Grasset (réédition numérique FeniXX)

  • On leur confisque la parole, ils la reprennent de force. Par la grève et parfois par la violence. Par l'action directe ou l'action organisée. Les lycées deviennent un enjeu politique, et les lycéens des militants. Les adultes, médusés, observent : l'école est descendue dans la rue. Mai 68-mars 73. Cinq ans d'histoire déjà. Avec ses luttes, ses crises, et presque ses traditions. Mai 68, l'affaire Guiot, la loi Debré... Face émergée d'un iceberg dont l'essentiel demeure caché. Points d'affleurement d'un malaise profond qu'on ne reconnaît qu'à ses symptômes. Pourquoi la crise des lycées, et pourquoi la crise de la jeunesse ? Que veulent-ils donc au juste et que contestent-ils ? Qu'est-ce que ce fameux « ras-le-bol » qui veut tout dire mais n'explique rien ? Une épidémie saisonnière qui revient avec le printemps ? ou un mal plus secret qui se vit au jour le jour ? Il manquait un témoignage qui fût aussi une analyse. Le voici.

  • On leur confisque la parole, ils la reprennent de force. Par la grève et parfois par la violence. Par l'action directe ou l'action organisée. Les lycées deviennent un enjeu politique, et les lycéens des militants. Les adultes, médusés, observent : l'école est descendue dans la rue. Mai 68-mars 73. Cinq ans d'histoire déjà. Avec ses luttes, ses crises, et presque ses traditions. Mai 68, l'affaire Guiot, la loi Debré... Face émergée d'un iceberg dont l'essentiel demeure caché. Points d'affleurement d'un malaise profond qu'on ne reconnaît qu'à ses symptômes. Pourquoi la crise des lycées, et pourquoi la crise de la jeunesse ? Que veulent-ils donc au juste et que contestent-ils ? Qu'est-ce que ce fameux « ras-le-bol » qui veut tout dire mais n'explique rien ? Une épidémie saisonnière qui revient avec le printemps ? ou un mal plus secret qui se vit au jour le jour ? Il manquait un témoignage qui fût aussi une analyse. Le voici.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • 1873-1973 : un centenaire qui est aussi un symbole. Hier Mac-Mahon, aujourd'hui Pompidou, entre les deux Pétain. Trois épisodes d'une même histoire, trois variantes d'une même idéologie, inventée par la République des Ducs et couronnée par la République pompidolienne : l'Ordre moral. Chaque fois la même musique, expiation ou pénitence, retour aux valeurs sûres et restauration de l'autorité, chasse aux intellectuels et aux idées subversives... On glisse d'un appareil à l'autre, mais la mécanique reste identique hier l'Église et l'École, aujourd'hui, la Famille et l'Armée. Pour tenter d'inculquer, bon gré mal gré, les valeurs et les mythes nécessaires à la reproduction du système. Car l'ordre moral c'est aussi et surtout une politique de crise. Crise de l'hégémonie dominante et crise du consentement. Avec, à l'arrière-plan, une montée des luttes de classes et une défaite nationale. La Commune, le Front populaire, Mai 68... Sedan, la défaite de 40, les guerres coloniales... La bourgeoisie n'est plus "crédible", il lui faut réagir. B.-H. L.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Longtemps nous avons vécu à l'ombre de Germinal, de ses mythes, de ses légendes et de son idéale classe ouvrière. Les intellectuels rêvaient les mineurs purs et durs, héroïques et damnés, dans une sèche dialectique de l'exploiteur et de l'exploité. Les mineurs se racontaient dans l'univers radieux d'un manichéisme absolu, tous angéliquement dressés contre le Patronat et son Système. D'où l'importance de ce texte, qui prend d'emblée le contre-pied des vieilles images d'Epinal.

  • Sortir du choix entre la morale révolutionnaire et l'affectation des nouveaux viveurs, telle est la question posée maintenant par ce livre. On voit ici l'après-Mai comme un multiple changement de la vie. L'Après-Mai des faunes est fait de cabrioles dans tous les champs du possible, non de la fidélité à une idée fixe. C'est un après sans rétroviseur sur un Mai d'ailleurs bien sage, en dépit d'une chaude légende. C'est comme un après-midi d'été. Guy Hocquenghem. Hocquenghem ne parle ni d'évolution ni de révolution, mais de volutions. Imaginons une spirale très mobile : Hocquenghem y est en même temps à plusieurs niveaux, à la fois sur plusieurs courbes, tantôt avec une moto, tantôt en défonce, tantôt sodomisé ou sodomisant, tantôt travesti. A un niveau il peut dire oui, oui je suis homosexuel, à un autre niveau non, ce n'est pas cela, à un autre niveau c'est encore autre chose. Ce livre ne répète pas le livre précédent, le Désir homosexuel, il le distribue, le mobilise tout autrement, le transforme. Gilles Deleuze.

empty