Points

  • Solenoïde Nouv.

    Solenoïde

    Mircea Cartarescu

    Professeur de roumain, le narrateur enseigne dans une école de Bucarest. Si le métier le rebute, c'est pourtant dans cette école qu'il fera trois rencontres capitales : celle d'Irina, dont il tombe amoureux, celle d'un mathématicien qui l'initie aux arcanes de sa discipline, et celle d'une secte mystique qui organise des manifestations contre la mort dans les cimetières de la ville. Chef-d'oeuvre de Mircea Cartarescu, Solénoïde est le journal halluciné d'un homme qui cherche à percer le mystère de l'existence.

  • À « Monsieur le Commandant », Paul-Jean Husson adresse cette terrible lettre. Signée de la main d'un intellectuel, écrivain renommé et académicien. Héros de la Grande Guerre également, attaché à la France de Pétain. Après la défaite de juin 40, son fils rejoint les résistants de Londres, laissant derrière lui son épouse Ilse. Paul-Jean Husson en tombe éperdument amoureux. Mais si sa nationalité allemande ne le dérange pas, il en va autrement de ses origines juives. Au point de le pousser aux dernières limites de l'ignominie.

  • Le docteur Wilbur Larch, directeur de l'orphelinat de Saint Cloud dans le Maine, est investi d'une double mission. Ce gynécologue réalise « l'oeuvre de Dieu » en mettant au monde des enfants non désirés, mais assure également « la part du Diable », en pratiquant des avortements clandestins. Désireux de transmettre son savoir, il prend sous son aile un jeune orphelin, Homer Wells, développant dès lors de gênants sentiments paternels...

  • Dans le but d'asseoir sa réputation auprès des voyous d'un quartier romain, Tommasino s'adonne à la violence. Devenu un de ces vitelloni, il mène une existence fulgurante. La prison puis la maladie sauront-elles le guider sur le chemin de la rédemption ? Le choix du réalisme, chez Pasolini, est moral et politique : la fugacité de ce destin, la brutalité d'une jeunesse égarée, interrogent le devenir de toute l'Italie d'après-guerre.

  • Le nouveau

    Tracy Chevalier

    « Dee le repéra avant tout le monde. Elle en fut très heureuse et fit durer l'instant ».

    En six ans, c'est la quatrième fois qu'Osei, fils d'un diplomate ghanéen, arrive dans une nouvelle école. Premier élève noir de cet établissement de la banlieue de Washington, Osei intrigue. Osei diffère. Osei dérange. Seule Dee, petite fille modèle et populaire, ose l'aborder. Les deux enfants se rapprochent et nouent une relation particulière tandis qu'autour d'eux la jalousie fait rage et les complots se forment. Un seul but : briser les liens qui unissent les deux amis.

  • « Des bruits couraient au sujet de ce bâtiment, où certaines personnes se seraient égarées et n'en seraient jamais ressorties...» Un homme se rend aux objets trouvés pour y récupérer son portefeuille, mais n'ignore pas ce qui se raconte à leur sujet. Un vieil écrivain aperçoit entre les mains d'un passager de l'autobus le livre qu'il aurait dû et n'a cependant jamais écrit. Un politicien, après avoir discouru, écoute la cassette de son intervention et découvre avoir été enregistré toute sa vie. Dans les vingt nouvelles qui composent ce recueil, le fantastique se faufile imperceptiblement à travers les interstices de la banalité.

  • Sex & rage

    Eve Babitz

    Désinvolte et insouciante, Jacaranda mène une vie de bohème sur les bords du Pacifique. Attachée aux plaisirs de l'existence, elle sèche l'école pour faire du surf, sirote des White Lady en compagnie de milliardaires blasés, et se laisse balloter par le ressac des amours passagères. Jusqu'au jour où le miroir aux illusions commence à se craqueler, la poussant à s'envoler pour New York, où l'appellent d'autres mirages.

  • En 1936, la guerre civile éclate en Espagne. Elle fera plus de six cent mille morts. Témoin des événements, George Bernanos condamne les exactions de la répression franquiste, dans ce journal aux accents de pamphlet, qui fit scandale lorsqu'il fut publié en France en 1938. Il y prend fait et cause pour les républicains, et dénonce le ralliement de l'Eglise espagnole au coup de force nationaliste du général Franco. Grands cimetières sous la lune est un récit de combat, fondamental, toujours actuel.

  • Une terre d'ombre

    Ron Rash

    « La falaise la dominait de toute sa hauteur, et elle avait beau avoir les yeux baissés, elle sentait sa présence. Même dans la maison elle la sentait, comme si son ombre était tellement dense qu'elle s'infiltrait dans le bois. » Laurel Shelton et son frère Hank vivent au fond d'un vallon encaissé des Appalaches. Marquée par une tâche de naissance, Laurel est considérée comme une sorcière. Hank, revenu de la Première Guerre mondiale, y a laissé une main. Isolés, bannis, ils mènent une vie fastidieuse et solitaire. Mais lorsque Laurel rencontre un mystérieux joueur de flûte, sa vie bascule.

  • Ida

    Hélène Bessette

    Ida est morte, frappée par un camion. Sa disparition suscite le trouble : qui était cette femme discrète, dévouée à son travail de bonne à tout faire ? Rien ni personne n'élucide ce mystère. D'elle, il ne reste que les mots de celles qui ont croisé sa route. Des mots amers qui tracent en contrepoint un saisissant portrait : celui d'un monde égoïste et cruel, dont Ida était la victime silencieuse mais victorieuse.

  • Une priere pour owen

    John Irving

    « Quand meurt, de façon inattendue, une personne aimée, on ne la perd pas tout en bloc ; on la perd par petits morceaux, et ça peut durer très longtemps. » Depuis le Canada où il s'est installé, John évoque avec nostalgie le puzzle de sa jeunesse, dans une petite ville du New Hampshire : la vie de collégien, les premiers émois amoureux, la quête du père inconnu, les débuts sournois de la guerre du Vietnam ; et par-dessus tout l'amitié parfaite avec Owen ? l'irrésistible Owen qui s'était voué à la double tâche de réparer le tort causé à John et de sauver le monde.

  • « Mon inquiétude égale mon impatience. Je ressens un doute, la création est comme un miracle, et le doute est conséquence de l'incertitude du miracle. » Un moine bâtisseur est chargé de la construction de l'abbaye du Thoronet. Une oeuvre qu'il veut pure, vraie, réelle. Jour après jour, il décrit la vie du chantier entre travail harassant et discipline de fer, les difficultés techniques, la lente marche vers l'édification du lieu saint. Les doutes assaillent l'architecte. Pour parvenir au chef-d'oeuvre distingué entre mille, il faut allier l'expérience du métier et la spontanéité de l'art, apprivoiser l'inconnu. La création est, d'abord, un acte de foi.

  • La danse du roi

    Mohammed Dib

    Une femme et un homme. Ce sont deux destins complémentaires et dissemblables, liés seulement par l'expérience de la guerre, tiraillés entre un passé glorieux et un présent désenchanté. Leur double expérience incite l'un et l'autre à se parler, à se réinventer, et à créer ce qui leur manque, dans la parole. Ce livre se veut la geste, non du héros, mais de ce « roi » que le dernier des humains demeure en dépit de tout.

  • L'exil a duré dix ans. Norman Manea revient dans sa Roumanie natale où le communisme s'est effondré, mais où rien n'a vraiment changé. Entre réalité et fiction, le souvenir affleure : sa mère est morte, le communisme s'est effondré et les fantômes du passé voilent son regard. Reste la douleur lancinante d'avoir fui sa patrie véritable : sa langue maternelle.

  • « Il engagea la décapotable sur le chemin, et Margaret se laissa aller contre son dossier pour regarder le ciel se déverser sur elle en une enveloppante cascade de bleu »: un couple, ébloui par la splendeur de l'automne, sillonne les routes du Vermont.
    A la faveur d'une halte aux abords d'un village isolé, Ross sort pinceaux et chevalet, Margaret ramasse quelques pommes sauvages et aperçoit la silhouette fragile d'une jeune femme venant à sa rencontre. Entre rêve et mélancolie, cinq nouvelles de Wallace Stegner au sommet de son art.

  • Les ragazzi

    Pier Paolo Pasolini

    « Il s'agissait d'une armada de gamins qui couraient comme des scélérats. » Dans la Rome crépusculaire d'après guerre, une bande d'adolescents vit de petits larcins et de crimes divers. Cherchant la bonne combine qui leur fera gagner quelques lires, ils survivent tant bien que mal dans les faubourgs. Grand texte politique et moral, Les Ragazzi leur donnent la parole à travers la voix prodigieuse de Pier Paolo Pasolini.

  • Nourris d'éléments autobiographiques, les deux contes d'Histoires pragoises décrivent la Prague de l'adolescence de Rilke, celle où est né son désir d'écriture. Entre les souvenirs du pont Charles et du Café national, il évoque l'émergence du sentiment nationaliste anti-allemand. Dans Le Testament, il parle du conflit latent entre art et amour. Deux oeuvres symboliques, l'une de jeunesse, l'autre plus mature, rassemblées pour nous faire découvrir autrement l'un des plus grands écrivains de langue allemande.

  • Il est midi, les cloches retentissent dans le village de Louisburgh. Assis dans sa cuisine, Marcus Conway écoute la radio et lit son journal. Soudain, un article amène un souvenir, le passé se mêle au présent, il se rappelle : ses premières années d'homme marié, la naissance de ses enfants, la folie de son père... Pendant une heure, il désosse son passé avec autant de minutie que d'émerveillement. Jusqu'au jour où, sa vie s'est brutalement mise à vaciller.

  • Le président Koyaga est un maître chasseur... et un dictateur de la pire espèce. Lors d'une cérémonie purificatoire, un griot des chasseurs et son bouffon lui racontent sa propre vie, sans omettre les parts d'ombre et de sang. Après avoir fait la guerre d'Indochine, Koyaga a en effet pris la tête de la République du Golfe en usant de la sorcellerie et de l'assassinat. Accompagné de son âme damnée Maclédio, il a parcouru l'Afrique, prenant des leçons auprès de ses collègues en despotisme. On n'aura guère de peine à reconnaître au passage Houphouët-Boigny, Sékou Touré, Bokassa, Mobutu.

  • L'oubli

    David Foster Wallace

    « Je gaspillais beaucoup de temps et d'énergie à créer une certaine image de moi-même et à recueillir une approbation ou une acceptation qui ne me faisaient rien, parce qu'elles n'avaient rien à voir avec celui que j'étais vraiment. J'étais un imposteur et ça me dégoûtait, mais je crois que je n'arrivais pas à m'en empêcher ».

    Ces mots sont ceux de Neal, son long monologue d'homme en proie au doute, à l'imposture et à l'errance constitue l'une des nouvelles de L'Oubli. Comme Neal, les autres personnages de ce recueil souffrent de l'impossibilité de faire coexister leur propre espace mental avec le reste du monde. Et trouvent leur refuge dans l'effacement et l'oubli : dans l'art le plus absurde, la folie, la chirurgie esthétique, une lettre désespérée, ou même le suicide.

    L'univers de David Foster Wallace se retrouve condensé dans ces huit nouvelles qui sont autant de petits romans où se conjuguent humour noir et empathie.

  • Barney Panofsky s'est toujours laissé guider par deux croyances : la vie est absurde et les humains sont incapables de se comprendre. Alors, pourquoi se priver ? De Paris à Montréal, Barney enchaîne les beuveries, les parties de hockey et de jambes en l'air, les amours impossibles... Jusqu'au jour où son ennemi juré, un écrivain à succès, l'accuse publiquement d'être un assassin. Au bord du gouffre, Barney est forcé de se défendre. Il se plonge alors dans l'écriture de ses mémoires, animé par une furieuse envie de vivre.

  • Solomon Gursky

    Mordecai Richler

    « Là-bas, tout au bord du monde, à Tulugaqtitut, minuit avait sonné depuis un moment déjà. » Moses Berger est encore un enfant quand il entend parler de Solomon Gursky. Obsédé par ce personnage, il cherchera toute sa vie à démêler le vrai du faux dans les origines mystérieuses de sa famille. Il mènera son enquête épique et hilarante des bas-fonds londoniens du xixe siècle jusqu'à l'Amérique de la prohibition, de l'Arctique jusqu'au Mile End. Le tout sous le regard d'un corbeau maléfique tournoyant au-dessus de six générations de Gursky.

    Nouvelle traduction par Lori Saint-Martin et Paul Gagné.

  • L'astragale

    Albertine Sarrazin

    Ce livre culte est le récit autobiographique de la cavale d'Anna, dix-neuf ans, évadée de prison qui, dans sa fuite, s'est brisé un os du pied nommé astragale. Sa route croise celle de Julien : il deviendra l'amour de sa vie. Il parle comme elle le langage des prisons et va l'aider à échapper aux autorités qui la traquent. De planque en planque, de rencontre en rencontre, la jeune fugitive est prête à toutes les audaces pour défendre sa fragile liberté. Quoi qu'il en coûte, chaque rayon de soleil est à prendre.

  • La pianiste

    Elfriede Jelinek

    Erika Kohut ne boit pas, ne fume pas, couche encore, à 36 ans, dans le lit maternel. Mais dès que ses horaires de professeur de piano au conservatoire de Vienne le lui permettent, elle fréquente les cinémas pornos et les peep-shows... Et quand Walter Klemmer, un de ses étudiants, tombe amoureux d'elle, elle l'entraîne dans une relation sadomasochiste au scénario éculé, propre à redorer la vieille relation du maître et de l'esclave.

    Née en Autriche en 1946, Elfriede Jelinek a reçu le prix Nobel de littérature en 2004. Ses romans, toujours très remarqués par la presse et le public, sont disponibles en Points. La Pianiste fut son premier roman publié en France.

empty