Luc Pire

  • Dans le sillage du mouvement #MeToo, un nouveau langage est apparu, porté par des chanteuses et des chanteurs libérés de toute contrainte.

    Que nous disent ces artistes se jouant des genres pour mener un combat néoféministe qui ne leur interdit pas de viser la tête des hit-parades?
    Christine and the Queens, Angèle, Clara Luciani, Jeanne Added, Sandor, Marie-Flore, Pomme, Aloïse Sauvage,Suzane, Hoshi, Eddy de Pretto, Hubert Lenoir, Pierre Lapointe...
    Tous, dans la francophonie, apportent une nouvelle voix, un nouveau discours, une nouvelle image, une nouvelle façon de considérer les relations sentimentales, tout en rénovant par leurs textes et leurs musiques la chanson française.

    Ils s'expriment ici en totale liberté, avec Juliette Gréco, Brigitte Fontaine, Véronique Sanson, Catherine Ringer, Mylène Farmer, Coeur de Pirate, Soko ou Vanessa Paradis, commentant leurs textes les plus forts, livrant au sujet des rapports amoureux un éclairage original. Se dresse ainsi de la femme - entre Amazone guerrière et grande romantique - un portrait contemporain, à la fois moderne et décomplexé.

    Préfacé par Adeline Dieudonné

  • Ce livre est un condensé des meilleures grenades de Safia Kessas diffusées sur la Première. Les thèmes qui y sont abordés avec un ton décalé, parfois acide mais jamais méchant touchent aux féminismes et aux diversités. De metoo au Black Live matters, Safia brosse de façon incisive et malicieuse un fait d´actualité marquant.

  • Lorsque j´ai publié Fichu voile en 2011, c´était parce qu´après le terrain scolaire, c´était sur celui de la fonction publique, mais aussi celui du parlement, que se jouait désormais la question du voile. Et la loi d´interdiction du voile intégral était alors en gestation. Dix ans plus tard, les mêmes questions restent en suspens, mais d´autres s´y sont ajoutées : le voilement des fillettes se répand, les tenues de sport à connotation religieuse se multiplient, et l´idée selon laquelle interdire le voile serait une discrimination se banalise, comme en témoigne l´autorisation récente du port du voile dans les Hautes Écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Parallèlement, tout critique du voile semble devenir de plus en plus difficile, voire dangereuse à formuler. La banalisation de celui-ci est à l´oeuvre, alors même que se radicalisent les discours et les actes de ceux qui le défendent. Et cette banalisation se fait au prix des principes universalistes.

  • Quatre femmes, deux générations, une seule question. Engagées contre le dérèglement climatique, nos quatre intervenantes ont choisi de se réunir pour partager leur expérience et leur conscience des risques qui pèsent sur l'humanité. Ensemble, elles dressent le constat de la lutte, depuis les années 60 au premier rapport du Club de Rome et jusqu'aux manifestations de la jeunesse en 2019. Au fil de leurs discussions, elles interrogent les concepts de croissance, de transition juste, de gouvernance et de responsabilisation face à un système à bout de souffle. Si aujourd'hui, les questions écologiques ne peuvent plus être niées, force est de constater que les réponses à y apporter clivent les générations. Pourtant, au-delà du "à qui la faute", il apparaît nécessaire de se lancer dans un mouvement commun et solidaire pour construire le monde de demain et trouver de vraies solutions.

  • Ce qui m'intéresse, moi, c'est de savoir combien vous valez, vous, dans ce monde-ci. Vous et rien que vous. Ça m'intéresse de savoir à combien exactement vous vous estimez. Epineuse question à laquelle devra répondre Lakshmi Mittal, une des plus grosses fortunes mondiales, s'il veut être libéré. Richard, son ravisseur - ému par le drame d'Octavio, licencié suite à la fermeture d'un haut-fourneau liégeois - décide de " changer l'ordre des choses ". Il met alors sur pied un plan audacieux pour enlever le célèbre magnat de l'acier et le contraindre à réaliser des oeuvres d'art contemporain de plus en plus absurdes... Au-delà de son aspect humoristique et léger, cette histoire est aussi l'occasion de se pencher sur la politique des gros industriels. Un récit intelligent, totalement surréaliste et délicieusement entraînant.

  • Terre en vue ! pour un pacte social-écologique Nouv.

    Parce que nous échouons à concevoir ses limites, nous détruisons l'habitabilité de la Terre, c'est-à-dire nos propres conditions d'existence. Toutes les espèces vivantes, y compris la nôtre, sont menacées. Le contrat social originel, sur lequel repose nos démocraties, demandait au Citoyen de renoncer à une liberté absolue en échange de la protection de l'État. Mais ce contrat social considérait alors les écosystèmes planétaires comme un simple décors, immuable et illimité, du théâtre de l'histoire. Aujourd'hui le décor terrestre se met à trembler et à interrompre le jeu des acteurs humains. Comme les catastrophes climatiques, la pandémie est aussi à analyser comme une manifestation majeure de cette irruption sur la scène politique. Afin d'éviter le désastre, cet essai propose de réincorporer les limites de la biosphère, du vivant dont nous dépendons et qui dépend de nous, en signant ensemble un Pacte social écologique, qui élargisse à la Terre le contrat social.

  • Mourir est-il inévitable ? Selon les auteurs de ce livre qui basent leurs arguments sur des avancées scientifiques et techniques, la mort est aujourd´hui contestable et contestée. Ils vont même plus loin : d´ici 2045, grâce aux progrès exponentiels de l´intelligence artificielle, la régénération et la création de tissus, l´impression d´organes, la cryoconservation, les thérapies génétiques ou immunologiques, la mort sera facultative. Le vieillissement doit être considéré aujourd´hui comme une maladie qui peut - et qui doit - être guérie. La science doit concentrer ses recherches sur le vieillissement, responsable de plus de 70% des décès plutôt que sur les maladies qu´il engendre.La mort de la mort est un livre visionnaire qui nous confronte.

  • Juste un passage au JT Nouv.

    Juste un passage au JT

    Marius Gilbert

    • Luc pire
    • 7 September 2021

    Durant des mois, plongé dans la tempête dans laquelle se mêleront science en mouvement, hyper-médiatisation et pouvoir politique, avec d'autres, j'ai essayé de tenir un cap. Celui de comprendre ce qui nous arrive, de le partager avec tous en des termes simples mais sans en trahir la complexité, de dire ce que l'on sait et ce que l'on ignore, et de le faire sans verser dans l'alarmisme ni banaliser les drames. Ce livre rassemble les notes et réflexions qui m'ont accompagné, à l'heure où la fin de cette crise se fait toujours attendre.

  • Traces

    ,

    À propos de la période que vous venez de vivre, qu´avez-vous envie de dire (ou d´écrire) que vous seul pourriez dire (ou écrire) ? Levant un coin du voile, les traces ici recueillies sont comme un plaidoyer pour une attention nouvelle, un soin du monde, un soin des autres, qui seuls peuvent être à la hauteur des sacrifices consentis. (Pascal Chabot) Gaël Turine, photographe humanitaire, a installé un studio mobile au sein des hôpitaux Iris Sud. Chaque travailleur pouvait y venir s´asseoir, parler, souffler, déposer ses tensions de la journée. Gaël Turine a photographié chaque témoignage. De cette expérience, sont nés des clichés d´hommes et de femmes, sans artifice, bruts et sincères, empreints d´une grande humanité. Caroline Lamarche a accueilli chacun de ces témoignages avec beaucoup d´empathie.

  • « Je suis bien embarrassé quand, dans ma famille, la discussion porte sur le climat. À chaque fois, ça se dispute. Ma filleule trouve Greta Thunberg formidable et dit que les jeunes ont bien raison d´aller manifester. Ma tante, qui est chimiste, dit qu´on doit toujours douter. Alors moi, je fais quoi ? Un soir, j´ai voulu essayer de savoir qui avait raison Disons que ça m´a pris un peu plus de temps que prévu. » Cet ouvrage, mis sur pied par un écrivain se confrontant aux discours du monde scientifique, interroge les fondements du climato-scepticisme en se posant la question suivante : le réchauffement climatique d´origine humaine, mensonge, incertitude ou fait établi ?

  • Le but de ce livre est de répondre aux interrogations légitimes de chaque citoyen, l'informer sur le fonctionnement du système des soins de santé et lui permettre de faire des choix éclairés. Qui sont les experts qui conseillent et sont-ils neutres ? Comment est financé un hôpital général ? Faut-il diminuer le nombre de lits dans les hôpitaux ? Quels sont mes droits, en tant que patient ? Et quels sont mes devoirs ? À la lumière de la crise sanitaire que nous vivons, découvrez les réponses à ces questions essentielles, accompagnées d'encarts détaillés.

  • Amie de longue date de Julos Beaucarne, l'auteure a rassemblé leurs échanges dans une biographie peu traditionnelle mais fidèle à la vie de l'artiste belge et surtout à son univers. Elle met en lumière les différentes facettes de cet homme hors norme, aux multiples talents, poète et chanteur, défenseur de la francophonie mais aussi de la langue wallonne de son enfance, écologiste avant l'heure, épris de paix et de liberté. Portrait d'un homme pétri d'humanisme, en privé comme à la scène.

  • « On ne nait pas socialiste, on le devient » disait André Renard. D'aucun s'interrogerait sur la pertinence d'une telle assertion. Pourtant, lorsqu'on suit son parcours, de l'adolescence aux derniers jours, on comprend les paroles de ce personnage hors du commun, leader du combat syndical wallon. Il était un visionnaire dans différents domaines. Dès les années trente, il a voulu que les ouvriers soient éduqués, pour leur émancipation et pour pouvoir mieux comprendre le monde. Ces politiques seront mises en place bien plus tard, à travers « l'éducation permanente ». Il était donc un précurseur. Et si nous parlons aujourd'hui de formation en alternance, les jeunes apprenant un métier tout en allant à l'école, notre combattant proposait aussi de former les ouvriers directement dans les usines. Nous avons acquis la démocratie politique par le droit de vote, mais la démocratie industrielle et économique s'est gagnée grâce à des figures comme celle d'André Renard.

  • Depuis l'apparition de l'Homo sapiens il y a plus de 200 000 ans, nous nous sommes toujours tournés vers les animaux pour satisfaire notre désir de viande. Mais cette habitude séculaire est-elle compatible avec la croissance démographique que connaît notre espèce ? On prévoit que la Terre comptera neuf à dix milliards d'habitants d'ici 2050. Si la plupart auront les moyens d'adopter un régime alimentaire aussi fastueux que les Occidentaux d'aujourd'hui, on peut difficilement imaginer où trouver les terres cultivables et les autres ressources nécessaires pour répondre à cette demande. Et si nous pouvions produire la viande autrement ?
    La viande dite « propre » (clean meat), une véritable viande obtenue grâce à la culture de cellules musculaires animales, pourrait être la solution. Avec une seule cellule provenant d'une vache, nous pourrions nourrir un village entier sans avoir besoin de recourir à l'élevage et à l'abattage d'animaux. Ce nouveau procédé pourrait révolutionner notre alimentation, rien de moins.
    Découvrez les dessous de cette course pour la création et la commercialisation d'une viande plus propre, plus sûre et plus durable.
    En allant à la rencontre de jeunes entrepreneurs visionnaires, de scientifiques spécialisés dans l'ingénierie tissulaire ou encore de grands leaders du secteur alimentaire, l'auteur détaille cette quête pour une viande propre et expose le débat qu'elle suscite.

  • Après les tomes consacrés à la province de Liège et à la Région bruxelloise, respectivement paru en novembre 2017 et février 2018, voici celui consacré aux provinces de Namur et de Luxembourg.
    Le journaliste Thierry Luthers est taphophile à ses heures perdues : il est passionné par les tombes et particulièrement celles des personnes célèbres qui ont fait la grande et la petite Histoire. En véritable orfèvre, il a recensé toutes les tombes des personnalités belges du sport à la politique en passant par les arts ou le monde de l'industrie.
    Derniers domiciles connus est une collection regroupant des guides pratiques et touristiques organisés par province.

  • Les cimetières remarquables de Bruxelles sont ceints de hauts murs, fermés de lourdes grilles. Pourtant, il suffit de pousser le portail pour entendre crisser les cailloux sous ses pas et se laisser emporter par la sérénité de ces lieux au patrimoine exceptionnel.

    Au fil des allées, on surprend mille histoires et anecdotes parfois tristes, parfois souriantes, souvent touchantes. On y fait tant de rencontres : le sourire éternel d'une statue de pierre, les larmes de bronze d'une pleureuse, la légèreté d'une fleur sculptée, l'élégance d'un buste centenaire.

  • 1500 ans d'arts et de musique en Belgique Nouv.

  • « Si, à 40 ans, je ne décroche pas une place récurrente dans le domaine de l´humour au sein d´un média belge, quel qu´il soit, j´arrête le métier ! ». Et c´est le 1er septembre 2010, le jour même de ses 40 ans, que Jérôme de Warzée distille sa première chronique sur les ondes de VivaCité dans son émission Un cactus dans le Waterzooi. Chaque matin, il tente l´équilibre, entre écriture polysémique, second degré, sarcasmes, jeux de mots, et vérités (enfin presque). Ce quatrième tome est dans la même veine que les trois premiers : un florilège de ses meilleures chroniques radiophoniques. Classées chronologiquement, elles proposent un regard cynique et irrévérencieux sur l´actualité belge et internationale et se savourent sans modération.

  • Comme beaucoup, Alain Zenner a voulu comprendre et a consacré son confinement à l´étude du virus, colligeant des données, recueillant des opinions, rassemblant des réflexions susceptibles de l´éclairer. Il en a couché les principales sur papier. Puis il a classé ses fragments, donnant forme à ce dictionnaire érudit. Mais son périple s´accompagnait aussi de légèreté et d´humour. Tous les jours il s´amusait d´expressions nouvelles, découvrait des vidéos virales, divertissantes, musicales, artistiques. De cela aussi il a rendu compte, en ajoutant adages, aphorismes et autres apophtegmes en lien avec la crise. D´où ce dictionnaire aussi ludique.

  • Après les tomes consacrés à la province de Liège, à la Région bruxelloise, aux provinces de Namur et de Luxembourg, ainsi que la province du Brabant Wallon, respectivement paru en novembre 2017, février 2018, novembre 2018 et octobre 2019, voici enfin celui consacré à la province de Hainaut. Le journaliste Thierry Luthers est taphophile à ses heures perdues : il est passionné par les tombes et particulièrement celles des personnes célèbres qui ont fait la grande et la petite Histoire. En véritable orfèvre, il a recensé toutes les tombes des personnalités belges du sport à la politique en passant par les arts ou le monde de l´industrie. Derniers domiciles connus est une collection regroupant des guides pratiques et touristiques organisés par province.

    Sur commande
  • Ce livre nous introduit dans le regard et l'univers des caricaturistes de la Belle Époque et de l'entre-deux-guerres et nous emmène à la découverte des mystères de la francmaçonnerie.
    Affiches, cartes postales, dessins de presse...
    Retracent un siècle de représentations iconographiques, maçonniques et antimaçonniques.
    Tantôt drôles, souvent grinçantes, les caricatures ont parfois franchi toutes les limites quand elles sousentendaient un complot judéo-maçonnique, quand elles dénonçaient un pacte avec le diable ou une collusion avec le monde de l'argent et les institutions politiques, quand elles n'appelaient pas à la dénonciation pure et simple.

    Préface et dédicace de Henri Bartholomeeusen, grand-maître du Grand Orient de Belgique de 2005 à 2008, et de Pierre Mollier, directeur de la bibliothèque du Grand Orient de France et conservateur du Musée de la franc-maçonnerie.

  • Les discours qui circulent aujourd'hui sur la pauvreté et les personnes qui la subissent sont bien souvent erronés. Or, les derniers chiffres montrent que la pauvreté touche plus d'un Belge sur cinq. Pour améliorer le vivre ensemble, il s'agit de tenir compte de ces 20 % de la population, de connaître leurs vécus, et d'enrayer les discriminations qu'ils endurent. Car les idées reçues et les « fake news » sont à l'origine de bien des malentendus dommageables à la cohésion sociale. Elles font le terreau d'une société qui hait ses pauvres, d'une société pauvrophobe.
    Partant de ce constat, Le Forum - Bruxelles contre les inégalités a identifié, en prise directe avec les services sociaux et ceux qui les fréquentent, une centaine d'idées reçues sur les pauvres et la pauvreté.
    Chacun de ces stéréotypes a été soumis à un expert qui s'est attaché à la déconstruire de manière argumentée, sur base des dernières études et chiffres disponibles.
    Voici donc une Petite encyclopédie des idées reçues sur la pauvreté, à paraître en septembre 2018, qui sera accompagnée d'une vaste campagne de sensibilisation sur le web et dans les médias traditionnels.

  • L'auteur, ministre belge de la Coopération au développement, a pris conscience que le rôle de la femme est considéré avec trop peu d'ambitions et trop de préjugés. Il plaide donc pour une égalité parfaite avec les hommes, aussi bien dans la vie professionnelle que familiale ou sociale, soutenant que les droits des femmes sont la clé du progrès.

empty