Philosophie

  • "Par horreur de l'ennui, j'ai choisi les mathématiques. Par horreur de l'ennui, je les ai abandonnées..." Tous les jours, dans tous les domaines, nous faisons des progrès formidables et nous nous en réjouissons bruyamment. Le savoir, bien entendu, améliore nos vies matérielles. C'est en outre un excellent divertissement. Mais nous lui prêtons des vertus libératrices qu'il n'a pas et refusons de voir ses aspects aliénants. Les problèmes éthiques empirent au fur et à mesure que la biologie invente de nouveaux procédés. La course au savoir favorise la multiplication de spécialistes soumis. Obsédés par la compétition, ils ne se posent de questions qu'internes à leur spécialité, ne s'interrogent pas sur son sens, ne remettent pas en perspective son rôle social. Didier Nordon traite donc ici avec acuité et tout le détachement que lui permet l'usage de la première personne des revers que l'explosion du savoir nous inflige. Un livre pour tous ceux que les mathématiques, la solitude,
    la philosophie, la méchanceté, la connerie et l'éthique intéressent.

empty