Wilfrid Lupano

  • Une aventure en mer aux accents bretons pour deux orfèvres de la bande dessinée, Lupano et Panaccione. Un album intégralement muet, véritable prouesse scénaristique et graphique, qui conte l'amour avec humour.
    Chaque matin, Monsieur part pêcher au large des côtes bretonnes. Mais ce jour-là, c'est lui qui est pêché par un effrayant bateau-usine. Sa femme, une bigoudène de caractère, part à sa recherche sur un océan dans tous ses états. Une histoire muette avec moultes mouettes.

  • Le roi n'en peut plus d'impatience... C'est son anniversaire et qui dit anniversaire dit gâteau... Mais deux gamins juchés sur un cheval de vent viennent de le lui voler avant même qu'il ait pu en gouter une miette ! Tout ce que le château contient de gardes et de serviteurs se précipite alors en un instant, portant en tête de colonne sa majesté et sa monture de bois, à la poursuite des maraudeurs...

  • Le début de la fin des temps !Une immense vague glaciaire a frappé l'ensemble du territoire. Seule épargnée de la catastrophe, devenue terre d'asile pour tous les réfugiés climatiques, la nation du Petitghistan doit revoir ses grands plans de conquête du monde, puisque c'est justement le reste du monde qui vient frapper à sa porte. Même le triste palais volant du baron chagrin s'est ecrasé dans les terres gelées. Et le maître des lieux y est retrouvé refroidi. Mort. Lui qui devait vivre jusqu'à la fin des temps ! Cela voudrait-il dire que celle-ci est finalement arrivée ? Et que vont bien pouvoir y faire Manie Ganza, Eugène, La Perue et tous les saugres ?Réponses dans l'ultime tome d'Azimut, toujours aussi brillamment orchestré par le talent conjugué de Lupano et Andreae. Porté par un langage enlevé, une inventivité folle et un graphisme baroque, cette série à part dans le paysage de la bande dessinée nous embarque toujours plus loin dans un univers exaltant où le fantastique et l'absurde servent de masque aux plus profondes préoccupations existentielles humaines.À l'occasion de cette nouveauté, le premier volume de Azimut paraît dans une nouvelle édition spéciale 50 ans Glénat, avec couverture inédite et jaquette-poster reversible.

  • Un fabuleux voyage dans les secrets du tempsC'est comme un éternel recommencement : de nouvelles fiançailles sont organisées pour Manie Ganza ! La belle est promise à devenir cette fois-ci la cent troisième épouse du seigneur du désert, le grand mamamouchi Baba Musiir. Mais ce dernier, si puissant soit-il, sera-t-il capable de résister à la jalousie maladive de l'Arracheur du temps ? Sans parler du poète Eugène, capable de tout par amour, ou de la reine d'Éther, prête à réveiller des puissances enfouies (et pour de bonnes raisons) pour se venger de la beauté de sa fille. Et pendant que Manie déchaîne les passions, le temps, lui, continue de filer...Brillamment orchestrée par Lupano et Andreae, Azimut est une série qui frappe à chaque page par son originalité et son inventivité. Le souci du détail porté à chaque lieu, chaque personnage, nous embarque toujours plus loin dans un univers exaltant où le fantastique et l'absurde servent de masque aux plus profondes préoccupations existentielles humaines.

  • Un fabuleux voyage dans les secrets du TempsAprès avoir échappé au jugement d'Irénée le Magnanime, la belle Manie Ganza et sa troupe de saugres atterrissent sur le triste royaume volant du baron Chagrin. Ce dernier, personnage mythique s'il en est, aurait réussi à vaincre la vieillesse... mais à quel prix ? De leur côté, le professeur Aristide Breloquinte et l'équipage de son navire-laboratoire Le Laps, continuent d'étudier la question épineuse du temps qui passe, et semblent avoir leur petite idée quant à la récente disparition du pôle Nord...La fantastique épopée tragi-comique d'Azimut se poursuit ! Son graphisme soigné, son inventivité rare et la richesse de son univers ont déjà séduit à la fois public et critiques, avec un premier tome récompensé à plusieurs reprises.

  • Un fabuleux voyage dans les secrets du temps...À la banque du temps, la belle Manie Ganza a fait un terrible marché : des siècles de vie contre des milliers de morts. Et alors que sa propre mère, la reine d'Éther, cherche à la tuer, des royaumes entiers se déclarent la guerre. Partout, on se prépare au grand massacre, ce qui a de quoi réjouir le baron Chagrin... Loin de tout cela, à bord du Laps, le professeur Aristide Breloquinte poursuit sa périlleuse mission : déceler les secrets du temps, cet ennemi implacable au centre de toutes les querelles.Avec Azimut, Wilfrid Lupano - que l'on ne présente plus - nous livre une épopée tragi-comique d'une inventivité folle, un chef d'oeuvre de nonsense peuplé d'une galerie de personnages fantasques que n'aurait pas reniés Lewis Caroll. Autre responsable de cette réussite : Jean-Baptiste Andreae, dont le somptueux travail en couleurs directes finit de donner à cette série son cachet si particulier.

  • L'épopée tragi-comique de héros qui ne se résignent pasQuelque part dans le vaste capharnaüm des mondes possibles, il en existe un où,  plus qu'ailleurs, on reste profondément outré par l'idée de la vieillesse et de son issue tragique : la mort.Mais a-t-on la possibilité d'y échapper ? Ailleurs peut-être pas, mais dans ce monde-là, il est permis de le penser. C'est en tout cas la théorie du vieux professeur Aristide Breloquinte, qui occupe son temps à étudier les caprices du temps à bord du Laps, son navire laboratoire. C'est aussi l'avis de la belle Manie Ganza, qui semble convaincue que le temps, c'est de l'argent, et même des espèces sonnantes et trébuchantes. Chimère ! Diront certains. Non-sens diront les autres.
    Et puisqu'on parle de non-sens, signalons tout de même ce fait étrange : depuis quelques temps déjà, on a perdu le pôle nord. Ça n'a probablement rien à voir... Ou alors, c'est tout l'inverse.En compagnie d'une myriade de personnages fantastiques que n'aurait pas reniés Lewis Carroll, embarquez pour un fabuleux voyage qui vous emmènera tout autant dans les sphères éthérées de l'imagination qu'au coeur des préoccupations existentielles humaines.

  • « On m'appellera la dame aux éléphants ! »Hiver 1870. Prélude de la Commune. Alors que Paris, assiégée par l'armée prussienne, subit le froid et la famine, Victorine, onze ans, passe le plus clair de son temps à s'occuper de Castor et Pollux, les deux éléphants du Jardin des plantes. Cette passion pour les pachydermes a le don d'énerver sa mère, engagée dans le mouvement des femmes qui veulent s'impliquer dans la défense de la ville. Mais Victorine est bourrée d'imagination, et elle veut être à la hauteur des ambitions de sa mère. Nourrie par les exploits des célèbres éléphants d'Hannibal, elle élabore un plan pour libérer Paris. Un plan génial, démesuré, contre lequel Bismarck ne peut rien. Un plan de petite fille livrée à elle-même dans un monde d'adultes...

  • Belle et rebelle...1871. Élisabeth Dmitrieff, une belle jeune femme russe de tout juste vingt ans arrivée à Paris depuis une semaine à peine, devient la présidente du premier mouvement officiellement féministe d'Europe : l'Union des femmes pour la défense de Paris et l'aide aux blessés. Véritable passionaria socialiste et va-t-en-guerre, elle est envoyée par Karl Marx lui-même ! Sa beauté et sa verve, qui la distinguent des autres insurgées, d'origines plus populaires, suscitent l'intérêt des « hommes » jusqu'ici peu sensibles aux revendications des communardes. Ainsi, paradoxalement, l'une des premières grandes figures du combat pour le droit des femmes en France était... une aristocrate russe.

  • La révolution n'est pas qu'une affaire d'hommes...Marie n'est pas une intellectuelle, ni une aristocrate, encore moins une militante. La Commune, elle aurait pu ne pas la vivre, et continuer à accumuler de la rancoeur et de l'amertume dans sa vie de servante, d'ouvrière à la journée. Seulement, la Commune est là et, avec elle, une occasion en or de régler les comptes, de laisser sortir enfin cette froide colère qui lui tord le ventre, de redresser la tête, de faire payer ceux qui ont fait de sa meilleure amie Eugénie : un fantôme dont le rire dément résonne dans une crypte de damnées. La Commune promet que les lâches et les oppresseurs d'hier vont payer. Ça tombe bien, Marie en connaît quelques-uns. Et elle est prête à se salir les mains...

  • Entre oeuvres d'art et sombres desseins...Bien que leurs vies aient été détruites par les manipulations d'Alec, Victor et Klément semblent encore nourrir une malsaine dépendance envers leur mécène. Ils décident de le retrouver à Paris où se déroule justement cette année l'Exposition universelle. Un lieu étrangement propice pour la venue de Victor en tant qu'oeuvre d'art vivante... Irrésistiblement attiré par son ancien mentor, Victor se fait espion et découvre peu à peu que si Alec est à Paris, ce n'est pas simplement pour profiter des attractions de l'exposition. Le dandy viennois a de surprenantes fréquentations et semble nourrir de sombres desseins.Sur fond d'art nouveau, le talentueux Wilfrid Lupano écrit une réflexion sociologique et humaniste, sublimée par la délicate finesse du trait de Yannick Corboz. Une série passionnante, véritable succès public et critique, dont le premier tome a reçu de nombreux prix.

  • Le piège se referme sur Victor... mais les chats se sont désintéressés de leur proiePour l'amour de l'art, deux riches noceurs ont fait le pari de transformer un jeune homme pauvre en ennemi de la société. Choisissant au hasard, ils ont abreuvé Victor Wickhoff de richesses et de luxure avant d'arrêter brutalement leurs largesses et de l'abandonner à son sort. Perdu, frustré, Victor tente de se venger l'arme à la main, mais l'affaire tourne au fiasco. Il s'enfuit, et c'est son père qui est arrêté à sa place... Le jeune homme, plus seul que jamais, est recueilli par Hermann, un ouvrier au chômage, militant des théories antisémites qui se développent dans la Vienne de 1900. Il propose à Victor une inquiétante lecture de ses malheurs : celle du complot juif...Autour d'une réflexion sociologique et humaniste, Lupano et Corboz construisent une série passionnante et pathétique, dont le premier tome a reçu de nombreux prix.

  • De l'art de réussir sa vengeance...Paris, 1900. Victor a finalement sauvé Léna, celle qu'il avait prévu d'assassiner pour se venger d'Alec ! Dès lors, comment parvenir à faire payer son ancien mentor ? La réponse se trouve peut-être dans la lettre de revendication qu'il a subtilisée à ses nouvelles fréquentations. Un couple de révolutionnaires qui compte faire exploser le prestigieux palais de l'électricité, alors même que le débat sur la modernité frappe le Paris de l'Exposition Universelle...Le talentueux Wilfrid Lupano s'inspire du bouillonnement artistique et scientifique du début du XXe siècle pour écrire une fable passionnante portant une réflexion sociologique et humaniste. Un véritable succès public et critique, sublimé par le trait délicat et sensuel de Yannick Corboz. En fin d'album, un cahier graphique de 8 pages rassemblant croquis, esquisses et aquarelles.

  • "« 7 récits, 7 missions à haut risque, 7 équipes de 7 hommes décidés à réussir ! » 7 scénaristes et 7 dessinateurs ont relevé le défi lancé par David Chauvel.
    Sept nains sont amuseurs à la cour d'un roi, qui fête l'anniversaire de Blanche. Hélas pour eux, la blague de trop va vexer la reine et décider de leur destin. Les voilà exilés du château, condamnés à la ruine. C'est pour eux le début d'une longue descente aux enfers. Mais bon ou mauvais, ils n'ont pas dit leur dernier mot...
    « 7 Clones nous offre un récit de SF réussi et maitrisé par les deux auteurs. Une fois de plus la qualité des one shot de cette deuxième saison n'est plus à prouver. » 1001BD.com
    Une idée étonnante pour un scénario haletant. Certainement (et pour l'instant) le meilleur épisode de la nouvelle saison de Sept. » Bodoï ".

  • Années 60, l'Amérique latine. Icône révolutionnaire devenu l'objet d'un véritable culte, Che Guevara continue de fasciner. L'homme qui l'a tué, lui, est resté dans l'ombre... Retour sur la mort d'un symbole.
    Octobre 1967, la tentative d'insurrection armée en Bolivie échoue. Che Guevara est blessé, capturé, et enfermé dans l'école de La Higuera. Il y passe 18 heures, avant d'être exécuté. Ce jour-là, un jeune soldat prénommé Mario a regardé la Révolution droit dans les yeux et l'a abattue d'une rafale de mitraillette...

  • Hollandix remporte la guerre des chefs, exit Sarkozix !... Une relecture parodique des évènements qui ont marqués 2012, la dernière occasion de revivre les gesticulations de l'« omnichef » des gaulois.
    La bataille électorale fait rage en Gaule. Dans l'arène, Melenchix contre-attaque, Hollandix creuse l'écart, le camp des Lepenix se renforce, l'ombre menaçante de Khadafis jette le discrédit sur le chef sortant, les dissensions se multiplient dans le clan Sarkozix... la fin d'un règne est imminente.
    « Les droitix, les centrix et les gauchix s'en prennent plein la poire, et tout cela est jouissix ! »Métro
    « Humoristiques et sarcastiques, les aventures de Sarkozix sont retracés par Wilfri Lupano, sur des dessins expressifs et une colorisation parfaite »Le Nouvel Observateur

  • L'heure du bilan approche, le moment est idéal pour revivre les hauts faits du petit Nicolas, transposés à Lutèce en l'an 1 après JC. Une satire percutante et caustique de la vie politique de l'ère Sarkozy.
    La réforme de la retraite, l'affaire Wikileaks, les dérapages verbaux d'Hortefix, Sarkozix dernier dans les sondages, Stroskanix ou la mauvaise influence du dieu Priape, la piètre prestation de l'armée gauloise en Lybie pointée par Barako... Et j'en passe ! N'en jetez plus, la cour (de l'Élysée) est pleine !
    « Les droitix, les centrix et les gauchix s'en prennent plein la poire, et tout cela est jouissix ! » Métro
    « Humoristiques et sarcastiques, Les aventures de Sarkozix sont retracés par Wilfri Lupano, sur des dessins expressifs et une colorisation parfaite » Le Nouvel Observateur

  • L'heure du bilan approche, le moment est idéal pour revivre les hauts faits du petit Nicolas, transposés à Lutèce en l'an 1 après JC. Une satire percutante et caustique de la vie politique de l'ère Sarkozy.
    La campagne fondée sur la peur de l'étranger, l'enfer des sondages, les petites phrases assassines, la relaxe d'Hortefix pour injure raciale, les primaires socialistes, l'affaire Takkiedis, la dégradation de la note gauloise par Moodix, l'enfer de la dette... Une fin de mandat épique pour Sarkozix !
    « Les droitix, les centrix et les gauchix s'en prennent plein la poire, et tout cela est jouissix ! »Métro
    « Humoristiques et sarcastiques, les aventures de Sarkozix sont retracés par Wilfri Lupano, sur des dessins expressifs et une colorisation parfaite »Le Nouvel Observateur

  • L'heure du bilan approche, le moment est idéal pour revivre les hauts faits du petit Nicolas, transposés à Lutèce en l'an 1 après JC. Une satire percutante et caustique de la vie politique de l'ère Sarkozy.
    Sarkozix a de quoi s'occuper : le retour de Villepinix, la nomination de son fiston Neuneuillix, trouver son propre monument après la grande bibliothèque de Mitrandix et le musée Branlix de Chiraquix. Mais il est tracassé par ce nouvel empereur de Rome, le beau, le grand, le fort Barako...
    « Les droitix, les centrix et les gauchix s'en prennent plein la poire, et tout cela est jouissix ! » Métro
    « Humoristiques et sarcastiques, Les aventures de Sarkozix sont retracés par Wilfri Lupano, sur des dessins expressifs et une colorisation parfaite » Le Nouvel Observateur

  • L'heure du bilan approche, le moment est idéal pour revivre les hauts faits du petit Nicolas, transposés à Lutèce en l'an 1 après JC. Une satire percutante et caustique de la vie politique de l'ère Sarkozy.
    Lutèce, jour 1 de l'an 1 après JC (Jacques Chiraquix). Sarkozix, le nouveau chef des Gaulois, organise un banquet pour fêter sa victoire. Tous ses amis sont là pour trinquer : Martinbouix, Hortefix, Johnnix, Fillus et bien sûr Carlabrunix... Les aventures de Sarkozyx ne font que commencer !
    « Les droitix, les centrix et les gauchix s'en prennent plein la poire, et tout cela est jouissix ! » Métro
    « Humoristiques et sarcastiques, Les aventures de Sarkozix sont retracés par Wilfri Lupano, sur des dessins expressifs et une colorisation parfaite » Le Nouvel Observateur

empty