Léo le fantôme

  • Dans un village isolé d'Auvergne, Léonora est bien connue de tous comme la sorcière du coin qui aide les âmes des défunts à passer dans l'autre monde. Cependant, quand elle est un jour accostée dans sa ferme par l'esprit d'un chanteur mondialement connu et récemment décédé, leurs mondes s'affrontent altérant pour toujours le destin du village. Tout en planifiant le spectacle des enfants pour le festival annuel du village, elle aide les habitants, vivants et morts, à assumer leurs propres luttes tout en devant gérer son pouvoir spirituel. Elle doit également assumer ce que signifient aimer et être aimée, ce qui est nouveau pour elle.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Karuna Mayi Oettinger est une artiste aux multiples facettes : chanteuse, auteure et metteuse en scène de théâtre, productrice et réalisatrice de films, dresseuse de chevaux pour la haute école et le spectacle. Grande voyageuse, elle a passé sa vie entre la France, les pays du Sahel où elle a grandi, l'Inde et la Grande-Bretagne. L'écriture tient depuis toujours une place importante dans sa vie. Elle s'est depuis peu installée dans le Berry où elle consacre de plus en plus de temps à l'écriture de ses romans.

  • Stupeur et chuchotements sous la Coupole.
    Une malédiction pèse sur le fauteuil 32 de l'Académie française. Cet énigmatique mauvais sort, vérifié par de nombreux historiens depuis l'origine, fut le sujet, en 1910, d'un roman fameux : Le Fauteuil hanté. Son auteur, le célèbre feuilletoniste Gaston Leroux, avait résolu l'énigme et en avait dissimulé les clefs dans son manuscrit.
    Le destin voulut que ce soit Maurice Rheims, titulaire du fauteuil 32 de 1976 à 2003, qui devienne l'expert de la succession Leroux. Il reçut, pour rémunération de son travail, le mystérieux manuscrit.
    Au moment de mourir, il le transmit à sa fille pour l'aider à exécuter sa dernière volonté : que jamais personne ne s'assoie sur son fauteuil. Si elle parvenait à accomplir cette mission, malgré le déchaînement des ambitions et les sombres tractations des candidats, son père pourrait goûter à la vraie immortalité, celle des fantômes.

    Dans son treizième roman, Nathalie Rheims tourne une page. C'est avec une légèreté, un humour, une ironie mêlés de tendresse qu'elle fait revivre tous ceux qui entouraient son père afin qu'il n'attende plus que son éloge soit prononcé.

    La presse en parle : Le Nouvel Observateur - 26 mai 2011, Livre Hebdo - 20 mai 2011, L'Express - 8 juin 2011, Le Point - 9 juin 2011, Le Figaro Littéraire - 9 juin 2011, Libération - 16 juin 2011, Le Monde des livres - 10 juin 2011 Éditions Léo Scheer, 2011

  • Paris, 30 mai 1959, jour anniversaire de la mort de Jeanne d'Arc. Un crime est à la une de toute la presse. Une jeune entraîneuse a été brûlée vive dans la forêt de Fontainebleau. On découvre rapidement le coupable : un certain M. Bill, un garçon de vingt-deux ans, ancien apprenti comédien qui a préféré la scène du fait divers à celle du théâtre ou au cinéma, dont il rêvait.
    Cet enfant de la grande bourgeoisie était un habitué de Pigalle, où il aimait se faire passer pour un truand. Lors de son arrestation, il parade devant les photographes. Il avoue, peu après, un meurtre parfait, commis l'année précédente. M. Bill est exécuté le 26 juillet 1960, cas unique de suicide par la guillotine.
    Alexandre Mathis a réuni les pièces de ce dossier criminel oublié (photographies, articles de journaux, témoignages...) qui marqua profondément la France. Son enquête haletante plonge le lecteur dans l'esprit d'un assassin hors du commun, adepte cynique du crime gratuit, en même temps qu'elle ressuscite toute une époque.
     
    Révélé avec Maryan Lamour dans le béton (1999), roman dont l'originalité lui a valu d'être comparé par la critique à Joyce et Céline, Alexandre Mathis est également l'auteur des Condors de Montfaucon, Chambres de bonnes ou le Succube du Temple (2005) et Allers sans retour (2009).

empty