Valtortiano

  • Il s'agit du récit qui embrasse l'histoire du Salut depuis la naissance et l'enfance de la Ste Vierge Marie et de son Fils Jésus, les trois années de la vie publique du Sauveur (c'est la partie la plus étendue de l'oeuvre) - sa Passion, sa Mort, sa Résurrection et son Ascension -, jusqu'aux débuts de l'Eglise et l'Assomption de Marie. L'oeuvre, marquée d'une remarquable élévation littéraire, décrit les paysages, les ambiances, les personnages, les événements avec la vivacité d'une représentation. Elle présente les caractères et les situations avec une profonde introspection ; elle expose les faits joyeux et dramatiques avec le sentiment d'un témoin présent et comme participant ; elle informe sur les caractéristiques locales, les ambiances, les usages, les rites et les cultures, dont la grande richesse de détails observés est d'une vraisemblance indéniable. A travers le merveilleux récit de la vie terrestre du Rédempteur, notamment par les discours et les dialogues, l'oeuvre illustre tout l'enseignement du Christ selon la tradition catholique.
    « Dons de nature et dons mystiques harmonieusement conjoints a écrit le Vénérable Gabriel M. Allegra o.f.m., illustre défenseur de l'oeuvre valtortienne - expliquent ce chef-d'oeuvre de la littérature italienne et, peut-être faudrait-il dire, de la littérature chrétienne mondiale. »

  • Il s'agit du récit qui embrasse l'histoire du Salut depuis la naissance et l'enfance de la Ste Vierge Marie et de son Fils Jésus, les trois années de la vie publique du Sauveur (c'est la partie la plus étendue de l'oeuvre) - sa Passion, sa Mort, sa Résurrection et son Ascension -, jusqu'aux débuts de l'Eglise et l'Assomption de Marie.

  • Depuis 2000 ans, plusieurs mystiques catholiques ont vu des bribes des Évangiles. Mais seules trois personnes en ont eu la vision complète : Marie d'Agréda au XVIIème, Anne-Catherine Emmerich au XIXème et Maria Valtorta au XXème siècle, en pleine seconde guerre mondiale. Parmi elles, seule Maria Valtorta (1897-1961), tertiaire italienne du tiers-ordre mendiant des Servites de Marie, retranscrit de sa main et en direct les centaines de visions de la vie de Jésus qu'elle reçoit. Elle couvre quelque 9000 pages, en 3 ans et 3 mois, écrivant parfois jusqu'à 18 heures d'affilée et nous laissant ainsi la plus volumineuse biographie de Jésus de l'histoire. Aussitôt attaquée par le Saint-Office, Maria Valtorta est mise à l'Index deux ans avant sa mort, sans qu'il lui soit pour autant reproché la moindre erreur dogmatique ou morale. Depuis, des Saints, des bienheureux, des cardinaux, des évêques, des théologiens et des biblistes de premier plan, ainsi qu'une multitude de laïcs, se sont enthousiasmés pour l'oeuvre de cette femme choisie par Dieu pour nous offrir ce « trésor inestimable de la littérature universelle », selon les mots de Gabriel Maria Allegra (Macao, 1970), premier traducteur de l'ensemble de la Bible en chinois et béatifié en 2012. Le pape Saint Paul VI a offert son oeuvre complète au grand séminaire de Milan lorsqu'il était l'archevêque de cette ville et Sainte Mère Teresa aimait particulièrement cette lecture.

    Une décennie après la mort de Maria Valtorta, des chercheurs s'intéressèrent à ses textes fourmillant de précisions biologiques, géologiques, astronomiques, topographiques, culturelles. À ce jour, l'exactitude de quelque 16.000 de ces détails a été confirmée et une centaine de sites décrits par Maria Valtorta (Gérasa, Bethsaïde, l'aqueduc de Tibériade, la synagogue de Biram, la forteresse de Massada, la tombe d'Hillel, l'enceinte de Jezraël, la digue de Ptolémaïs, le palais de Lazare, etc.) furent excavés ou confirmés lors de fouilles, bien après son décès. Ses écrits nous permettent, pour la première fois depuis 2000 ans, de retracer la trame historique et géographique de la vie publique de Jésus Christ, semaine après semaine, village après village, en parfaite cohérence avec les quatre Évangiles canoniques. Sur le plan théologique, les biblistes ayant passé cette oeuvre au peigne fin ont identifié 3133 références à la Septante en usage au temps de Jésus, alors même que Maria Valtorta n'avait pas fait d'études supérieures et ne reçut sa première Bible qu'à l'âge de 45 ans.

    Attaquée par le Saint-Office. Censurée sur Wikipédia. Méconnue du grand public et de la plupart des clercs. Et pourtant, sur la table de chevet des pontifs de Rome. Vous êtes au bon endroit.

    Le pape Pie XII à son sujet : « Ceux qui liront comprendront. ».

    Https://www.fabricegagnant.com/maria-valtorta/

  • Il s'agit du récit qui embrasse l'histoire du Salut depuis la naissance et l'enfance de la Ste Vierge Marie et de son Fils Jésus, les trois années de la vie publique du Sauveur (c'est la partie la plus étendue de l'oeuvre) - sa Passion, sa Mort, sa Résurrection et son Ascension -, jusqu'aux débuts de l'Eglise et l'Assomption de Marie. L'oeuvre, marquée d'une remarquable élévation littéraire, décrit les paysages, les ambiances, les personnages, les événements avec la vivacité d'une représentation. Elle présente les caractères et les situations avec une profonde introspection ; elle expose les faits joyeux et dramatiques avec le sentiment d'un témoin présent et comme participant ; elle informe sur les caractéristiques locales, les ambiances, les usages, les rites et les cultures, dont la grande richesse de détails observés est d'une vraisemblance indéniable. A travers le merveilleux récit de la vie terrestre du Rédempteur, notamment par les discours et les dialogues, l'oeuvre illustre tout l'enseignement du Christ selon la tradition catholique.
    « Dons de nature et dons mystiques harmonieusement conjoints a écrit le Vénérable Gabriel M. Allegra o.f.m., illustre défenseur de l'oeuvre valtortienne - expliquent ce chef-d'oeuvre de la littérature italienne et, peut-être faudrait-il dire, de la littérature chrétienne mondiale. »

  • Il s'agit du récit qui embrasse l'histoire du Salut depuis la naissance et l'enfance de la Ste Vierge Marie et de son Fils Jésus, les trois années de la vie publique du Sauveur (c'est la partie la plus étendue de l'oeuvre) - sa Passion, sa Mort, sa Résurrection et son Ascension -, jusqu'aux débuts de l'Eglise et l'Assomption de Marie. L'oeuvre, marquée d'une remarquable élévation littéraire, décrit les paysages, les ambiances, les personnages, les événements avec la vivacité d'une représentation. Elle présente les caractères et les situations avec une profonde introspection ; elle expose les faits joyeux et dramatiques avec le sentiment d'un témoin présent et comme participant ; elle informe sur les caractéristiques locales, les ambiances, les usages, les rites et les cultures, dont la grande richesse de détails observés est d'une vraisemblance indéniable. A travers le merveilleux récit de la vie terrestre du Rédempteur, notamment par les discours et les dialogues, l'oeuvre illustre tout l'enseignement du Christ selon la tradition catholique.
    « Dons de nature et dons mystiques harmonieusement conjoints a écrit le Vénérable Gabriel M. Allegra o.f.m., illustre défenseur de l'oeuvre valtortienne - expliquent ce chef-d'oeuvre de la littérature italienne et, peut-être faudrait-il dire, de la littérature chrétienne mondiale. »

  • Il s'agit du récit qui embrasse l'histoire du Salut depuis la naissance et l'enfance de la Ste Vierge Marie et de son Fils Jésus, les trois années de la vie publique du Sauveur (c'est la partie la plus étendue de l'oeuvre) - sa Passion, sa Mort, sa Résurrection et son Ascension -, jusqu'aux débuts de l'Eglise et l'Assomption de Marie. L'oeuvre, marquée d'une remarquable élévation littéraire, décrit les paysages, les ambiances, les personnages, les événements avec la vivacité d'une représentation. Elle présente les caractères et les situations avec une profonde introspection ; elle expose les faits joyeux et dramatiques avec le sentiment d'un témoin présent et comme participant ; elle informe sur les caractéristiques locales, les ambiances, les usages, les rites et les cultures, dont la grande richesse de détails observés est d'une vraisemblance indéniable. A travers le merveilleux récit de la vie terrestre du Rédempteur, notamment par les discours et les dialogues, l'oeuvre illustre tout l'enseignement du Christ selon la tradition catholique.
    « Dons de nature et dons mystiques harmonieusement conjoints a écrit le Vénérable Gabriel M. Allegra o.f.m., illustre défenseur de l'oeuvre valtortienne - expliquent ce chef-d'oeuvre de la littérature italienne et, peut-être faudrait-il dire, de la littérature chrétienne mondiale. »

  • Il s'agit du récit qui embrasse l'histoire du Salut depuis la naissance et l'enfance de la Ste Vierge Marie et de son Fils Jésus, les trois années de la vie publique du Sauveur (c'est la partie la plus étendue de l'oeuvre) - sa Passion, sa Mort, sa Résurrection et son Ascension -, jusqu'aux débuts de l'Eglise et l'Assomption de Marie. L'oeuvre, marquée d'une remarquable élévation littéraire, décrit les paysages, les ambiances, les personnages, les événements avec la vivacité d'une représentation. Elle présente les caractères et les situations avec une profonde introspection ; elle expose les faits joyeux et dramatiques avec le sentiment d'un témoin présent et comme participant ; elle informe sur les caractéristiques locales, les ambiances, les usages, les rites et les cultures, dont la grande richesse de détails observés est d'une vraisemblance indéniable. A travers le merveilleux récit de la vie terrestre du Rédempteur, notamment par les discours et les dialogues, l'oeuvre illustre tout l'enseignement du Christ selon la tradition catholique.
    « Dons de nature et dons mystiques harmonieusement conjoints a écrit le Vénérable Gabriel M. Allegra o.f.m., illustre défenseur de l'oeuvre valtortienne - expliquent ce chef-d'oeuvre de la littérature italienne et, peut-être faudrait-il dire, de la littérature chrétienne mondiale. »

  • Il s'agit du récit qui embrasse l'histoire du Salut depuis la naissance et l'enfance de la Ste Vierge Marie et de son Fils Jésus, les trois années de la vie publique du Sauveur (c'est la partie la plus étendue de l'oeuvre) - sa Passion, sa Mort, sa Résurrection et son Ascension -, jusqu'aux débuts de l'Eglise et l'Assomption de Marie. L'oeuvre, marquée d'une remarquable élévation littéraire, décrit les paysages, les ambiances, les personnages, les événements avec la vivacité d'une représentation. Elle présente les caractères et les situations avec une profonde introspection ; elle expose les faits joyeux et dramatiques avec le sentiment d'un témoin présent et comme participant ; elle informe sur les caractéristiques locales, les ambiances, les usages, les rites et les cultures, dont la grande richesse de détails observés est d'une vraisemblance indéniable. A travers le merveilleux récit de la vie terrestre du Rédempteur, notamment par les discours et les dialogues, l'oeuvre illustre tout l'enseignement du Christ selon la tradition catholique.
    « Dons de nature et dons mystiques harmonieusement conjoints a écrit le Vénérable Gabriel M. Allegra o.f.m., illustre défenseur de l'oeuvre valtortienne - expliquent ce chef-d'oeuvre de la littérature italienne et, peut-être faudrait-il dire, de la littérature chrétienne mondiale. »

  • Il s'agit du récit qui embrasse l'histoire du Salut depuis la naissance et l'enfance de la Ste Vierge Marie et de son Fils Jésus, les trois années de la vie publique du Sauveur (c'est la partie la plus étendue de l'oeuvre) - sa Passion, sa Mort, sa Résurrection et son Ascension -, jusqu'aux débuts de l'Eglise et l'Assomption de Marie. L'oeuvre, marquée d'une remarquable élévation littéraire, décrit les paysages, les ambiances, les personnages, les événements avec la vivacité d'une représentation. Elle présente les caractères et les situations avec une profonde introspection ; elle expose les faits joyeux et dramatiques avec le sentiment d'un témoin présent et comme participant ; elle informe sur les caractéristiques locales, les ambiances, les usages, les rites et les cultures, dont la grande richesse de détails observés est d'une vraisemblance indéniable. A travers le merveilleux récit de la vie terrestre du Rédempteur, notamment par les discours et les dialogues, l'oeuvre illustre tout l'enseignement du Christ selon la tradition catholique.
    « Dons de nature et dons mystiques harmonieusement conjoints a écrit le Vénérable Gabriel M. Allegra o.f.m., illustre défenseur de l'oeuvre valtortienne - expliquent ce chef-d'oeuvre de la littérature italienne et, peut-être faudrait-il dire, de la littérature chrétienne mondiale. »

  • Il s'agit du récit qui embrasse l'histoire du Salut depuis la naissance et l'enfance de la Ste Vierge Marie et de son Fils Jésus, les trois années de la vie publique du Sauveur (c'est la partie la plus étendue de l'oeuvre) - sa Passion, sa Mort, sa Résurrection et son Ascension -, jusqu'aux débuts de l'Eglise et l'Assomption de Marie. L'oeuvre, marquée d'une remarquable élévation littéraire, décrit les paysages, les ambiances, les personnages, les événements avec la vivacité d'une représentation. Elle présente les caractères et les situations avec une profonde introspection ; elle expose les faits joyeux et dramatiques avec le sentiment d'un témoin présent et comme participant ; elle informe sur les caractéristiques locales, les ambiances, les usages, les rites et les cultures, dont la grande richesse de détails observés est d'une vraisemblance indéniable. A travers le merveilleux récit de la vie terrestre du Rédempteur, notamment par les discours et les dialogues, l'oeuvre illustre tout l'enseignement du Christ selon la tradition catholique.
    « Dons de nature et dons mystiques harmonieusement conjoints a écrit le Vénérable Gabriel M. Allegra o.f.m., illustre défenseur de l'oeuvre valtortienne - expliquent ce chef-d'oeuvre de la littérature italienne et, peut-être faudrait-il dire, de la littérature chrétienne mondiale. »

  • 30 passages de la Bible éclairés à la lumière des écrits de Maria Valtorta " L'analyse développée dans ce livre sous la forme d'une exégèse entend mettre en lumière les détails du chef-d'oeuvre de Maria Valtorta qui méritent d'être découverts et admirés pour l'importance de leur contenu et leur qualité littéraire.
    Elle montre en outre que les révélations reçues par Maria Valtorta, fidèles à la Révélation publique - comme la théologie catholique l'exige pour authentifier les révélations privées - sont si crédibles qu'elles ne sont pas seulement utiles pour une nouvelle évangélisation, mais indispensables. " En annexe : " Le genre littéraire de l'oeuvre de Maria Valtorta entre examen critique et notes historiques. " Introduction de François-Michel Debroise

  • Ce premier tome d'une trilogie consacrée à Maria Valtorta (1897-1961), nous fait découvrir sa vie, assez méconnue tant la richesse des visions et dictées qu'elle a reçues de Jésus-Christ a jeté un voile sur son chemin de croix, qui l'a amené à une proximité rare avec le Christ. A l'aide de documents inédits en français, François-Michel Debroise nous éclaire sur la vie hors du commun de cette figure incontournable du christianisme.

  • Le second tome de cette trilogie consacrée à Maria Valtorta (1897- 1961), nous fait découvrir son oeuvre. Il se penche sur l'extraordinaire production littéraire de cette mystique catholique, principalement des visions de la vie du Christ et des dictées de Jésus pour notre temps.

  • Chemin de croix

    Maria Valtorta

    Introduit par une brève dictée de Jésus à Maria Valtorta sur la valeur des "sauveurs", le livret - réalisé par le père carmélitain Ennio Laudazi - nous introduit à la méditation des stations du Chemin de Croix. Des peintures de Jean Bartò illustrent les commentaires de Jésus sur les douleurs de la Passion et l'épisode de la Résurrection tirés de "L'Evangile tel qu'il ma été révélé" de Maria Valtorta.
    " ... Tu as contemplé mes souffrances. Elles étaient destinées à réparer vos fautes. Aucune partie de mon corps n'a été épargnée, car rien en l'homme n'est exempt de faute, et toutes les parties de votre être physique et moral sont des instruments dont vous vous servez pour pécher.
    Mais je suis venu effacer les effets du péché par mon sang et ma souffrance, en y lavant chaque partie physique et morale de votre personne pour la purifier et la rendre forte contre vos tendances coupables.

  • Les carnets

    Maria Valtorta

    Sous le titre « Les Carnets » sont rassemblés les derniers écrits de Maria Valtorta (1897-1961) encore inédits en français jusqu'à ce jour. Hormis sa correspondance encore non traduite, l'intégralité des écrits de Maria Valtorta est donc désormais disponible en langue française. Paru en 2007 en Italie sous le titre « Quadernetti », cette traduction française est très attendue par les lecteurs de cette mystique catholique italienne, qui a reçu de nombreuses visions et dictées de Jésus-Christ. Son oeuvre la plus connue, « L'Evangile tel qu'il m'a été révélé », est disponible en 28 langues. Ces « Carnets » complètent les trois tomes des « Cahiers » (Cahiers de 1943, de 1944, et de 1945 à 1950). Ils proviennent de textes rédigés entre 1943 et 1954, éparpillés sur des feuilles volantes, sur un cahier, mais également sur trois petits carnets, ainsi que quelques dictées non-datées ajoutés en fin de volume.

  • Marie-Madeleine

    Maria Valtorta

    Cet ouvrage rassemble différents extraits de chapitres, si ce n'est même des chapitres entiers de l'oeuvre de Maria Valtorta «?L'Evangile tel qu'il m'a été révélé?», qui révèlent la figure de Marie de Magdala. Une véritable biographie.

    Sa beauté physique et son caractère indomptable, son rang social élevé, les membres de sa famille, le scandale de sa conduite libertine dans le milieu mondain des Romains, sa conversion qui n'éteint pas son tempérament passionnel naturel mais l'oriente d'un amour de perdition à l'amour salutaire...

  • Le troisième tome de cette trilogie consacrée à Maria Valtorta (1897- 1961), aborde la spiritualité de cette disciple de Sainte Thérèse de Lisieux, surnommée par Jésus «Le petit Jean».
    A l'aide de documents inédits en français, François-Michel Debroise nous éclaire sur l'oeuvre hors du commun de cette figure incontournable du christianisme.

  • Les cahiers de 1944

    Maria Valtorta

    Les trois volumes des Cahiers réunissent un ensemble d'écrits spirituels, doctrinaux, bibliques ainsi que des passages autobiographiques. On y trouvera également des scènes évangéliques et des visions du martyre des premiers chrétiens, enfin un commentaire de l'Apocalypse.

  • Les trois volumes des Cahiers réunissent un ensemble d'écrits spirituels, doctrinaux, bibliques ainsi que des passages autobiographiques. On y trouvera également des scènes évangéliques et des visions du martyre des premiers chrétiens, enfin un commentaire de l'Apocalypse.

  • Joseph de Nazareth

    Maria Valtorta

    Les chapitres et extraits recueillis dans ce volume sont tirés des ouvrages de Maria Valtorta.
    « Joseph est présent en tant que gardien et protecteur de la Pureté et de la Sainteté et il continuera à travailler. Mais il se réjouit qu'eux, ses deux amours, connaissent un peu d'aisance et de confort.
    Joseph est le gardien de Dieu et de la Mère de Dieu et Épouse du Très-Haut, jusqu'à présenter l'étrier à ces vassaux de Dieu. C'est un pauvre charpetnier... Mais il est toujours de race royale et a les manières d'un roi. C'est aussi de lui qu'il a été dit : Il était humble parce qu'il était réellement grand.
    (Jésus à Maria Valtorta, le 28 février 1944).
    En annexe, l'ouvrage présente l'exhortation apostolique Redemptoris Custos de Jean Paul II et la lettre encyclique Quamquam pluries de Léon XIII.

  • " Les 20 mystères du Rosaire dans les écrits de Maria Valtorta " sont introduit par la lettre apostolique " Rosarium Virginis Mariae " de Jean-Paul II sur la réforme du Rosaire qui, tout en ayant une caractéristique mariale, concentre en lui la profondeur de tout le message évangélique, dont il est presque un résumé. Dans l'esprit de cette lettre apostolique, ces extraits de "L'Evangile tel qu'il m'a été révélé " (dans sa nouvelle traduction de 2017) - par une connaissance plus approfondie de la vie du Christ - nous incitent à méditer ces mystères que la récitation du Rosaire ne fait qu'évoquer.

  • La lettre de Saint Paul aux Romains est un des textes les plus importants de la Bible chrétienne : «elle a fourni au christianisme naissant les bases et la structure de son assise théologique».C'est pourquoi ce commentaire de Maria Valtorta a toujours suscité un très vif intérêt. Il est précédé du texte biblique intégral. À travers 48 leçons dictées à Maria Valtorta de 1948 à 1950, l'Esprit-Saint commente la plus grande partie de cette épître majeure du christianisme. D'autres versets de l'épître sont cependant commentés, ici ou là, dans les autres ouvrages de Maria Valtorta.
    « Les Leçons sur l'Epître de Saint Paul aux Romains de Maria Valtorta sont d'une bouleversante profondeur exégétique » (Mgr René Laurentin).

  • L'oeuvre majeure, qui illustre l'Evangile, fait émerger l'Eglise comme la voulait son divin Fondateur qui a affronté le martyr pour en forti er le fondement.
    Les autres ouvrages, qui contiennent des enseignements et des conseils pour notre époque, dénoncent la corruption intellectuelle et morale qui affaiblit l'Eglise et qui sont cause des plus grands mals du monde. C'est un livre qui impressionne pour son actualité.
    Voici ce que dit Jésus à Maria Valtorta le 25 avril 1948: "En vérité, une grande partie de la population est comparable à une zone sauvage.
    Elle est ennemie parce qu'elle ne connaît pas l'Eglise. Quand je parle d'Eglise, je ne pense pas à l'image qu'en donnent ses ministres trop souvent.
    Bien des fois, il vaudrait mieux qu'on ne la connaisse pas. Je dis plutôt que cette partie de la population ne connaît pas l'Eglise telle que je l'ai fondée, animée par mon esprit : l'amour, la fraternité, la paternité."

empty