L'homme Nouveau

  • Pourquoi devient-on catholique et quelles sont les raisons qui poussent des personnes si différentes les unes des autres à quitter leurs attaches pour rejoindre un jour la même Église catholique ? C'est à ces questions que répond le célèbre écrivain anglais Gilbert Keith Chesterton dans cet essai percutant où ce grand maître du style met tout son talent en oeuvre pour montrer la singularité du catholicisme.
    Définitivement remarqué dans le monde des lettres après la parution de deux ouvrages défendant avec originalité le christianisme, Chesterton se convertit au catholicisme en 1922.
    En 1926, il publiait ce livre que nous complétons ici par deux textes sur le même thème. « La difficulté que j'ai à exprimer pourquoi je suis catholique, confie Chesterton, tient essentiellement à ce qu'il y a mille raisons à cela qui toutes se résolvent en une seule, qui est que lea catholicisme est la vérité ».

  • À travers l'évocation de sainte Jeannne de Chantal et des premières visitandines, ainsi que des amis de saint François de Sales, les auteurs proposent aux lecteurs de découvrir concrètement une spiritualité fondée sur l'Amour divin et la vocation universelle à la sainteté.
    Avec une préface de Mgr Rudolf Michael Schmitz, Vicaire général et Provincial de France pour l'Institut du Christ-Roi Souverain-Prêtre.

  • Pour entrevoir l'avenir des paroisses, qui ne va plus de soi, il fallait mener l'enquête. Revenir aux sources, comprendre comment elles ont, au fil des siècles, recouvert de clochers nos villes et nos campagnes.

    Avec cet éclairage historique, nous pouvions mieux appréhender le présent et avons rencontré des curés qui nous ont fait voir un peu de la réalité des paroisses de France.
    Des évêques ont donné une vision plus globale en évoquant la formation des prêtres, les enjeux financiers, l'évangélisation d'une société « liquide ».. Ils nous ont parlé sans langue debuis. Les laïcs dans leurs domaines respectifs, fidèles engagés, historiens, économe, ont apporté leur expertise.

  • Quoi de commun entre Chateaubriand et Julien Green, Drieu la Rochelle et Fitzgerald, Anouilh et Hergé, Morand et Cioran, Vialatte et Sempé àpart ladmiration que leur porte lauteur de ces études ? Sils forment, aux carrefours de lintranquillité, une sorte de corps franc intemporel, cest quau coeur de leurs oeuvres est tapi le même sentiment dincomplétude qui les pousse à chercher inlassablement limage dans le tapis qui révélerait le motif de nos existences. Tous, dune manière ou dune autre, ont traversé le miroir pour nous faire entrevoir ce qui le plus souvent ne nous apparaît que masqué. Quelle que soit la route quils ont empruntée, que domine chez eux lespérance ou la mélancolie, lémerveillement ou la révolte, lamour de la vie ou le dégoût de soi-même, tous sont pour nous, à leur inimitable manière, dirremplaçables éclaireurs du sens.  A propos de l'auteur : Laurent Dandrieu, rédacteur en chef culture à Valeurs actuelles, est lauteur de plusieurs livres parmi lesquels Woody Allen, portrait dun antimoderne (2010), Dictionnaire passionné du cinéma (2013), La Compagnie des anges, petite vie de Fra Angelico (2014) ou Les Peintres delinvisible (2016). 

  • Il semble que dans le contexte culturel, social et religieux qui nous est contemporain, les exemples et les enseignements de saint François de Sales conservent une étincelante actualité. Si les défis auxquels l'évêque de Genève eut à s'atteler diffèrent substantiellement de ceux que la divine Providence offre à notre temps, l'admirable équilibre dont il fit montre demeure un principe d'action indépassable. Nous pouvons sans crainte affirmer que le Docteur de l'Amour de Dieu illustra, à chaque nouvelle étape de sa mission, dans ses décisions, choix et discours, la fameuse devise de saint Paul : veritatem facientes in caritate (« Ils témoignent de la vérité dans la charité ») Que nous sommes loin des grandes oppositions auxquelles nous a réduits le subjectivisme ambiant ! Dans les écrits de saint François, nous ne trouvons aucun soupçon de relativisme, de compromission mielleuse, de silence coupable ; et pour autant, sa plume répand toujours et invariablement la même onction, la même prévenance, les mêmes égards et les mêmes politesses ! (...) Laissons-nous donc instruire au fil de ce recueil par les diverses facettes de la charité salésienne, ses notes de zèle et de compassion, ses accents doux et affectifs, qui mettent en lumière une pédagogie de la plus fine espèce et le grandoeuvre de notre éducation à l'amour véritable. (Extrait de la Préface)

  • Voici un véritable petit traité d'éducation, qui joint la concision à la rigueur. Tous les âges de l'enfance et de l'adolescence sont analysés avec finesse, et les grandes lignes de l'effort édu-cateur sont mises en place. Les auteurs ont le plus grand soin de bien mettre en lumière les rôles spécifiques du père et de la mère et le traitement différencié à donner aux garçons et aux filles...

  • 150 ans après le voeu de la construction de la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre, ce hors-série double offre une plongée historique et spirituelle dans la grande épopée du Voeu national et de la place du Sacré Coeur dans l'Église et la vie de la France.

    Richement illustré, faisant appel aux meilleurs spécialistes et acteurs de la vie de la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre, ce numéro est appelé à devenir une véritable pièce de collection.

  • Peut-on encore innover dans la compréhension du livre le plus édité, le plus traduit, et probablement le plus lu dans le monde ? À lire Marie Balmary, on peut répondre assurément de manière affirmative à cette question. Elle s'est taillé un territoire original dans l'interprétation de la Bible à l'extrême fin du XXe siècle.
    Il s'agit ici de fixer quelques repères permettant d'éclairer le cas particulièrement radical de Balmary. Sa démarche est manifestement dans la dépendance d'une infrastructure philosophique, probablement inconsciente, qui conditionne ou commande bien des pensées, bien des prises de position, car ces soubassements constituent la langue que l'exégète parle malgré elle. C'est la philosophie sous-jacente à cette variante du freudisme qu'est la psychanalyse selon Balmary que met au jour cet ouvrage.

  • Épuisé après une première édition en 2009 qui avait rencontré un grand succès auprès de la presse nationale, cet essai politique et économique de G.K. Chesterton est aujourdhui réédité. Dans ce recueil de textes de 1926, le grand écrivain britannique semploie à dessiner les principes qui pourraient guider une société vraiment humaine entre les écueils du totalitarisme collectiviste et du chaos du libéralisme libertaire qui ne profite quà des privilégiés. Ce nest pas une mince surprise de constater quen usant des mots qui sont les siens, Chesterton avait déjà pensé la crise de lenvironnement, la faillite des banques, la perversité du système de la grande distribution, la destruction de lagriculture ! Avec la philosophie de la gratitude qui le caractérise tant, émaillant ses propos dun feu dartifice de paradoxes révélant la complexité des choses, Chesterton propose la large distribution de la propriété comme facteur de justice sociale et de développement économique maîtrisé.

  • Le mariage nest pas un rite infaillible.. cest par leur choix et dans leurs actes que les époux restent les garants d'une communion toujours à cultiver. Mais alors quels choix faire, quels actes poser, quelles paroles utiliser dans le dialogue entre mari et femme ? Cest avec ces questions très précises et très concrètes que Marc et Maryvonne nous entraînent à cheminer.. Nous ne trouverons pas un mode demploi ni des recettes dans ce livre, mais nous nous forgerons nos réponses personnelles et réalistes, guidés par la réflexion approfondie à laquelle nous nous trouvons invités. Aimer est un art. Avec tous les ingrédients fournis ici, nous pouvons devenir des artistes !

  • Fils du Primat anglican, le pieux et réfléchi Robert Hugh Benson (1871-1914) était promis aux plus hautes destinées tant sociales qu'ecclésiastiques. Mais sa quête incessante de la vérité, née dès l'enfance, stimulée par les nombreux et fameux retours à Rome d'anglicans de son temps, finit par lui faire découvrir la vérité catholique dans toute sa splendeur. La conversion de cet homme silencieux fit grand bruit. Elle lui occasionna de perdre quelques relations familiales ou mondaines, mais élargit son horizon à l'universalité catholique. Dans ses Confessions d'un converti, ce prêtre catholique nous confie son cheminement spirituel parsemé de questions qui s'adressent aussi à notre propre fidélité. Dans son avant-propos, Philippe Maxence replace ce journal d'une âme dans le contexte religieux et intellectuel d'un temps qui interroge aussi le nôtre.

  • Le deuxième album des « Bons Enfants « (les Triplés catholiques !), fait suite à Dans la joie de Noël avec les Bons Enfants. Publiés chaque quinzaine dans le bimensuel L?Homme Nouveau, ces dessins montrent de manière rafraîchissante comment des enfants voit Dieu, la foi et le monde. Réjouissant !

  • Livret d'accompagnement pour la préparation au mariage, dans la vision de l'Eglise catholique Romaine comme union sacrée des époux.

    L'Église, en France aujourd'hui, apparaît comme la seule institution à croire encore et toujours au mariage et à le promouvoir comme l'union sacrée d'un homme et d'une femme pour la vie. La fragilisation même du mariage et de la famille a contribué à remettre en valeur la bonne nouvelle, la vision transcendante que l'Église seule est en mesure d'apporter aux époux.

    En l'espace d'une génération, on est passé du mariage de convenance (on se mariait pour faire comme tout le monde) au mariage de conviction (on se marie parce qu'on le veut bien, quitte à se démarquer de la majorité).
    D'où l'importance d'accueillir et d'accompagner les couples qui aspirent confusément à fonder leur foyer sur un amour « durable », consolidé et consacré par le sacrement du mariage.

    Ce petit livret pourra rejoindre et conforter les convictions de tous ceux et celles qui croient, plus que jamais, au mariage et à son sacrement.

  • "L'auteur a mené ici une enquête sur les conditions de cette renaissance et sur les réalisations historiques afin de redonner place à des institutions organiques.
    "

  • Au moment où un prêtre vient d'être tué en Syrie, les éditions de L'Homme Nouveau publient un nouveau hors-série double entièrement consacré à l'association SOS Chrétiens d'Orient afin de mieux faire connaître la diversité de son action et, surtout, la réalité du quotidien des chrétiens d'Orient.

    SOMMAIRE . La présentation des six pays d'action de SOS Chrétiens d'Orient (Irak, Syrie, Jordanie, Liban, Égypte, Pakistan) et son action en France.
    . L'association, de sa création à son développement jusqu'à l'international.
    . Les projets pour demain.

  • Le mois de novembre est traditionnellement consacré à la prière pour les défunts. À la fin du XIXe siècle, un simple prêtre de campagne normand, l'abbé Paul Buguet, fait sortir de terre un lieu de pèlerinage entiè­rement dédié aux âmes du purgatoire. Le sanctuaire de Notre-Dame de Montligeon venait de naître.
    Ce hors-série, réalisé en collaboration avec les recteurs du sanctuaire de Montligeon, revient non seulement sur l'histoire hors du commun d'un lieu de prière perdu dans la campagne normande et qui aura des répercussions au plan éco­nomique, s'insérant ainsi dans les grandes heures du catholicisme social, mais il s'attarde aussi sur le message de l'Église à propos de la mort et de l'au-delà. Sans oublier, bien sûr, la renaissance de Montligeon aussi bien au plan spirituel que social. Une plongée dans une épopée spirituelle in­croyable.

  • Fait massif et incontestable, la mondialisation est bien plus qu'un simple phénomène économique et financier. Elle revêt une dimension politique dans le sens le plus intégrant du terme, et au-delà, une dimension spirituelle.
    Ce qu'elle met en jeu, ce sont les moeurs, les conceptions de la vie et de l'Homme, l'organisation des sociétés. En un mot, il s'agit d'un phénomène de civilisation, lequel est indissociable dans ses origines de l'universalisme chrétien en tant que celui-ci envisage l'espèce humaine comme un tout.
    Mais la mondialisation en constitue comme une sorte de versant matériel et caricatural, une perversion complète. À moins qu'elle ne soit purement et simplement l'expression d'une crise de la civilisation.
    Prendre sa juste mesure suppose en tout cas d'accepter de questionner les fondements de ce que l'on nomme la modernité, dont elle constitue de fait un aboutissement, une expression paradigmatique à plus d'un titre. C'est ce travail innovant que Guilhem Golfin mène dans cet essai roboratif.

  • Alors que la patrie, comme en 1792, est en danger - on égorge nos fils et nos compagnes ! ? nous en voilà restés aux querelles de don Camillo et de Peppone?
    Pourquoi ? Parce que la laïcité est notre nouvelle ligne Maginot, et que nous nous croyons naïvement à l?abri derrière, en oubliant qu?en 1940 celle-ci a été contournée en quelques jours par l?ennemi, qui arriva d?où on ne l?attendait pas. La laïcité fait face à l?Église catholique, et la voilà confrontée au salafisme !
    Alors, comme on a eu droit à « nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts », on a encore droit à des incantations : « il n?y a pas de laïcité positive ou négative, il y a la laïcité, point barre ! ». Mais c?est quoi, au juste, la laïcité ?
    Personne ne le sait, voilà qui est dit.

  • Le matérialisme pratique crée un climat culturel et politique porteur, expliquant l'expansion fulgurante du transhumanisme. Les multiples ramifications du matérialisme originaire déploient leurs diverses potentialités tout en convergeant vers le même objectif, la fin de l'homme. Les développements de cet ouvrage explorent ces pistes, à travers trois axes, la généalogie intellectuelle, les converges idéologiques contemporaines trop souvent ignorées et les perspectives politiques, pour lesquelles des détours vers des contrées intellectuelles connues peuvent s'avérer utiles.

  • Les catholiques doivent-ils et peuvent-ils encore agir en politique ? Cest finalement à cette question quont cherché à répondre deux journées de formation organisées par le bimensuel LHomme Nouveau et dont les interventions constituent les chapitres de ce livre. Question simple dans sa formulation, mais complexe dans sa ou ses réponses dans la mesure où il convient déviter certains écueils qui ont tous pour caractéristique dempêcher une véritable action vraiment catholique dans le vaste champ de la politique. Plus difficile encore serait la question : quelle action politique doit être menée ? De ce point de vue, ce livre na lambition, que de poser des prolégomènes. Au total, on ne cherchera évidemment pas dans ce petit livre, une synthèse parfaite et complète des principes politiques conformes au droit naturel et chrétien, ni à proprement parler des préconisations en matière daction, mais un rappel de manière un peu vulgarisatrice, des principes de théologie politique.

  • Presque un an après l'incendie qui l'a ravagé, plongez dans ce monument que restera toujours Notre-Dame. Avec les méditations du cardinal Robert Sarah et de Mgr Michel Aupetit et la participation d'historiens médiévistes, d'écrivains, de conservateur général des monuments historiques, d'architecte des bâtiments de France, de professeurs, de guides nationaux, d'un des organistes de ND..

  • Il y a cinquante ans, un meneur d'hommes posait l'acte fondateur d'une aventure qui a marqué plusieurs générations de jeunes adultes. Elle se poursuit dans plusieurs pays. Le projet de Michel Menu était de donner à la jeunesse l'occasion de se découvrir un avenir. À la Toussaint 1970, il lançait le premier raid Goum. Fruit d'une vie d'aventure, d'un travail intellectuel de longue haleine au service de l'éducation des jeunes, le raid en pleine nature s'imposait à l'inventeur des Raiders Scouts comme moyen pédagogique adapté aussi aux besoins de l'âge adulte.Toute oeuvre se juge à ses fruits. Ceux de l'aventure Goum, depuis cinquante ans, sont magnifiques.Présentation de la naissance de cette fabuleuse aventure, de ses moyens et de sa finalité.
    />

empty