9782882503312

  • L'héroïne, mère d'une fille de seize ans, divorcée, est artiste plasticienne. Un matin, elle lit un article d'un critique d'art qu'elle ne connait pas, mais dont chaque mot la touche. Elle trouve son numéro de portable et, après vingt-quatre heures de tergiversations, lui envoie un texto pour lui dire qu'elle a aimé son article. Il lui répond un peu laconiquement. Et puis, finalement, lui envoie un autre message dans lequel il lui propose de se rencontrer. Elle part passer le week-end à Bergen. Ils dorment ensemble, sans se toucher. Il la raccompagne à l'aéroport et lui dit qu'il voudrait qu'ils deviennent des amoureux. Elle refuse en riant. Et, de fil en aiguille, ils le deviennent. Elle vient de s'ouvrir physiquement, elle n'a auparavant pas eu de place pour l'amour physique, la jouissance . Mais alors qu'elle découvre la communion physique et que cela devient important pour elle, Johannes la lui refuse. Leurs relations sexuelles sont sporadiques, sans engagement de la part de Johannes, qui se complait en revanche à lui raconter ses aventures avec d'autres, ses visites dans des clubs de strip-tease, ses séances d'échangisme.
    Ce roman est non seulement une réflexion sur le rapport dans le couple, mais une réflexion sur l'art. Nous sommes dans les méandres de la psychologie de la sexualité avec des spirales réflexives de la narratrice qui se révèlent fascinantes et envoûtantes. Ørstavik réussit vraiment à exprimer des sentiments complexes, profonds et rares par la magie de son style.

empty