Jean-David Moreau

  • Le marché public de service public constitue un nouvel outil de gestion particulièrement intéressant pour les collectivités publiques : il permet d'externaliser en toute sécurité la délicate gestion de certains services publics (services très déficitaires, activités relevant du secteur associatif, ou encore activités nouvelles dont il est difficile de définir les conditions économiques d'exploitation).
    Premier ouvrage dédié à ce nouveau mode de gestion, Les marchés de service public propose la seule synthèse de règles de passation et d'exécution des marchés de service public, qu'il aborde également sous leurs aspects comptables et fiscaux. À travers des développements très documentés, riches de conseils pratiques et de réflexions sur l'état et les incertitudes du droit applicable, proposant des solutions ou en alertant sur les points particulièrement sensibles, l'ouvrage permet de décider en toute connaissance de cause sur l'opportunité de recourir à ce nouveau mode de gestion des services publics.
    Fruit des recherches et des réflexions d'un praticien de la gestion externalisée, Les marchés de service public présente un caractère très opérationnel qui en fait un guide complet et pratique pou les collectivités publiques et leurs partenaires privés ainsi qu'une précieuse source d'information pour les avocats, les universitaires ou les étudiants en droit.

    Sur commande
  • Fruit de l'inspiration de cinq jeunes professeurs, ce dictionnaire atypique propose pour la rentrée un regard à la fois attendri et sarcastique sur le petit monde du collège et de ses élèves. Il présente moins des définitions qu'une suite de micro-fictions typiques de la vie collégienne, pouvant se lire aussi bien dans la continuité que sous forme de grappillage, et qui permettent de découvrir non seulement le vocabulaire des élèves, mais aussi la façon dont l'institution s'est modifiée au cours des années.

    Peinture du collège d'aujourd'hui, ce dictionnaire montre aussi comment, au-delà des changements, les générations, en réalité, rejouent toujours les mêmes scènes. Il contribue ainsi à dédramatiser les enjeux, les polémiques incessantes autour de l'institution, en riant avec empathie des travers des élèves d'aujourd'hui, sans pour autant sombrer dans le passéisme du " C'était mieux avant ".

    Sur commande
  • Victor Lévy-Beaulieu s'apprête à faire paraître aux Éditions Trois-Pistoles un essai-fleuve de près de 1400 pages portant sur Nietzsche. Les Cahiers de lecture nous offre en primeur un extrait dans lequel il est question de moralité des moeurs et de corruption. Outre cette exclusivité, la revue nous propose des recensions d'essais qui se préoccupent de « Reconfiguration de l'état » avec des titres comme La fin de l'état de droit? (Frédéric Bérard), Social-démocratie 2.0. Le Québec comparé aux pays scandinaves (Stéphane Paquin et Pier-Luc Lévesque) et Il était une fois des usines. Essor, déclin et relance de l'industrie québécoise (Jacques Houle). Une deuxième catégorie d'essais se rapportant aux arts et à la culture traite notamment du récent essai de Catherine Voyer-Léger, Métier critique et de celui d'Yves Vaillancourt sur le Décalogue de Kieslowski.

  • 60 fiches pour réviser et 500 QCM pour tester ses connaissances

  • Lucas a fait une bêtise : malgré l'interdiction du savant chez qui il travaille, il a ouvert le placard où sont enfermées quatre méchantes sorcières.
    Elles n'ont qu'une idée en tête : se venger du savant. Elles commencent par rétrécir Lucas et le coincer dans le placard. Mais Lucas est un garçon rusé ; il a plus d'un tour dans son sac pour combattre les sorcières !

  • Ces nouvelles sont écrites à quatre mains, chaque auteur reprenant l'écriture là où l'autre l'arrête, sans restriction et sans jugement.
      Elles nous parlent d'amour, de tous les amours, avec sensibilité et fantaisie.
      Des tranches de vie qui mêlent une certaine autodérision à une grande tendresse pour les personnages. Vie réelle ou vie imaginaire, toutes ces histoires crient que la vie est belle ou, en tout cas, qu'elle peut l'être. Et même si elle ne l'est pas, il faut quand même la vivre !
        David Moreau et Patrick Rousseau sont deux amis qui s'entendent comme deux frères. L'un travailleur social, retraité depuis peu, l'autre toujours en activité au sein d'une mutuelle. C'est par le théâtre amateur qu'ils se sont connus. D'abord en jouant ensemble des pièces du répertoire, puis en écrivant des piécettes qui deviendront de vraies grandes pièces. Et un jour, se rendant compte qu'ils ne pouvaient plus interpréter les rôles de jeunes premiers, ils ont préféré arrêter le théâtre mais n'ont pas pour autant cessé d'écrire.

    Sur commande
empty