Les Editions Du 3/9

  • Dix petites pièces autonomes qui s'emboîtent pourtant avec joie. Toutes se déroulent dans un hôtel. On y rencontre des situations et des personnages étonnants : un réceptionniste qui, dans l'attente d'un truc énorme, sert également de consultant en tourisme à une voyageuse... particulière (« Lola, vous n'irez jamais plus loin qu'un catalogue de croisières... ») ; un gars simple, amoureux, romantique et qui ne veut vraiment rien cacher à sa fiancée ; une star de la chanson déconcerté par la fille qu'il a ramenée dans son lit ; Marion, qui aime son mari Fabrice mais couche avec Éléonore (« Mais Fabrice, l'amour ne se limite pas à ça. Il se place bien au-delà de ça !... Tu veux la connaître ? » ; Pierre et Virginie, qui sont venus chercher un trésor et repartent avec quelque chose de plus précieux ; Élisabeth qui croyait faire une bonne blague à Georges ; deux policiers peu efficaces ; la mystérieuse Marie, forcée de cohabiter avec Claudie, une gentille fille un peu pipelette ; un représentant dépressif, vidé, qui doute de son existence (« J'attends donc je suis. »)... C'est à la fois désespéré et drôle.

  • Du jour au lendemain, tout s'effondre. Les temps sont de plus en plus difficiles. Coupés de tout, les petits colons se démènent comme ils peuvent pour pallier le manque d'argent et de vivres. Pourtant, malgré tous les déboires que connaît sa famille, Emma ne se plaint jamais. Avec Joseph, son mari, elle tente tant bien que mal de subvenir au mieux aux besoins de leur foyer. C'est une priorité.

    Souvent, ses proches la surprennent, riant toute seule, ou bien arborant ce sourire qui ne la quitte jamais, quelles que soient les circonstances. À travers des mots qu'elle prononce avec réserve, ses enfants finissent par comprendre qu'un lourd secret la retient, un secret qui ne lui est sans doute pas permis de confier.

    Les années passent. Ses petits-enfants verront leurs oncles et leurs tantes revenir sur un même sujet, qui les retient aussi. Ted se sent-il plus concerné que les autres ? Il questionne, fait des recherches. Quelle est cette énigme, ce ciment qui les maintiendra unis de génération en génération ?

  • L'Enfant se construit essentiellement grâce à son Jeu.
    Il grandit, progresse et s'adapte chaque jour, parce qu'il sait brillamment Jouer.
    Son Jeu est son exact reflet. Il y pose toujours son vécu, ses émotions et toutes ses relations pour rester en équilibre, d'abord, et cheminer.
    Il ne naît pas mini-adulte, il apprend durant de longues années en écoutant subtilement son corps.
    Le Petit Humain est un autodidacte insoupçonné. Il capte et gère sa vie beaucoup plus qu'on ne le suppose.
    Il en est l'architecte époustouflant ! Il travaille constamment sur soi, en Jouant !

    Emmanuel Guitton est psychothérapeute spécialiste de l'Enfant. D'obédience winnicottienne, il accompagne l'Enfant depuis plus de trente ans et l'aide à se restaurer en utilisant uniquement le Jeu.

  • Laissez-vous emporter !

    Lecteur, laissez-vous emporter par ces poèmes
    Vivez au fil des vers, des rimes et des mots
    Un tourbillon de vie et de rythmes, bohème
    Pris du coeur à l'esprit, l'émotion en écho
    Voyagez dans le ventre de la poésie
    Écoutez les sons, imaginez les tableaux
    Esquissés à l'encre, lors, de la prophétie
    Laissez-vous guider sur la barque, matelots !
    Face à l'horizon, voyez naître le secret
    Dans un souffle, la création a rendez-vous
    Et à vous je peux ici l'avouer, discrets
    Quand les poèmes s'expriment, ils parlent de vous.


    Enfant, elle s'amuse à découper les phrases ; adolescente, elle écrit son premier poème ; étudiante en master de lexicologie, elle se jette à la découverte des dictionnaires. Le chemin de l'écriture passe d'abord par les mots pour Eugénie Doro. Elle aime les mots, elle joue avec eux, les modèle. Elle façonne ses poèmes comme un peintre et les émotions sont sa palette de couleurs. Elle est observatrice de ce qui l'entoure. Ses poèmes sont à l'image de ses réflexions et de ce qu'elle ressent.

    Illustration de couverture « Que la vie soit là ! » - Peinture de Marc Hurtado - 2020

  • "Ouvrir les yeux. Essayer. Apercevoir des flashs de lumières colorées. Refermer les paupières lourdement. Déglutir avec difficulté, et se passer le bout de la langue sur les lèvres sèches pour y trouver le goût du sang.
    Commencer à paniquer. Respirer fort, et, tout à coup, prendre conscience de la douleur. Expirer un râle minuscule.
    Puis, entendre une voix...
    D'homme. Inconnu.
    Entre les cils pesants, le voir à moitié. Le deviner.

    - Mademoiselle ? Vous m'entendez ? Je suis pompier, mademoiselle. Vous avez eu un accident. On va vous sortir de là.
    - Oui ?
    - Oui, dit-il en poussant un soupir soulagé avant de s'adresser à l'extérieur. C'est bon, les gars, elle est consciente !" Rencontrez le caporal-chef Loys de Taillac, le première classe Maxime Tournier, et leurs équipiers.
    Tous sapeurs-pompiers d'une caserne de Paris. Et suivez-les dans l'intensité de leur vie quotidienne, autant professionnelle que privée...

    Pompiers + Romance + Action Les 4 épisodes de la série enfin réunis !


    Bonus de cette édition intégrale de la série :
    Une note d'auteure, une interview concernant la série, l'illustration réalisée par l'artiste Lutheen pour la toute première couverture et une scène coupée mettant en scène Loys de Taillac.


  • Âgée de trente-quatre ans, Elisabeth possède tout ce qu'une femme peut souhaiter : un mari, trois enfants doux et aimants en bas âge et un travail intéressant. Un rythme de vie bien rempli, qui la mène parfois au surmenage.
    Au début de l'année 2013, un terrible événement vient tout reconsidérer : elle apprend qu'elle est atteinte d'un cancer du sein agressif. « Il faut faire vite ! », lui dit le radiologue.
    Deux choix s'offrent à elle : vivre ou mourir. Nous avons toujours le choix : la vie est une chance, la chance dépend des choix que nous faisons.
    Et si derrière la mort se tenait la vie ? Saurions-nous la reconnaître ?

    Elisabeth Técher est née en 1978 à Saint-Pierre de la Réunion. Son amour pour l'écriture l'anime depuis son plus jeune âge. Aujourd'hui, elle travaille sur des écrits inspirants pour petits et grands. Son caractère déterminé, sa confiance et son amour pour la vie sont des sources d'inspiration quotidiennes.
    Passionnée de voyages, l'auteure travaille d'abord dans le domaine aérien et le tourisme, avant de se reconvertir dans les métiers du livre pour exercer le métier de documentaliste dans une collectivité.

  • Sophie, fille de Lili
    Ma mère ? Vision d'horreur de m'imaginer au même âge : chiante. Mais je garde sa recette de cookies au chocolat !
    Glu, ami de Lili
    Lili, c'est une super pote. Tu vois, elle est là, elle passe dans ta vie, ne te juge pas. Lili, bien avant d'être daronne, gamine, elle nous bichonnait déjà.
    Francine, mère de Lili
    Ma Lili. Non, ce n'est pas un diminutif. Ma Lili est une fille formidable. Je suis fière de toi ma chérie. Comme dirait ton père, on a bien travaillé. Je le laisse dire mais j'ai envie de lui répondre : surtout moi.
    Visiteur du parc. Ne connaît pas Lili...
    Je me marre de les voir passer. Vous vous croyez discrets ? Et ça se balade, et ça papote. Ces bancs en ont reçu des centaines avant vous, en recevront des centaines après. Déjà, voir votre manège une ou deux fois par semaine, je suis fatigué pour vous. Laissez tomber. Suivez le conseil d'un vieux con : restez amants des impatiences...


    Après Comptoir des soupirs et Merci la pluie, Au nom de tout... est une nouvelle façon de vivre la rencontre. Comment se comporter quand le coeur est bouleversé, le souffle court, autour de la plus belle chose qui puisse arriver, dans la vie comme dans un livre : l'amour.

  • Vivre ensemble en France, quand on a des convictions différentes et des valeurs contradictoires, semble de plus en plus compliqué.
    La Fabrique des monothéismes permet d'apprendre à connaître l'histoire de l'autre, à comprendre pourquoi il est convaincu par ce qui nous semble absurde ou faux, pourquoi il est heureux de faire partie d'un groupe qui n'attire que notre suspicion, nourrit nos appréhensions.
    Ce livre examine aussi ce que pourrait entreprendre notre société afin que ses membres se considèrent mutuellement comme des humains embarqués dans la même aventure. Une aventure compliquée, périlleuse, certes, mais dont personne ne pourra se sortir si ce n'est grâce à l'aide des autres, de tous les autres. Car il va falloir mettre en commun la variété de nos compétences, de nos sentiments, de nos idées, de nos valeurs, si nous voulons trouver une solution à nos oppositions et vivre épanouis en concitoyens du même pays.
    Toute la diversité de nos richesses humaines ne sera pas de trop pour construire la société où ensemble il fera bon vivre.

    Yves Ferroul, agrégé de lettres, docteur en lettres, a été maître de conférences de littérature du Moyen Âge à l'université de Lille, donnant des cours sur la Bible dans la littérature. Médecin sexologue, il intervient dans différentes universités françaises sur le thème « religions et sexualités ». Il est auteur d'ouvrages sur la sexualité, sur le couple et sur les religions, dont Grand père, est-ce que tu crois en Dieu ?

  • Parce que la colère peut aussi être une émotion positive...
    - Les mots pour le dire : une histoire qui touchera les enfants parfois désemparés par leur propre colère.
    - Un texte concis, saisissant, qui fait écho à tous les âges de la vie.
    - Des illustrations qui mêlent imaginaire et réel, donnant corps aux émotions suscitées par le texte.
    - Un dénouement positif : la colère peut être transcendée !

  • Le narrateur, spécialiste de philosophie antique, rapporte plusieurs entretiens avec un jeune étudiant tunisien. Il présente sa vision du destin de l'Occident qu'il considère comme tragique. Par-delà les catastrophes à répétition qui s'abattent sur l'Occident, la France en particulier (défaites militaires, clash des civilisations, attentats, problèmes sociaux et sanitaires consécutifs à la mondialisation sauvage), le vieux professeur essaie d'entrevoir les conditions de possibilité d'une société post-progressiste. Il s'agirait de revenir à un certain naturalisme « harmonique » de type stoïcien. Aussi est-il amené à jeter un regard désabusé envers les courants idéologiques dominants, qui ne sont pour lui que les fossoyeurs de la civilisation. Une série d'entretiens qui prend la forme d'une initiation et d'un passage de relais : l'homme d'une société à l'agonie transmet à l'homme de demain les principes de la philosophia perennis, cherchant à restituer le sens profond du naturalisme, actuellement perverti par l'écologisme.



    Jean-Luc Périllié est Maître de Conférences émérite en philosophie ancienne à l'Université Paul Valéry de Montpellier. Il signe ici son septième ouvrage.



    www.jlperillie.com

  • Peut-on plaisanter sur des sujets sérieux et pleurer sur des situations comiques ? ...

    Avec le recul du temps, les anciennes préoccupations du petit monde de nos villages nous font sourire, tellement elles nous paraissent éloignées de notre réalité. Mais qui sait comment sera racontée plus tard la vie d'aujourd'hui ?

    Alors rions déjà et puis, imaginons ce qui, dans notre quotidien, réjouira plus tard le coeur de nos petits-enfants.



    Depuis les classes de terminale, au cours desquelles ses récits ont beaucoup amusé professeurs et élèves, Jyssé n'a cessé d'écrire des poèmes, des chansons, des scénarios, des pièces de théâtre et même un ouvrage de philosophie... À la demande de différentes revues, il a publié les chroniques qui sont rassemblées dans cet ouvrage.

  • Je ne suis pas une très jolie poupée sage, coquette, futile et sans ombrages. Je ne suis pas une héroïne sexy avec un bustier ajusté en kevlar et des superpouvoirs. Je ne suis pas entraînée dans une enquête comme les autres. Je ne suis pas un roman d'amour à Paris. Je ne suis pas à un paradoxe près. Découvrez l'univers poudré et piquant d'un roman policier d'un nouveau genre !

    Sur commande


  • Le chômage de masse français est-il une fatalité nationale

    ?


    En reprenant les données de l'économie française, j'ai étudié l'ensemble des évolutions économiques et démographiques qui influent sur l'emploi, le sous-emploi de masse et le chômage, entre 1975 et aujourd'hui. J'ai comparé les données françaises avec celles de pays [frontaliers].


    Les conclusions de ces comparaisons me permettent de donner des pistes pour partager équitablement le travail et le financer, sans [...] avoir besoin d'un hypothétique «

    retour de la croissance

    ». L'ensemble des moyens recensés existe. Ils sont chiffrés, détaillés, et peuvent être mobilisés dès demain.






    Diplômé de l'École nationale de santé publique, Jean-Claude Moog a bénéficié d'une formation en administration des entreprises, en sciences de l'éducation et en philosophie. D'abord postier en centre de tri, éducateur et animateur social, il a par la suite dirigé et développé plusieurs établissements de l'économie sociale et solidaire, en impliquant l'ensemble des personnels. Militant syndical, il a aussi été élu municipal et communautaire en Centre Alsace, et candidat aux élections cantonales, régionales, législatives et européennes.




    Actuellement à la retraite, il se consacre à diverses activités militantes et de solidarité. À ce titre, il est intervenu au premier forum européen «





    Partage équitable du travail maintenant





    ».



  • Iloa, une très belle française, incarne la jeune femme moderne et indépendante qui vit avec son temps. Elle tient la librairie de Mamie Bouquin, en plein coeur de New-York, depuis que celle-ci est immobilisée. Son quotidien est subitement bouleversé par un mystérieux visiteur au manteau noir, qui la propulse dans une aventure personnelle et fantastique faite de découvertes étonnantes. Elle voyage alors à la rencontre d'elle-même et d'un nouveau Monde où d'étranges animaux la guident, où les abeilles font régner un air de fête et où les oies font une cuisine extraordinaire, pour redonner équilibre et sens au monde dans lequel elle évolue.






    Dans sa quarantième année et après 16 ans à exercer dans le domaine de la psychiatrie, Milhandra s'est affranchie des «





    qu'en-dira-t-on





    » pour mener une vie simple, libre et épanouissante. En écrivant ce premier roman, elle réalise le rêve fou d'aller à la rencontre des lecteurs en leur faisant éprouver des sentiments, des émotions et en les faisant s'évader de leur quotidien le temps d'une lecture. Cette première écriture est pour elle une véritable révélation, pour démêler le vrai du faux et le faux du vrai.


  • Après le décès de sa femme, Patrick, un papa trentenaire, n'arrive pas à assumer l'éducation de son unique fils Maxime. Le petit garçon est une tornade vivante avec une imagination très fertile, que le jeune papa ne parvient pas à comprendre.
    Maxime collectionne quantité de bandes dessinées : Vic le Viking, Mowgli, Tarzan, mais également les livres sur la jungle dont il connaît parfaitement tous les animaux qui y vivent.
    Lors d'un voyage en Thaïlande, la petite famille se retrouve perdue au milieu de la jungle sauvage. C'est là que Patrick comprend finalement que son fils est un vrai explorateur et un grand aventurier.

    Jeune écrivain à la tête pleine d'idées, Mounir Berbagui signe avec Maxime en Thaïlande son deuxième ouvrage paru aux Éditions Les 3 Colonnes. Prince Rebelle, son premier roman jeunesse, est sorti en juin 2019.


  • Quoi de plus banal qu'une promenade sur un chemin côtier ?
    Pourtant la rencontre que Pierre, retraité breton va y faire avec la mystérieuse Clémentine ce soir-là, a de quoi le bouleverser.
    Et les traces laissées derrière elle par cette jeune maman fantasque seront déterminantes pour la suite de leur vie. Les destins de ces deux personnages attachants seront indissociables.
    Dans un style vivant et fluide, ce roman promène allègrement le lecteur de scènes insolites en rebondissements émouvants, du chemin de la désespérance jusqu'aux rives de la renaissance.
    L'amour, la recherche du bonheur, ou la quête d'un au-delà, sont-ils des clés du bien-être ?
    L'auteur lui, nous parle d'une solitude choisie et sans repli, ouverte vers la liberté et la disponibilité.
    En même temps qu'un roman touchant, « Elle était si désemparée » est un message de fidélité que chacun doit à l'amitié et, avant tout, à soi-même.
    Une lecture qui donne de l'espoir : une lecture bien dans l'émotion du temps.

    S'il n'est pas lancé dans des aventures cyclotouristes, Yves Thomazo dessine. Ou alors il écrit. Après une carrière passionnée dans les métiers du chiffre et du droit, c'est ainsi que ce Finistérien « se retraite ».
    Mais de là à publier un premier roman ?
    Il lui en aura fallu des encouragements de la part de ses amis... et des retours enthousiastes des maisons d'édition !

    « Parce que tant d'autres aimeraient être à ma place, j'ai osé », dit-il.

empty