Akli Tadjer

  • À travers le destin d'Adam, un autre regard sur la guerre et le monde colonial...

    1939, dans les montagnes de Kabylie. Adam a vingt ans et rêve de construire une maison pour Zina, son grand amour, la plus belle fille de Bousoulem. La vie serait si simple, si douce. La guerre en décidera autrement. Arraché à son village et à sa fiancée, Adam est enrôlé de force par l'armée pour tuer des Allemands qu'il ne connaît pas, dans une France qu'il ne connaît pas.

    Prisonnier dans un camp de travail réservé aux soldats coloniaux, dans le nord de l'Hexagone, il découvrira l'horreur, l'hiver et la folie d'un monde où les Français se mettent au service des Boches. Guidé par les souvenirs de Zina et de son Algérie bien-aimée, il découvrira aussi l'amitié, la solidarité, la débrouillardise et les rêves de liberté.

    Point de vue singulier d'un gamin kabyle projeté au coeur de l'enfer, ce roman est un hymne aux grands oubliés de l'histoire de France, mais également un véritable bijou d'humanité et de tendresse.

  • Le porteur de cartable

    Akli Tadjer

    • Pocket
    • 16 January 2003

    Paris, mars 1962.
    En cette fin de guerre d'algérie, omar, dix ans, porteur de cartable du fln, fait la collecte auprès des militants du réseau turbigo. tout est clair dans sa tête, jusqu'au jour oú "l'ennemi", raphaël, même âge, rapatrié d'algérie, débarque sur son palier. c'est la guerre à la récré, dans la rue, dans l'immeuble. mais le monde des enfants n'est pas celui des adultes. tout ce qui devait les séparer finit par les réunir, comme deux faces d'une même médaille.
    Roman grave, tendre et cocasse sur la guerre, l'amitié, l'enfance, "le porteur de cartable" raconte comme jamais les déchirures de notre proche passé pour mieux célébrer un présent réconcilié.

  • Akli Tadjer Qui n'est pas raciste, ici ? C'est la première question qui m'est venue lorsque j'ai rencontré les élèves d'un lycée de province qui avaient refusé de lire Le Porteur de cartable, dont le héros s'appelle Messaoud. Qu'est-ce qui a poussé ces jeunes de la France silencieuse à se montrer soudain si hostiles, si haineux, si racistes au fond ? Ce livre est ma réponse, car mon combat contre ce mal ne connaît pas de répit.
    Nous avons tous en nous la capacité de haïr les autres mais nous avons aussi celle d'aller vers eux. Moi, j'ai choisi mon chemin.

  • Les thermes du paradis

    Akli Tadjer

    Adèle Reverdy est directrice des pompes funèbres du même nom, entreprise dont elle a hérité à la mort de ses parents. Un sacerdoce qui frise parfois le handicap amoureux, il faut l'avouer. Car quand on se trouve déjà moche, un teint de bougie, l'air austère et qu'on se considère au mieux comme le lot de consolation des tocards éconduits, annoncer en plus qu'on est croque-mort refroidit bien des prétendants. C'est sans doute pour cela qu'Adèle n'a jamais eu de vraie histoire d'amour. Jusqu'à ce soir de fête, celle de ses 30 ans, et l'apparition de Léo, ancien trapéziste de cirque devenu aveugle et désormais masseur. L'électricité qui les traverse et le coup de foudre retentissant qui les secoue pourraient bien signer un nouveau départ, au-delà des apparences.

  • La reine du tango

    Akli Tadjer

    Professeur de tango dans un petit cours parisien, Suzanne croule sous le poids d'un lourd héritage. Car sur la piste de sa vie plane toujours l'ombre de sa mère - la plus grande, la plus flamboyante tanguera de l'histoire. Une reine disparue dans les flammes, la laissant orpheline très jeune et rongée par le doute. Qui était son père ? Comment se libérer de ses fantômes pour danser le tango avec le même feu que celui de sa mère ? Et, si le tango se danse à deux, se pourrait-il qu'un jeune voyou aux yeux jaunes, rencontré par hasard, soit le partenaire qu'elle attend ?

    Cet ouvrage a reçu le Prix Nice Baie des Anges.

  • Neuf mois que Myriam s'est installée à Toulon. Le bout du monde pour Mohamed qui a vu s'éloigner sa raison de vivre, son soleil. Et voilà qu'elle va revenir avec un gus ! « Prépare-toi papa, je te le présente dimanche ». Et Myriam au bras d'un type aux cheveux jaunes dans un costume beige, un français de souche blanc comme une porcelaine d'évier, peu perméable aux effusions orientales : Gaston ! Alors Mohamed a beau se répéter que c'est dans l'ordre des choses, il a tout de même bien du mal à se faire à l'idée. D'autant que Myriam ne tarde pas à lui demander d'héberger le gaulois qui compte s'établir à Paris. Juste le temps qu'il trouve quelque chose le rassure-t-elle avant repartir à ses études, le laissant en tête à tête avec le fâcheux. Fini le temps des contes !

  • Alphonse

    Akli Tadjer

    • Pocket
    • 18 January 2007

    En cet été 1964, Mohamed, douze ans à peine, est envoyé pour une dizaine de jours chez des cousins qu'il ne connaît pas. Dès son arrivée, sa tante décide de le rebaptiser Alphonse. Mais comment ce simple changement de prénom pourrait-il suffire à effacer les différences trop criantes entre lui, le petit Arabe de Paris, et cette modeste famille ouvrière du Nord ? Pris entre les deux soupirants de sa cousine - Édouard, le blouson noir, et Théo, le juif polonais - et amoureux d'Annabelle, la sSur d'Édouard, Mohamed va bouleverser l'existence tranquille du petit village en devenant le catalyseur des querelles adolescentes.

  • Courage et patience

    Akli Tadjer

    • Pocket
    • 1 October 2009

    Aujourd'hui, son père est mort.
    Là-bas, au bled. Omar se souvient. Les mains de Vava Ali, ces mains d'immigré, rongées par les produits de la tannerie. Sa voix, les histoires qu'il racontait. Celle de la Poule qui voulait épouser un Faisan, celle de l'Ane qui offrait des rêves... Des histoires que le vieux kabyle ne peut plus raconter, étendu, inerte, dans les cris des femmes et le respect des hommes. " Courage et patience ", souhaite-t-on à l'orphelin...
    De retour à Paris, un programme nettement moins romanesque l'attend : Omar est nègre et son éditeur veut du " destin ". Celui de Robert Santucci, par exemple, ancien caïd à peine sorti de prison. Aventure, exotisme, violence et passion : cette vie qu'il lui faut écrire, c'est bien le contraire de la sienne. Dans la grisaille parisienne, Omar suit ce conseil doux-amer : courage et patience, vraiment...

  • La vérité attendra l'aurore

    Akli Tadjer

    • Lattes
    • 28 February 2018

    C'est dans le Gaîté-Palace, un cinéma de banlieue laissé à l'abandon, que Mohamed, ébéniste au passage du Grand-Cerf, revisite sa vie, celle de ses parents et, surtout celle de son jeune frère, Lyes.
    Ses souvenirs se figent puis se glacent d'effroi lorsqu'Aïcha, la mère, décide de fêter les vingt ans de Lyes dans son village natal en Algérie, pendant les années barbares. Lyes ne fêtera jamais ses vingt ans. Le jour de son anniversaire, Mohamed et Lyes tombent dans un piège tendu par les Combattants de l'Islam. Et c'est le monde qui bascule. Mohamed réussit à s'enfuir, laissant son frère aux mains des terroristes. Il ne s'est jamais remis de cette disparition.
    Vingt-cinq ans plus tard, Mohamed reçoit sur son compte Facebook un étrange message de Houria, une jeune femme, qui habite Alger...

  • Western

    Akli Tadjer

    " Tu préfères les cow-boys ou les Indiens ? demande le bonhomme.
    - Les cow-boys, bien sûr. Clint Eastwood il est formidable dans L'Homme des hautes plaines. - Qui c'est, Clint Eastwood ? - Un homme. Un vrai. The cow-boy. - Comme toi, Omar. - Non. Moi, dans un western je serais à tous les coups un Indien. Un Sioux, un Apache, encore un de ces basanés. Je crois qu'ils ont raison les cons quand ils disent qu'on n'échappe pas à son destin. - C'est si nul que ça, d'être indien ? - Au cinéma, ta carrière c'est deux, trois plans, bang ! bang ! et tu dégages.
    Dans la vraie vie, c'est un peu pareil, deux trois plans... bang ! bang ! à dégager le basané. Il sourit, me cligne de l'oeil. - Je peux être indien avec toi ? - Je crois que tu l'es déjà un peu, mon bonhomme. "

  • J´ai eu le tournis et des palpitations de coeur parce que La petite fille en robe jaune m´est apparue. Elle jouait à la marelle sur le parvis de la Grande Poste d´Alger. J´ai crié son nom, elle s´est retournée, m´a fait coucou de la main, puis elle a sauté à cloche-pied une, deux, trois cases avant de disparaître dans celle du paradis.Murée dans son silence, Fatima revisite son passé, ses secrets, ses histoires d´amour bâclées, faites de violence et de trahisons. Et, tout au bout de sa mémoire, tel un soleil ressuscité, surgit un petit enfant.  Auprès d´elle, à Paris, son fils Saïd n´a toujours pas compris pourquoi sa mère n´a jamais su lui dire qu´elle l´aime.La meilleure façon de s´aimer est l´oeuvre la plus personnelle d´Akli Tadjer, unique dans sa façon de marier humour et tendresse. Il est également l´auteur du Porteur de cartable et de Il était une fois... peut-être pas, tous deux adaptés à la télévision.

  • Bel-avenir

    Akli Tadjer

    • J'ai lu
    • 9 April 2008

    Omar Boulawane a grandi au milieu des barres d'immeubles de la cité Bel-Avenir, entouré de Noirs, d'Arabes et de Godasse, seul Blanc du quartier. A 30 ans, Omar et Godasse qui se sont perdus de vue après le rasage de leur cité, se retrouvent et font le point. Godasse est gigolo et Omar vient d'être engagé dans un journal dans le cadre de la discrimination positive...

empty