Religion généralités

  • BnF collection ebooks - "En 1847, des bruits insolites mirent en émoi les paisibles habitants de Hydesville, petit village de l'État de New York, non sans avoir troublé le repos de la famille Fox. Après de nombreuses recherches pour en découvrir l'auteur, les sceptiques eux-mêmes furent obligés de reconnaître que ces manifestations étaient l'oeuvre, non d'un mauvais plaisant, mais d'un agent mystérieux qui semblait éprouver le besoin d'entrer en relations suivies avec ceux qu'il visitait."

  • BnF collection ebooks - "Les auteurs arabes font descendre Mahomet d'Ismaël, fils d'Abraham et d'Agar. Entre Mahomet et Ismaël, ils comptent trente générations, dont vingt et une de Mahomet à Adnan, et neuf d'Adnan à Ismaël. Selon leurs calculs, Ismaël fonda la Caaba, l'édifice Carré, de la Mecque, 2793 ans avant l'Hégire, ou 2171 avant Jésus-Christ."

  • BnF collection ebooks - "D'épaisses ténèbres envelopperont toujours le berceau du christianisme. On en peut juger par les huit opinions principales qui partagèrent les savants sur l'époque de la naissance de Jésu ou Josuah ou Jeschu, fils de Maria ou Mirja, reconnu pour le fondateur ou la cause occasionnelle de cette religion, ...

  • BnF collection ebooks - "Il existe encore, dans les Vosges, des adorateurs du soleil. Plusieurs fois, aux sommets du Ballon de Guebwiller, du Ballon d'Alsace, j'ai trouvé - le 24 Juin, au solstice d'été - des montagnards arrivés de très bonne heure (il y en avait même qui passaient la nuit) pour assister au lever du soleil. Ils étaient là, immobiles, comme hypnotisés, regardant bien en face le soleil encore pâle."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • BnF collection ebooks - "Si nous considérons l'histoire de tous les peuples, nous trouvons que la religion a toujours exercé sur eux l'influence la plus considérable. La plupart du temps, ils ont été à leur origine gouvernés par leurs prêtres, qui leur ont donné leurs premières institutions politiques et sociales."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Le Diable

    Jules Baissac

    BnF collection ebooks - "Le Diable n'est pas tout le Christianisme, comme l'a cru ou, du moins, comme l'a dit Voltaire ; mais il en est partie intégrante, essentielle même. « Dieu et le Diable, ainsi que s'exprime très justement Nicole, c'est toute la religion. » Les rigueurs de l'orthodoxie dogmatique exigent que nous tenions ce personnage pour la raison déterminante de l'oeuvre chrétienne. Otez le Diable, en effet, et toute la charpenterie de l'Église s'effondre dans le vide."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Le Diable

    Jules Baissac

    « Dieu et le Diable ! Comme symbole du bien et du mal, ce dualisme date, dans l'âme humaine, du jour où elle commença à réagir par l'amour et la crainte contre les impressions du dehors ; comme symbole des deux forces opposées qui déterminent toute évolution de la vie de l'esprit, il est contemporain des débuts de la conscience. Ce sont en quelque sorte les deux frères ennemis : Caïn et Abel, Étéocle et Polynice, Ésaü et Jacob, Romulus et Rémus. Dans la doctrine mazdéenne, du moins telle que la constituèrent les modifications introduites postérieurement à Alexandre, Ahriman, le dieu mauvais, celui qui est devenu le type du Diable d'après la captivité de Babylone, de l'Apocalypse et du Christianisme, naquit le même jour qu'Ormuzd, le dieu bon, du dédoublement de Zervan Akarana, l'Être indéfini, ce qu'on pourrait appeler l'Inconcret ou l'inconscient, pour me servir d'expressions modernes. Ce Zervan Akarana était conçu tout à la fois comme une fatalité vivante, un impulsus aveugle, quelque chose d'analogue au Destin de la mythologie latine, ou encore comme l'espace qui embrasse tout, Océan sans limite, dans lequel tout se produit, le bien et le mal, le beau et le laid. C'était une sorte de substance irréductible et purement potentielle, sans concrétion. S'il avait eu, comme Jéhovah, une langue pour parler, il eût pu dire avec plus de raison, dans l'ordre absolu, que le Dieu des Juifs ne l'a dit de lui-même : "C'est moi qui ai fait la lumière et créé les ténèbres ; c'est moi qui fais le bien, c'est moi qui ai fait le mal : je suis celui qui a tout fait". Placé en dehors du grand combat de la vie, il en est le spectateur indifférent, et "c'est pourquoi, dit très justement Friedrich Spiegel, beaucoup d'Erâniens ont pu croire qu'Ahura Mazda (Ormuzd) et Agro Mainyus (Ahriman) étaient, l'un aussi bien que l'autre, des créatures du Temps indéfini" »

  • « Il existe encore, dans les Vosges, des adorateurs du soleil.
    Plusieurs fois, aux sommets du Ballon de Guebwiller, du Ballon d'Alsace, j'ai trouvé - le 24 juin, au solstice d'été - des montagnards arrivés de très bonne heure (il y en avait même qui passaient la nuit) pour assister au lever du soleil.
    Ils étaient là, immobiles, comme hypnotisés, regardant bien en face le soleil encore pâle ; ils suivaient des yeux son ascension et s'en allaient une fois qu'ils ne pouvaient plus en supporter l'éclat.
    Pour eux, la vue merveilleuse des Alpes et de leurs glaciers apparaissant tout à coup éclatants dans un rayon lumineux ; le Jura, la Forêt-Noire, la plaine d'Alsace s'éclairant successivement ; pour eux, dis-je, rien de tout cela n'existait. Ils ne regardaient pas ! Le soleil seul les fascinait : c'est pour lui qu'ils étaient venus et non pour le panorama splendide qui se développait devant eux.
    Ces adorateurs du soleil étaient toujours des montagnards Alsaciens1.
    Nos aïeux Gaulois étaient de fervents adeptes du culte du soleil ; ils avaient pour Belen - leur dieu soleil - la plus grande vénération. Plusieurs sommets vosgiens étaient consacrés à ce culte, et ce nom de Belch (en français devenu Ballon), qu'ils ont conservé2, en est une preuve évidente.
    Plus tard, pendant la période romaine, Belen se confondit, dans l'esprit des populations romanisées, avec Mithra, Belus, divinités syriennes, représentant aussi le soleil et apportées en Occident par les légionnaires de Septime-Sévère, qui venaient de faire un long séjour en Asie. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

empty