Langue française

  • « Chaque fois que Vronski lui adressait la parole, un éclair passait dans les yeux d'Anna, un sourire entrouvrait ses lèvres ; et, si désireuse qu'elle parût de la refouler, son allégresse éclatait en signes manifestes. "Et lui ?" pensa Kitty. Elle le regarda et fut épouvantée, car le visage de Vronski reflétait comme un miroir l'exaltation qu'elle venait de lire sur celui d'Anna. »

  • Épopée maritime, roman universel, allégorie biblique, livre culte, Moby Dick résiste, par son immensité, à toutes les approches, toutes les définitions.
    On y entre comme on poserait le pied sur un continent ; on en sort non pas en lecteur, mais avec le sentiment d'avoir vécu une expérience. D'ailleurs, on n'en sort jamais tout à fait.
    Ce livre est hanté : il suffit d'en parcourir quelques pages pour être habité - définitivement. Pourtant, son intrigue même tient en quelques mots : la traque obsessionnelle par un homme du cachalot qui lui a arraché une jambe...

  • L'édition de référence dans une présentation renouvelée. Lecture recommandée en 6 ème et en 5 ème par le Ministère de l'Education National. L'énigme laissée par un alchimiste du Moyen Age est découverte et déchiffrée par un savant intrépide, irascible et un peu fou. La mission transmise par l'alchimiste est aussitôt acceptée. Le professeur Lindenbrock, son neveu Axel, adolescent candide, et le fidèle serviteur Hans s'engouffrent dans un volcan islandais, début d'une descente aux entrailles de notre Terre.
    Là, les héros découvrent un univers totalement différent de celui qu'ils ont quitté : tempêtes, monstres antédiluviens, forêts pétrifiées, torrents de lave, rien n'y manque...Si la plupart des prophéties de Jules Verne se sont réalisées aujourd'hui, le centre de la Terre n'a encore jamais été exploré, sinon par l'imaginaire. C'est peut-être pour cette raison que ce roman exerce une fascination toute particulière sur ses lecteurs.
    A partir de 12 ans.

  • Quand il débarque à Paris en 1880, Georges Duroy n''a qu'une idée : réussir. Mais la haute société est inaccessible à un petit employé de bureau. Un jour, il croise un ancien camarade devenu journaliste. "Vois-tu, mon petit, lui dit celui-ci, tout dépend de l'aplomb, ici. Il faut s'imposer et non pas demander. "Quand aux femmes, aujoute-il, "c'est encore par elles qu'on arrive le plus vite". Deux conseils que Duroy n'oubliera pas...

  • Contes Nouv.

    Contes

    Andersen H C.

    Ce titre va remplacer les 3 précédents volumes des « Contes » d'Andersen.Une nouvelle sélection de 11 contes : les plus connus, les plus souvent cités dans les programmes scolaires, auxquels a été ajoutée l'inévitable « Reine des neiges » qui n'apparaissait pas dans les précédents volumes (elle est bien éloignée de celle de Disney, mais peut fournir l'occasion d'une comparaison intéressante entre le texte et le film avec des élèves). « La princesse au petit pois », « La petite Poucette », « La petite sirène », « Les habits neufs de l'empereur », « L'intrépide soldat de plomb », « Le rossignol », « Le vilain petit canard », « La reine des neiges », « La bergère et le ramoneur », « Les souliers rouges », « La petite fille aux allumettes ».

    awaiting publication
  • Valjean, l'ancien forçat devenu bourgeois et protecteur des faibles ; Fantine, l'ouvrière écrasée par sa condition ; le couple Thénardier, figure du mal et de l'opportunisme ; Marius, l'étudiant idéaliste ; Gavroche, le gamin des rues impertinent qui meurt sur les barricades ; Javert, la fatalité imposée par la société sous les traits d'un policier vengeur... Et, bien sûr, Cosette, l'enfant victime. Voilà comment une oeuvre immense incarne son siècle en quelques destins exemplaires, figures devenues mythiques qui continuent de susciter une multitude d'adaptations.

  • Paris, fin 1819. Dans la sordide pension Vauquer, cohabitent les acteurs ou témoins de l'une des histoires les plus cruelles de la littérature : Vautrin, Rastignac et Goriot. Vautrin, ancien bagnard qui se fait passer pour rentier, tente en vain d'entraîner dans un marché criminel Eugène de Rastignac, jeune étudiant venu faire son droit à Paris. Quant au père Goriot, doyen de la pension, c'est un vieillard pathétique qui dissimule un secret qui fait de lui un homme de plus en plus pauvre. Goriot se ruinerait-il en entretenant des femmes ? Oui. Mais ces femmes, ce sont ses filles, Anastasie et Delphine, deux ingrates entrées dans la haute société et qui ont honte de leur père. Pour qu'elles lui vouent un peu d'amour, ce « Christ de la paternité » poussera l'abnégation jusqu'au sacrifice...

  • Les trois mousquetaires est certainement le roman le plus populaire d'Alexandre Dumas père. Le fougueux aspirant-mousquetaire gascon, d'Artagnan, et ses trois compagnons mousquetaires du roi, Athos, Porthos et Aramis, mettent toute leur audace et toute leur bravoure au service de la « bonne cause ». Ancêtres des justiciers, détectives et agents secrets, ces quatre amis font revivre passionnément l'époque de Louis XIII.

  • « Dans Thérèse Raquin, j'ai voulu étudier des tempéraments et non des caractères. Là est le livre entier. J'ai choisi des personnages souverainement dominés par leurs nerfs et leur sang, dépourvus de libre arbitre, entraînés à chaque acte de leur vie par les fatalités de leur chair. Thérèse et Laurent sont des brutes humaines, rien de plus. » Émile Zola

  • Librement inspirée de la vie de Savinien de Cyrano de Bergerac (1619-1655), Cyrano de Bergerac est re­présenté pour la première fois le 28 décembre 1897. Edmond Rostand qualifiait sa pièce de " comédie héroïque ". Car Cyrano est un héros, un mousquetaire intrépide, dont la vie s'organise autour des valeurs de l'amour et de l'honneur. Amoureux de Roxane, il n'ose se déclarer, car elle est belle et il est laid (à cause de son fameux nez !).
    Alors, par amour, il va protéger Christian, son rival, allant jusqu'à l'aider à séduire Roxane (sous un fameux balcon !). Comment ne pas être séduit par ce personnage à la fois soldat, musicien, astronome et poète, qui improvise l'amour sous les balcons, tire son épée pour l'honneur, se sacrifie pour son ami et signe toutes ses actions de poésie et de panache ?

  • Dans une atmosphère de lutte des clans et de haines ancestrales, l'amour entre Roméo et Juliette, deux jeunes gens que tout oppose, oblige la société, mais trop tard, à reconsidérer rancoeurs et préjugés. Il faudra un double suicide pour qu'enfin les valeurs sociales dominantes soient mises en cause... Au-delà du destin tragique de ses personnages, Shakespeare exploite un arsenal d'épisodes que l'on qualifierait aujourd'hui de « gothiques » : meurtres, duels, fausse mort, empoisonnements, profanation de tombeaux... C'est sans doute ce qui a conduit le classicisme français à ignorer ce théâtre, mais aussi le romantisme à y voir le parfait modèle du mélange des genres, où le grotesque voisine avec le sublime.

  • Lorsqu'il publie Une vie, en 1883, Guy de Maupassant a trente-trois ans et derrière lui, déjà, une carrière d'écrivain reconnu. Il saisit Jeanne, son personnage, à l'âge de dix-sept ans. Comme son aînée, Emma Bovary, Jeanne rêve du grand amour. Elle a tout pour être heureuse, tout pour devenir la princesse de contes de fées de ses songes. Mais l'irruption de Julien dans sa vie va la faire pénétrer de plain-pied dans la réalité sociale des femmes de son époque, et la désillusion deviendra le motif obsédant qui ponctuera sa vie. L'inconséquence et les compromissions de ses parents, la muflerie et les infidélités de son mari, les hypocrisies d'une société empesée dans ses traditions vont transformer son destin en « une vie » emblématique d'une forme de résignation féminine. Emma Bovary, Jeanne, Tess d'Urberville, Effi Briest : on pourrait s'étonner que la figure de la femme bafouée se manifeste avec une telle constance dans le roman réaliste européen. S'annonce, en fait, à travers ces peintures littéraires, une prise de conscience de l'insoutenable condition de la femme, laquelle présidera aux révolutions idéologiques féministes du xxe siècle. A partir de 13 ans.

  • Dorian Gray a bien de la chance ! Il est jeune, il est riche, il est intelligent, il appartient à la meilleure société londonienne de son temps, et surtout il est beau : d'une beauté unique, angélique, sublime, fascinante, d'une beauté qui exerce des ravages sur tous ceux qui l'approchent, hommes ou femmes. Normalement, cette extraordinaire capacité physique de séduction devrait s'affaiblir avec l'âge. C'est-à-dire, avec l'apparition des rides, avec la calvitie, les rhumatismes, l'écroulement des traits, l'empâtement du menton, etc. Mais ces désagréments vont être épargnés à Dorian grâce au portrait qu'a fait de lui un ami peintre. En effet, le tableau possède l'étrange vertu de prendre à sa charge le vieillissement de son modèle. Par cette fable qui évolue vers les affres du cauchemar, Oscar Wilde, esprit brillantissime et auteur scandaleux de l'époque victorienne, nous assène un pronostic inquiétant : à savoir que chacun de nous, sous l'effet de ce qu'il est, finira par prendre la tête qu'il mérite...

  • L'édition de référence dans une présentation renouvelée. Lecture recommandée en 4 ème par le Ministère de l'Education National. Avril 1884 : les mineurs de la Compagnie d'Anzin, dans le Nord, reprennent le travail après huit semaines de grève : ils n'ont plus rien à manger et n'ont rien obtenu de leurs revendications. Quelques semaines plus tôt, un écrivain est venu leur rendre visite : Emile Zola.
    L'homme a pris des notes, visité les corons, il est même descendu dans la mine. Sous sa plume, Anzin va devenir le Voreux, cette mine où Etienne Lantier trouve un emploi. Le travail est rude, mal payé, la protestation gronde. Lantier prend la tête de la grève...A partir de 12 ans.

  • Dans la Russie du XIXe siècle, au fond de l'immense Sibérie, la révolte gronde. Le fil du télégraphe vient d'être coupé, rompant la communication entre le souverain et son frère, qui se trouve à Irkoutsk. Seul moyen de l'avertir du danger : lui envoyer un messager. Mais quel homme sera capable de mener à bien cette mission à hauts risques ? Un nom s'impose : Michel Strogoff. Ce capitaine des courriers du tsar connaît bien la steppe. Il a un « corps de fer », un « coeur d'or », un courage à toute épreuve. En temps normal, les courriers du tsar - corps d'élite - réussissent à couvrir la distance entre Moscou et Irkoutsk en dix-huit jours. L'agent secret Michel Strogoff, lui, n'arrivera qu'au bout de trois mois, mais on lui pardonne ce retard dû à des obstacles qui lui auront valu un détour par l'enfer ! Texte abrégé par Boris Moissard

  • Retenus prisonniers dans un camp sudiste pendant la guerre de Sécession, le savant et ingénieur Cyrus Smith, le journaliste Gédéon Spilett, le marin Pencroff, l'esclave affranchi Nab et le jeune Harbert, passionné d'histoire naturelle (sans oublier Top, le chien), s'évadent en ballon et atterrissent sur une île apparemment déserte qu'ils baptisent « Lincoln ». L'île est riche de ressources naturelles, mais aussi de fort mystérieux phénomènes. Avec Les Enfants du capitaine Grant et Vingt mille lieues sous les mers, L'Île mystérieuse forme une trilogie dont le pivot n'est autre que le fameux capitaine Nemo. Dans ce roman, Jules Verne recompose un microcosme de toutes les richesses offertes par la terre à ce colon qu'est l'homme, ouvrant la porte à une interrogation très actuelle sur les rapports qu'il entretient avec son environnement. Texte abrégé par Boris Moissard

  • A la fin du XIXe siècle, la lutte s'engage dans Paris entre le petit commerce et les grands magasins. Parmi ces derniers, le Bonheur des Dames, où tout est mis en oeuvre pour que la cliente succombe à la tentation de l'achat. Selon le mot du baron Hartmann, le financier de l'histoire, à l'une de ces dames : " Prenez garde, ma chère, il vous mangera toutes. " Il en est une, cependant, qui ne se laisse pas manger : Denise ; une nature d'acier sous ses airs timides.
    Elle tient bon et, dans ce Bonheur des Dames qui n'avait rien pour faire le sien, effectue une irrésistible ascension, prouvant qu'il est d'autres empires que celui du profit et qu'on les fonde parfois sur un refus.

  • Frankenstein est un roman épistolaire, comme les affec­tionnait le XVIIIe siècle, dans lequel viennent s'enchâsser plusieurs récits : un récit-cadre, celui du capitaine Robert Walton qui relate à sa soeur Margaret ses aventures ma­ritimes alors qu'il vogue vers le pôle Nord. Là, il rencontre un savant, Victor Frankenstein, qui lui raconte son histoire : ses recherches l'ont amené à donner vie à une créature fabriquée à partir de plusieurs morceaux de cadavres.
    Le troisième récit est celui de la créature elle-même, qui narre à son tour son histoire. Repoussée de tous, elle réclame une compagne au savant. Il est sur le point d'obtempérer quand il renonce, comprenant qu'il s'apprête à créer une horrible lignée. Mais le monstre va se venger...
    />

  • La Bête humaine réunit tous les ingrédients du polar : un meurtre (voire plusieurs), du sang, de la violence, une femme fatale, du suspense, des scènes chocs, une enquête avec arrière-plans politiques, notables véreux et magistrats carriéristes... et, bien sûr, au moins un assassin. Nul d'entre ces gredins ne se retiendra de tuer s'il y trouve son compte : l'un le fera par jalousie, l'autre par brutalité, le troisième par intérêt, un quatrième pour se venger ou simplement par bêtise, ou par calcul, ou pour l'argent. Le seul (ou presque) à susciter l'indulgence est le criminel-né, le cheminot qu'affecte un besoin maladif de poignarder une femme. Ce malade trouvera-t-il, dans les délices d'un amour partagé, la force de vaincre la tare héréditaire qui pèse sur lui ? Mérite-t-il d'ailleurs d'échapper à son destin ? C'est toute la question que pose cet épisode très noir du cycle des Rougon-Macquart.

  • La vengeance est un plat qui se mange froid, mais certains offensés l'assaisonnent avec un raffinement tel qu'ils l'élèvent au rang d'une gastronomie.
    Edmond dantès, le héros du comte de monte-cristo, est de ceux-là. jeune marin, âme candide et fils modèle, il semble promis au bonheur et à une brillante carrière dans la marine, quand soudain tout s'écroule.
    Du jour au lendemain, il se voit précipiter dans un abîme de détresse et de ténèbres. arrêté comme comploteur, il est enfermé au château d'if, la prison de marseille, pour y croupir jusqu'à la fin de ses jours.
    Sa faute ? s'être attiré la jalousie de deux rivaux. sa malchance ? avoir affaire à un magistrat arriviste et malhonnête.
    Mais, au bout de quatorze ans, dantès s'évade et reparaît, après complète métamorphose en richissime aristocrate, pour châtier les trois misérables responsables de ses malheurs...

  • Cette nouvelle publiée en 1877 dans un recueil de trois contes entamés en 1844, peut être considérée comme une oeuvre testamentaire à un double point de vue : dernière oeuvre de fiction achevée par Flaubert, la question de la Foi est y omniprésente et transcende la simple humanité de ses personnages. Un petit chef d'oeuvre de la littérature à (re)découvrir sans attendre.

  • Par une nuit de janvier 1690, alors que la tempête se lève sur la Manche, une petite troupe d'individus patibulaires s'embarque à la sauvette et quitte la côte anglaise en abandonnant à terre un garçon de 10 ans. Pourquoi cette fuite et pourquoi cet abandon ? La réponse à cette question se trouve en quelque sorte gravée dans le visage de l'enfant, et pèse d'un poids tragique sur la conscience des fuyards. Chacun va vers son destin. Celui du garçon s'accomplira au prix de révélations qui lui découvriront qui il est au juste, et pourquoi on a conspiré à faire de lui un monstre.
    Mieux encore que Les misérables ou que Notre-Dame de Paris, ce livre démontre la toute-puissance d'une plume inspirée. Dans ce roman à couper le souffle, Victor Hugo, champion poids lourd de la littérature, charge son encre du credo progressiste, auquel sa force de frappe donne un écho formidable. Ces pages nous arrivent toutes sonores des « coups de gueule » d'un génie débridé. Elles déclenchent l'enthousiasme.

  • Quand Taupe décide de quitter sa maison, il ne se doute pas un instant de ce qui l'attend dehors. Et, surtout, il ignore à quel point cette décision va bouleverser sa vie. Il fait d'abord la connaissance de Rat, puis de Crapaud, et, enfin, de Blaireau. Tous trois deviennent bientôt ses amis et, grâce à eux, Taupe découvre la rivière, parcourt les routes, explore la forêt. Dans tous ces endroits, nouveaux pour lui, il vit des moments de bonheur intense, mais il affronte aussi l'inquiétude et la peur. Le Vent dans les saules est paru pour la première fois en 1908 en Grande-Bretagne. Avant de devenir des héros de livre, Taupe, Rat, Blaireau et Crapaud ont d'abord existé dans les lettres que l'auteur, Kenneth Grahame, adressait à son jeune fils, Alastair, quand ce dernier passait les vacances d'été loin de son père. Cette fantaisie animalière écrite dans une langue enchanteresse nous ravit et nous divertit. Cependant, derrière une apparence de légèreté, elle nous parle de nous : de notre besoin de rencontres et de découvertes, mais aussi de notre peur de l'autre et de la nouveauté - et ce, quel que soit notre âge. C'est ce qui fait du Vent dans les saules un livre pour toute la vie.

  • Heathcliff, enfant trouvé, a grandi en valet de ferme dans une famille de la campagne anglaise. Il éprouve un fort penchant pour Catherine, la fille de la maison. Celle-ci n'est pas insensible à son charme, mais choisit, le moment venu, d'épouser plutôt un garçon « de son rang », et riche par surcroît. Histoire banale. Seulement voilà : elle se déroule à une époque où la sévérité des moeurs se conjugue à la résistance des hiérarchies sociales pour exacerber la révolte de l'amoureux déçu. L'affaire tourne au drame, avec des conséquences terribles. Obsédé par un sentiment d'injustice et par son besoin de revanche, Heathcliff, nature violente, démontre une brutalité de réaction dont la charge explosive va produire autour de lui les effets meurtriers d'une bombe à fragmentation. Le tableau des ravages accomplis - désolant champ de ruines - nous est brossé par une jeune romancière qui mourra à vingt-neuf ans sans être, pour ainsi dire, jamais sortie de chez elle. D'où Emily Brontë tenait-elle sa science du désastre ? C'est l'un de ces mystères biographiques qui font le charme de la littérature. La lecture des Hauts de Hurle-Vent figure au programme des classes de quatrième.

empty