9782283024317

  • Le livre « La terre n'est plus qu'une enfant laissée à elle-même, placée sur
    une balançoire inconnue. L'amplitude des secousses a augmenté en un rien de
    temps ; je ne parviens plus à tenir debout ; je dois presque mettre un genou à
    terre. [...] Je me retourne, machinalement, puis, comme enivré, j'émerge de ces
    blocs d'habitations. Derrière moi, des petits groupes d'individus s'échappent
    des cages d'escalier, telle de la vomissure jaillissant d'un magistral gâchis.
    Cela a duré deux à trois minutes. La terre sort de sa crise d'épilepsie en
    crachant quelques bouffées d'air rauque puis finit par se figer. [...] Partout,
    il y a des ruines ! Des corps, partout ! [...] Tout cela est-il vraiment
    inéluctable ? » Si le séisme de Tangshan, en 1976, pointe en filigrane dans la
    description de la catastrophe de 2008 - qui a officiellement coûté la vie à
    88 000 personnes -, Liao Yiwu se prête dans ce journal à une réflexion
    approfondie et courageuse qui prend parfois des accents de plaidoyer contre les
    autorités en place. L'auteur Poète, musicien et reporter chinois, Liao Yiwu est
    né en 1958. Sa plume se nourrit des scènes de tous les jours, de rencontres
    imprévues et d'enquêtes qu'il mène auprès de ceux que l'on peut considérer
    comme les laissés-pour-compte d'une Chine en plein essor. Liao Yiwu a connu les
    affres de la République populaire. En 1982, il fait ses premières armes en
    composant des poèmes « subversifs ». En 1990, il est condamné à quatre ans de
    prison pour crime politique. Précurseur de la « littérature réaliste noire »,
    il milite alors en faveur des droits de l'homme.

empty