Rue de Sèvres

  • Dans ce second opus, s'ouvriront plus grandes les portes de l'enfer.
    Celui de Verdun, Guernica, ou Sarajevo, celui des tranchées, des murs de flammes. Eric et Thierry, comprendront vite qu'il est préférable de ne plus toucher à ce jeu diabolique.
    Mais Andreas prend un plaisir extrême à cette barbarie virtuelle.
    L'histoire se déplace alors du jeu vers la prise de conscience politique.
    Le fascisme peu à peu révélé d'Andreas force ses camarades à rencontrer l'Histoire, à comprendre de l'intérieur que les jeux de guerre sont jeux de massacres et de sang...

  • À Londres, dans une boutique de jeux vidéo, Thierry, Éric et Andreas se voient proposer un jeu qui les intrigue, dans lequel ils ont la possibilité d'agir réellement. Lorsqu'ils le testent, les trois jeunes gens sont stupéfaits. Le réalisme de ce jeu de guerre, de conquêtes et de mort les hypnotise immédiatement. Ils deviennent bientôt à la fois acteurs et victimes et voient rapidement leur quotidien bouleversé. Le virtuel l'emporte bientôt sur le réel et le jeu devient un enfer.

empty