Anne Rivière

  • Grégoire et Diane adorent jouer aux sorciers. A la veille de la rentrée, ils préparent un « élixir sorcifère », et s'empressent de le goûter. Le lendemain, dans le bus de ramassage scolaire, les deux amis ne reconnaissent aucun enfant. Et en plus, leurs nouveaux camarades portent un uniforme violet et un chapeau pointu...

  • Ce dictionnaire est né de la constatation du peu de place attribuée aux femmes créatrices en général. Ni les historiens de l'art, ni les sociologues, ni les archivistes et documentalistes des institutions comme les musées ne leur accordaient un intérêt.
    Les dictionnaires spécialisés, tels les célèbres « Bénézit », « Bellier de La Chavignerie » ou « Thieme - Becker », concèdent à quelques femmes quelques lignes souvent issues de compilations reproduisant les mêmes erreurs et confusions.
    Il nous fallait constituer un corpus important si nous voulions pouvoir envisager des travaux tant historiques qu'esthétique, sociologiques ou philosophiques.
    Commencé en 1978, ce dictionnaire synthétise des années de recherches minutieuses : explorations des archives (Archives Nationales, Archives départementales, États civils en toutes régions et parfois à l'étranger, les travaux de généalogistes, collections patrimoniales), dépouillements systématiques de livrets de Salons, de dictionnaires d'artistes déjà existant pour divers pays (Grande Bretagne, États Unis, Canada, Italie, Espagne, Russie, Pologne, Finlande, Suède, Norvège, Pays Baltes, Amérique du Sud), de catalogues d'expositions, lectures de mémoires ou de correspondances d'artistes, d'articles de critiques ou de mémoires et de thèses, etc.

  • Un matin, en entrant dans la classe, les élèves de CP ont une drôle de surprise : un tout petit cheval est en train de brouter leur semis de radis ! On dirait un mini-cheval guide d'aveugle, comme il y en a aux États-Unis. D'où vient-il ? Comment a-t-il pu s'introduire dans l'école ? Lina et Noé mènent l'enquête pour le découvrir.

  • La classe de CP est en sortie scolaire au musée des dinosaures. Mais au moment de pique-niquer, leur repas a disparu ! Il va falloir faire vite pour le retrouver, car tous les élèves sont affamés ! Heureusement, Lilou et Sékou ont repéré des indices...

  • Comme tous les vendredis, Véra descend les poubelles. Mais cette fois, elle tombe nez à nez avec un étrange monstre velu, le Dévoretout, qui ne se nourrit que de déchets. Si le Dévoretout n'est pas très sage, Véra n'aura finalement pas de mal à le faire adopter par ses parents !
    La collection de lecture spécialement conçue pour les enfants DYS - Une collection de lecture avec 5 niveaux progressifs - Des histoires de qualité imaginées par les meilleurs auteurs de littérature jeunesse - Des livres offrant un confort de lecture adapté aux enfants DYS - Dans chaque ouvrage, des activités pédagogiques pour préparer sa lecture et vérifier la compréhension de l'histoire.
    - Des textes testés et lus par des enfants DYS dans des classes et chez des orthophonistes.

  • Marin et Marine sont jumeaux et vivent sur un bateau. C'est la rentrée et leur papa décide de les envoyer dans des écoles différentes. Il inscrit Marin chez les pirates, alors que celui-ci déteste la bagarre et rêve d'être infirmier, et envoie Marine à l'école d'infirmerie alors qu'elle a horreur de soigner les gens et veut être pirate. Après une première journée catastrophique, les deux enfants ont une idée : et s'ils échangeaient de place ?

  • Un jour de rentrée très spécial !

    C'est le premier jour de CP pour Nina. Mais dans sa nouvelle école, tout est vraiment bizarre : le maître, les élèves, la nourriture. TOUT. Il faut dire que le papa de Nina est très tête en l'air... Et s'il s'était trompé d'école ?

  • Que se passe-t-il à l'école ? À la cantine, les couverts ont disparu, et la directrice aussi ! Un voleur se serait-il glissé dans l'école ? Lilou et Sékou mènent l'enquête...

  • C'est la rentrée. A peine les CP installés dans leur nouvelle classe, un orage éclate. Dehors, on entend de drôles de cris qui font "Houuuu" et une forme blanche passe devant la fenêtre. Pas de doute, c'est un fantôme ! Tandis que certains élèves se cachent sous leur table, Lilou et Sékou rassemblent les indices pour démasquer le fantôme...

  • C'est la fin de la journée, l'heure d'aller à la garderie. La maîtresse demande à Lilou et Sékou de porter un papier au maître de CM1. Mais il refuse d'ouvrir la porte... et un "hououou" retentit de l'intérieur. Un peu inquiets, les enfants enquêtent et découvrent des poils et une drôle de tache rouge. C'est alors que la porte de la classe s'ouvre avec le maître et... son petit chien, Garou, un loulou !

  • Un lundi matin, les élèves de CP découvrent la cage des gerbilles vide ! Un voleur se serait-il introduit dans l'école ? Sékou repère un trou dans la cage et Lilou trouve des petites crottes par terre. Il ne reste plus qu'à mener l'enquête...

  • Aujourd'hui, c'est le carnaval : tous les enfants sont déguisés, impatients d'aller défiler... Mais soudain, l'alarme incendie retentit. Pourtant, rien ne brûle. Qui a bien pu la déclencher ? Lilou et Sékou mènent l'enquête...

  • Dans les profondeurs de l'océan, une nouvelle élève vient d'arriver à l'école. Avec son drôle d'accent et ses cheveux verts, tout le monde se moque de Cassiopée la sirène. Mais le pire, c'est sa voix : quand elle se met à chanter, tout le monde se bouche les oreilles. Eh oui, Cassiopée chante faux ! Le comble, pour une sirène ! Mais voilà qu'un requin menace l'école. Heureusement, la petite nouvelle a du courage à revendre !

  • C'est bientôt Noël et la petite sorcière Étincelle regarde télémagie. Tiens, voilà la recette pour faire apparaître un sapin décoré dans le salon ! Étincelle décide d'essayer... Mais quand on mélange toutes les formules, attention aux dégâts !

  • La correspondance de Camille Claudel à son frère Paul, à sa mère, à Rodin dont elle fut l'élève et la maîtresse, a, depuis la redécouverte de l'artiste, été largement utilisée dans les romans, essais, catalogues raisonnés et expositions, émissions de télévision et longs métrages qui lui ont été consacrés, en France et dans le monde.
    Ces dernières années, d'autres ensembles de correspondance ont été publiés - à Florence Jean, une amie anglaise de sa jeunesse, ou au critique Gustave Geffroy, par exemple. De même les lettres - soit écrites par Camille Claudel et non expédiées, soit reçues et non transmises à l'artiste - conservées avec les divers dossiers médicaux des hôpitaux de Ville-Évrard et de Montdevergues.
    Une édition, réunissant l'ensemble des lettres, aujourd'hui accessibles, confrontant pour chacune les diverses transcriptions aux originaux, justifiant les datations proposées pour les documents non datés et éclairant par des notes le contenu de ceux-ci, s'est donc imposée comme nécessaire. On y a également inclus des lettres « fantômes », lettres non localisées, mais dont l'existence est avérée par le contenu d'autres documents. Cet ensemble de correspondance fournit un outil de travail aux chercheurs, mais veut aussi offrir à un plus vaste public une approche à la fois objective et subjective de la vie de Camille Claudel.
    Cette 3e édition est augmentée de 36 lettres de Camille Claudel au marchand, collectionneur et critique d'art belge Léon Gauchez. Découvertes en 2011, elles sont conservées par la Bibliothèque des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, à Bruxelles.

  • A la fête de l'école, une dame au drôle de chapeau propose une gorgée de soupe à Léa... qui devient minuscule ! Son copain Baptiste a subi le même sort. Tous deux, kidnappés par la sorcière, se retrouvent dans son manoir. Elle prévoit d'offrir ces deux "poupées" à son horrible fille Lucifère.

  • Conversations toutes simples, mais non simplistes. Voilà comment on peut définir cet entretien/témoignage d'Anne Jacquemot avec Benoît Rivière, évêque d'Autun et petit-fils d'Edmond Michelet. À monseigneur Rivière est ainsi offerte l'occasion de dérouler, au fil de mots choisis, comme son dictionnaire personnel et joyeux des mots de la foi.
    Seize mots pour 16 chapitres : Âges de la vie, Ami, Ciel, Courir, Dimanche, Enfant, Joie, Nuit, Parler, Prier, Repas, Tente, Théâtre, Terre, Vertige des cimes et Vocation. Qu'évoquent-ils pour chacun de nous ? Pour Benoît Rivière, ils se déclinent tout à la fois en souvenirs d'enfance, en conviction profonde pour qui cherche inlassablement la vérité, en paroles entendues ou confiées, en traces très personnelles d'anecdotes plus profondes qu'elles en ont l'air.
    Au-delà de ces récits dialogués, ou grâce à eux, on en apprendra plus, bien sûr, sur le parcours d'un natif de Brive, éduqué en plein Paris, Frère des Fraternités Monastiques de Jérusalem, puis évêque auxiliaire à Marseille, évêque d'Autun, successeur de Talleyrand et du Cardinal Perraud, à la suite de Saint Léger, dans un très ancien évêché de France.
    Son attachement aux jeunes, sa connaissance du judaïsme et de l'islam, les retraites qu'il prêche régulièrement à des laïcs, des prêtres, des consacrés, mais aussi son amour de la course à pied et des marches en montagne, sont abordés ici de l'intérieur. On comprend mieux en lisant l'ouvrage que le programme vital de cet homme imprégné de vie spirituelle et de prière réside tout simplement dans sa devise épiscopale : Le Seigneur m'a déclaré : ma grâce te suffit.

  • Le déguisement de Théodore est génial. Normal, c'est sa grand-mère, ancienne costumière de théâtre, qui le lui a fabriqué ! Avec sa combinaison intégrale de martien, ses quatre bras et ses antennes, Théodore est méconnaissable. A tel point qu'au carnaval, des extraterrestres venus sur Terre faire un peu de tourisme le prennent pour l'un des leurs. Avant qu'il ait eu le temps de dire ouf, le voilà embarqué dans leur autocar intersidéral...
    Direction inconnue !

  • Bonk, le petit martien avec lequel Théodore avait été confondu un jour de carnaval, passe quelques jours sur Terre dans la famille de son copain. Quand Bonk décide de venir incognito à l'école, Théodore craint le pire : son ami extraterrestre ne connaît pas grand chose aux coutumes des Terriens... De grosses gaffes en mauvaises surprises, Bonk aura bien du mal à passer inaperçu !

  • À la veille de la rentrée des classes, Grégoire et Diane préparent une drôle de potion magique...
    Deux amis, Grégoire et Diane, jouent dans le jardin à leur jeu préféré : fabriquer des potions magiques. Se présente alors à eux une certaine Mme Craboudine qui leur offre une recette intitulée « Élixir sorcifère ». Intrigués, les enfants s'empressent de préparer l'élixir. et ne résistent pas à l'envie d'y goûter. Le lendemain, Grégoire et Diane se retrouvent pour prendre le bus scolaire. Mais celui-ci est rempli d'enfants inconnus qui portent tous un uniforme violet avec un chapeau pointu. A la sortie du bus, il sont accueillis par Mme Craboudine qui leur souhaite la bienvenue dans son école de magie.

  • Parmi tous les romans d'Agatha Christie, il y en a bien une cinquantaine dans lesquels l'arme du crime n'est ni un revolver ni un poignard, mais un plat ou une boisson cachant une substance mortelle. La moindre tasse de thé peut s'avérer fatale aux assoiffés et le plus délicieux pudding terrasser l'organisme le plus solide. Mais si l'on ôte de ces recettes le supplément d'arsenic ou de strychnine, il reste de succulents plats qui remettent définitivement en question la fausse réputation de la cuisine anglaise ! Anne Martinetti et François Rivière ont joué à ce jeu et, en une centaine de recettes, c'est tout l'art du breakfast, des scones, des marmelades et des oeufs brouillés, des fumets subtils des tourtes et des saveurs exotiques du chutney, des variations sucrées des tartelettes aux fruits et des crèmes, sans oublier l'exquis rituel du tea time et les spécialités propres aux pique-niques et aux voyages qui viennent enchanter notre palais. Quant aux citations et commentaires qui accompagnent ces recettes, ils nous replongent dans l'oeuvre de l'auteur et réjouissent notre esprit. De la virtuosité de passer du crime parfait à la délectation parfaite ! Photographies de Philippe Asset

  • Léon-Marcel Marceau, dit Marcel Lemar (1892-1941) est un artiste discret qui consacra la presque totalité de son travail à la sculpture animalière, à travers différentes techniques et matériaux (dessins, gravures, bronze, pierre, plâtre).
    Cet ouvrage fait partie de la série des catalogues monographiques sur les principaux fonds de La Piscine et dresse le portrait très attachant d'un artiste très à sa place dans le panthéon des animaliers de la première moitié du XXe siècle, dont l'univers est empreint d'une grande humanité et empathie. Amandine Delcourt, dans un premier texte introductif, présente l'origine des oeuvres de Lemar au sein de la collection d'art animalier de La Piscine et aborde la vie et l'oeuvre de l'artiste. Un texte passionnant d'Emmanuelle Héran, conservateur en chef du patrimoine et commissaire des expositions Le Zoo d'Orsay (Roubaix, musée d'art et d'industrie André Diligent, 2007) et La Beauté animale (Paris, Grand Palais...) situe Lemar dans la continuité de l'art dit "animalier" français qui trouve ses modèles dans les zoos. Enfin, Anne Rivière, historienne d'art et spécialiste de la sculpture, présente Lemar parmi ses contemporains à travers le groupe d'artistes animaliers fondé par François Pompon et Jane Poupelet appelé "Le Groupe des Douze", sujet qui jusqu'à ce jour a été peu étudié par les historiens de l'art, sans doute du fait de la courte existence du groupe qui n'exposa collectivement que deux fois, en 1932 et 1933.

  • Zénobie est une petite fille fantôme. Ses parents, agents fantômes du B.R.R.R. (Bureau des revenants pour la non-restauration des ruines), sont chargés de hanter les bâtiments en ruines pour empêcher les humains de les rénover. Un jour, Zénobie les accompagne en mission dans un pensionnat, le château de La Boutonnière. Tous les adultes qu'ils croisent s'enfuient en courant, mais les enfants qui vivent là ne sont pas effrayés du tout ! En fait, ils sont non-voyants et perçoivent la présence des revenants sans s'en inquiéter. Zénobie sympathise avec une petite pensionnaire et, à elles deux, elle parviennent à convaincre le patron du B.R.R.R. de ne plus envoyer de fantômes au château. Sauf Zénobie et sa famille qui sont devenus des amis...

  • Sur commande
empty