Yannick Jadot

  • Il est temps de se ressaisir de l'ambition française. La résignation libérale n'a que trop duré.

    Et pour penser plus grand que nous, il faut penser l'Europe. Car si la France est notre maison, l'Europe est notre village.

    Une Europe qui retrouverait sa vocation civilisationnelle autour du seul vrai projet qui devrait nous habiter : l'écologie.

    Qui peut imaginer demain vivre sur une planète devenue irrespirable ? Invivable ? Avec des océans charriant plus de plastique que de poissons ? Une nature devenue silencieuse le jour où le dernier oiseau se sera tu ? Des champs sans fleurs, car sans pollinisateurs ? Des territoires rongés par les flammes ou envahies par les eaux du dérèglement climatique ? Un air vicié empêchant nos enfants de respirer ? Qui peut croire que nous résoudrons les défis immenses qui nous attendent en nous repliant derrière des frontières qui ne sont plus protectrices de rien ?

    Le seul échelon qui nous permettra de mener à bien ces combats, c'est l'Europe. Une Europe proche de nos concitoyens et capable de les accompagner au plus près de leur vie. Une Europe qui réconcilie nos terroirs, nos régions, et le monde. Une Europe qui investit pour que nous reprenions le contrôle de ce qui est essentiel à nos vies : la nourriture, la santé, l'éducation, la mobilité, l'habitat, la culture, l'énergie.

    Cette Europe solidaire et démocratique, nous allons la construire ensemble.

    Car, aujourd'hui, tout commence !

  • Effrayée à l'idée de disparaître avec ce vieux monde, l'oligarchie politique et économique fait de l'existant le refuge de sa pensée. L'immobilisme et le renoncement sont érigés en vertus politiques. Finalement, le « système » décide pour nous, et laisse chaque individu désemparé face à un avenir qui lui échappe. Entre le statu quo et la montée des extrêmes, le pire est à craindre. Mais une autre réalité se développe, et contribue à l'avènement d'un nouveau rapport de force démocratique. Partout des initiatives bourgeonnent, à la reconquête d'une souveraineté populaire oubliée au détour du virage néolibéral. Fondée sur les notions de réseaux et de partage, articulant solidarité et écologie, cette nouvelle société refuse l'illusion du repli et redonne espoir.
    Le projet est immense : dépasser les conservatismes, faire sauter les digues qui empêchent cette révolution silencieuse d'irriguer la société, enrichir la démocratie partout où elle peut être efficace, partout où elle permet de retrouver la maîtrise de nos vies. Notre nouvelle frontière démocratique, c'est que dès demain une Europe dissidente prenne le pouvoir.

  • La transition écologiste face aux États et aux Lobbys.

    La Conférence de Paris va être le théâtre d'une confrontation planétaire entre lobbys et citoyens engagés.
    Les États céderont-ils encore aux milliards du pétrole ou se rangeront-ils enfin du côté des acteurs qui désamorcent la bombe climatique en inventant la société de demain ?

    Sommes-nous condamnés à plonger vers un réchauffement planétaire de 4 à 6°C ? La Conférence de Paris sera-t-elle un fiasco comparable à celle de Copenhague ? Notre avenir va-t-il se refermer sur l'imprévisibilité des chocs climatiques et les déchirements des conflits ? Sommes-nous prisonniers du renoncement des États, des lobbys et des milliards du pétrole ? Heureusement non ! La société est mue par d'incroyables forces vitales qui refusent ces lâchetés. De la Bretagne au Bangladesh, une multitude d'initiatives ont émergé ces dernières années. Elles ont en commun de faire de la « contrainte climatique » une formidable opportunité pour répondre aux défis économiques, sociaux, culturels et démocratiques auxquels nous sommes confrontés.

    La grande bataille entre citoyens, États et lobbys fait rage. Mais on n'arrête pas la société lorsqu'elle s'empare de son destin, qu'elle y trouve le plaisir de faire et de vivre ensemble.

    Cet ouvrage qui mêle des textes de Yannick Jadot et des planches dessinées de Léo Quiévreux raconte cette histoire. Mais il présente surtout, avec des exemples édifiants, des projets qui marchent et qui ne demandent qu'à être généralisés. À Paris, les leaders de la planète ont la chance historique de choisir enfin le camp des citoyens. Chiche !

  • Le France souffre de ne plus avoir de projet partagé collectivement. La crise du système politique est aussi une crise intellectuelle, morale et citoyenne. Dans ce livre qui sort de l'ordinaire politique, Yannick Jadot invite diverses personnalités de la société civile - acteurs sociaux, culturels, économiques, chercheurs en sciences sociales - à relancer le débat public. Il leur demande non pas de s'engager politiquement derrière lui, ce n'est pas l'objet de l'initiative, non, mais de livrer leurs réflexions, leurs analyses, leurs suggestions éventuelles et d'enrichir le débat public sur des thèmes essentiels de la vie d'aujourd'hui qu'il s'agisse du monde, de l'Europe, de l'environnement, bien sûr, de la justice et du progrès social, de la culture, de la laïcité, etc.
    /> Ces propositions, ajoutées au texte programmatique de Yannick Jadot, ont pour objectif de forger dans notre pays un nouvel espoir, une façon de réinventer la politique, qui n'est rien d'autre que d'être et de faire ensemble avec bienveillance.

empty