Caracteres

  • Shizue Ogawa, la poète japonaise, poursuit dans ce troisième volume Une âme qui joue, les ailes son observation étonnée et amusée du monde. Le lecteur baigne dans l'univers magique que crée la poète faisant parler les animaux, les végétaux, la vie en son entier. Nous nous laissons emporter avec ravissement dans ce monde merveilleux, apparement naïf et néanmoins si chargé de vision philosophique du monde. Les aquarelles d'Hanako Ninomiya reflètent cet enchantement musical et coloré.

  • C'est le 5ème livre traduit en français de la poétesse japonaise, Shizue Ogawa, dans la série « Une âme qui joue » qui témoigne d'une écriture et d'une vision du monde tout à fait personnelles, entre animisme-taoïsme et légèreté profonde.

  • Ce recueil de poèmes d'amour donne à découvrir l'oeuvre d'un des grands poètes indiens contemporains. Emprunts de sensualité, ces textes sont ancrés dans la tradition indienne, tout en la revisitant. Le style de belle facture recèle une grande modernité. Traduit du hindi et postfacé par Anne Castaing.

  • Soleil noir

    Han Dong

    L'écriture de Han Dong fait sourdre le doute, l'inquiétude au coeur de la description du quotidien. Le regard que le poète porte sur les choses semble la quête d'un échange avec l'extériorité, échange difficile à établir dans le vacarme du monde moderne.

  • Euphémisme

    Zhai Yongming

    Zhai Yongming est l'une des voix les plus représentatives de la littérature « féminine » en Chine.

  • Ce premier recueil, publié en hébreu en 1997, d'un jeune homme né en 1972 d'une famille marocaine de Sdérot, ville frontalière de Gaza, a sus- cité l'intérêt des plus grands cri- tiques par son écriture de haute exigence spirituelle et de créa- tion verbale. Sa langue qui tisse hébreu biblique et néologismes, sensibilité et réflexion, en fait la figure de proue de la nouvelle littérature israélienne. Son oeuvre a déjà été récompensée par les plus grands prix littéraires.

  • «Antennes et capteurs» d'Anton Pincas aborde avec gravité et légèreté les thème du temps et de la mort. Il s'agit du livre d'une vie, du livre de la vie, énigme dont nous sommes le théâtre mélancolique, nous dit Pincas, mais dont les brumes qui l'enveloppent s'irisent de ces couleurs chatoyantes qu'il revient au poète de recueillir avec gratitude au fil de l'existence pour en faire l'herbier des jours et les exposer dans tout leur éclat.
    Anton Pincas a reçu le prix Israël de poésie en 2005.

  • Sous les Qing

    Hua Bai

    Très influencé par Liang Zongdai, Bai Hua fait partie de ceux que la critique chinoise appelle «Poètes de la troisième génération».
    Selon lui, «un bon poème doit pour un tiers faire preuve de créativité et pour le reste s'appuyer sur la tradition».

  • D'autres choses

    Yu Xiang

    « tiens, parlons de la rue, sur les étals en bordure on boit de la bière pression, écosse du soja tiens, pelons ce soleil d'été qui nous talonne tel un fruit bien juteux, en une nuit il a mûri et pourri. En été tiens écossons les souvenirs qui nous talonnent et aussi ces déclamations noires l'amour simple nous allons vêtus simplement, usons de sentiments simples si simples qu'à la vue de quelqu'un nous l'aimons.

    Tiens, tombons amoureux de quelqu'un ou d'un autre, tiens emportons leurs peines dans la rue » « dans la rue »

  • « Shizue Ogawa, depuis sa province japonaise du Shiga, non loin de Kyoto, écrit, écrit depuis longtemps de la poésie. Voix libre, elle donne à lire et à entendre des poèmes inattendus tant ils animent de leurs visions, de leurs palpitations, l'univers avec ses règnes et dimensions multiples. Shizue Ogawa nous fait pénétrer dans le cercle d'une « âme qui joue », étrange titre générique puisque du premier au sixième livre que nous donnons à lire en français, on le retrouve tel un code de parcours. Gravement mais avec humour, Shizue Ogawa déplace son regard dans l'univers qu'elle reconstruit à hauteur de sa profonde sensibilité et en communion avec la nature dans son entier. Le cercle, l'horizon, les ailes, la forme, la plaine et enfin le kaléidoscope, sixième livre de Shizue Ogawa offert en découverte : « J'écris mes poèmes très vite... je vois des images dans mon coeur ma main droite les suit, fervente dévouée... » « J'ignore l'angoisse de l'écrivain ; Je suis seulement une âme qui joue » » (Préface de Nicole Gdalia)

  • Sur commande
  • Sur commande
  • Rose évoquée

    Jian Yu

    Sur commande
  • Poèmes

    Monica Mansour

    Monica Mansour appartient à la jeune génération poétique. Lyrique, sensible et grave, sa poésie interroge la vie et son mode d'emploi. Je revêts ma peau de ses mythes / Je m'éloigne de l'histoire / la nudité retrouve son ampleur [...] Poésie subtile et profonde, c'est une voix très personnelle.

    Sur commande
  • Une belle anthologie (1972-1985) du poète anglais et français, professeur de poétique au Collège de France, accompagnée de fusains de Catherine Day.
    Poésie de la vie immédiate qui répète le monde, l'éveille pour en prendre possession.
    « Nous appelons le monde dans le domaine du poème, « lieu enchanté ». La « démarche spirituelle » consiste à lutter, aussi longtemps qu'il faut, pour accéder, dans l'acte d'écrire, au réel en son être là, puis reconnaître qu'il nous échappe et nous attend toujours.
    Le poème est donc une fenêtre en verre dépoli, une porte entrebâillée. » « Maintenant est / l'instant / inacceptable »

    Sur commande
  • Linguiste de formation Marlena Braester, écrivain d'origine roumaine, vit en Israël où elle préside l'Association des Ecrivains Israéliens de Langue Française.
    Ce sixième recueil de poèmes est une visite étonnée de sa ville, Haïfa, " presque v'île ".

    " Un séisme d'angles découpe nos chemins.
    La ville dévale.
    Vers les vagues.
    Laisse nos paroles sans.
    écho.
    Face à la nuit.
    Disloqué.
    Le silence de quelques degrés.
    Ouverte.
    La fenêtre à l'orage des rectangles.
    La ville nous porte vers.
    La presque v'île.
    De l'avant.
    De l'avant.
    Sans dire".

    Entre langue du poète, langue des rues, des murs, de la terre, de la mer en bas se tisse une langue du temps qui rythme un regard et des formes, dresse un paysage personnel.

    Sur commande
  • L'oeil de la grue

    Zhang Zao

    « L'oeil de la grue : en lui sont stockés tant de négatifs attendant le tirage ! » (Zhang Zao, Le chant de la terre). Cet oeil n'est-il pas celui du poète, par lequel s'accomplit le passage de la chose réelle à son contrepoint : la chose écrite ? Alchimie qui lie « ici et là-bas », mais aussi, toutes choses entre elles ou, comme le dit le poète, « le tout lié au tout ».

    Sur commande
  • Né en 1927 Charles Tomlinson a fait des études supérieures à Cambridge puis a accompli toute sa carrière universitaire à Bristol, avec de nombreuses échappées en Italie, en Espagne, aux Etats-Unis, au Mexique (Octavio Paz fut son ami et traducteur, avec qui, ainsi que Jacques Roubaud et Edouard Sanguinetti il a composé une suite de Rengas publié par Gallimard en 1971), et plus tard au Portugal et au Japon ; à l'égal de ceux de son Staffordshire natal et du Gloucestershire où il vit toujours leurs paysages lumineux constituent une thématique majeure de ses poèmes en alternance avec des poèmes d'intimité et des poèmes qui prennent en compte l'Histoire de notre temps. La découverte précoce de la poésie américaine contemporaine lui a permis de revivifier les thèmes et la prosodie de la grande tradition anglaise. Sa poésie, très sensorielle, « transfigure, sans vision et sans extase, l'être-là de l'ordinaire » et « il invente, il décrit, un sentiment nouveau de la présence », écrit Michael Edwards dans son très beau livre sur Le Génie de la Poésie anglaise.
    Parallèlement à la poésie, l'essai et la traduction de poètes espagnols, italiens, russes et français ; traduit par lui-même en italien, en espagnol et en portugais, Tomlinson a mené une carrière de plasticien reconnue par de grandes galeries londoniennes et canadiennes. Il a été fait Docteur Honoris Causa par l'université où il fut étudiant et par celle de Bristol. Sa poésie a été saluée par des Prix prestigieux en Angleterre, aux Etats-Unis et en Italie. Parmi d'autres distinctions importantes il est « Fellow of the American Academy of Arts and Sciences » et ?« Commander of the British Empire ».

    Sur commande
empty