Entreprise, économie & droit

  • Marchands et citoyens est un texte riche de la matière même de l'Internet tout autant qu'un décryptage sans concessions de cet univers étrange et si mai connu qu'on le brade aujourd'hui sans débat.
    Mona Chollet nous invite à revisiter cette utopie libertaire d'un grand réseau mondial autoproduit et autogéré par ses utilisateurs. Certes l'Internet des pionniers a mal vieilli et les marchands s'y battent maintenant comme des chiffonniers pour s'assurer de nous, citoyens et usagers du réseau. C'est qu'il s'agit bien d'une guerre, une guerre des contenus et des accès, une guerre de procédures et de budgets.
    La liberté d'expression s'y efface au profit du droit des firmes à clôturer le réseau et à l'organiser pour leurs besoins propres. Le commerce électronique sécurisé est-il donc le grand projet du XXIe siècle ? Un livre de découvertes et de réflexion, qui s'adresse à tous les citoyens, utilisateurs ou non de l'Internet. Pour ce réseau socialement utile et cette intelligence collective dont nous rêvons, le culte de la marchandise ne peut tenir lieu de projet politique.
    Inventons !

  • Ils sont partout : dans les journaux, à la radio, à la télévision, sur les réseaux sociaux. Du matin au soir et du soir au matin, sur tous les tons et par tous les temps, ils débitent tous (à peu près) les mêmes poncifs en s'(auto)félicitant de lever les non-dits. Se flattant sur les plateaux de tenir un discours « incorrect », ils accusent gravement leurs adversaires d'étouffer le « débat » par leur omniprésence...
    Publié en 2009, Les Éditocrates, ou comment parler de (presque) tout en racontant (vraiment) n'importe quoi faisait le portrait savoureux de dix de ces prophètes des temps modernes. Près de dix ans plus tard, il était urgent de compléter la galerie.
    Car le cauchemar continue.
    /> Avec la prolifération des canaux de diffusion (chaînes de télé, Facebook, Twitter, etc.), la corporation éditocratique s'est partiellement renouvelée : elle s'est (légèrement) rajeunie et (un peu) féminisée. Mais surtout : elle s'est dangereusement radicalisée.
    L'éditocratie a toujours des avis sur (presque) tout. Mais, plus obsessionnelle que jamais, elle s'acharne sur celles et ceux qui ne lui ressemblent pas, et qui incarnent par conséquent le mal absolu : « le chômeur », « le syndicaliste », « le migrant », « le musulman »...
    S'appuyant sur des démonstrations d'où le réel a été complètement banni, les éditocrates, toujours insensibles aux contestations citoyennes de leur magistère, continuent donc de fabriquer du consentement. Mais c'est avec une brutalité et un cynisme largement inédits qu'ils oeuvrent aujourd'hui au formatage des esprits.
    Jusqu'à quand ?

empty