Littérature traduite


  • groupie.
    le mot n'est pas si joli. et surtout réducteur. on croit toujours qu'il s'agit d'une histoire de sexe. alors qu'il s'agit de bien plus. et avant tout de magie. pamela des barres est de ces adolescentes qui ont vu leur vie bouleversée par l'arrivée des beatles. un pur cataclysme qui arracha cette jeune fille tranquille au rêve américain et au pavillon de banlieue. et la précipita au bras de jeunes éphèbes anglais portant guitares.
    une longue liste. un pur gotha : c'est peu de dire qu'elle connut les meilleurs. depuis confessions d'une groupie (le serpent à plumes, 2006), elle raconte tout. ce livre-là, son dernier, est une incursion dans un gynécée bien particulier. celui des autres muses, de ses soeurs d'amour. personnages légendaires, fiancées mythiques, on plonge, avec cette série de rencontres, au coeur du rêve, dans ce que le rock a de plus profond, son moteur même : le désir.
    patrick eudeline.
    de cynthia plaster caster avec jimi hendrix à miss mercy avec les légendes de la stax tels chuck berry et al green, en passant par cherry vanilla avec david bowie, ou encore tura satana avec elvis, pamela des barres nous raconte une autre histoire du rock.

  • Exodus

    Giulia Bonacci

    • Scali
    • 14 February 2008

    En 1977, Bob Marley composait Exodus, chef-d'oeuvre du reggae évoquant le retour des Rastas en Afrique. Leur histoire inédite est racontée dans ce livre érudit. En fondant sa recherche sur de nombreuses archives et de longues enquêtes orales, Giulia Bonacci démontre que cette utopie est aussi une réalité historique. L'incroyable parcours des Rastafariens, partis des Caraïbes, des États-Unis et du Royaume-Uni est retracé avec finesse et rigueur. De la sortie de Babylone à l'arrivée à Sion, l'exode prend ici une dimension panafricaine. Confrontés à des relations complexes avec les Éthiopiens, les Rastas, mystiques et obstinés, continuent d'arriver à Shashemene, leur terre promise. Révélant des trajectoires personnelles, ce livre est illustré par des photographies inédites.

  • Comme 400 000 lecteurs de la petite encyclopédie de la vie merdique en grande-bretagne (seali, 2007), vous avez peut-être aimé rire des malheurs de la société britannique contemporaine.
    Vous adorez l'humour anglais et détestez les lieux communs, les crétins, et autres maux d'aujourd'hui. alors, la merde mondiale vous est nécessaire. dans cette nouvelle satyre, steve lowe et alan mcarthur s'attaquent au reste du monde et dressent un tableau tragi-comique de notre horrible époque.

  • Pourquoi de nombreux américains estiment-ils qu'il est nécessaire d'être présent en irak ou en afghanistan ? que reprochent-ils à la vieille europe ? quelle vision ont-ils du monde actuel ? quelles sont leurs peurs ? pourquoi les questions démographiques, culturelles et religieuses les préoccupent-elles tant ? mark steyn nous présente la pensée des américains qui, à droite comme à gauche, estiment que les états-unis sont seuls à combattre l'obscurantisme et l'islamisme intégriste.
    Voici le best-seller qui fait scandale aux états-unis et au canada, un ouvrage polémique qui nous éclaire sur les enjeux majeurs des élections présidentielles américaines.

  • Alors que les entrepreneurs sont plus que jamais conscients de l'impact de leurs actes sur l'environnement, Richard Branson démontre à quel point cette responsabilité personnelle, en tant qu'individu, mais, aussi - et surtout - en tant que directeur d'un grand groupe, implique des devoirs. Richard Branson propose de concrétiser la théorie du « capitalisme Gaïa ». Cette vision de l'économie estime que l'on doit mesurer ce que l'on abîme dans l'environnement afin que les grandes sociétés, comme Virgin, s'engagent dans une approche plus généreuse et responsable des affaires.

  • Le Culte de l'amateurisme décrit sans concession les répercussions culturelles et économiques du Web 2.0 : Gratuité, hyper-violence, violation de la vie privée, violation du droit d'auteur. Dans ce brûlot, Andrew Keene nous met en garde contre un projet de société basé sur la gratuité ou la distinction entre le producteur et le consommateur tend à s'effacer, où la foule prend le pouvoir. Il nous invite, comme la ministre de la culture, Christine Albanel l'a fait au mois de septembre, à réfléchir à une régulation de l'Internet et à une véritable ouverture sur le commerce en ligne, seul moyen de contrôler la toile.

  • En se basant sur les récits de voyageurs anglais au XIXe siècle, Vic Darkwood dénonce avec ironie et causticité les comportements colonialistes de ses ancêtres autoproclamés " gentlemen " - sans en oublier les règles et coutumes dont la splendeur du charme désuet n'a jamais cessé de gonfler d'orgueil les sujets de sa Majesté. Du Times au Daily telegraph, un summum du politiquement incorrect applaudi par la presse britannique. Écrit comme un guide de voyage dans le temps, ce merveilleux ouvrage s'amuse de l'absurdité d'une civilisation où il faisait bon parcourir le monde en costume de tweed, coiffé d'un casque colonial, et assis sur une chaise à porteurs. Toute la cruauté de l'esprit Old England enfin gaussée par un rosbif de pure souche. À travers cette cocasse satire de l'époque victorienne, Vic Darkwood ressuscite un Empire disparu. Il se plaît à le parcourir de nouveau, emportant dans ses malles imaginaires le typique attirail des gentlemen d'alors : brosses à cheveux, peigne, brosse à ongle, cire à moustache Pomade Hongrois, brosses à dents, ciseaux, huile capillaire Macassar, miroir portatif, bonde dotée d'une chaîne (article que l'on trouve rarement à l'étranger), loupe et herbier, fouet à mouches, clubs de golf, tout ce qu'il faut pour jouer au cricket, cadran solaire de poche, sac de bâtons fendus permettant d'envoyer des messages, canon miniature (pour saluer la reine le jour de son anniversaire) - et préjugés féroces. L'irrésistible critique du temps des colonies. Ce voyage surréaliste au coeur d'un Empire où le soleil ne se couchait jamais donne au terme " gentleman " son véritable sens, mélange d'humour sans pitié et de cynisme cruel. Agrémenté de nombreux dessins, gravures et extraits de guides de voyages de l'époque victorienne, ce recueil désopilant propose de s'arracher de son fauteuil Chesterfield, de remplir ses malles - sans oublier son parapluie - et d'endosser sa veste en tweed élimée, le temps d'un passionnant voyage vers le passé.

  • A l'âge où d'autres jouent encore aux billes, Richard Branson a décidé que sa vie serait ce qu'il en ferait. Depuis le lancement du magazine Student, à 16 ans, jusqu'à la création de Virgin Galactic, qui annonce l'aube du tourisme spatial, sans oublier ses incroyables aventures en ballon, Richard Branson a volé de défi en défi. Dans ce livre bref mais dense, il retrace avec passion et humour les expériences qui ont fait de lui l'un des entrepreneurs les plus connus au monde. En neuf chapitres et autant de leçons d'énergie, de courage et d'optimisme, il nous explique comment chacun peut, à sa manière, prendre sa vie en main et accomplir ses rêves.

  • Est-il besoin encore de présenter michael jackson ? star planétaire, enfant surdoué de la danse.
    Son hit " thriller " reste l'album le plus vendu au monde. aujourd'hui pourtant, la carrière du chanteur est abîmée par de multiples scandales liés à son comportement étrange, ses excentricités et surtout ses démêlés avec la justice. une curiosité presque morbide anime le public de michael jackson. ce livre analyse la personnalité et l'histoire de cet artiste battu par son père, acculé à apprendre à danser et à chanter, confronté dès le plus jeune âge au public, et tente de répondre à cette question : qui est michael jackson ? ou plutôt, qu'est-ce que michael jackson ? est-il un chic type ou un prédateur ? un protecteur ou un pédophile ? un génie détruit ou une célébrité prête à tout pour retrouver la gloire ? un enfant star terrorisé par la vieillesse ou un monstre, pervers, psychopathe ? c'est à ces questions que margo jefferson tente de répondre en analysant les différentes forces historiques, économiques, sociales qui ont formaté michael jackson, mais aussi son public qui l'a adulé puis rejeté.

  • Bob Marley l'africain

    Adebayo Ojo

    • Scali
    • 10 July 2008

    Le message universel de bob marley s'adresse à toute l'humanité.
    Libération intérieure, spiritualité, révélation, révolution, élévation de l'esprit, musique, ganja, soul, d'accord, mais son discours est surtout constellé de références à l'afrique et au peuple noir. mal compris, mal connu, mal expliqué, le mouvement rasta est d'abord un mouvement africain issu de la diaspora africaine. plusieurs ouvrages biographiques existent sur bob marley, mais ils ont tous été écrits pas des blancs, et sous un angle occidental sans jamais saisir les véritables enjeux que marley s'évertuait à mettre en lumière.
    Ce livre explicite le contenu de son oeuvre sous l'angle jusque-là inédit, mais si logique, d'un africain. comment marley a-t-il vraiment été perçu en afrique, un continent où le reggae s'est installé absolument partout ? quelle est l'influence de la culture afro dans son oeuvre ? ce livre surprenant est indispensable à la compréhension du fabuleux trésor de bob marley.

  • La plupart des entreprises fonctionnent toujours selon une vision du monde qui n'a pas changé depuis la révolution industrielle. Autrefois, les ressources semblaient sans limites. On ne craignait que la pénurie de main-d'oeuvre. Tout a changé. A l'ère de la surpopulation, c'est le capital naturel - les ressources naturelles et l'équilibre écologique de la planète - qui décline et coûte de plus en plus cher. La prochaine révolution industrielle, comme la première, sera une réponse à une nouvelle donne. Cela provoquera des crises, mais également des opportunités. Les entreprises devront s'adapter à cette réalité. Les entreprises les plus innovantes le font déjà. Elles en tirent de nombreux bénéfices - et leurs dirigeants et employés ressentent eux aussi une satisfaction de cet engagement. Ils sont à l'avant-garde d'un nouveau modèle économique : le Natural Capitalism.

  • Anecdotes

    Jonas Mekas

    • Scali
    • 8 November 2007

    Mythique légende du cinéma indépendant américain, témoin et inspirateur de l'avant-garde, Jonas Mekas, né en Lituanie en 1922 et émigré à New York en 1944, est connu pour l'écriture d'un nouveau cinéma, le " ciné-journal ", qui consiste à enregistrer son quotidien. Avec un ton qui remet en cause l'esthétique du genre et le cinéma commercial, son style est repris aujourd'hui par de nombreux cinéastes. Hérault de la contre-culture et du mouvement beat, Jonas Mekas dirige actuellement l'Anthology Film Archives, la cinémathèque new-yorkaise du cinéma d'avant-garde. De Andy Warhol à Norman Mailer, en passant par John Lennon, Yoko Ono, Jean Renoir, Al Pacino, Jackie Onassis, Robert Frank, Henri Langlois, Allen Ginsberg...

  • ballon, avion, voile, vol libre, ski de fond, triathlon, traversée de la manche à la nage...
    le plus célèbre des aventuriers qui a battu 116 records du monde dans cinq disciplines différentes raconte pour la première fois son histoire fascinante. j'avais eu tort de penser qu'il ne pouvait rien m'arriver de pire. en ouvrant le sas, j'aperçus une énorme boule de feu. c'était mauvais signe. mon ballon était secoué de toute part, un incendie venait de se déclarer et l'explosion avait eu pour effet de mettre les brûleurs à pleine puissance.
    j'avais l'impression d'être en enfer et je m'entendis dire à voix basse " je vais mourir ".

  • le perfide best-seller britannique vendu à plus de 400 000 exemplaires.
    pendant des années, certains ont prétendu que ce qu'il fallait à la france c'était une thatcher ou un blair. croyez-en notre expérience,. vous n'en avez pas besoin. si vous détestez : les lofts, tony blair, les distributeurs de billets, ceux qui doutent du réchauffement planétaire, les ballades r&b, les études en communication, les mâles dominants, les repas en kit, la kabbale... alors il vous faut cette petite encyclopédie de la vie merdique en grande-bretagne à l'usage du reste du monde, attaque en règle de tout ce que notre culture moderne a de plus merdique, et oeuvre de référence absolue pour tous ceux qui pensent que tout est de la merde.
    ce qui est bien le cas. ce livre dit non aux idées téléphonées, aux lieux communs, aux crétins, aux produits inutiles et au double langage qui dominent notre vie. aucun livre n'a jamais été aussi plein de merde que celui-ci. créé pour tous ceux qui pensent avoir perdu leur âme dans les starbucks coffee, ce pamphlet infiniment bien documenté apporte sa pierre à l'édifice toujours plus grand de l'anticapitalisme primaire...
    tout en espérant vendre des tonnes d'exemplaires.

  • a l'occasion du cinquantième anniversaire de sur la route, de jack kerouac, bruce benderson nous emmène faire un voyage délirant et pittoresque dans l'underground d'hier et d'aujourd'hui, vu par un écrivain qui vécut ces années-là.
    par ses libres associations d'idées et sa démarche ludique, l'auteur nous présente cinquante idées, personnes et événements qui piquèrent sa curiosité, influencèrent sa vie, ou furent tout simplement cocasses. ce concentré de contre-culture, construit par ordre alphabétique, à la manière d'une mini-encyclopédie, part d'altamont, le célèbre concert de rock des rolling stones au cours duquel un spectateur fut assassiné, pour aller à viva, la superstar la plus effrontée et dénudée d'andy warhol.
    en chemin, on rencontrera des personnages tels qu'eldridge cleaver, qui voulut fonder un etat séparatiste noir aux etats-unis ; patty hearst, riche héritière américaine qui sombra dans le terrorisme ; robert crumb, le roi de la bd underground ; peter berlin, caricature vivante du désir homosexuel ; jean seberg, qui sacrifia son identité culturelle pour s'exiler en europe et en paya un lourd tribut ; ainsi que les autres artistes, visionnaires, radicaux et cinglés qui inventèrent le monde alternatif des années soixante et soixante-dix.
    vous découvrirez pourquoi le bouc a toujours été un symbole transgressif, comment les mouvements punk et grunge sont morts, à quoi ressemble la vie d'un skateur à newyork, comment haight-ashbury, le quartier hippie de san francisco, se développa, et beaucoup d'autres anecdotes sur la vie dans les marges.

  • Autobiographie sortie en 1967 en Angleterre mais inédite en France de Brian Epstein, manager historique des Beatles.
    Elle retrace les trois années qui ont amené l'avènement des Beatles.

empty