revue Limite

  • Première revue d'écologie intégrale sur le thème des alternatives à la société marchande. Numéro anniversaire des 5 ans.

  • La première revue d'écologie intégrale. Thème : L'argent

  • Animée par une équipe de jeunes auteurs, elle réunit à chaque numéro des contributeurs variés, de Nancy Huston à José Bové, de l'anonyme à l'académicien.
    A travers ses pages sociales, politiques et culturelles, et son grand dossier central, Limite entend peser dans le débat public pour promouvoir une conversion écologique à la fois radicale et enracinée.
    D'inspiration chrétienne, notre revue est ouverte à toutes les personnes soucieuses d'opposer à la technique sans âme et au marché sans loi un mode de vie plus juste, plus décent et plus durable. Engagée sur les grands enjeux environnementaux, sociaux, économiques et bioéthiques de notre temps, Limite milite avant tout pour la décroissance et la convivialité.

    AUTEURS.
    En plus de nos invités exceptionnels, retrouvez à chaque numéro Natacha Polony, Fabrice Hadjadj, Eugénie Bastié, Gaultier Bès, Marianne Durano, Paul Piccarreta, Olivier Rey, etc.

  • 17e numéro de la revue Limite consacré à la Santé.

  • Huitième numéro de la revue Limite. Limite est la première revue d'écologie intégrale. Dirigée par une jeune équipe d'auteurs de sensibilités variées, elle veut contribuer à faire bouger les lignes pour briser les clivages artificiels.
    Numéro exceptionnel sur le féminisme qui réunit Natacha Polony et Thérèse Hargot ainsi que des références du combat féministe (Nancy Huston, Eliette Abecassis, Nathalie Heinich) qui jugent sévèrement les dérives communautaristes et libertaires pris par les mouvements dominants du féminisme contemporain.

  • Limite est la première revue d'écologie intégrale. Dirigée par une jeune équipe d'auteurs de sensibilités variées, elle veut contribuer à faire bouger les lignes pour briser les clivages artificiels. Revue trimestrielle, Limite aborde tous les sujets qui interpellent, notamment à travers de longs dossiers. Après la démographie, la mondialisation, l'urgence de la conversion écologique, le numéro 4 abordera la question du travail. Parmi les sujets à venir : l'école, sexe et capital, démocratie directe...
    Préférant les sujets de fond aux querelles de personnes et aux échanges de slogans, Limite continuera à faire de la politique autrement, même et surtout en année électorale. Après un an d'existence, Limite semble combler un vide dans le paysage médiatique contemporain : une revue écologiste, qui ne dédaigne rien de ce qui concerne l'humain et propose une approche intégrale des défis de l'avenir comme du présent. Beaucoup de questions quant à la mise en pratique de l'écologie intégrale restent en suspens. C'est pourquoi la revue veut continuer, s'enraciner dans le temps, pour pouvoir éveiller les consciences à l'urgence écologique.
    Volontairement provocatrice, Limite s'efforce d'aller aux périphéries, de quitter le quant-à-soi pour susciter de nouvelles rencontres et dépasser les préjugés. Dans l'esprit de Laudato Si, l'encyclique du pape Français sur la sauvegarde de la maison commune, l'écologie intégrale promet et promeut une remise en cause du système libéral-libertaire, dans ses causes et ses conséquences, économiques, écologiques, sociales, culturelles et morales. Limite aspire donc à faire connaître une pensée originale, non-conformiste, qui puise son inspiration non seulement dans la tradition chrétienne, mais aussi chez des auteurs profanes, comme Thoreau ou Pasolini.
    Après un lancement très réussi en septembre 2015 et une visibilité médiatique extrêmement importante grâce à la pertinence de ses sujets, aux grandes signatures qui y contribuent (Fabrice Hadjadj, Natacha Polony) et la notoriété croissante de son équipe de rédaction (Eugénie Bastié, Gaultier Bès, etc.), la revue Limite revient sur un format trimestriel.

  • Limite est la première revue d'écologie intégrale. Dirigée par une jeune équipe d'auteurs de sensibilités variées, elle veut contribuer à faire bouger les lignes pour briser les clivages artificiels. Revue trimestrielle, Limite aborde tous les sujets qui interpellent, notamment à travers de longs dossiers. Parmi les sujets à venir : l'école, démocratie directe, la publicité Préférant les sujets de fond aux querelles de personnes et aux échanges de slogans, Limite continuera à faire de la politique autrement, même et surtout en année électorale. Limite semble combler un vide dans le paysage médiatique contemporain : une revue écologiste, qui ne dédaigne rien de ce qui concerne l'humain et propose une approche intégrale des défis de l'avenir comme du présent. Beaucoup de questions quant à la mise en pratique de l'écologie intégrale restent en suspens. C'est pourquoi la revue veut continuer, s'enraciner dans le temps, pour pouvoir éveiller les consciences à l'urgence écologique.
    Volontairement provocatrice, Limite s'efforce d'aller aux périphéries, de quitter le quant-à-soi pour susciter de nouvelles rencontres et dépasser les préjugés. Dans l'esprit de Laudato Si, l'encyclique du pape Français sur la sauvegarde de la maison commune, l'écologie intégrale promet et promeut une remise en cause du système libéral-libertaire, dans ses causes et ses conséquences, économiques, écologiques, sociales, culturelles et morales. Limite aspire donc à faire connaître une pensée originale, non-conformiste, qui puise son inspiration non seulement dans la tradition chrétienne, mais aussi chez des auteurs profanes, comme Thoreau ou Pasolini.

  • Numéro 12 de la revue Limite sur la publicité, le marketing et leurs implications sur nos vies.

  • Limite est la première revue d'écologie intégrale. Dirigée par une jeune équipe d'auteurs de sensibilités variées, elle veut contribuer à faire bouger les lignes pour briser les clivages artificiels. Revue trimestrielle, Limite aborde tous les sujets qui interpellent, notamment à travers de longs dossiers. Après la démographie, la mondialisation, l'urgence de la conversion écologique, le numéro 4 abordera la question du travail. Parmi les sujets à venir : l'école, sexe et capital, démocratie directe...
    Préférant les sujets de fond aux querelles de personnes et aux échanges de slogans, Limite continuera à faire de la politique autrement, même et surtout en année électorale. Après un an d'existence, Limite semble combler un vide dans le paysage médiatique contemporain : une revue écologiste, qui ne dédaigne rien de ce qui concerne l'humain et propose une approche intégrale des défis de l'avenir comme du présent. Beaucoup de questions quant à la mise en pratique de l'écologie intégrale restent en suspens. C'est pourquoi la revue veut continuer, s'enraciner dans le temps, pour pouvoir éveiller les consciences à l'urgence écologique.
    Volontairement provocatrice, Limite s'efforce d'aller aux périphéries, de quitter le quant-à-soi pour susciter de nouvelles rencontres et dépasser les préjugés. Dans l'esprit de Laudato Si, l'encyclique du pape Français sur la sauvegarde de la maison commune, l'écologie intégrale promet et promeut une remise en cause du système libéral-libertaire, dans ses causes et ses conséquences, économiques, écologiques, sociales, culturelles et morales. Limite aspire donc à faire connaître une pensée originale, non-conformiste, qui puise son inspiration non seulement dans la tradition chrétienne, mais aussi chez des auteurs profanes, comme Thoreau ou Pasolini.
    Après un lancement très réussi en septembre 2015 et une visibilité médiatique extrêmement importante grâce à la pertinence de ses sujets, aux grandes signatures qui y contribuent (Fabrice Hadjadj, Natacha Polony) et la notoriété croissante de son équipe de rédaction (Eugénie Bastié, Gaultier Bès, etc.), la revue Limite revient pour quatre nouveaux numéros en 2017-2018.

  • Nouveau numéro de Limite consacré aux sujets de bioéthique face à l'actualité 2018 des Etats Généraux de la bioéthique.
    En plus de nos invités exceptionnels, retrouvez à chaque numéro Natacha Polony, Fabrice Hadjadj, Eugénie Bastié, Gaultier Bès, Marianne Durano, Paul Piccarreta, Olivier Rey, etc.

  • Limite est la première revue d'écologie intégrale. Dirigée par une jeune équipe d'auteurs de sensibilités variées, elle veut contribuer à faire bouger les lignes pour briser les clivages artificiels. Revue trimestrielle, Limite aborde tous les sujets qui interpellent, notamment à travers de longs dossiers. Après la démographie, la mondialisation, l'urgence de la conversion écologique, le numéro 4 abordera la question du travail. Parmi les sujets à venir : l'école, sexe et capital, démocratie directe... Préférant les sujets de fond aux querelles de personnes et aux échanges de slogans, Limite continuera à faire de la politique autrement, même et surtout en année électorale. Après un an d'existence, Limite semble combler un vide dans le paysage médiatique contemporain : une revue écologiste, qui ne dédaigne rien de ce qui concerne l'humain et propose une approche intégrale des défis de l'avenir comme du présent. Beaucoup de questions quant à la mise en pratique de l'écologie intégrale restent en suspens. C'est pourquoi la revue veut continuer, s'enraciner dans le temps, pour pouvoir éveiller les consciences à l'urgence écologique. Volontairement provocatrice, Limite s'efforce d'aller aux périphéries, de quitter le quant-à-soi pour susciter de nouvelles rencontres et dépasser les préjugés. Dans l'esprit de Laudato Si, l'encyclique du pape Français sur la sauvegarde de la maison commune, l'écologie intégrale promet et promeut une remise en cause du système libéral-libertaire, dans ses causes et ses conséquences, économiques, écologiques, sociales, culturelles et morales. Limite aspire donc à faire connaître une pensée originale, non-conformiste, qui puise son inspiration non seulement dans la tradition chrétienne, mais aussi chez des auteurs profanes, comme Thoreau ou Pasolini.

  • Septième numéro de la revue Limite. Limite est la première revue d'écologie intégrale. Dirigée par une jeune équipe d'auteurs de sensibilités variées, elle veut contribuer à faire bouger les lignes pour briser les clivages artificiels.

  • Animée par une équipe de jeunes auteurs, elle réunit à chaque numéro des contributeurs variés, de Nancy Huston à José Bové, de l'anonyme à l'académicien.
    A travers ses pages sociales, politiques et culturelles, et son grand dossier central, Limite entend peser dans le débat public pour promouvoir une conversion écologique à la fois radicale et enracinée.
    D'inspiration chrétienne, notre revue est ouverte à toutes les personnes soucieuses d'opposer à la technique sans âme et au marché sans loi un mode de vie plus juste, plus décent et plus durable. Engagée sur les grands enjeux environnementaux, sociaux, économiques et bioéthiques de notre temps, Limite milite avant tout pour la décroissance et la convivialité.

    En plus de nos invités exceptionnels, retrouvez à chaque numéro Natacha Polony, Fabrice Hadjadj, Eugénie Bastié, Gaultier Bès, Marianne Durano, Paul Piccarreta, Olivier Rey, etc.

  • L'écologie est-elle (elle aussi) réac ?
    Entretien avec NATACHA POLONY et OLIVIER REY.
    L'esprit Silicon Valley : survivre au grand remplacement.
    PAUL PICCARRETA.
    McDonald's : augmenter le capital en souriant.
    LUDIVINE BÉNARD.
    « Fuck Earth ! » Quand les rats quittent le navire.
    GAULTIER BÈS.
    Bouge de là ! Critique sociale de l'immigrationnisme.
    GALAAD WILGOS.
    2016 : le temps béni des colonies ?
    SOLANGE BIED-CHARRETON.
    Des rapines et des ailes : vandalisme écologique et migrations.
    MAHAUT et JOHANNES HERRMANN.
    « Je suis nobody ».
    Entretien avec HERVÉ JUVIN.
    Le prophète Pier Paolo Pasolini.
    PIERRE ADRIAN.
    Le vagabond Blaise Cendrars.
    CAMILLE DALMAS.
    Et bien d'autres encore.

  • La bioéthique semble désormais assez consistante pour permettre - et suffisamment peu réflexive pour justifier - une approche épistémologique critique. Ce recueil se propose de mettre en place les conditions théoriques d'une réflexion méta-bioéthique (« méta- » étant plutôt ici à entendre au sens linguistique de dimension réflexive, qu'en un sens fondationnel). Ce projet ouvre plusieurs perspectives, que ce recueil ne fait qu'esquisser. Premièrement, une perspective historique et sociologique, qui a pour fonction de retracer l'instauration des pratiques de recherche hybrides subsumées sous l'appellation « bioéthique ».
    Deuxièmement, une perspective proprement épistémologique, qui interroge les méthodes, les enjeux, les fonctions de cette pratique de recherche et explicite ses présupposés théoriques inquestionnés.
    Troisièmement, une perspective critique, qui a pour vocation d'évaluer conjointement les fondements de cette pratique théorique, le projet qu'elle se donne, et l'accomplissement effectif de ce projet.

    Avec les contributions de B. Baertschi, S. Duperret, A. Foucher, C. Larrère, P. Le Coz, V. Menuz, B. Morizot, E. Picavet, J.-Ph. Pierron, P.-Y. Quiviger, O. Rabary, J. Ravat, S. Touzri Takari et A. C. Zielinska.

  • Les États-Limites réalisent un nouvel ensemble de troubles psychiatriques d'une sévérité certaine et de soins difficiles. Outre qu'ils bousculent aussi le partage classique entre maladie et personnalité, on ne peut les banaliser en les considérant seulement comme un simple intermédiaire entre psychoses et névroses ou simples personnalités pathologiques; ils semblent réaliser en effet une entité autonome, que l'on peut analyser de différentes façons. Ce dossier explore leurs caractéristiques phénoméno-structurales propres : leurs rapports à la spatialité, à la temporalité, à l'événementialité, à la corporéité, à l'intersubjectivité, au narcissisme, etc. Et ultimement, il tente d'approcher la structure d'ipséité qui les constitue.
    Ce dossier s'efforce également d'articuler cette approche structurale avec certaines évolutions anthropologiques et psychosociologiques contemporaines dans notre rapport à nous-même, qu'il s'agisse du rapport au corps, à la vie, à la mort, à la transformation ou à la destruction, au néant, ou plus simplement du rapport de l'individu au champ social.

    Camille Abettan et Fernando Landazuri (dir.). Ont participé à ce volume : C. Abettan, J.-J. Alrivie, V. Andrianatrehina, A. Bardet, O. Beaucé, G. Charbonneau, J.-M. Chavarot, J. Englebert, Th. Fuchs, F. Jover, F. Landazuri, G. Okitadjonga Va Anikoy, Cl. Pringuey et J. Tatossian.

  • Il s'agit d'un n° entièrement international, construit autour de contributions venant de spécialistes d'Inde, d'Amérique latine hispano- et luso-phone, d'Italie, d'Allemagne, du monde anglophone. L'idée est celle d'un « Marx » comme ensemble et de travaux se rattachant à ce nom, déjà confrontés à ces limites internes et travaillant à leur dépassement. Parmi ces limites, le n° abordera plus particulièrement les thèmes suivants : 1. Marx est-il eurocentrique ? Les sociétés non-occidentales sont-elles l'Autre de la pensée de Marx et de ceux qui s'en réclament ? Les sujets sociaux et politiques qui apparaissent aujourd'hui gagnent-ils à être analysés en référence aux outils du marxisme (par ex : les mouvements "indigénistes" d'Amérique latine, les intouchables en Inde) ? 2. La question de la nature et de l'écologie est-elle une limite "absolue" de la pensée marxisteoe 3. Les concepts de la tradition marxiste sont-ils pertinents pour comprendre les rapports internationaux et inter-étatiques ? Ou bien faut-il admettre qu'ils sont caducs ? Et chercher ailleurs : par exemple, du côté de l'école dite « réaliste » des relations internationales ? 4. Dernière question enfin, l'inachèvement de l'oeuvre de Marx : pourquoi le Capital est-il resté inachevé ? Est-ce là le signe d'un échec ? Ou d'une limite interne ?

  • LE SCEPTICISME - Aux limites de la question NUMERO DIRIGE PAR ANNE GABRIELE WERSINGER ARTICLES Anne Gabrièle WERSINGER, Présentation Sandra LAUGIER, Ce que le scepticisme " veut dire " Anne Gabrièle WERSINGER et Sylvie PERCEAU, L'auto- réfutation du Sceptique, vue de la scène antique Isabelle THOMAS-FOGIEL, Maimon (titre à venir) Véronique LE RU, Le scepticisme dans l'Encyclopédie de Diderot et de d'Alembert Céline DENAT et Claire ETCHEGARAY, Comment peut-on être sceptique ? David Hume, ou la cohérence du scepticisme moderne Patrick WOTLING, " Cette espèce nouvelle de scepticisme, plus dangereuse et plus dure ", Ephexis, bouddhisme, frédéricisme chez Nietzsche. Stéphane MARCHAND, Le sceptique cherche-t-il vraiment la vérité ?

    Sur commande
empty