Serpent A Plumes

  • Congo, en ce moment-même. Johnny, seize ans, vêtu de son treillis et de son tee-shirt incrusté de bris de verre, armé jusqu'aux dents, habités par le chien méchant qu'il veut devenir, vole, viole, pille et abat tout ce qui croise sa route. Laokolé, seize ans, poussant sa mère aux jambes fracturées dans une brouette branlante, tâchant de s'inventer l'avenir radieux que sa scolarité brillante lui promettait, s'efforce de fuir sa ville livrée aux milices d'enfants soldats. Sous les fenêtres des ambassades, des ONG du Haut-Commissariat pour les réfugiés, et sous les yeux des télévisions occidentales, des adolescents abreuvés d'imageries hollywoodiennes et d'information travestié jouent à la guerre : les milices combattent des ennemis baptisés "Tchétchènes", les chefs de guerre, très à cheval sur leurs codes d'honneur, se font appeler "Rambo" ou "Giap" et s'entretuent pour un poste de radio, une corbeille de fruits ou une parole de travers. Dans ce roman, qui met en scène des adolescents à l'enfance abrégée, Dongala montre avec force comment, dans une Afrique ravégée par des guerres absurdes, un peuple tente malgré tout de survivre et de sauvegarder sa part d'humanité.

  • Ancienne colonie française d'afrique centrale, la république du viétongo est en proie à une terrible guerre civile.
    Le président lebou kabouya, sudiste, a perdu le pouvoir après le coup d'etat du nordiste le général edou et de ses milices gouvernementales, les anacondas, et de factions armées : les romains. le chef rebelle sudiste, vercingétorix, aidé des petits-fils nègres, se lance dans une entreprise de reconquête jusqu'à l'intérieur des familles mixtes. fuyant les violences avec sa fille, hortense iloki tient des cahiers oú elle relate les événements de cette guerre et reconstitue son passé en miettes.
    Dans ce roman de guerre, de déchirures et de persécutions, plongé dans les affres de l'après-décolonisation, alain mabanckou évoque à mots couverts le congo quitté il y a près de quinze ans. la france y est omniprésente, à la fois dans l'héritage culturel et dans cette colonisation des esprits. classique, ample et souple, l'écriture d'alain mabanckou est sans doute l'une des plus belles et novatrices de la jeune littérature africaine.

  • Nos yeux boivent l'éclat du soleil, et, vaincus, s'étonnent de pleurer, Maschallah ! oua bismillah !.
    Un récit de l'aventure sanglante de la négraille - honte aux hommes de rien ! - tiendrait aisément dans la moitié de ce siècle ; mais la véritable histoire des Nègres commence beaucoup, beaucoup plus tôt, avec les Saïfs, en l'an 1202 de notre ère, dans l'empire africain de Nakem, au sud du Fezzan, bien après les conquêtes d'Okba ben Nafi et Fitri. Censuré en France depuis plus de trente ans, étudié dans le monde entier, briseur de tabous, Le Devoir de violence est une oeuvre puissante et unique, un roman-culte du continent africain.
    Vaste saga historique, il retrace, depuis le XIIIe siècle, la geste des Saïfs, conquérants et maîtres du mythique empire Nakem. Fabuleux prosateur de tous les excès et de tous les crimes, Yambo Ouologuem dit les complexités de l'Histoire de l'Afrique où l'esclavage et la colonisation sont même antérieurs à l'arrivée des Européens qui ne firent peut-être que reprendre à leur compte et en l'amplifiant dramatiquement un système fou qui existait déjà.
    Le Devoir de violence a reçu le Prix Renaudot en 1968. " C'est un brûlot, magnifiquement écrit, une attaque directe et féroce de l'impérialisme et du colonialisme. " Valérie Thorin, Jeune Afrique.

  • État de Californie, septembre 1961. Chase Lindsey, un éleveur d'oiseaux, recueille un corbeau blessé qui porte une bague argentée à la patte. L'oiseau s'appelle Harold.
    Bodega Bay, 1962, le tournage des Oiseaux d'Hitchcock peut enfin commencer. Harold et Chase y participent, totalement hypnotisés par la fascinante Tippi Hedren.
    Mais Harold est dangereux. et Tippi, en déroute.

    Voici le point de départ d'une histoire hors du commun : l'histoire d'un corbeau et d'une actrice. Autour d'eux, Alfred Hitchcock, Éva Beaumont, Lew Wasserman, Mickey Cohen, les redoutables frères Gianelli, Abraham Zapruder, s'affrontent et se croisent dans un récit qui flirte avec le roman noir et le technicolor.

    Harold, une histoire d'amour et de désir, une histoire de mort, une ode au cinéma et aux gangsters, où les bas-fonds de Los Angeles ne sont jamais bien loin des studios d'Hollywood.

    Révélé par Florent Massot avec Soleil sale (1996), Louis-Stéphane Ulysse a fait partie des premiers auteurs de la « nouvelle génération » de Marion Mazauric, aux éditions J'ai lu. Il a publié également chez Calmann-Lévy et Flammarion.
    Harold est son huitième roman.


  • j'arrêtai le film et posai le cendrier, en me disant qu'elle n'avait pas tort, qu'il était temps que je réfléchisse à un moyen pour me sortir de là.
    j'étais devenu suspect, le doute avait fait son apparition, ce qui équivalait à une sanction, j'étais sous surveillance. il me fallait prendre une décision, avant qu'on le fasse pour moi. vu le temps que j'ai passé dans la communauté, je sais qu'elle n'a pas été faite pour se protéger des autres, mais pour empêcher les nôtres de nous quitter. dans el hadj il y a un wagon qui n'ira plus nulle part, il y a une petite fille aux allumettes, il y a une cité, des assassins, un feu qui vient du ventre et embrase tout.
    dans el hadj il y a dieu et les hommes. dans el hadj il y a surtout el hadj. et el hadj ne veut pas oublier.

  • Christelle, jeune provinciale victime d'un accident domestique, se retrouve avec les deux bras dans le plâtre. Or les plâtres, c'est ce qui plaît à Nestor, courtois fétichiste de 52 ans. Ils se rencontrent sur un forum médical en ligne. De laconiques au départ, leurs mails deviennent de plus en plus fournis à mesure que la relation gagne en intensité. Nestor, qui devient obsédé par la jeune fille, écrit un roman masturbatoire intitulé Chère Christelle. II se nourrit autant de la réalité que de ses fantasmes érotiques. Tous deux programment une rencontre à Paris car, coïncidence, Nestor travaille dans une maison d'édition et Christelle cherche à faire publier son premier roman. Attendant fiévreusement sa visite à Paris où il a promis de lui faire connaître les milieux littéraires, Nestor réserve une chambre de luxe dans un grand hôtel en face de l'église Saint-Germain-des-Prés... Quelle sera l'issue de cette aventure érotique et fantasmatique, où chacun cherche à manipuler l'autre ?

  • 22 février 1987, 5 h 30 du matin à Manhattan. Les journaux annoncent au monde entier la mort d'Andy Warhol. Figure incontestée du pop art, dandy extravagant, producteur musical, cinéaste d'avant-garde et même mannequin, le génial « artiste d'affaires » américain décède des suites d'une banale opération chirurgicale. Mais est-ce bien sûr ? Et si cette stupéfiante nouvelle n'était rien d'autre que la dernière mise en scène, l'ultime oeuvre d'art du maître des apparences ?
    Vies d'Andy, c'est l'histoire d'un homme au sommet de la gloire qui décide, avec la complicité de Julian, son assistant à la Factory, d'organiser sa propre disparition aux yeux du monde qui l'a fait roi. Disparaître pour mieux renaître, changer de peau et même de sexe : Andy Warhol devient Sandy Vazhoda.

    De New York à Paris, des territoires soviétiques à Berlin en passant par la Grèce, ce roman aux allures de road movie nous entraîne dans le sillage de personnages qui vont se croiser, s'aimer ou se haïr, et aller, contre toute attente, au bout de leur folie.
    Jusqu'au dénouement, aussi imprévisible que la personnalité de Sandy Vazhoda, obsédée par la mort, la postérité et la recherche de ses origines.


    Philippe Lafitte a publié trois romans aux éditions Buchet/Chastel : Mille amertumes (2003), Un monde parfait (2005) et Étranger au paradis (2006). Vies d'Andy est son quatrième roman.

  • " Canaille au coeur d'ange ", " carnassière de feu ", tels sont les surnoms de Gloh ; une femme exceptionnelle, fière amazone régnant sur une bande de malfrats.
    Véritable légende à Cotonou, elle redistribue aux pauvres le butin de ses folles et périlleuses équipées. Un tel panache lui vaudra d'être arrêtée, le gouvernement ayant mis tout en oeuvre pour cela. Les hommes au pouvoir tenteront même de l'acheter afin de gagner les prochaines élections grâce à l'ascendant qu'elle exerce sur le petit peuple béninois : mais peut-on acheter ce qui n'a pas d'entrave ? Gloh, incarnation de la liberté et de l'indépendance, appartient à la fière tribu des montagnes et non au monde véreux de la politique.
    Son personnage est directement inspiré de Phoolan Devi, la fameuse " reine des bandits " indienne. Dans sa fuite, elle entraîne avec elle son amant, l'inspecteur Alabi, lui-même en marge de ce monde corrompu et impitoyable. De rebondissements en rebondissements, porté par une écriture lyrique, sauvage, entre mélopée et poésie parfois, mais une écriture faisant aussi la part belle à l'action, le Cantique des cannibales mêle habilement intrigue policière, histoire d'amour et satire politique.
    Elections truquées, politiciens en déroute, histoire d'amour entre un policier père de famille et une fière amazone régnant sans partage sur une troupe de brigands : voici les quelques éléments de ce foisonnant roman qui ne laisse aucun répit au lecteur et dont l'écriture soignée et jubilatoire séduit.

  • " Et je vis sept anges qui se tiennent devant Dieu, et sept trompettes leur furent données.
    " (Apocalypse, VIII,2.) Et si au commencement était le jazz? Les anges de l'Apocalypse furent peut-être les membres d'un orchestre de jazz harnachés de plumes. C'est ce que laisse entendre Velibor Colic dans ce roman écrit en hommage à Benjamin Francis " Ben " Webster, saxophone ténor né à Kansas City, dans le Missouri aux Etats-Unis, le 27 mars 1909 et mort à Amsterdam aux Pays-Bas le 20 septembre 1973.
    L'auteur y revisite en effet, les principales étapes de l'existence de ce prodigieux musicien, l'un des plus célèbres de l'inoubliable orchestre de Duke Ellington. En découvrant le destin de ce jazzman d'exception, c'est l'épopée du jazz que nous revisitons de l'intérieur. Velibor Colic nous entraîne avec délectation et subtilité dans l'intimité fragile de musiciens qui sacrifièrent tout à cet art majeur.
    Et de mémoire Velibor Colk n'est pas démuni. Celle du coeur aussi, qui comble si majestueusement les inconnues de l'histoire. Grâce à ce livre incandescent, " Neb " ou " Ben " Webster, ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre, entre plus encore, avec les personnages majuscules qui ont animé sa vie : ses parents, ses amours, ses amis musiciens (Duke Ellington, Oscar Peterson, Ray Brown, Herb Ellis, Stan Levey...), au Panthéon du jazz.

  • Un film de ken loach inspiré d'une idée originale d'éric cantona, qui joue son propre rôle.
    Un roman tendre et drôle de marc dolisi. eric bishop est facteur à manchester. on ne peut pas dire que sa vie soit une réussite. à cinquante ans, il est divorcé, élève seul ses deux beaux-fils, est empêtré dans la culpabilité et la mauvaise estime de soi. après un pétage de plombs carabiné, ses copains, facteurs comme lui, et fous de football, font tout pour le tirer d'affaire. et voilà qu'une nuit où eric bishop fume un joint, à bout de nerfs, eric cantona, son idole, lui apparaît.
    Petit à petit, grâce à la présence attentionnée et irrésistible de l'idole, eric bishop va retrouver confiance et reprendre en main les rênes de sa vie. c'est l'occasion pour le lecteur de se plonger dans l'univers de manchester, sa musique, l'ambiance des pubs les soirs de match. et de retrouver éric cantona, élu meilleur joueur de tous les temps, avec ses répliques légendaires. fidèle au film, le roman séduira à la fois les amateurs de football et de littérature.

empty