Cairn

  • Au coeur de Marseille, on exécute Tarek Bsarani de trois balles dans la tête. Il était le directeur de campagne d'une jeune députée du Vaucluse, étoile montante, assurément promise à un destin national.
    À l'autre bout du pays, on découvre dans la boue les corps meurtris de deux jeunes Érythréennes. Deux migrantes égarées sur les routes dévastées de l'exode.
    Forte de son expérience et d'une équipe plus que soudée, la commissaire Aïcha Sadia tente de dénouer l'affaire marseillaise, tandis qu'au nord, dans ces territoires laminées par la crise, la capitaine Carole Vermeer, flic fragile et vacillante, bute contre la solitude et le mensonge. ?

  • Renato Donatelli est un simple flic. Un costaud, un baraqué, un type qui a quitté son île, la Nouvelle-Calédonie et qui s'acquitte de son job du mieux qu'il peut, honnêtement, toujours prêt à rendre service, parce que c'est comme ça que Mama Loma l'a éduqué. Les magouilles de la brigade des Stups, il refuse d'y participer. Le Kanak comme il est surnommé par le reste de la bande est toujours poli mais faut pas venir lui chercher des noises.
    « Je vais te laisser le choix. » C'est toujours comme ça qu'il commence quand le mec en face se met à le gonfler.
    « Soit tu passes ton chemin, soit je te mets une gifle amicale ! » Alors quand il tombe sur une famille dépecée à coups de machette, il se fait un devoir d'élucider cette boucherie, d'arrêter les massacres même si tout le monde tente de l'en dissuader.
    Aidé d'un jeune freluquet fraîchement sorti de l'école de police et d'une médecin légiste collectionneuse de cartes postales, le Kanak va remonter la piste d'une vengeance, d'un génocide africain où les bourreaux d'hier sont les victimes d'aujourd'hui.

  • Le 18 juillet 1936 commence la guerre d'Espagne dont la mémoire est restée vivace. Elle jette l'une contre l'autre les deux Espagne mais très vite se complexifie car toutes les idéologies caractéristiques du XXe siècle s'affrontent férocement dans la péninsule : celles du passé, avec les traditionalistes, tant du point de vue religieux que social, celles qui caractérisent le siècle avec les fascistes, les anarchistes, les communistes, les socialistes, les trotskystes et ... les républicains. Les massacres, perpétrés dans chaque camp, selon une ampleur et des objectifs différents, ajoutent à la cruauté de ce conflit qui se termine par la victoire des franquistes.
    Pour les républicains de toutes nuances, c'est le temps de l'exil, essentiellement en France. La retirada, en 1939, charrie en une quinzaine de jours, une immense vague de 500 000 personnes, femmes, enfants, vieillards, hommes d'âge militaire, soldats et civils. Ils sont « reçus » soit dans des centres d'accueil improvisés, soit dans des camps qualifiés par les autorité françaises « de concentration ». Les hommes, intégrés d'abord dans des Compagnies, puis des Groupements de travailleurs étrangers, participent largement aux combats de la Résistance, soit dans des groupes de guérilleros, soit dans des unités françaises. Ayant participé à la libération du territoire français, ils échouent cependant en octobre 1944 dans leur tentative d'abattre le joug franquiste.
    L'introduction de l'Espagne franquiste dans les instances de l'ONU en 1955 sonne le glas de leurs espoirs et ils considèrent alors que le temps de « poser leurs valises » est venu. C'est le temps d'une intégration réussie dans les contexte de Trente Glorieuses.

  • Le 13 octobre 1761, Marc-Antoine Calas est découvert mort dans le magasin de son père, rue des Filatiers à Toulouse. Pour le capitoul David de Beaudrigue chargé de l'affaire, point de doute : Marc-Antoine, désireux d'embrasser le catholicisme, a été assassiné par ses propres parents, huguenots endurcis et isolés dans une ville très catholique. Marc-Antoine mit-il fin à ses jours comme le soutinrent les Calas et Voltaire, ou fut-il «pendu ou étranglé» par des assassins dont la trace s'est perdue ? C'est toute une ville qui, intériorisant une imaginaire «haine implacable» des calvinistes, prononce la terrible sentence. Combats d'hier mais aussi d'aujourd'hui. Si bien que l'article 10 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, reconnu par notre constitution, est toujours d'actualité avec toutes les conséquences qui en découlent. «Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi».
    Dans le bureau de l'historien José Cubéro, des centaines de livres, bien sûr, mais aussi la baguette et la clarinette de son musicien de père. C'est un endroit clair, ouvert. C'est un bureau ouvert sur la cuisine-salle à manger. La lumière naturelle pénètre généreusement dans le bureau, salon, bibliothèque de l'historien José Cubéro. Dans cette agréable pièce à vivre, José Cubéro travaille, lit, écoute de la musique et reçoit amis et étudiants dans trois fauteuils clubs qui entourent une table basse. Dans sa bibliothèque murale, des centaines de livres qu'il utilise régulièrement pour ses travaux, rangés par « couches sédimentaires » en fonction des sujets qu'il traite dans ses livres à lui. Ainsi, il y a un rayonnage sur le département, un autre sur la Révolution pour son premier ouvrage, « La Révolution en Bigorre ». Dans les travées, des livres sur la guerre d'Espagne, celle de « 14 », le vagabondage. Il accumule aussi des ouvrages sur les violences faites aux femmes en temps de guerre, le thème de son prochain livre. « C'est une bibliothèque vivante, qui respire, se développe au fur et à mesure des sujets traités. J'y ai aussi des bouquins que je n'ai pas encore eu le temps de lire. Je sais qu'ils sont là. C'est une façon de se les approprier avant même de les lire. » Parmi tous ces livres, José Cubéro a une affection particulière pour « La Civilisation de l'Occident médiéval », de Jacques Le Goff. La Dépêche .fr 04/12/2010 « C'est un cadeau de mon épouse quand nous étions étudiants à Toulouse. » L'historien a aussi un profond attachement à un objet « d'une modestie totale » : la baguette de chef d'orchestre de son père, ce musicien espagnol exilé. José Cubéro a aussi conservé la clarinette - d'une seule pièce - de ce père admiré mais redoutable maître de musique. « J'ai appris la clarinette avec lui, pour mon malheur, car les pères sont de piètres professeurs impatients. » Sur une étagère, un chat en bois et des oiseaux en verre et en bronze qui vivent en harmonie. Tout en haut d'une étagère, une série de canards possède une vie plongeante sur la pièce. En attente de réparation, les morceaux d'une décoration, avec deux lions, en bois qui ornait une grande glace ramenée d'Argentine par l'arrière-grand-père de son épouse.

  • «Faire une balade dans le sud-ouest sans quitter sa cuisine, c'est possible !
    Au menu, des desserts gourmands, présentés étapes par étapes, simples, traditionnels et absolument délicieux : un gâteau basque, une fouace aveyronnaise, des millas ariégeois, une tarte aux myrtilles, une flognarde et bien d'autres... De quoi régaler toute la famille !
    Le livre est idéal pour les jeunes marmitons (et les plus grands...) qui découvriront avec plaisir ces pâtisseries d'hier et d'aujourd'hui.»

  • Elisée Reclus, géographe libertaire, est entre autres, l'auteur, au 19e siècle, de deux très grands livres : La Nouvelle géographie universelle et L'Homme et la Terre. Bien méconnu aujourd'hui, il était alors très célèbre, non seulement en France d'où pourtant il avait été proscrit après la Commune, mais aussi à l'étranger. Ses ouvrages étaient traduits en plusieurs langues...
    Sa réputation dépassait largement les milieux scientifiques et il était lu par un très large public ; sa Nouvelle géographie universelle publiés à plusieurs milliers d'exemplaires, paraissait chaque semaine sous forme de fascicules. C'est que sa géographie n'était pas fastidieuse nomenclature ; il faisait découvrir le monde, décrivait les pays étrangers ; il parlait des rapports des hommes avec la nature mais aussi de leurs luttes pour le progrès et pour la liberté.
    Son oeuvre est aujourd'hui est à peu près totalement oubliée.
    Évidemment le monde a bien changé depuis qu'il a écrit sa Nouvelle géographie universelle mais sa démarche reste exemplaire et l'ampleur de sa conception de la géographie dépasse encore largement celle de la plupart des géographes d'aujourd'hui. Ses questionnements, surtout, sont plus que jamais à l'ordre du jour.

  • Bonheur

    Christian Laborde

    • Cairn
    • 12 February 2021

    Un héritage permet à Julien Beausonge de quitter la région parisienne pour le Sud. Il débarque à Ossun, dans le 65. La demeure qu'il vient d'acheter est l'une des plus anciennes du village. Chaque pièce raconte l'histoire d'une famille qui, peu à peu, devient la sienne. Qu'il sillonne les chemins du Plateau de Ger, qu'il perce le secret d'une chambre close dont il a retrouvé la clé, Julien se sent revivre, renaît, marche vers son bonheur. Un bonheur qu'il devra défendre...

  • Février 1947, Basses-Pyrénées. Un petit garçon assiste à la pendaison de son père, chasseur de Juifs pendant l'Occupation. Soixante ans plus tard, une grande ville du sud découvre chaque jour le corps supplicié d'un vieillard. Très vite, l'enquête révèle l'origine juive des victimes. Le passé d'une ville remonte alors à la surface et lance un ex-flic, Sébastien Touraine, et une jeune psychanalyste, Emma Steiner, dans une course folle contre l'histoire refoulée de la Libération. Ils ont six jours. Six jours pour mettre la main sur le tortionnaire avant qu'il ait achevé sa mission. Le compte à rebours ne fait que commencer... Et si c'était dans votre ville...

  • Croquis d'histoire

    Michel Iturria

    • Cairn
    • 27 August 2021

    Gamin, Iturria voulait devenir dessinateur d'humour et à l'école il aimait surtout l'Histoire. Un jour, c'est sûr, il allait se délecter à passer l'Histoire au tamis du dessin d'humour.
    Ferme partisan d'une histoire chronologique, il s'attache d'abord à percer quelques mystères de la préhistoire : saviez-vous que « l'inventeur » du feu s'appelait Jean- Fabrice Lataillade et qu'il était fortement déprimé ? que la cueillette des cèpes et autres girolles entraîna la découverte de la méthode expérimentale, de la science donc ?...
    Plongeant dans les périodes obscures, Iturria va nous apprendre qu'Attila n'était pas forcément le mauvais bougre et qu'Ivan-le-Terrible pouvait se révéler, par certains côtés, un sympathique modéré à tendances socialisantes.
    Moyen Âge oblige, il a gardé une affection particulière pour l'époque où « les Anglais vendangeaient l'Aquitaine » et explique pourquoi ils continuent obstinément à rouler à gauche !
    Un peu plus loin, il éclaire d'un jour nouveau les rapports entre Louis XI et l'ostéopathie, et montre comment Napoléon, aspect ignoré de son oeuvre gigantesque, privilégiait le tourisme vert, ou bien encore comment les soucis matrimoniaux de Jean- Sébastien Bach ou de Karl Marx influencèrent leurs oeuvres respectives.
    Dans l'époque bouleversée que nous vivons, porteuse de mutations diverses, ces 80 dessins espiègles qui courent du paléolithique à la conquête de Mars, nous rappellent cette maxime gravée dans le marbre : « Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens. » ...en souriant... »

  • Les bastides sont des villages neufs, au plan régulier, qui sont nés au cours du Moyen Âge dans le sud-ouest de la France. Plus de 300 d'entre elles ont été fondées durant les XIIIe et XIVe siècles par de grands personnages français ou anglais pour des raisons politiques, démographiques ou sécuritaires. Les nouveaux habitants, paysans pour la plupart, y ont trouvé des libertés qu'ils ne connaissaient guère jusquelà, des avantages financiers et de grandes possibilités agricoles.
    Les bastides ont, à leur époque, amené une double révolution architecturale et sociale. Elles ont certes traversé des périodes difficiles comme la guerre de Cent Ans ou les guerres de Religion mais beaucoup d'entre elles abritent encore aujourd'hui un beau patrimoine qu'il nous faut précieusement conserver. ??

  • Courage

    Revue Far Ouest

    La Revue Far Ouest a pour ambition de questionner les grands enjeux qui traversent notre région de Nouvelle-Aquitaine : il s'agit de partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages qui questionnent sur notre place au sein de la collectivité. Revue Far Ouest est un média local, indépendant et sans publicité qui raconte son époque depuis le Sud-Ouest. Un média qui raconte des histoires en format long et circuit court : il s'agit de partir de chez nous, du local, pour ancrer des histoires et des personnages qui questionnent sur notre place au sein de la collectivité. « Courage, le temps n'est plus à l'optimisme, il est au courageux et aux courageuses » brosse le portrait d'une Région à travers ses habitants et habitantes. Parce que le courage est partout, nous sommes partis à la rencontre de celles et ceux qui en ont font preuve dans toute la Nouvelle-Aquitaine pour vous raconter de petites et de grandes histoires. En Corrèze, ils ont décidé monter leur propre communauté autogérée pour vivre selon des valeurs plus justes ; À Bayonne, ils accueillent et recueillent les exilés dont personne ne veut ; dans les Landes, des agriculteurs résistants luttent pour l'autosuffisance alimentaire ; à Bordeaux, elle est une femme SDF de 68 ans ; dans le Lot-Et-Garonne, il a été le premier à dénoncer les agissements de Cahuzac...

  • Pyrénées, calendrier

    Jobomart

    • Cairn
    • 16 July 2021

    Un beau cadeau pour les amoureux des Pyrénées, 12 magnifiques planches illustrées par le talentueux Jobomart représentant 12 sites pyrénéens exceptrionnels. Le plus ? un format d'image pensé pour être mis sous cadre une fois l'année passée ! Des ambiances colorées et un style très actuel qui s'intégrera parfaitement dans une décoration contemporaine.

  • WILCO WESTERDUIN est un photographe néerlandais. Installé au Pays basque, il travaille depuis plusieurs années sur ce projet qui l'a conduit à décourir la chaîne des Pyrénées de l'est à l'ouest, du nord au sud. Sa vision unique du paysage, de l'architecture, de l'exploration de lieux oubliés a été remarquée dès ses premières expositions à Bayonne, Biarritz ou Saint-Sébastien. Son travail, ainsi que Planet Basque, son premier livre, ont été primés à plusieurs reprises. Il est suivi par des milliers de personnes sur les réseaux sociaux. La préface est rédigée par Patrice Teisseire-Dufour, grand reporter à Pyrénées magazine. Des haikus signés d'Alexandre Hurel, fondateur des éditions Pimientos et Arteaz, prolongent dans la retenue ces photos spectaculaires.

  • Surf Cities est né de la passion de surfeurs citadins. Ils sont de ceux qui prévoient leurs vacances en fonction des spots à surfer, mais aussi de la richesse culturelle des alentours.
    Ces surfeurs s'intéressent à la façon dont est façonnée une planche, à l'urgence environnementale qui touche les océans, au repas qu'ils engloutiront après leur session... Ce ne sont pas des pros, juste des amoureux de l'océan.
    Cette histoire, c'est celle que raconte Surf Cities. Chaque numéro pose ses valises dans trois grandes cités de surf : Biarritz, Hossegor et Le Helleux, en Guadeloupe, pour cette première édition. A travers plus de 150 pages, ce format hybride entre le magazine, le livre et le guide enchaîne les thèmes et les sujets, à la façon d'une discussion entre copains qui referaient le monde (...du surf).

  • Aliénor d'Aquitaine

    Sophie Bourquet

    • Cairn
    • 8 July 2021

    Aliénor d'Aquitaine fascine et intrigue ; elle a vécu 80 ans, régné pendant soixante-sept ans, et mis au monde une douzaine d'enfants. Duchesse d'Aquitaine, deux fois reine, mère de trois rois, Aliénor offre l'exemple d'une vie au coeur du pouvoir.
    Son indépendance entre en contradiction avec l'image que ce fait l'Église médiévale d'une épouse qui doit être soumise et dépendante. Plus critiquée qu'aimée pendant sa vie, Aliénor d'Aquitaine est devenue une icône du Moyen Âge de notre temps et l'une des rares reines à devenir une héroïne de fiction en France comme en Angleterre.

  • Neige écarlate

    Anne Waddington

    Un village perché sur les hauteurs du Tarn. Son épicerie, son médecin, son infirmière, sa carrière... et sa maison de retraite !
    Un monde clos, un hiver rude et une tempête de neige qui isole le village. Des comportements qui changent soudainement, des résidents de la maison de retraite qui décèdent suite à des comportements inexplicables et la folie qui s'empare de tout le village. Paranoïa, schizophrénie, hallucinations, ce cocktail détonnant va pousser au cours de cette longue nuit d'hiver, la population à s'entretuer, chacun persuadé que l'autre en veut à sa vie !
    Quelques personnes semblent épargnées et tentent de résister et de comprendre. Empoisonnement collectif ? Virus ? Manipulation mentale à grande échelle ? Expérience scientifique qui tourne mal ? Lorsque le jour se lève et que la tempête se calme, les rares survivants n'auront pas trouvé les réponses...

  • Ce récit reprend les textes publiés par Jean Eimer dans les pages du journal Sud Ouest lors de sa randonnée en solitaire sur le GR10 à la fin des années 1980. Le reportage avait ensuite donné lieu à la publication d'un album: La Traversée des Pyrénées. Cette nouvelle édition, revue et largement augmentée grâce aux nombreuses notes restées inexploitées dans le cadre contraint d'un reportage, ne prétend pas concurrencer les topoguides. L'intérêt du témoignage n'est pas là. Il est dans la perception qu'un randonneur peut se faire d'une montagne, certes fragile dans son écosystème comme dans son économie, mais si riche d'enseignements sur les hommes et les femmes que l'on y rencontre.
    Pourquoi venir marcher ou vivre dans cet univers magnifique mais ô combien difficile?
    Et si c'était précisément parce qu'il est ainsi? Cette prime à l'humain dans ses plus nobles comme dans ses plus curieuses aspirations témoigne d'une aventure sans âge. Donc actuelle.

  • Avec les débuts de la guerre d'Espagne arrivèrent les premiers réfugiés. Mais ce fut en 1939 que la retirada, la retraite de l'armée républicaine espagnole, jeta sur les chemins de l'exil une immense vague de 500 000 personnes. La France, prise au dépourvu et déchirée par un violent débat interne, les rassembla dans des camps qui, trop souvent improvisés dans l'urgence, se résumaient à une plage battue par les vents d'hiver.
    Nombre d'entre eux tentèrent l'aventure du retour ou réémigrèrent en particulier vers l'Amérique latine. Les autres furent enrégimentés, embrigadés, ballotés de camps en compagnies puis groupements de travailleurs étrangers et constituèrent une main d'oeuvre contrainte sur les chantiers du Mur de l'Atlantique ou en Allemagne. Pourtant, ils s'engagèrent aussi précocement dans la Résistance ou, de Narvik à Paris libéré et à Berchtesgaden, parcoururent tous les champs de bataille sous l'uniforme français.
    Mais pour ces républicains, la libération de la France n'était que le prélude à la reconquête d'une Espagne qu'il fallait affranchir du joug franquiste. Espoirs pourtant déçus, ravivant au sein de l'exil des affrontements souvent hérités de la Guerre civile. Jusqu'à ce que, "posant enfin leurs valises", vienne pour eux le temps de l'intégration.

  • Crime, haine, vengeance, disparitions, et combat passionné d'une jeune femme pour sauver son amant.
    « Mais jusqu'où est-il possible d'aller pour exiger réparation quand la justice aveugle s'est fourvoyée ? » demande Julia.
    Trente ans plus tard, peut-on encore lui demander des comptes ?
    Pour tenter de répondre à ces questions, Nino et son grand père, Emilio, ancien guérillero, et dur à cuire, remontent le temps en sillonnant les routes, du Pays basque à la Provence, dans un cabriolet Alfa Roméo. Un livre de bord les accompagne, le journal de Julia.
    Ce texte est une version remaniée du roman paru en 2013, et qui a obtenu le prix Augiéras, en 2014, au salon Livre en fête, du grand Périgueux.

  • Il y a dix-sept mille ans, sous une colline de Dordogne, un homme dessine une des plus belles énigmes de l'histoire humaine.
    En 1919, deux rescapés de la Grande Guerre vont se glisser sous terre, poser leurs yeux sur d'impressionnantes fresques plus que millénaires.
    De nos jours, emmurés par accident sous les roches de Lascaux, une capitaine de Gendarmerie secondée d'un préhistorien chevronné vont mettre à jour une bien ancienne et mystérieuse scène de crime...
    Dans ce roman mi-préhistorique, mi-polar contemporain, l'auteur nous offre un voyage fascinant au coeur de toutes ces énigmes. Nous conte la décision d'un homme ; transcender sa condition d'humain en celle d'artiste.

  • Pour régler la succession de sa grand-mère qui vient de décéder, Alice revient dans le hameau des Pyrénées où, petite, elle passait toutes ses vacances. Une fois sur place, prise de nostalgie et en proie à une profonde remise en question, elle décide de s'installer dans la propriété familiale plutôt que de la vendre. Commence alors une série d'événements étranges, de plus en plus graves, dont certains voisins lui attribuent l'origine, sous-entendant qu'elle serait une sorcière. L'entente au sein de la petite communauté vole en éclat, tandis qu'Alice qui se sent surveillée est directement menacée de mort par un énigmatique corbeau.

  • Adieu Lola

    Simone Gélin

    À Bordeaux, un commandant de police opiniâtre enquête sur la disparition d'une jeune fille.
    A l'autre bout de la France, une jeune prof, parachutée dans un collège de banlieue, fraichement débarquée dans ce milieu défavorisé, nous fait vivre ses tribulations d'apprentie romancière, au rythme des étapes d'une relation amoureuse toxique.
    Au Cap Ferret, dans un blockhaus, Lola se bat contre la marée. Elle revient sur trois années de son existence vécues sous l'emprise d'un pervers narcissique, et se remémore son parcours et son combat pour se libérer de cette dépendance affective et sexuelle.
    Ces deux récits nous révèlent comment les failles des êtres, l'environnement sociétal, et les aléas de l'existence peuvent favoriser ce type d'asservissement, et de déstructuration.
    Les destins de ces deux femmes se sont-ils se croisés ?
    Où et quand ?
    Et jusqu'où un manipulateur est-il capable d'aller pour retrouver sa toutepuissance lorsqu'il comprend que sa proie va lui échapper ?
    Jusqu'au crime ?

  • « Notre passion pour la randonnée est née et a grandi dans les vallées des Gaves. À travers ce topo-guide, nous vous emmenons à la découverte des itinéraires qui nous ont marqués, afin de vous transmettre cette passion.
    Vous pourrez y suivre nos pas, allant des itinéraires niveau débutant de nos débuts, à des randonnées plus exigeantes qui vous mèneront au-delà des 3000m. Au coeur de ces montagnes, vous découvrirez des paysages parmi les plus exceptionnels des Hautes-Pyrénées. Bonne balade ! »

empty