Entreprise, économie & droit

  • Il a 31 ans.
    Il est beau, célibataire et discret. dans la banque où il est trader, on loue son flair et son sérieux. soudain, jérôme kerviel mise 50 milliards d'euros et provoque le plus grand séisme de l'histoire de la finance française : une perte de 4,9 milliards d'euros pour la société générale. sa banque l'accuse désormais d'être un " fou ", et même un " terroriste ". mais cette version est-elle sérieuse ? ce n'est pas l'avis des collègues et camarades de jérôme kerviel, ni de son amie, ni des experts qui s'expriment ici pour la première fois.
    Voici le récit d'une dérive, qui est aussi celle de notre inonde au bord d'une faillite annoncée. voici la course d'un joueur, jérôme kerviel, qui se bat, aujourd'hui comme hier, seul contre tous.

  • Alors que les entrepreneurs sont plus que jamais conscients de l'impact de leurs actes sur l'environnement, Richard Branson démontre à quel point cette responsabilité personnelle, en tant qu'individu, mais, aussi - et surtout - en tant que directeur d'un grand groupe, implique des devoirs. Richard Branson propose de concrétiser la théorie du « capitalisme Gaïa ». Cette vision de l'économie estime que l'on doit mesurer ce que l'on abîme dans l'environnement afin que les grandes sociétés, comme Virgin, s'engagent dans une approche plus généreuse et responsable des affaires.

  • A l'âge où d'autres jouent encore aux billes, Richard Branson a décidé que sa vie serait ce qu'il en ferait. Depuis le lancement du magazine Student, à 16 ans, jusqu'à la création de Virgin Galactic, qui annonce l'aube du tourisme spatial, sans oublier ses incroyables aventures en ballon, Richard Branson a volé de défi en défi. Dans ce livre bref mais dense, il retrace avec passion et humour les expériences qui ont fait de lui l'un des entrepreneurs les plus connus au monde. En neuf chapitres et autant de leçons d'énergie, de courage et d'optimisme, il nous explique comment chacun peut, à sa manière, prendre sa vie en main et accomplir ses rêves.

  • comment ai-je pu penser que le club des longues moustaches était une association de gays pileux ? où est situé ce restaurant de l'algonquin dont on me répète qu'il était le centre du monde au début du xxe siècle ? d'où sortent ce baron corvo et ce zo d'axa ? suis-je tenu de relire l'intégrale des colloques de cerisy, de me mettre à la post-poésie et à la littérature agénérique ? pourquoi les crosby sont-ils jugés beaucoup plus importants que les fitzgerald ? dois-je lire ce mystérieux b.
    traven dont on m'assure qu'il surpasse conrad et london ? suis-je vraiment un idiot de croire que la paris review est un guide touristique consacré à la ville lumière ? jean de la ville de miremont est-il le plus grand écrivain français du xxe siècle, comme on me l'affirme dans les dîners ? qui est cet andré blanchard, de vesoul, qui provoque crises de spasmophilie à la seule évocation de son nom ? quel est le prix littéraire le plus déjanté ? pourquoi devrais-je prêter attention aux journaux du défunt matthieu galey ? suis-je obligé d'aller acheter mes livres à tours, place grand-marché ? ce lexique indispensable de connaissance littéraire pointue s'adresse à tous ceux qui soupçonnent l'existence d'un autre monde derrière les grandes figures imposées.
    entre seconds couteaux ignorés ou oubliés, figures de dandy vénérées, personnages pittoresques, us et coutumes d'une secte étrange, ce dictionnaire d'un genre inédit est un remarquable voyage à travers la littérature. et confirme le mot de schnitzler selon lequel le snob a en général raison.

empty