Entreprise, économie & droit

  • Une femme a disparu : l'affaire Anne Barbot Nouv.

    Mars 2013, Anne Barbot disparaît alors qu'elle part travailler au supermarché de Vritz, en Loire-Atlantique.
    Son mari Didier est rongé d'inquiétude. L'agriculteur organise bientôt une marche blanche, soutenu par la famille de son épouse. Il supplie les témoins éventuels de se manifester.
    Quand le corps d'Anne est retrouvé carbonisé dans le coffre de sa voiture, Didier est effondré...
    Le commissaire Jean-Marc Bloch raconte cette affaire authentique et hors du commun où la réalité dépasse la fiction.
    " Quand on aime être plongé dans les coulisses d'une enquête, il n'y a pas mieux. "
    Jacques Pradel
    " Récits haletants, dialogues percutants, on est dans l'histoire, dans les péripéties, dans les avancés des enquêtes. "
    Frédérique Le Teurnier, France Bleu
    Dans la même collection : La Clé de l'énigme, Le Mystère du pâtissier exécuté, Teknival sanglant et Le Retraité et l'escort girl.
    INEDIT

  • Le retraité et l'escort girl : l'affaire Jean-Jacques Le Page Nouv.

    Dans la matinée du 24 juillet 2009, les sapeurs-pompiers sont appelés pour un incendie dans une villa cossue de Plougonvelin, dans le département du Finistère. Dans les décombres, ils découvrent le cadavre de Jean-Jacques Le Page, 67 ans, audioprothésiste renommé à la retraite. Le veuf a été lardé de coups de couteau.
    Le commissaire Jean-Marc Bloch raconte ces affaires hors du commun où la réalité dépasse la fiction.

  • Une enquête racontée par...
    Le 17 mai 2005, un promeneur découvre le corps d'un homme sans vie dans un bois de Sucy-en-Brie, en région parisienne. Il s'agit de Christophe Belle, 40 ans, un pâtissier à succès dans le quartier du Marais, à Paris. Il a reçu trois balles dans la tête et de la cocaïne est retrouvée près de son cadavre. Lors de leur enquête, les hommes de la brigade criminelle du 36, quai des Orfèvres, vont aller de surprise en surprise.
    Le commissaire Jean-Marc Bloch raconte cette affaire hors du commun où la réalité dépasse la fiction.
    Dans la même collection : La Clé de l'énigme et Teknival sanglant.

    Texte intégral
    Inédit

  • Une enquête racontée par...
    Le 26 juin 2005, le corps sans vie de Mathilde Croguennec, 18 ans, est retrouvé dans un bois au milieu du teknival de Carnoët, dans les Côtes-d'Armor. La jeune fille a été poignardée à 28 reprises. Les enquêteurs savent qu'ils n'ont pas une minute à perdre car le meurtrier se cache certainement parmi les 43 000 " teufeurs " qui assistent à la rave géante.
    Le commissaire Jean-Marc Bloch raconte cette affaire hors du commun où la réalité dépasse la fiction.
    Dans la même collection : La Clé de l'énigme et Le Mystère du pâtissier exécuté

    Inédit
    Texte intégral

  • Une enquête racontée par...
    Le 13 juillet 2011, deux plaisanciers découvrent une valise flottant dans la rade de Lorient. Elle contient le cadavre d'un homme ligoté. Dans sa poche : une clé. C'est à partir de ce seul indice qu'après plusieurs mois d'investigation, les enquêteurs parviendront à identifier l'inconnu et son assassin. Le corps était celui de Farid Ouzzane, un proxénète parisien de 55 ans.
    Le commissaire Jean-Marc Bloch raconte cette affaire hors du commun où la réalité dépasse la fiction.
    Dans la même collection : Teknival sanglant et Le Mystère du pâtissier exécuté.

    Texte intégral
    Inédit


  • Dragon Ball, Olive et Tom, Ken Le Survivant, Les Chevaliers du Zodiaque ou encore Nicky Larson... tous ces dessins animés qui ont bercé l'enfance de nombreux Français sont nés dans un magazine japonais devenu légendaire : le Shônen Jump !
    Embauché dans la rédaction dès 1970, Hiroki Gotô a pris part à la naissance de nombreux titres qui façonnèrent le manga moderne tel qu'on le connaît aujourd'hui.
    Devenu rédacteur en chef du Shônen Jump durant la fin des années 80, période considérée par beaucoup comme " l'âge d'or du manga " au Japon, il nous livre ici un témoignage inestimable sur les coulisses du manga, ainsi que les secrets de création d'oeuvres aussi cultes qu'inoubliables.

  • 23 juin 1977, l'un des derniers Français condamné à mort vient d'être exécuté.
    Il s'appelait Jérôme Carrein.
    Quinze jours plus tôt, pourtant, Robert Badinter arrachait son client, Patrick Henry, des griffes de la guillotine. Pourquoi pas Carrein, accusé d'un crime similaire ? Des rues d'Arleux, où vivait la fillette, au marais de Palluel, où Carrein noya sa victime, Luc Briand nous emmène au coeur du procès jusqu'au pied de la guillotine, dans une époque où la France était divisée entre partisans et adversaires de l'abolition de la peine de mort, où la revanche des politiques et les déchirements d'un peuple ont eu raison de la tête d'un homme...
    " Un grand livre. "
    Le Monde


    " Un récit passionnant. "
    Le Parisien


  • Une introduction très vivante à l'économie de la part d'un des meilleurs spécialistes. La science économique, qui a vraiment commencé au XVIIIe siècle, fut d'abord française, même si au travers d'Adam Smith, l'Angleterre pointait déjà son nez. Chaque époque de crise a suscité l'émergence d'une nouvelle école enracinée dans le pays dominant. On peut alors considérer que quatre écoles se sont succédé, les territoires majeurs d'influence se déplaçant au gré de l'évolution des idées économiques. Alors qu'à la fin du XVIIIe siècle, les physiocrates voient dans la croissance par l'agriculture la réponse au problème de la dette publique, les penseurs de l'École " classique " espèrent, au début du XIXe siècle, le salut dans le libre-échange ; commence alors la domination intellectuelle anglaise. À la fin du XIXe siècle, l'École néo-classique formalise le rôle de la concurrence, le keynésianisme théorise au milieu du XXe siècle un équilibre de sous-emploi et propose l'investissement public financé par l'emprunt. Ce courant accompagne l'émergence des États-Unis et la prise du pouvoir intellectuel américaine sur les idées économiques. C'est cet enchaînement que raconte cet ouvrage de façon originale et accessible. INÉDIT

  • Facebook

    Fabien Benoît

    En 1492, Christophe Colomb découvre l´Amérique. Plus de 500 ans plus tard, Mark Zuckerberg, le jeune « geek »à l´origine du réseau social Facebook, crée de toute pièce un nouveau continent - virtuel celui-ci - qui regroupe à ce jour près d´un milliard d´habitants. Oui, Facebook est un nouveau pays, avec sa constitution, ses valeurs, ses citoyens, sa politique étrangère, ses rêves d´expansion. Au point que nous possédons désormais tous la double nationalité, celle de notre pays de naissance, et celle de Facebook. Fabien Benoit, spécialiste de la révolution numérique et des nouvelles générations, nous raconte non seulement la saga Facebook, mais il nous présente aussi une vision inédite de ce Léviathan moderne, à mi chemin entre le modèle américain, ultra libéral, et le modèle russe, craquant sous l´autoritarisme de sa classe dirigeante.

  • D´importantes élections - présidentielles, puis législatives - vont avoir lieu en France au printemps 2012. Ce qui compte le plus est-il la personnalité de celui ou celle qui sera portéà la tête de l´État, ou bien le projet qui aura pu prendre forme et recueillir l´adhésion d´une majorité ? S´agit-il simplement d´attribuer du pouvoir, ou bien chacun a-t-il le devoir de se demander, avant de l´exprimer, ce qu´il attend - pour lui-même et aussi pour les autres ?



    Pour autant qu´en 2012, au-delà du jeu politique, se prendront des décisions qui façonnent l´avenir, l´Église a son mot à dire. Elle en a même le devoir, dans sa mission de service désintéressé de l´espérance qu´elle propose à tous - au-delà des catholiques pratiquants.



    Elle ne donne pas de consigne de vote, mais il lui revient d´interpeler les consciences : quelles réalités doivent informer les choix à faire ? Nos modes de vie sont-ils vraiment appelés à changer ? Quelles libertés doivent être absolument assurées ? Quel est aujourd´hui le bien commun sur lequel un consensus devrait et pourrait se manifester ? La société repose-t-elle sur le fonctionnement de son économie ou sur sa conception de l´humain ? N´y-a-t-il qu´à compter élire l´homme (ou la femme) providentiel(le) ?



    Tels sont quelques-uns des inesquivables défis de l´heure, sur lesquels l´archevêque de Paris, président de la Conférence des évêques de France, fait part de ses réflexions où la foi chrétienne, sans complaisance ni parti pris, dégage les enjeux de l´actualité. La question qui fait le titre de ce livre est celle à laquelle tous les citoyens sont appelés à répondre.

  • Et si la cause majeure du chômage de masse en France se trouvait cachée dans les replis de notre immense Code du Travail ? Une vérité douloureuse à entendre, mais qu'a bel et bien entérinée en filigrane raccord du 11 janvier 2013 signé, le dos au mur et dans l'urgence, par certains " partenaires sociaux ". Une première dans notre histoire mais qui, même transposée sur le plan législatif, reste encore loin de la révolution culturelle dont la France aurait tant besoin maintenant. Comment envisager, en effet, de résoudre la contradiction entre État-Providence et marché mondial tant qu'on n'aura pas fait toute la lumière sur l'idée bien française que le salariat est un dérivé de l'esclavage ? Cette idée qui remonte à la Grande Révolution mine notre droit du travail, gâte le dialogue social et alimente un malaise bien plus partagé qu'on ne veut l'avouer dans toutes les couches de la société.
    Dans cette France, l'ultime championne de l'anticapitalisme (mise à part la Corée du Nord !), le chômage va-t-il encore augmenter jusqu'à atteindre un seuil révolutionnaire ? Telle est la question que l'on doit poser si l'on veut sortir du dilemme : chômage ou esclavage. Une réflexion roborative, à la croisée de l'économie et du droit, qui permet de mieux mesurer la gravité de la crise française et qui nous livre des clefs pour la résoudre.

  • De mon propre aveu

    Jacques Vergès

    • 12-21
    • 24 April 2014

    Que sait-on de Jacques Vergès ? Que sa naissance d'un père consul de France et d'une mère vietnamienne, dans les années 20, le plaça d'emblée sous les auspices d'un destin révolutionnaire. Qu'il ne put résister à l'appel de Charles de Gaulle parce qu'il était général, condamné à mort par le gouvernement de Vichy... Qu'il embrassa les rangs du communisme dans la plus grande indiscipline. Qu'il tirerait de Che Guevara le brouillard de ses bouffées de cigares et de Mao ses plus sinueux jeux d'ombres. Qu'il deviendrait l'avocat du F.L.N. en particulier et de l'anticolonialisme en général, et rencontrerait la future mère de ses enfants, une poseuse de bombes, à la sortie d'une salle de torture. Qu'il s'enfoncerait toujours plus loin dans cette mystérieuse zone de turbulences et d'aventures qui s'étend entre la condamnation, qu'elle soit morale ou judiciaire, et la mort. Plaidant les causes désespérées, retournant les cartes du destin, confrontant les crimes les plus abominables aux culpabilités rampantes des sociétés policées. Mais condamné, Jacques Vergès l'est lui-même. Comme nous tous tôt ou tard. Loin d'être morne, le soir de sa vie est cependant un grand soir. Où l'amour rejoint l'évocation d'ombres innombrables et bouleversantes : compagnons d'armes, amis fidèles et héroïques, amantes éperdues mais aussi figures de criminels, de bourreaux et de suicidés.
    Se donne à lire, ici, l'énigme d'un destin aussi rebelle que romanesque, parfois facétieux, où court en filigrane le regard le plus tendre comme le plus grave sur la vérité de l'âme.
    Servi par une verve éblouissante.

  • Etats-Unis, 1929.
    En pleine crise financière, l'Amérique se réveille douloureusement de ses années d'excès. Le 12 mars, Al Capone reçoit une assignation à comparaître devant un grand jury fédéral à Chicago. La machine judiciaire vient de se mettre en marche contre l'ennemi public n°1. Comment Scarface - cette icône du grand banditisme -, adulé par les uns, honni par les autres, est-il tombé à cause d'une vulgaire inculpation de fraude fiscale sans que ses 150 assassinats présumés n'aient même jamais été évoqués ? Soucieux de rétablir la vérité sur un procès truffé d'irrégularités, mais qui fut le reflet de son époque, Jean-Marc Fédida se fait l'avocat du diable et livre une chronique judiciaire à perdre haleine.
    Car dans cette confrontation de géants, personne, pas même les fameux " incorruptibles ", n'a vraiment joué le rôle que l'histoire a bien voulu retenir.

empty