Chevre Feuille Etoilee

  • L'anorexie d'une fille vécue par lamère qui dans ce texte témoigne sans artifice de son ressenti pendant 10 ans. Janine Teisson estmère mais aussi écrivaine et son écriture fait de ce récit une oeuvre littéraire qui touchera autant les anorexiques que leurs parents.

  • Sur commande
  • Il a pris pour femme une veuve algérienne de treize ans. Ma mère n'a jamais semblé s'interroger à ce sujet. Une femme de treize ans?! Elle m'a toujours dit que cet homme n'avait jamais renié ses choix. L'amour, la religion musulmane, l'Algérie. Contre tous. Ils ont eu une fille. Malheureuse, semble-t-il. Enfin, c'est ce que dit ma mère. Française, Algérienne, Africaine, ma mère est ce mélange. Voilà d'où lui viennent ses yeux violets et ses cheveux drus.

    Trois époques, de la colonisation aux années 90.
    Trois femmes, Djeyhmouna, Monique et Claudia.
    La petite paysanne soustraite à un sort terrible par Ismaël - personnage librement inspiré de la vie de Thomas Ismaël Urbain , la militante pour l'indépendance, et celle qui part sur les traces de sa famille algérienne.?

    Un parcours magnifiquement restitué, où tous les chemins mènent ou ramènent à l'Algérie, lieu de tant de questionnements et de douleurs.
    Une écriture sobre et percutante au service d'un récit à la fois captivant et poignant qui nous emporte au-delà des images convenues.

    Sur commande
  • Très belle histoire d'amitié entre deux femmes qui nous fait voyager : la Provence, la Réunion, l'Amérique du Sud. Belle réflexion sur la vie et lamort.

    Sur commande
  • Grand reporter sur RTL, Pierre Billaud a été tué le 11 novembre 2001 avec deux de ses confrères dans une embuscade talibane en Afghanistan. « Les jours blancs » est une lettre au frère absent. Dans une langue poétique et sensuelle, Hélène Pradas-Billaud évoque cette disparition. Le présent semêle au passé dans un équilibre poignant entre l'attention portée au monde sensible, sa profusion, son enchantement et la difficulté à dire l'absence.

  • Le lecteur n'aura pas envie de quitter ce roman à l'écriture fluide et moderne qui est présentée comme une suite d'énigmes. Chaque version expliquant la disparition de la mère est aussitôt démentie.
    Le cours de danse qui commence le récit revient comme un refrain, la danse pour ne pas avoir de corps de femme...
    Ce livre est le livre d'une fille, celui d'une mère absente et d'une mère nourricière aimante, celle d'un père qui ne parle pas mais aussi le livre d'une mère et le livre d'une femme. Toutes ces problématiques et celle du couple sont abordées dans une histoire qui vous tient en haleine jusqu'au bout.

    Sur commande
  • Jeanne et Jeanne, les soeurs siamoises, les inséparables. Vierge folle etvierge sage. Et inversement. À l'écart des autres. Il y avait elles, et nous.

    Comme dans les histoires d'enfants où dans les clairières peuvent survenir les loups, et parce que les libellules, en anglais,s'appellent dragons, c'est l'histoire d'une petite fille qui se fait manger par un ogre. C'est également l'histoire d'une amitié en miroir, entre deux Jeanne, où dans les jeux de reflets, l'une d'elle finit par se retrouver. C'est enfin l'histoire d'une rivière et de la lumière entre les feuilles, qui peut dissiper les ombres quand on apprend à laregarder.


    Christine Détrez joue avec bonheur de l'art de la fiction et du suspense. Elle réussit à nous tenir en haleine et à nous surprendre jusqu'à la dernière page de ce deuxième roman qui confirme son talent.

    Sur commande
  • A la manière d'une parodie des Mille et une nuit, Janine Teisson inverse les rôles : le personnage qui mène apparemment le jeu et a le pouvoir de vie et demort sur ses sujets est ici une sultane ; celui qui va lui raconter chaque soir des histoires pour rester en vie est un homme qui se nomme Azad. et de nuit en nuit il lui devient très très.cher. Merveilleusement bien écrits, ces contes érotiques charment le lecteur sans le choquer.

  • « De qui était-elle l'amie, l'amante ? De quel auteur ancien ? Abou Nuwas, peut-être ? Elle-même poétesse, elle portait le nom parfumé de Janane. Janane, qui signifie en arabe : coeur, âme, substance... Certains auteurs l'ont appelée Jinane : Jardin, Paradis.
    Ce livre est le récit des destinées croisées de deux familles également horticoles dont l'une est une dynastie de peintres. L'histoire étrange d'une mallette de peinture en bois vernis « tombée » par hasard entre les petites mains d'un enfant au cours du dramatique exode de sa famille, et restituée quelques années plus tard comme par miracle à son légitime héritier.
    Et plus tard se produira l'étonnante rencontre. Elle, Djehane, la fille de cet héritier-là, retrouve l'ancien enfant à la mallette, devenu homme et à peine plus âgé qu'elle. Elle va l'emmener de l'autre côté de la Méditerranée, dans ce pays qu'elle aime déjà. » (extrait de la préface de Manuelle Roche)

    Sur commande
empty