherine, 32 ans. Le père est mort peu avant le départ de Louis. Ce dernier veut annoncer à ses proches sa mort prochaine et inexorable. Mais son arrivée fait resurgir souvenirs et tensions familiales. Il repart sans avoir divulgué son secret.

  • Mais elles s'enflamment ici avec une violence meurtrière, scandaleuse. Plus ambigu que jamais, Ibsen renvoie dos à dos les adversaires et fait trembler le réalisme de sa pièce. Pour Stéphane Braunschweig, la pièce dévoile la précarité des bases sur lesquelles se construisent nos existences normales et la fragilité des édifices, de vie, de rêve ou de pensée, par lesquels elles se protègent.

  • Il n'est pas de théâtre sans ses interprètes ! Qu'est-ce qui les fait vibrer ? Quelle énergie les anime ? A quoi pensent-ils avant de monter sur scène ? Autant de questions auxquelles Théâtralement Vôtre tente de trouver des réponses. En 13 minutes d'une interview placée sous le signe de la confidence. Dans un échange intimiste avec Dominique Guillo, chaque invité nous confie sa vision du théâtre, les rapports qu'il entretient avec lui, ses auteurs et leurs textes. Des rencontres pour aller au-delà de la scène et percer les secrets de ceux qui font la vie théâtrale.

  • Comment vivre ensemble quand on est différents ? La démocratie est-elle le pire des régimes à l'exception de tous les autres ? N'avons-nous le choix qu'entre la démagogie des tribuns et la tyrannie des "hommes forts"? Faut-il préférer la sécurité à la liberté et l'ordre autoritaire à la révolution sociale ? Autant de problèmes brillamment abordés par Shakespeare dans sa dernière tragédie, Coriolan (1607). Située dans la Rome républicaine balbutiante, écrite dans l'Angleterre moderne naissante, cette pièce politique expose des enjeux d'une brûlante actualité pour nos républiques et démocraties en souffrance.

  • Les Précieuses ridicules - Sganarelle ou le Cocu imaginaire - L'Ecole des maris. Avec ces trois comédies moliéresques, jouées en alternance, Christian Schiaretti a choisi de mettre en scène un théâtre encore teinté de la jubilation du théâtre de foire et de tréteau. A ses jeunes acteurs, il donne l'occasion de s'affronter aux exigence du code farcesque. Il donne aussi aux spectateurs le plaisir de renouer avec un genre théâtral qui, d'Aristophane à Plaute, a traversé le Moyen Âge et la Renaissance et dont on trouve la trace édulcorée dans bien des prime-time télévisuels.

  • L'exilé peut-il se réenraciner ? Ici deux mondes se font face, se mêlent : l'Egypte et les Etats-Unis d'Amérique, dans un difficile dialogue amoureux porté par plusieurs couples d'hommes et de femmes.

  • Argentine, 2001. Mama a 82 ans, son fils Jaime, 55. Un jour, la crise économique s'invite dans leur quotidien. Tout s'effondre pour Jaime... sinon la tendresse irremplaçable de sa mère, son espiègle sagesse, son goût têtu de la liberté qu'il redécouvre au cours de six conversations drôles et émouvantes.

  • Pour sa première approche de Shakespeare, Olivier Py a choisi une pièce aussi mythique que rarement montée : Roméo et Juliette, qui à ses yeux est bien plus qu'une histoire de passion malheureuse et doit être soustraite à la mièvrerie d'un certain romantisme. Les amants de Vérone s'aiment parce que cela est interdit, impensable, contraire à l'ordre familial et social, ils s'aiment au nom de l'impossible, lancés dans une fulgurante course à l'abîme qui se moque des obstacles, des conventions, de la vie. Signant lui-même le texte français de cet hymne à la vérité absolue de l'amour comme force dévorante et sauvage qui arrache les êtres au monde, Py a construit sa distribution comme un écrin où faire briller le coup de foudre, confiant son Roméo à Matthieu Dessertine et sa Juliette à la toute jeune Camille Cobbi, qu'il vient de découvrir au Conservatoire.

  • Ce coffret contient 2 pièces de théâtre :
    - mademoiselle Julie :
    Une nuit de la Saint-Jean, en l'absence du comte, sa fille, la jeune comtesse Julie se donne à son valet de chambre, Jean. Celui-ci la convainc de voler son père et de s'enfuir pour réaliser ses rêves d'émancipation. De transgressions en affrontements, une lutte fatale et cruelle s'engage alors entre eux.
    - Créanciers :
    Adolphe est le second mari de Telka. Il l'a aidé à devenir écrivain et en a fait le modèle à la mode de ses tableaux. Il lui a tout donné et sent sa propre carrière sur le déclin. C'est alors que le premier mari de Telka, Gustave, refait surface et s'immisce entre eux. Distillant le doute et la jalousie chez Alphonse, il sonne l'heure des comptes pour Telka et accompli sa vengeance.

  • Une famille de personnages à moitié créés, laissés en plan par leur auteur, fait irruption dans un théâtre en réclamant à cor et à cri d'exister. Pirandello les confronte à une troupe de 1920, contemporaine de son écriture.

  • Nous sommes au Congo belge en 1958 lorsque la pièce débute. C'est une période d'effervescence qui va mener le pays à l'indépendance. Une fois celle-ci acquise, se font jour les oppositions et les diverses pressions pour l'acquisition d'une parcelle du pouvoir. Patrice Lumumban nommé Premier Ministre, dénonce ces malversations.

  • "Calme" est un mélange de tout ce qui peut arriver dans une famille, avec ses moments précis, ses explosions et toujours cette questions sous-jacente : comment s'en libérer ? Atteindre à la tranquilité et au calme. Rire de nos enfermements en les dévoilant semble être le programme de Lars Norén dans cette pièce autobiographique.

  • Ravel

    Philippe Miquel

    "Ravel" retrace les dix dernières années de la vie du compositeur français (1875-1937). Avec une grande liberté, Jean Echenoz explore et improvise le quotidien d'un homme au parcours glorieux et tragique... entre dandysme et ennui, élégance et pudeur, célébrité et solitude.

  • Dans ce face-à-face entre Gregers l'idéaliste, qui veut rétablir la vérité dans le monde et Hjalmar, qui a choisi le confort de la compromission et du "mensonge vital", on retrouve les contradictions chères à Ibsen. Mais elles s'enflamment ici avec une violence meurtrière, scandaleuse. Plus ambigu que jamais, Ibsen renvoie dos à dos les adversaires, et fait trembler le réalisme de sa pièce.

  • Dans une étrange maison de la culture perdue au milieu des champs de betteraves, le Quatuor Schécézig tente de répéter du Beethoven. Le commanditaire Monsieur Schwartz n'est pas là, le public n'est pas là, personne n'est là. Si, quelqu'un soudain ! Un paysan au langage étrange qui remue des mots et des manettes. Bruits de rails, de turbines, orage, on dirait que le bâtiment s'envole au rythme fou de la musique. Où vont-ils ?

empty