Michèle Audin

  • Juillet 1871. Paris. Perquisition rue des Juifs, dans le Marais. Une concierge, un coiffeur, une orpheline, une prostituée, une raccommodeuse de dentelles, un relieur et une repasseuse aident un bronzier communard à échapper aux recherches d'un commissaire de police.
    Automne 1871. Josée Meunier quitte la rue des Juifs pour rejoindre Albert Theisz, le bronzier, à Londres. Réfugiés, ils ne possèdent que leur amour, leurs souvenirs, et leur désir de Paris, lieu de leur histoire.
    L'année prochaine, à Paris... rêvent-ils. Mais on ne guérit pas de l'exil. Une histoire véridique de traque, de fuite et d'attente, pour laquelle il a fallu réinventer ce que la grande Histoire a laissé perdre.

  • La guerre menée par le gouvernement versaillais de Thiers contre la Commune de Paris s'est conclue par les massacres de la "Semaine sanglante", du 21 au 28 mai. Cet événement a été peu étudié depuis les livres de Maxime Du Camp (1879) et Camille Pelletan (1880). Des sources, largement inexploitées jusqu'ici, permettent de découvrir ou de préciser les faits. Les archives des cimetières, que Du Camp a tronquées et que Pelletan n'a pas pu consulter, celles de l'aimée, de la police, des pompes funèbres permettent de rectifier.
    Quelques décomptes : dans les cimetières parisiens et pour la seule Semaine sanglante, on a inhumé plus de 10000 corps. Auxquels il faut ajouter ceux qui ont été inhumés dans les cimetières de banlieue, qui ont brûlé dans les casemates des fortifications, et dont le décompte ne sera jamais connu, et ceux quisont restés sous les pavés parisiens, exhumés jusqu'en 1920... Avec cette étude implacable, Michèle Audin, grande connaisseuse de la Commune de Paris, autrice de Josée Meunier 19, rue des juifs (Gallimard) et Eugène Varlin, ouvrier-relieur (Libertalia), rouvre un dossier brûlant.

  • Une vie brève

    Michèle Audin

    «Dans ce livre, il est question d'une vie brève. Pas de celle d'un inconnu choisi au hasard, parce que j'aurais vu sa photo, son sourire, dans un vieux journal, mais celle de mon père, Maurice Audin.
    Peut-être avez-vous déjà croisé son nom. Peut-être avez-vous entendu parler de ce que l'on a appelé "l'affaire Audin".
    Ou peut-être pas.
    Je le dis d'emblée, ni le martyr, ni sa mort, ni sa disparition ne sont le sujet de ce livre.
    C'est au contraire de la vie, de sa vie, dont toutes les traces n'ont pas disparu, que j'entends vous parler ici.»

  • Comme une rivière bleue, c'est le roman de la Commune de Paris, non pas du point de vue de ceux qui l'ont fuie pour Versailles et qui se sont chargés plus tard de la dénaturer, mais de quelques-uns de ceux qui y sont restés et en lesquels elle s'est incarnée. Une petite foule de personnages : Maria, Paul, Marthe, Floriss... qui vivent, aiment, espèrent, travaillent, écrivent, se battent, et meurent, dans une ville qui est encore à peu près la nôtre. L'histoire de ces jeunes communards commence avec la prise du Journal Officiel, le lendemain de la fuite du gouvernement Thiers. Elle se poursuit jour après jour à travers la ville, lors de fêtes sur les places ou de débats fiévreux sur les réformes, à l'Hôtel de Ville ou sur les fortifications, la nuit dans les salles de concert ou le secret des chambres... Puis dans les massacres, avec les innombrables disparus, les dénonciations, et le sort de ceux qui réussissent à s'échapper.S'appuyant sur des sources jamais exploitées, ce roman nous entraîne au coeur de la ville assiégée et de ses faubourgs populaires, avec les hommes et les femmes qui y sont enfermés. Michèle Audin sort de l'oubli quelques-uns des inconnus et des obscurs qui fabriquèrent cette révolution, « tranquille et belle comme une rivière bleue ».

  • «Clémence Janet est née le 2 septembre 1879 à Tournus (Saône-et-Loire). Sa mère était couturière et son père tailleur de pierres. Elle était ouvrière en soie. Elle s'est mariée le 27 février 1897 à Lyon (5e arrondissement) et a donné naissance à deux enfants, Antoine (29 août 1897 -14 septembre 1897) et Louis (13 février 1900 - 23 juin 1977). Elle est morte à Lyon (2e arrondissement) le 15 janvier 1901.» Ces cinq phrases sont les traces laissées dans l'état civil par une ouvrière morte à l'âge de vingt et un ans au début du vingtième siècle.
    Obstinément, Michèle Audin s'efforce de retrouver, derrière chaque mot de ce texte, quelque chose du monde dans lequel a vécu cette femme - son travail, ses lieux, ses proches.
    Cela permettra-t-il de ne pas oublier Clémence?

  • Elles ont vingt ans, ou trente, ou un peu plus, en 1934 et un peu après. Elles s'appellent Mademoiselle Haas. Elles sont bibliothécaire, concierge, cuisinière, coiffeuse, première main flou, fraiseuse, infirmière, écrivaine, femme de chambre, institutrice, journaliste, femme de ménage, chef de travaux, ouvrière métallurgiste, libraire, pianiste, physicienne, ourdisseuse, sage femme, vendeuse. Elles travaillent. Presque toutes avec leurs mains - mains de sage femme, mains d'ouvrière, mains de pianiste. Elles sont auxiliaires, adjointes, temporaires, mademoiselles. Elles rêvent. Elles vivent, dans la joie et dans la peine, une histoire qui, au fil des ans, s'emplit de bruit et de terreur.
    Elles sont invisibles. Ignorées des livres d'histoire. Oubliées. Omises, plutôt.
    Michèle Audin a cherché leurs traces, et réussi à reconstituer quelques heures de leur vie. Mises bout à bout, elles racontent leur présent, leur histoire, la sienne, la nôtre.

  • Dans ce livre, il y a des hommes et des guerres. Il y a aussi des femmes, qui essaient de ne pas subir. Il y a une recherche, des documents d'archives, des lettres, des photographies, des journaux intimes, des nombres, des témoignages, et les notes de l'historien qui mène cette recherche.
    Il y a la grande histoire et l'histoire intime, l'amour, la guerre, les crimes, l'enfer, la mort. Il y a des Allemands, des étudiants, un fou, une «gueule cassée», des historiens, une infirmière, une jeune fille déterminée, des mathématiciens, des médecins. Il y a le XXee siècle, de l'Afrique coloniale au Paris de 1945 en passant par les champs de bataille de la Grande Guerre, un asile psychiatrique, Strasbourg en 1939 et Clermont-Ferrand, Paris occupé et une petite ville d'Allemagne.
    Il y a la littérature, puisque l'historien décide, finalement, d'écrire un roman.
    Celui-ci?

  • La formule de Stockes

    Michèle Audin

    De ce roman, du 1er janvier au 31 décembre, une formule est l'héroïne. Elle revêt différents atours pour se faire apprécier de différents physiciens et mathématiciens, de Gauss à Bourbaki en passant par Ostrogradski, Green, Kelvin et Stokes, Riemann, Élie Cartan. D'un moulin de Nottingham aux rives du lac Majeur, d'Ukraine à Paris, elle voyage en diligence, emprunte de délicats ponts de chemin de fer et visite l'Angleterre victorienne, la Russie tsariste et la France de la Troisième République ; elle est à Paris pendant l'affaire Dreyfus, assiste aux combats meurtriers sur le Canal de l'Escaut pendant la première guerre mondiale ; elle contemple la formation d'une communauté mathématiques, avant de prendre sa forme actuelle, élégante et épurée, moderniste, presque futuriste...

  • Geometrie (l3m1)

    Michèle Audin


    ce livre est destiné aux étudiants de licence ou master de mathématiques (l3-m1) et à ceux qui préparent le capes ou l'agrégation.
    il traite de géométrie affine, euclidienne, projective, de coniques et quadriques, de géométrie différentielle des courbes et des surfaces. il contient un exposé rigoureux, basé sur l'algèbre linéaire et, en même temps, de la " vraie " géométrie : des triangles, des sphères, des polyèdres, des angles inscrits, des inversions, des paraboles, des enveloppes. ce livre est illustré de 195 figures et de 411 exercices avec indications de solution.


  • Lorsqu'elle meurt à Stockholm en 1891, Sofia Kovalevskaya n'a que 41 ans. Elle a pourtant eu une vie d'une rare intensité. Ses études, puis sa carrière scientifique, l'auront conduite, de Moscou à Berlin, Paris ou Stockholm, à travers l'Europe. Elle aura soutenu une thèse de mathématiques, été nommée professeur d'université, édité une importante revue, écrit des livres, milité pour la cause des femmes, élevé sa fille... Aujourd'hui presque classique, un tel parcours était à l'époque hors du commun. Un peu plus d'un siècle plus tard, Michèle Audin, elle-même mathématicienne, universitaire et écrivain, retrace la vie exceptionnelle de cette femme exceptionnelle, avec un respect, une admiration et une affection qui ne peuvent qu'emporter l'adhésion des lecteurs. Avec elle, ils partageront les passions et les indignations de Sophie, ils se plongeront dans le monde qui l'entourait. Ils découvriront aussi ses mathématiques. Michèle Audin n'hésite pas, en effet, à nous exposer en détail les questions que Sophie a traitées, donnant ainsi aux amateurs de mathématiques de quoi alimenter leur passion. Quant aux autres, qui omettront peut-être certains passages trop techniques, ils ne se sentiront jamais laissés à l'écart. Avec une rare exigence de rigueur, alliée à un grand talent de conteuse, Michèle Audin nous offre une authentique oeuvre d'historien, un grand témoignage humain et un récit captivant.

  • Ce travail de géométrie et de topologie développe des travaux dus à René Thom pour obtenir une géométrie d'objets se retrouvant en mécanique et en physique, c'est-à-dire des variétés lagrangiennes, munies d'une structure supplémentaire par rapport aux strucures usuelles, théories dont il n'existe pas de formulation complète.

    awaiting publication
  • Mit seinen Arbeiten über Faserbündel und Homotopiegruppen gehrt Jacques Feldbau zu den Wegbereitern der modernen Topologie. Als elsässischer Jude in Clermond-Ferrand verhaftet, verstarb Feldbau zwei Wochen vor Ende des Zweiten Weltkrieges während der Deportation nach Auschwitz. Die Autorin zeichnet Leben und Werk des Mathematikers unter den Bedingungen des Nationalsozialismus und des Vichy-Regimes nach und präsentiert zahlreiche bisher unbekannte Fakten.

  • Oeuvre littéraire à prétexte scientifique, dans la lignée des recherches de l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle, fondé par François Le Lionnais et Raymond Queneau).

  • Née dans une famille bourgeoise et fouriériste, Alix Payen a 29 ans le 16 avril 1871 lorsqu'elle s'engage comme ambulancière dans le 153e bataillon de la garde nationale, celui dans lequel combat son mari, Henri Payen, un artisan-bijoutier. Ambulancière et infirmière, elle participe ainsi à la défense du fort d'Issy, qui protège Paris contre les assauts de l'armée versaillaise, puis à celles du fort de Vanves. Pendant les rares moments de calme, elle écrit à sa mère.
    Assez éloignée des stéréotypes de « la communarde », Alix Payen a peu attiré l'attention des historiens.
    Pourtant, elle a participé à la lutte avec courage et détermination, et elle a décrit, avec sensibilité et humour, les combats violents, souvent furieux - elle y a perdu son mari - et la vie du bataillon sous les obus.

  • Entre 1885 et 1910, la jeune Anna sillonne le monde en compagnie de Jules Toulet, célèbre peintre voyageur. Anna, que Toulet appelait "sa muse", a aujourd'hui presque cent ans et, à mesure qu'elle parcourt les carnets que Jules lui a laissés, la vérité lui saute aux yeux : Jules l'aimait. Mieux vaut tard que jamais... Anna décide de lui écrire la lettre qu'il a attendue toute sa vie. Ce faisant, elle va nous entraîner dans le récit d'un périple extraordinaire.
    Abou Simbel en Egypte, la rivière du Wouri au Cameroun, la Mer de Chine, la magie de Venise en hiver ou encore l'Île de Pâques, autant de paysages fabuleux, d'une quinzaine de pays différents, qui retracent le parcours d'Anne et Jules brillamment restitué par les illustrations d'Emmanuel Lepage.
    A travers les images panoramiques d'une étonnante beauté qui ornent le manuscrit d'Anna, l'auteur confirme, encore une fois, sa maîtrise prodigieuse de la couleur et de la lumière.
    Avec ce carnet, le lecteur, spectateur, plonge dans l'univers de Lepage, dessinateur-voyageur qui, comme à son habitude, transmet par le dessin sa vision très personnelle des endroits qu'il a visités et aimés.
    Véritable perle rare, à mi-parcours entre le carnet de voyages et la BD, l'ouvrage contient par ailleurs de nombreux crayonnés et recherches couleurs.

  • Cet ouvrage est une introduction aux méthodes modernes de la topologie symplectique.
    Il est consacré à un problème issu de la mécanique classique, la " conjecture d'Arnold ", qui propose de minimiser le nombre de trajectoires périodiques de certains systèmes hamiltoniens par un invariant qui ne dépend que de la topologie de la variété symplectique dans laquelle évolue ce système. La première partie expose la " théorie de Morse ", outil indispensable de la topologie différentielle contemporaine.
    Elle introduit le " complexe de Morse " et aboutit aux inégalités de Morse. Cette théorie, maintenant classique, est présentée de manière détaillée car elle sert de guide pour la seconde partie, consacrée à l'" homologie de Floer ", qui en est un analogue en dimension infinie. Les objets de l'étude sont alors plus compliqués et nécessitent l'introduction de méthodes d'analyse plus sophistiquées. Elles sont expliquées en détail dans cette partie.
    Enfin, l'ouvrage contient en appendice la présentation d'un certain nombre de résultats nécessaires à la lecture du livre dans les trois principaux domaines abordés - géométrie différentielle, topologie algébrique et analyse - auxquels le lecteur pourra se référer si besoin. L'ouvrage est issu d'un cours de M2 donné à l'université de Strasbourg. Le texte, abondamment illustré, contient de nombreux exercices.

empty