Folio

  • Rhinocéros

    Eugène Ionesco

    • Folio
    • 2 March 2000

    Rhinocéros est la pièce la plus riche de Ionesco. Elle ne perd rien de l'esprit d'innovation, de provocation, des premières pièces. Comme elles, celle-ci mélange les genres et les tons, le comique et le tragique. Mais l'innovation principale qui s'introduit ici est la réflexion sur l'Histoire, à travers le mythe. La pièce est une condamnation de toute dictature (en 1958, on pense au stalinisme). Ionesco condamne autant le fascisme que le communisme. C'est donc une pièce engagée : «Je ne capitule pas», s'écrie le héros.
    Le rhinocéros incarne le fanatisme qui «défigure les gens, les déshumanise». On sent l'influence de La Métamorphose de Kafka. Dans une petite ville, un rhinocéros fait irruption. Par rapport à lui, les personnages prennent diverses attitudes. Certains se transforment en rhinocéros ; un troupeau défile. Seul Bérenger résiste à la marée des bêtes féroces, symboles du totalitarisme.

  • Knock

    Jules Romains

    • Folio
    • 16 March 1993

    «Le tambour : Quand j'ai dîné, il y a des fois que je sens une espèce de démangeaison ici. Ça me chatouille, ou plutôt ça me grattouille.
    Knock : Attention. Ne confondons pas. Est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous grattouille ?
    Le tambour : Ça me grattouille. Mais ça me chatouille bien un peu aussi...
    Knock : Est-ce que ça ne vous grattouille pas davantage quand vous avez mangé de la tête de veau à la vinaigrette ?
    Le tambour : Je n'en mange jamais. Mais il me semble que si j'en mangeais, effectivement, ça me grattouillerait plus.»

  • Les bonnes

    Jean Genet

    • Folio
    • 24 January 2001

    Genet nous avertit. Il ne faut pas prendre cette tragédie à la lettre : « C'est un conte, c'est-à-dire une forme de récit allégorique. » « Sacrées ou non, ces Bonnes sont des monstres. Elles ont vieilli, elles ont maigri dans la douceur de Madame. Elles crachent leurs rages. » Les domestiques sont des êtres humiliés dont la psychologie est pertubée. Austères dans leur robe noire et souliers noirs à talons plats, les bonnes ont pour univers la cuisine et son évier ou la chambre en soupente, dans la mansarde, meublée de deux lits de fer et d'une commode en pitchpin, avec le petit autel à la Sainte Vierge et la branche de buis bénit.
    Genet a réussi cette pièce, Les Bonnes, peut-être parce qu'il revivait, à l'intérieur de ses personnages, en l'écrivant, sa propre humiliation.

  • Hamlet

    William Shakespeare

    • Folio
    • 25 August 2008

    Hamlet, mort à peine depuis deux mois, non, pas autant, pas deux, un si excellent roi, qui était à celui-ci.
    Ce qu'hypérion est à un satyre, si tendre pour ma mère qu'il ne permettait pas aux vents du ciel, de toucher trop rudement son visage. ciel et terre, est-ce à moi de m'en souvenir ? oh ! elle se pendait à lui comme si son appétit de lui croissait de s'en repaître. et pourtant en un mois, n'y pensons plus : fragilité, ton nom est femme. un petit mois, les souliers n'étaient même pas usés avec lesquels elle suivait le corps de mon pauvre père, comme niobé, tout en larmes, elle, oui, elle.
    O dieu, une bête à qui manque la faculté de raison aurait pleuré plus longtemps ! se mariait à mon oncle, le frère de mon père, mais qui ne ressemble plus à mon père. que moi à hercule.

  • Le roi se meurt

    Eugène Ionesco

    • Folio
    • 4 November 1997

    Comique ou tragique, pathétique ou grotesque ? Le Roi d'Ionesco se voit confronté à la mort. Son univers s'écroule, notre univers s'écroule.
    Retrouvez ce personnage désormais classique, qui incarne l'angoisse de l'homme, son humour aussi, et qui a fait pleurer, rire et pleurer de rire des salles entières de spectateurs.

  • Phèdre

    Jean Racine

    • Folio
    • 29 August 1995

    C'est la plus célèbre des tragédies de Racine et la plus trouble. Elle emprunte à la Grèce, patrie de Sigmund Freud dans le domaine de l'imaginaire, la légende dont elle fait une intrigue. Se heurter au tabou de l'inceste, c'est se condamner à mort : alors seulement le jour reprend sa pureté. «La psychanalyse, a écrit Raymond Picard, n'est guère qu'une exploitation peu éclairée de la psychologie racinienne.»Psychologie, mythe, récit épique, ici tout est violence : le véritable monstre ne sort pas des flots, il est enfermé dans l'héroïne avec une incroyable audace - comme il le sera dans Athalie.

  • Le Songe d'une Nuit d'Eté

    William Shakespeare

    • Folio
    • 27 March 2003

    Édition bilingue

  • La cantatrice chauve

    Eugène Ionesco

    • Folio
    • 16 March 1993

    Tout le monde la connaît. Peu peuvent l'expliquer. C'est ce que fait à merveille Emmanuel Jacquart, éditeur du Théâtre de Ionesco dans la Bibliothèque de la Pléiade. Il commence par retracer l'historique, la genèse de la pièce, à partir de L'anglais sans peine de la méthode Assimil. Les répliques se sont naturellement assemblées, et l'ensemble a produit ce que l'auteur appelle une «anti-pièce», une vraie parodie de pièce, sans ambition idéologique particulière.
    Dans cet illustre chef-d'oeuvre, l'esprit de dérision prend le contre-pied de la tradition. Une série de sketches désopilants jusqu'au dénouement tonitruant et digne des surréalistes, telle est la pièce dont nous étudions les secrets en la replaçant dans la tradition de l'antitradition, de la modernité en évolution.

  • La guerre de troie n'aura pas lieu

    Jean Giraudoux

    • Folio
    • 5 February 2015

    "La guerre de Troie n'aura pas lieu", dit Andromaque quand le rideau s'ouvre sur la terrasse du palais de Priam. Pâris et Hélène ne s'aiment plus, mais les Troyens feront tout ce qui est en leur pouvoir pour conserver celle qu'ils appellent "la beauté", même au prix de la guerre. Chacun de leur côté, Hector et Ulysse tentent vainement de sauver la paix mais la Fatalité est plus puissante que la volonté des hommes.
    Pièce en deux actes qui mêle les grands thèmes classiques aux inquiétudes modernes, elle a été présentée pour la première fois le 22 novembre 1935 au Théâtre de l'Athénée sous la direction de Louis Jouvet. Son succès éclatant et immédiat ne s'est jamais démenti depuis.

  • Suzanna Andler

    Marguerite Duras

    • Folio
    • 7 January 2021

    Saint-Tropez l'hiver. Dans la mélancolie d'une villa inhabitée, Suzanna Andler hésite entre son mari et son amant. Transcendant les codes du théâtre de Boulevard, Marguerite Duras offre le portrait bouleversant d'une femme en quête d'une impossible émancipation. « C'est une femme cachée, cachée derrière sa classe, cachée derrière sa fortune, derrière tout le convenu des sentiments et des idées reçues... Elle ne pense rien, Suzanna Andler. Mais j'ai essayé de la lâcher, de lui redonner une liberté. » Marguerite Duras Avec quatre photographies en couleurs du film Suzanna Andler de Benoit Jacquot.

  • La leçon

    Eugène Ionesco

    • Folio
    • 15 March 1994

    La leçon est l'une des pièces les plus jouées et les plus lues d'Eugène Ionesco. Elle commence comme une satire hilarante de l'enseignement, pour faire allusion ensuite à de savantes théories linguistiques ; le ton, alors, change : la farce se termine en tragédie lorsque le professeur tue son élève. Mais cette tragédie est, elle aussi, parodique : chacun lui donne le sens qu'il veut.

  • La cerisaie

    Anton Tchekhov

    • Folio
    • 18 January 2018

    GAEV, ouvrant une autre fenêtre.
    Le jardin est tout blanc. Tu n'as pas encore oublié, Liouba? Cette longue allée s'en va tout droit, comme une courroie tendue, elle brille par les nuits de lune. Tu t'en souviens? Tu n'as pas oublié?

    LIOUBOV ANDRÉEVNA, regarde le jardin par la fenêtre.
    Oh, mon enfance, ma pureté! Je dormais dans cette chambre d'enfants, d'ici je voyais le jardin, le bonheur se réveillait avec moi tous les matins, et le jardin était comme il est là, rien n'a changé... Si je pouvais enlever ce poids de ma poitrine, de mes épaules, si je pouvais oublier mon passé!

    GAEV.
    Oui, le jardin sera vendu pour dettes, aussi étrange que cela puisse paraître.

  • Hernani

    Victor Hugo

    • Folio
    • 4 April 1995

    Tout s'est éteint, flambeaux et musique de fête.
    Rien que la nuit et nous ! félicité parfaite !
    Dis, ne le crois-tu pas ? sur nous, tout en dormant, la nature à demi veille amoureusement.
    La lune est seule aux cieux, qui comme nous repose, et respire avec nous l'air embaumé de rose !
    Regarde : plus de feux, plus de bruit.
    Tout se tait.
    La lune tout à l'heure à l'horizon montait, tandis que tu parlais, sa lumière qui tremble et ta voix, toutes deux m'allaient au coeur ensemble ;
    Je me sentais joyeuse et calme, ô mon amant !
    Et j'aurais bien voulu mourir en ce moment.
    (acte v, scène 3)

  • Les fausses confidences

    Pierre de Marivaux

    • Folio
    • 22 April 1997

    Araminte est une jeune veuve sereine, naturelle et sans préjugés.
    Comment, riche à millions, peut-elle, dans le courant de l'après-midi, se décider à épouser le jeune homme pauvre qu'elle avait engagé le matin comme intendant ? en montant contre son héroïne un complot impitoyable, marivaux lui permet de vivre une véritable histoire d'amour où elle se libère de son entourage en exerçant son droit au bonheur. il y associe étroitement l'émotion, le comique et le critique sociale, la lucidité et le rêve.
    Proches de molière et de la comedia du siècle d'or espagnol, les fausses confidences, sa dernière " grande pièce ", représente aussi et surtout la somme et le dépassement de ses divers systèmes dramatiques.

  • Le bourgeois gentilhomme

    Molière

    • Folio
    • 15 May 1998

    M.
    Jourdain voyez l'impertinente, de parler de la sorte à un mamamouchi !
    Mme jourdain comment donc ?
    M. jourdain oui, il me faut porter du respect maintenant et l'on vient de me faire mamamouchi.
    Mme jourdain que voulez-vous dire avec votre mamamouchi ?
    M. jourdain mamamouchi, vous dis-je. je suis mamamouchi.
    Mme jourdain quelle bête est-ce- la ?
    M. jourdain mamamouchi, c'est-à-dire en notre langue paladin mme jourdain baladin ! etes-vous en âge de danser des ballets ?
    M.
    Jourdain quelle ignorante ! je dis paladin, c'est une dignité dont on vient de me faire la cérémonie.

  • Les précieuses ridicules

    Molière

    • Folio
    • 6 January 2022

    Deux jeunes seigneurs comptent épouser la fille et la nièce du bourgeois Gorgibus. Mais ces dernières, Cathos et Magdelon, les traitent avec mépris, leur reprochant de ne connaître ni la galanterie romanesque ni même La Carte de Tendre. Les jeunes hommes décident alors de donner une bonne leçon à ces précieuses, en leur envoyant leurs domestiques déguisés, l'un en baron, l'autre en vicomte. Puisque ces deux jeunes filles se targuent de connaître les usages courtois sur le bout des doigts, sûrement n'auront-elles aucun mal à différencier un véritable gentilhomme d'un valet travesti...

  • La Mouette

    Anton Tchekhov

    • Folio
    • 19 January 2017

    Dans une propriété à la campagne sont réunis : une actrice sur le retour, Arkadina, qui vit avec Trigorine, écrivain connu. Le fils d'Arkadina, Treplev. Lui aussi est écrivain, à la recherche de formes nouvelles. Enfin Nina, fille d'un riche propriétaire. Treplev est amoureux de Nina, mais elle va être séduite par Trigorine, partir avec lui pour être abandonnée et commencer une médiocre carrière d'actrice. Treplev, qui échoue dans son oeuvre et dans son amour pour Nina, se suicide.

  • Une femme sans importance

    Oscar Wilde

    • Folio
    • 13 January 2022

    Dans l'Angleterre de la fin du XIX? siècle, une aristocrate se plaît à réunir dans sa maison de campagne des invités de conditions diverses. C'est ainsi que Lord Illingworth, promis à une brillante carrière diplomatique, fait la connaissance du jeune Gerald Arbuthnot, à qui il propose bientôt de devenir son secrétaire particulier. Mais ce projet suscite chez la mère de Gerald, Mrs. Arbuthnot, une étrange hostilité.Derrière son feu d'artifice de mots d'esprit et de paradoxes, la pièce contient une note plus grave:la difficulté pour une mère d'élever seule un enfant sous le regard réprobateur de la société.En faisant émerger de l'ombre cette femme «sans importance» qu'une vie douloureuse n'a jamais pu détourner de ses convictions profondes, Oscar Wilde affirme sa modernité:une conscience déjà féministe et un goût du scandale.

  • Richard III

    William Shakespeare

    • Folio
    • 14 October 2021

    Richard, duc de Gloucester, est le frère cadet du roi Édouard IV d'Angleterre. Il est né boiteux et bossu. Durant la guerre des Deux-Roses (1450-1485) opposant deux branches rivales de la même maison royale (la rose blanche d'York, maison à laquelle appartiennent Édouard et Richard, et la rose rouge de Lancastre), Richard a aidé son frère à devenir roi en supprimant ses adversaires. Mais, rongé par la jalousie, il n'a qu'une seule idée en tête : conquérir le trône d'Angleterre, en éliminant tous ceux qui l'empêcheront d'accomplir son noir dessein, qu'ils soient de la maison de Lancastre ou de la maison d'York...

  • George Dandin : la jalousie du barbouillé

    Molière

    • Folio
    • 6 January 2022

    Au commencement, une farce:le Barbouillé, mari jaloux, ne peut faire tenir au logis sa femme volage, laquelle parvient par une feinte habile à retourner sur lui la faute. Molière, qui a conçu en province cette Jalousie du Barbouillé, en reprend bien des années plus tard le sujet pour réjouir Louis XIV et sa cour. Le Barbouillé, rebaptisé George Dandin, est devenu un riche paysan marié à une fille d'aristocrates pauvres:promesse d'un échange de mauvais procédés. La mal mariée ne rêve que de tromper son rustaud de mari; lequel ne parvint pas à détromper ses beaux-parents obtus sur la vertu de leur fille. Parce que Molière est tout comique, la déconfiture du mari suscite le rire; parce que Molière est aussi tout humain, la conscience malheureuse de sa déconfiture rend le bonhomme presque touchant et donne à penser. George Dandin, une pièce acide? Sans doute. Mais une acidité tempérée par une pastorale chantée et dansée qui, à la création, enveloppait la comédie de ses douceurs bucoliques:c'était à Versailles, en juillet 1668, dans le cadre d'une fête somptueuse. Le classicisme français ne redoutait pas les contrastes...

  • Sganarelle

    Molière

    • Folio
    • 6 January 2022

    Le titre de cette comédie de 1660, six mois après Les Précieuses ridicules, est déjà un programme. Tout le théâtre de Molière tient dans ces trois mots. Sganarelle est un type comique qu'on retrouvera dans nombre de ses pièces, jusqu'au Dom Juan. Le cocu, c'est le personnage éternellement ridicule de la farce et du fabliau médiéval, berné et furieux de l'être... Molière fait d'une marionnette un caractère. La jalousie sera un des grands thèmes de son théâtre, et mène à Alceste. Le dernier mot du titre, l'imaginaire, désigne les illusions dont vivent les personnages, leurs égarements, la quête de l'authenticité et de la réalité sous les obsessions. L'essentiel est de rapprocher ces trois termes pour faire rire. On rit de la déformation, de la difformité:le masque déforme le corps, l'obsession déforme l'esprit, la passion torture l'âme.

  • L'étourdi ou les contretemps

    Molière

    • Folio
    • 6 January 2022

    «La mieux écrite de toutes les pièces de notre grand comique, c'est L'Étourdi, sa première oeuvre. L'Étourdi, disait Hugo à un ami, a un éclat, une fraîcheur de style, qui brillent encore dans le Dépit amoureux, mais peu à peu s'effacent, à mesure que Molière s'engage de plus en plus dans une nouvelle voie.»La première oeuvre de Molière n'a rien perdu de son charme ni sa verve comique de son éclat:Mascarille demeure le «fourbum Imperator» de la scène comique et son étourdi de maître le prince des gaffeurs, pour la joie pure et franche du spectateur. Plus de quinze ans avant Les Fourberies de Scapin, Molière en offrait ici déjà la somptueuse promesse dans un tourbillon de jeunesse et de rire.

  • Caligula

    Albert Camus

    • Folio
    • 7 September 1993

    Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :

    - Mouvement littéraire : Camus et l'absurde.
    - Genre et registre : Sous le signe du théâtre.
    - L'écrivain à sa table de travail : Écrire et récrire.
    - Groupement de textes : Théâtre et complots.
    - Chronologie : Albert Camus et son temps.
    - Éléments pour une fiche de lecture.

    Recommandé pour les classes de lycée.

  • On ne badine pas avec l'amour

    Alfred de Musset

    • Folio
    • 3 June 2010

    Insensés que nous sommes ! Nous nous aimons. Quel songe avons-nous fait, Camille ? Quelles vaines paroles, quelles misérables folies ont passé comme un vent funeste entre nous deux ? Lequel de nous a voulu tromper l'autre ? Hélas ! cette vie est elle-même un si pénible rêve ; pourquoi encore y mêler les nôtres ? Ô mon Dieu, le bonheur est une perle si rare dans cet océan d'ici-bas ! Tu nous l'avais donné, pêcheur céleste, tu l'avais tiré pour nous des profondeurs de l'abîme, cet inestimable joyau ; et nous, comme des enfants gâtés que nous sommes, nous en avons fait un jouet.

empty