Aden Belgique

  • Il était une fois un avocat belge, engagé, résistant, déporté à Breendonk puis à Buchenwald.
    Sous des allures de père tranquille, Jean Fonteyne s'est mis au service du Komintern et est devenu, durant la guerre, le principal lieutenant d'Eugène Fried, l'énigmatique chef de l'Internationale communiste pour l'Europe occidentale. Derrière la grande histoire, se cache aussi la "petite". Comment un homme, d'origine libérale, est-il venu au communisme, prenant tous les risques personnels ?
    Comment de tels choix se forgent-ils ? Pourquoi, ensuite, Jean Fonteyne a-t-il été exclu du PC ? Hors du parti, point de salut ? Et des questions de fond sont posées, toujours actuelles.

    Humanisme et révolution sont-ils compatibles ? La vie a-t-elle un sens sans fraternité et solidarité ? Les utopies ne sont-elles pas aussi nécessaires que l'eau et le pain? Une chose est sûre:
    Aujourd'hui, plus que jamais, en ces temps de replis individualistes mais aussi de sursauts "indignés", on a tous soif d'idéal !

  • Visiter le Congo sans quitter la Belgique, c'est possible ! Lucas Catherine vous convie à redécouvrir la Belgique sous un angle original : de Bruxelles à Ostende, ce guide propose des promenades sur les traces du patrimoine congolais.
    Ces itinéraires constituent un véritable guide anticolonial qui donne à voir de manière saisissante à quel point la Belgique s'est enrichie et métamorphosée sur le dos de sa colonie.

    Sur commande
  • Figure imposée de la communication politique, la dénonciation des excès du capitalisme sauvage - aussi virulente qu'inoffensive - a duré le temps nécessaire à la recapitalisation des banques. Les responsables et intellectuels dominants des puissances occidentales l'avaient, pourtant, répété à qui voulait l'entendre : l'Etat allait reprendre la main sur la finance et contrôler les banquiers. Voilà pour les slogans de campagne. Sur le terrain, le capitalisme réel voit les plus grands noms de la politique internationale - qu'ils soient démocrates ou républicains, travaillistes ou conservateurs, socialistes ou libéraux - siéger dans les conseils d'administration de trusts et hedge funds assimilant l'économie à un portefeuille géant d'actifs. Quant aux spéculateurs d'hier, dénoncés il y a peu encore pour leur cupidité et leur irresponsabilité, ils ont déjà été réinstallés par les pouvoirs publics à la tête de commissions de sages prônant une meilleure gouvernance de la finance... Etude détaillée de l'oligarchie financière et analyse serrée du discours social, La finance imaginaire, véritable Who's Who, rompt avec l'image désincarnée des marchés financiers que relaie, jour après jour, les penseurs de la doxa, et qui est bien faite, consciemment ou non, pour laisser impensés les véritables bénéficiaires des mesures de crise et politiques d'austérité à venir.

  • Après avoir étudié la sociologie et la criminologie à Chicago où il travailla sur la mafia d'Al Capone et ses techniques organisationnelles, Alinsky (1909-1972) s'est consacré à l'organisation politique des habitants les plus pauvres de Chicago à des fins émancipatrices.
    De sa pratique, il a tiré des conclusions, des recommandations passionnées et une méthode qu'il a systématisée dans ce livre phare, Etre radical, publié pour la première fois en 1971. Rédigé dans un climat social et politique explosif aux USA (Black Panthers, radicalisation des campus universitaires, luttes dans les ghettos, Weather Underground, grèves), ce livre assurera à Alinsky bien des adeptes aux USA dont un certain Barack Obama.
    /> Etre radical donne aux radicaux des clés pour opérer une transformation sociale constructive et comprendre "la différence entre un vrai radical et un radical de papier".

  • Constantin Brunner (1862-1937) fut non seulement un philosophe original mais aussi l'analyste le plus profond des phénomènes de la haine vouée aux Juifs, de la montée de l'antisémitisme politique et du national-socialisme.
    Allemand d'origine juive, comme il se définissait lui-même, il préconisa sous la république de Weimar l'unité des Allemands, juifs et non juifs, contre ces dangers menaçant le fragile Etat démocratique. Aux Juifs, il demandait une participation active à leur propre émancipation, considérant le sionisme comme une réponse inappropriée, étrangère à l'histoire allemande et de nature à diviser davantage encore les communautés juives, les écartant de leur seul objectif commun: la défense contre l'exclusion politique et sociale.
    /> Sa doctrine universaliste et sa rigueur de pensée mettent en cause la confusion dans laquelle baignaient, à ses yeux, ces Allemands d'origine juive, prisonniers de leurs mythes anciens, athées, agnostiques ou peu religieux pour nombre d'entre eux, mais encore imprégnés dans leur ensemble par une religion nationale qui fut, des siècles durant, le substitut de l'antique nation disparue. Cette analyse lucide n'a, sous bien des aspects, rien perdu de son actualité, même si, en réaction à l'émotion du judéocide que Brunner n'a pas vécu, l'Etat d'Israël, qu'il regardait comme une utopie lourde de menaces, a vu le jour en 1948.
    Il n'est pas certain que la victoire si chèrement acquise sur le nazisme nous permette même aujourd'hui un accès aisé à la pensée de Brunner. Qui, Allemands, Israéliens, Français, auxquels Brunner est encore si peu accessible, Européens, Juifs dispersés dans le monde, peut s'ouvrir à lui sans anachronisme et retenir de ses réflexions l'essentiel, l'universalisme et la réciprocité des principes, si nécessaires à la construction d'une société multiculturelle débarrassée du racisme et de tous ses préjugés ?

  • Dernier volume du triptyque qui termine sur la question des alternatives au système. Que faire pour changer le mondeoe Que tirer comme bilan des expériences socialistes dans les pays de l'Estoe Que nous laisse comme héritage la guerre d'Espagneoe Sans se contenter d'étudier le passé, Chomsky lie ses conclusions à la réalité actuelle en analysant les dynamiques liberticides de nos sociétés. À l'heure où le fossé entre les riches et les pauvres se creusent aussi dans les sociétés occidentales, l'auteur a le mérite de jeter les jalons d'un autre possible. Ce qui distingue la pensée politique de Noam Chomsky n'est pas une vision nouvelle ou une seule idée synthétique. Sa grande contribution réside dans sa maîtrise d'une énorme quantité d'informations factuelles, et dans son habileté surprenante à démasquer, au cas par cas, les mécanismes et les tromperies de puissantes institutions du monde d'aujourd'hui.

  • Pour sauver les banques privées qui ont provoqué la plus grande débâcle économique et financière du capitalisme depuis les années 1930, les gouvernements ont fait exploser la dette publique. Partout, le remboursement de la dette et la réduction du déficit budgétaire sont le prétexte pour imposer des mesures d'austérité. À l'échelle européenne, nous assistons à une offensive sans précédent contre les droits économiques et sociaux des populations depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce livre permet de comprendre comment est survenue la crise, l'impact de la dérèglementation bancaire, la logique poursuivie par les banques privées, les manipulations et crimes auxquels elles se livrent régulièrement, les soutiens divers qu'elles reçoivent des gouvernants et des banques centrales. Écrit de manière simple, ce livre est un outil indispensable pour comprendre une dimension essentielle de la crise en cours.

  • Cet ouvrage, destiné à un large public, est d'abord une utile introduction à l'histoire du Congo, de Léopold II à Joseph Kabila en passant par Lumumba et Mobutu.
    Mais c'est avant tout un outil pour se défaire des clichés que l'on colle trop facilement sur le dos des Congolais. Ici, on ne trouvera pas de long discours en faveur "du bilan positif du colonialisme", ni de remarques déplacées sur le fatalisme des Congolais ou sur la corruption responsable de tous les maux du pays. Aucune responsabilité n'est évincée et le néocolonialisme dans lequel le Congo a été plongé à l'indépendance n'est pas épargné.
    Mieux, les mécanismes mis en place il y a cinquante ans sont disséqués et l'auteur dévoile, sans complaisance pour autant, les acteurs qui tentent aujourd'hui de se défaire de ce lourd passé. L'auteur présente également les réformes qui animent le pays aujourd'hui. Il nous parle des conséquences de la fin de la guerre à l'est, de l'échec de la balkanisation du pays mais aussi de sujets brûlants comme les relations avec la Chine, et ceci avec un égal souci de rigueur et de clarté.
    Plaidoyer pour une histoire équitable, ce livre est un instrument destiné à poursuivre la construction de liens solidaires avec ce pays magnifique. Parce que l'établissement du Congo comme grande puissance indépendante au coeur du continent signifiera aussi l'essor de toute l'Afrique.

  • Ce livre est presque intégralement dédié à ces gens dont les noms sont inconnus, excepté de leur famille et de leurs voisins et qui pourtant ont joué un rôle essentiel dans l'histoire humaine en s'engageant à leur façon sur la scène locale ou plus largement dans des projets politiques ou culturels. Par leur engagement, ils contribuèrent à façonner un autre monde, sans avoir suivi un " grand " homme ou déposé leur destin entre les mains d'un leader charismatique. Eric Hobsbawm démontre dans ces articles qu'il n'existe qu'un seul héros : le peuple et les gens qui le composent, une multitude d'individus qui ont chacun leur importance. Ces gens communs " hors du commun " sont les grands oubliés de l'histoire officielle. Hobsbawm travaille avec le talent qu'on lui connaît à réparer cette injustice. L'originalité du livre tient également à l'éventail des thèmes abordés : jazzmen, paysans, briseurs de machines, étudiants, guérilleros, cordonniers et autres artisans sont ici convoqués avec finesse et brio, pour notre plus grand plaisir.

  • "La maladie du XXIe siècle, c'est le stress !" C'est la terrible réalité que le docteur Hans Krammisch et son collègue le docteur Staf Henderickx constatent chaque jour.
    Ces deux médecins exercent tous deux depuis plus de 30 ans. "Quand j'ai commencé mon métier, je soignais des patients qui avaient la silicose, la maladie des mineurs ou d'autres maladies "classiques" liées au monde du travail" se souvient le docteur Krammisch. Mais aujourd'hui "la nouvelle maladie professionnelle qui frappe en silence, c'est le stress." Staf Henderickx et Hans Krammisch ont voulu montrer le vrai visage de ce redoutable ennemi en brossant les portraits d'hommes et femmes, ouvriers, routiers, secrétaires, manutentionnaires, commerciaux, facteurs, cadres et même managers qui souffrent de maladies causées par le stress subi sur leur lieu de travail.
    Ces témoignages forment un panorama inquiétant des conditions de travail néfastes qui se généralisent au détriment de la santé physique et psychique des travailleurs. Les entreprises usent rapidement leurs ressources humaines et s'en débarrassent pour les remplacer par de la chair fraîche sans payer le coût social et humain de ces nouvelles méthodes d'organisation du travail. Les médecins Krammisch et Henderickx organisent la riposte...

    Sur commande
  • Jésus a-t-il existé ? la question a été posée il y a plus de deux siècles et le débat s'enlise.
    Trois tendances principales s'affrontent : les mythistes pour qui la documentation concernant jésus est un ramassis de fables totalement invraisemblables. les fondamentalistes pour qui cette documentation est un trésor d'une remarquable exactitude. les sommités bardées de doctorats d'universités catholiques et protestantes qui estiment avoir une démarche scientifique. ces trois camps s'écoutent peu et se méprisent mutuellement.
    L'auteur a donc entrepris d'examiner les approches des uns et des autres. il en ressort qu'aucun document n'atteste clairement l'existence de jésus et que ce personnage a toutes les apparences d'une fiction élaborée pour des raisons théologiques. il en ressort également que certains spécialistes du jésus historique, forts d'un prestige considérable et d'une absence de contradiction, se permettent de raconter n'importe quoi.
    La liste de leurs approximations, demi vérités et vrais mensonges est impressionnante. basée sur les travaux des spécialistes les plus réputés, cette synthèse sera précieuse à ceux qui veulent se faire une opinion.

  • Balayée la victoire du " non " à la constitution européenne ? le 4 février 2008 marquera sans doute dans l'histoire de france le premier coup d'état politique du xxie siècle.
    Avec la bienveillance du parti socialiste, la nouvelle gouvernance à l'américaine aura montré que la volonté souveraine exprimée par plus de 15 millions de français en mai 2005 peut être violée par 560 parlementaires moins de trois ans plus tard. qu'importe! " l'europe est sortie de l'impasse! ". sic ! il était donc urgent de reprendre l'offensive dans les luttes comme dans l'analyse de ce que sous-tend réellement la "construction" européenne.
    Car force est de constater que même la "gauche du non", qui prétend "réorienter" l'ue et lui donner un contenu " social ", a déserté ce terrain. la rédaction collective de ce livre a donc été guidée par ces idées directrices : identifier les conséquences réelles de la " construction " européenne. où l'on verra qu'en fait de " construction ", il s'agit essentiellement d'un démantèlement de la capacité de résistance des peuples face à la domination du capitalisme mondialisé.
    Retracer la généalogie de l'europe en tant que mythe politique et culturel. où l'on constatera le parallélisme entre les défaites du mouvement ouvrier et l'hégémonie croissante de l'europe. faire la critique totale de l'idéologie européenne. où l'on comprendra les enjeux de classe qui percent derrière le rêve européen. la déconstruction des états répond à une stratégie jamais démentie. ce livre dégage des perspectives essentielles pour quiconque veut s'inscrire dans le combat nécessaire contre l'idéologie européenne.

  • Cet ouvrage capital sur la question israélo-palestinienne, tant dans sa dimension historique que politique, est aujourd'hui traduit en français.
    Lors de sa parution originale en anglais (juin 2003), Le Monde Diplomatique écrivait : « Voici un livre à ne pas manquer. L'histoire du conflit israélo-arabe a donné lieu à une multitude d'ouvrages. Mais Image and Reality of the Israel-Palestine Conflict tranche sur l'essentiel de cette production. Par sa radicalité : Norman Finkelstein prend, sans concession, le contre-pied de l'interprétation dominante de plusieurs moments-clefs (1948, 1967, 1973). Par son caractère pointu : l'auteur passe au crible d'une méthodologie rigoureuse les thèses de certains chercheurs. Par son goût pour la polémique: il n'hésite pas à qualifier de tronquée une citation déformée, d'imaginaire un fait ou un chiffre inventé, bref à traquer comme telle toute manipulation, toute falsification. »

empty