saisi par la nuit

  • Saisi par la nuit (oeuvres 1975-1981) Nouv.

    Le marais (1965-1966), Les fleurs rouges (1967-1968), La vis (1968-1972) puis La jeunesse de Yoshio (1973- 1974) nous montraient Yoshiharu Tsuge atteindre progressivement la pleine puissance de son art et fonder le watakushi manga (la bande dessinée du moi). Après la publication de Neiji Shiki (La vis) en 1968, Tsuge poursuit son exploration de l'autofiction, incluant désormais une part autobiographique et onirique dans son travail. Après son passage dans la revue Garo, Tsuge ne cesse de se réinventer et commence à tisser la suite de sa carrière bien que ses publications se fassent de plus en plus rares.
    Publiés dans différents magazines entre 1975 et 1981, les douze nouvelles qui composent ce volume s'inscrivent dans une période sombre de la vie de Yoshiharu Tsuge.
    Alors qu'il devient père, Tsuge s'éloigne du manga pour se concentrer sur sa vie familiale. L'emprise du réel se fait de plus en plus suffocante, et les angoisses qui le hantent depuis de nombreuses années se cristallisent à travers ses cauchemars, qui deviennent le sujet de plusieurs histoires.
    Il poursuit ainsi le procédé mis en pratique dans La vis et utilise la bande dessinée comme un exutoire de son inconscient tourmenté. Au milieu de tous ces rêves inquiétants, certaines histoires plus apaisées viennent contrebalancer la noirceur. Tsuge s'inspire de sa vie de couple et de ses voyages pour apporter un ton plus léger à ses récits, dans lequel le narrateur est cette fois accompagné.
    Ce cinquième volume de l'anthologie est marqué par les sentiments contrastés que Tsuge ressent durant cette période de sa vie. Oscillant entre désespoir et moments d'accalmie, les histoires qu'il écrit sont le reflet de ses émotions tortueuses.

empty