Sciences humaines & sociales

  • Chasseur à l'automne, ou encore de l'homme des bois, du loup-garou, de l'enragé, du possédé. Il préside aussi à la poursuite céleste des pléiades par Orion. Analysant la pratique de la chasse, en France et en Europe, Bertrand Hell retrace, à travers le motif central du sang noir, les multiples aspects du mythe de l'homme sauvage, dont il est la métaphore dans notre culture.
    S'adonner à la chasse, c'est s'abandonner au flux sauvage, risquer de passer sous son empire ; il y faut donc des règles précises. mais la passion peut devenir fureur, et fièvre dangereuse. De la Méditerranée à la Sibérie, mythes et mythologies illustrent ces débordements ; le thème touche à la cosmologie, à la théologie, à la médecine, il organise en profondeur l'imaginaire de notre culture, et l'on verra que saint Hubert s'inscrit dans la filiation d'Artémis, la divine chasseresse.

  • Fruit d'une étude ethnologique, cet ouvrage croise à la fois des enquêtes de terrain approfondies et des données historiques - des origines de la bière, la plus ancienne des boissons, à son folklore particulier (chansons, fêtes, légendes) - pour proposer un éclairage original sur une boisson « ordinaire ». Au fil de son analyse, Bertrand Hell en arrive ainsi à faire ressortir l'analogie entre fabrication de la bière et pensée alchimique. Bénéficiant de la combinaison des forces symbolisées par le double triangle entrelacé de l'étoile des brasseurs, « l'art » brassicole permet de transmuer une matière imparfaite car putrescible en un breuvage doté de la force de vie de l'alcool. C'est à l'aune de cette pensée symbolique que doivent se comprendre à la fois l'importance historique de la bière comme boisson rituelle et ses modes contemporains de sociabilité qui la distinguent nettement du vin.

  • Comment représenter et se représenter les transformations des territoires habités ? Quels regards et quels outils sont inventés pour le faire ? Et pourquoi ces modes de représentations prennent-ils tant d'importance aujourd'hui ? Ces questions traversent le présent ouvrage collectif auquel ont contribué des chercheurs issus de champs disciplinaires variés, comme l'architecture, l'urbanisme, l'anthropologie, la philosophie, la géographie, la sociologie, etc.
    Les textes réunis dans cet ouvrage explorent l'hypothèse selon laquelle il est nécessaire de passer d'une approche statique des phénomènes urbains à une démarche et des méthodes plus aptes à penser les espaces de l'édifice, de la ville, du grand territoire, dans une logique de devenir caractérisée par des changements, des mutations, des bifurcations, mais aussi des cycles, des résurgences et des récurrences.
    De Naples à Cali, de Berlin au Monténégro, de Rennes au Grand Paris en passant par Milan, les territoires en transformation se croisent, se répondent et forment une géographie mouvante jalonnée des images du photographe Adamo Maio. Ils sont appréhendés à travers des prismes variés : la danse, la cartographie, les restes urbains, le cinéma, le tourisme, l'hodologie, etc.

    AVEC LES CONTRIBUTIONS DE:
    Chiara Barattucci, Anna Barret, Céline Bodart, Philippe Bonnin, Stéphane Bonzani, Roberto D'Arienzo, Estelle Degouys, Clément-Noël Douady, Laurence Feveile, Paola Figueroa, Federica Gatta, Alain Guez, Elisavet Kiourtsoglou, Claire Lagesse, Annarita Lapenna, Margaret Manale, Sandra Parvu, Anne Philippe, Emmanuelle Roberties, Lisa Rolland, Marion Roussel, Mathias Rollot, Alice Sotgia, Chris Younès, Véronique Zamant, Piero Zanini, Ornella Zaza.
    Photographies de Adamo Maio.

  • Le rôle des intellectuels, des artistes et des personnels d'institutions culturelles dans les mouvements de résistance au nazisme est souvent méconnu. Pourtant, les premières recherches engagées dès 1985 au musée de la Résistance nationale sur la résistance de musiciens se sont révélées fructueuses. Ainsi, Madeleine Milhaud, Henri Dutilleux, Irène Joachim, Elsa Barraine, Jacques Jansen et Manuel Rosenthal ont accepté de témoigner sur cette part de leur vie oubliée par les biographes. Par la suite, l'étude des fonds propres aux mouvements de résistance a mis en lumière l'existence d'une résistance à base syndicale de l'ensemble des métiers du spectacle, parallèle à celle, spécifique, des musiciens. Les recherches se sont poursuivies sur les collections historiques du musée de la Résistance nationale et de la bibliothèque-musée de l'Opéra, éclairées et enrichies par les témoignages de personnels, actifs et retraités, de l'institution. Une autre facette de l'histoire de la résistance des personnels de la Réunion des théâtres lyriques nationaux se découvrait ainsi. Cet ouvrage, à travers ses textes et son iconographie, restitue les apports successifs et conjugués de ces rencontres et de ces recherches : une histoire, des mémoires, un patrimoine culturel et civique vivants, annonciateurs d'autres créations communes.

empty