Fanny Vaucher

  • En 2014, Fanny Vaucher nous proposait le premier tome de ses aventures polonaises, un inclassable portrait de Varsovie, qui a connu un vif succès. Nous découvrons aujourd'hui la suite de son travail d'illustratrice-voyageuse, avec des notations toujours aussi surprenantes, un coup d'oeil infaillible pour débusquer les drôleries et les contradictions d'un pays en plein bouleversement. L'auteur nous explique son titre joliment énigmatique : « Quand j'ai déménagé de Suisse à Varsovie, je transportais avec moi des pilules antidouleur - elles étaient blanc et rouge, comme le drapeau polonais. Aujourd'hui, un an plus tard, il en reste encore une, dans cette tablette. Ça n'a donc pas été atrocement douloureux. J'ai commencé à dessiner Pilules polonaises de façon complètement irréfléchie, spontanée et personnelle, et surtout pour moi-même ; je crois que c'est ma façon d'apprivoiser ce nouvel environnement. Pas une thérapie, mais quand même un besoin : celui de comprendre, et du coup de créer du lien, de m'attacher, d'aimer. » Le livre est publié en français avec une traduction en polonais et en anglais.

  • « Pourquoi est-ce qu'il n'y a pas de volets aux fenêtres, en Pologne? ) « Pourquoi les films en v.o. sont-ils lus et non pas doublés? ) « Pourquoi les Polonais sont-ils friands de glaces, même en hiver?) Le truc de Fanny Vaucher, c'est de se poser des questions. Pas quelques-unes de temps à autre, non : mille et une questions, chaque jour, tout le temps. Cette illustratrice suisse de 33 ans s'est expatriée à Varsovie il y a un an. Ses interrogations, elle les traduit en dessins, proches des images à l'aquarelle et à l'encre noire de Lewis Trondheim. Elle a publié ces vignettes sur un BD-blog, intitulé Pilules polonaises.
    À travers de courtes anecdotes dans lesquelles elle se met volontiers en scène, Fanny Vaucher porte un regard proche de celui d'une anthropologue sur ce pays dont elle ne comprend guère la langue, ni les codes sociaux. « J'avais envie de découvrir Varsovie parce que je ne connaissais rien de cette capitale. Je n'en avais aucune image mentale, aucun cliché ), explique-t-elle lors d'un passage à Lausanne, sa ville natale.

  • Par les auteurs du blog illustré les-paupieres-des-poissons.com : une plongée hilarante dans le monde sous-marin.Une bande dessinée riche en enseignements, pour percer le secret des animaux aquatiques tout en s'amusant.Un livre de vulgarisation scientifique sur les poissons, en images et avec humour !Des réponses à toutes vos questions (pas si bêtes) :Comment font les poissons pour dormir sans paupières ?Est-ce que les poissons protègent leurs potes ?Du coup, si on vit dans l'eau, on est pas obligé-e de se laver ?

  • Née de la rencontre d'un historien et d'une illustratrice ayant l'un et l'autre vécu à Varsovie, cette « histoire d'une métropole » vient combler un vide en même temps qu'elle invente une approche nouvelle, où l'image questionne, bouscule et parfois contredit la narration, en particulier sur les sujets de société les plus actuels. Cette histoire de Varsovie à l'époque moderne et contemporaine est racontée à travers dix chapitres transversaux, touchant notamment à l'habitat, au travail, à la culture, aux genres et aux minorités, aux déplacements, à la consommation, aux blessures de l'histoire, aux visions de l'avenir. Depuis l'ouverture de la ligne ferroviaire qui la relia à Saint-Pétersbourg en 1862, Varsovie s'est trouvée au coeur des échanges économiques et culturels entre l'Europe et la Russie. Devenue métropole, elle fut un lieu unique d'expérimentation de toutes les idéologies modernes, des plus progressistes aux plus mortifères. En soulignant les cassures violentes de cette histoire, mais également les continuités, l'objectif de l'ouvrage est de dépasser certaines idées reçues sur une ville qui n'apparaît bien souvent qu'à travers le prisme de la guerre, de l'Holocauste et de la répression communiste.
    Varsovie Métropole permet de mieux comprendre les forces et les mouvements qui ont fait la ville d'aujourd'hui, passionnante et paradoxale. En mêlant histoire et sciences sociales, critique de l'urbanisme et de l'architecture, le livre vient combler un manque pour tous les spécialistes de ces disciplines, mais aussi pour les voyageurs désireux d'en savoir un peu plus.

  • Lausanne est une ville du livre. Ses places, ses rues, ses superbes échappées sur le Léman et les Alpes ont été évoquées et célébrées par de nombreux écrivains. Les voyageurs illustres (Byron, Hugo, Cendrars...) admirent les paysages, même s'ils ne se privent pas d'égratigner la tranquillité légendaire de la capitale du pays de Vaud.
    Lausanne, promenades littéraires emmène habitants et visiteurs dans les pas d'écrivains devenus des classiques (C.-F. Ramuz, Charles-Albert Cingria, Benjamin Constant) ; il donne également à lire des textes d'auteurs contemporains (Georges Simenon, Jacques Chessex, Anne Cuneo...), et met en lumière des lieux importants dans la vie littéraire de la cité.
    Les dessins de Fanny Vaucher, illustratrice lausannoise, accompagnent les promeneurs au fil des itinéraires thématiques. À la fois documentaire, littéraire et historique, Lausanne, promenades littéraires invite le lecteur à la découverte de la ville sous l'angle de la culture, de l'imagination et de la fiction.

empty