Le Layeur

  • Bashung

    Philippe Bardot

    Alain Bashung, disparu en 2009, constitue une exception dans le paysage de la chanson rock française. Franc-tireur exigeant, explorateur minutieux, innovateur intrépide, homme de scène, de studio et de plateaux de cinéma, il n'a cessé de se remettre en question au long de plus de quatre décennies d'un parcours artistique ponctuée d'albums désormais historiques. Cet ouvrage, abondamment illustré, se propose de revisiter, entre biographie, discographie et filmographie, la vie et l'oeuvre de celui dont toute une génération d'artistes continue de se réclamer.
    Et pour la première fois, sont présents toute la filmographie et la discographie de Bashung illustrées et commentées, y compris les premiers 45 tours et les compositions pour d'autres artistes.

  • Led Zeppelin

    Belkacem Bahlouli

    En une seule année et en deux disques, en 1969, Led Zeppelin s'est imposé comme le tournant majeur de l'histoire du rock : s'ils se sont fait étrillés par la critique, notamment américaine, les radios des deux côtés de l'Atlantique ne juraient que par ce quatuor virtuose, avec un son totalement nouveau et surtout, proposant des compositions héroïques avant l'heure. Jusqu'en 1980, date de la fin officielle de la formation britannique suite à la mort de leur batteur, Jimmy Page, Robert Plant, John Bonham et John Paul Jones sont devenus le groupe culte par excellence. S'ils ont signé ensemble un peu moins de cent titres en une dizaine d'albums, l'influence de ce groupe qui est allé puiser son inspiration dans les méandres et le delta du Mississippi pour mieux le mêler à la chanson anglaise traditionnelle, est énorme et encore sensible près de cinquante ans plus tard. La discographie de Led Zeppelin, ici présentée et analysée de manière exhaustive, est un véritable monument érigé à l'histoire du rock'n'roll.

  • The Beatles

    Stan Cuesta

    Un beau livre illustré dans la collection Cover sur le groupe le plus célèbre du monde de la musique populaire. Pour tout savoir sur leur histoire et leur discographie. Encore un livre sur les Beatles ! Vous n'en avez pas marre ? Alors, déjà : non. Et en plus, celui-ci est différent. Parce que, pour une fois, un ouvrage examine, éclaire et évalue la discographie complète des Beatles, mais aussi de leurs quatre membres en solo après la séparation - même s'ils ne cessent de se croiser ! - jusqu'à aujourd'hui.
    Une oeuvre prodigieuse, dont on n'a jamais fini de faire le tour. Près de 150 albums, rassemblés en 120 entrées : les disques officiels en studio, en concert, les compilations, les rééditions augmentées, les coffrets inédits, les hommages, etc. Le tout superbement illustré par une multitude de pochettes. Ce livre est l'occasion de redécouvrir certains classiques (qui a vraiment écouté les six disques, truffés de prises alternatives, de la réédition de Sgt Pepper en 2017 ? ), d'en découvrir d'autres un peu hâtivement négligés lors de leur sortie, de renverser certaines idées reçues (tel album unanimement considéré à tort comme raté, ce que personne n'a jamais pris la peine de vérifier) mais aussi, quand il le faut, d'appeler un chat un chat : oui, John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr ont fait de mauvais disques, vous saurez lesquels et pourquoi.
    Le tout est découpé en chapitres parcourant les six décennies couvertes par cette discographie pléthorique et - souvent - géniale : les sixties flamboyantes, les seventies bien commencées et mal terminées, les eighties difficiles, les années 1990 et l'apothéose de la nostalgie, et enfin le XXIème siècle, époque étonnante où Paul et Ringo n'en finissent plus de donner des concerts et d'enregistrer des albums, parfois très bons ! Car si la séparation des Beatles, en avril 1970, avait scellé le sort des sixties, si l'assassinat de John Lennon en décembre 1980 avait définitivement tué le rêve (d'une hypothétique reformation) et si la mort de George Harrison en novembre 2001 semblait avoir bouclé l'affaire, l'histoire n'en finit pas de se prolonger.
    Qui aurait cru que les trois survivants retourneraient en studio dans les années 1990 pour créer de nouveaux morceaux ? Qui aurait parié sur une nouvelle jeunesse de McCartney au XXIème siècle ?

  • Le bebop, son éruption, son irruption fracassante dans les années 1940 à New York est le grand tournant de l'histoire du jazz. Il marque un point de rupture déterminant dans son histoire. Lassés des rengaines à la mode et des formes rigides des grands orchestres, plusieurs jeunes musiciens de jazz se réunissent after hours,après leurs concerts, et inventent une nouvelle musique. La révolution bebop est en marche, totale, à la fois harmonique, rythmique et mélodique; elle fait passer le jazz du dancing à la salle de concert. « Les années 1940, ce fut l'une des périodes les plus intenses du jazz tel que nous le connaissons, explique le trompettiste Dizzy Gillespie, l'une des figures majeures du bebop avec Charlie Parker. C'était formidable. Comme une lumière qui resplendit. Incroyable. Et Charlie Parker était probablement la cause de tout cela. Une époque toute de feu ».

    Une histoire du bebop est le récit précis, une étude détaillée, à la fois musicale, culturelle et politique de ce nouveau jazz qui a défrayé la chronique. Ce livre décrit le processus musical, présente ses figures majeures (Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Kenny Clarke, Charlie Christian, Thelonious Monk, Bud Powell...), et relate les moments forts de la guerre du jazz en France entre les « raisins aigres » et les « figues moisies », qui a opposé les traditionalistes (Hugues Panassié, les membres du Hot Club de France) aux modernistes (Boris Vian, André Hodeir, Charles Delaunay, Frank Ténot).

  • 70 ans, l'âge de raison ou l'âge de l'écriture ? Peu importe ; mais raconter un parcours personnel et historique pourrait intéresser des inconditionnels. Mais pas seulement, car plus qu'une autobiographie, c'est à un parcours fléché dans l'histoire contemporaine américaine et française que nous invite le plus Américain des Parisiens qui s'y est établi il y a déjà plus de vingt ans.
    Depuis, Aquashow, son tout premier album en 1973, qui lui vaudra d'être qualifié de « nouveau Dylan » conjointement avec John Prine et Bruce Springsteen par le magazine américain Rolling Stone, Elliott Murphy a publié quelque trente-cinq albums, dont certains sont devenus culte, à l'image de Just a Story From America ou Nightligths. D'une productivité rare, ce musicien-écrivain continue, près de cinquante ans après ses débuts en tant que songwriter, de donner des concerts partout en Europe, au Japon et aux Etats-Unis.
    Né en 1949 dans une famille de show-business à New York, celui qui continue de remplir chaque année et deux jours d'affilée le New Morning à Paris pour y célébrer son anniversaire avec ses inconditionnels, a débuté sa carrière en 1971 par des petits rôles au cinéma (comme dans Roma de Fellini) avant de devenir musicien de rue, puis auteur compositeur-interprète. Et la critique s'accorde à dire qu'Elliott est un véritable homme de plume. S'il rédige encore régulièrement des articles, des nouvelles et des romans, tous salués par les spécialistes, parsèment son parcours artistique unique.

  • Angers, 1978. Les frères Sourice, bercés par le rock anglais des années 70, et la découverte de l'énergie brute du punk, décident de s'y mettre. Après quelques tâtonnements, les voilà en train de construire le vaisseau insubmersible du rock français : Les Thugs. Un groupe radical, aussi bien dans l'esprit anarchiste, qu'au niveau du son et des compositions. Pas de compromis avec les Thugs : l'énergie cohabite avec l'esprit Do It Yourself du punk, mais avec un sens accru pour les mélodies.
    Radical : le groupe chante en anglais, puisant dans les sources du rock, à une époque où l'on ne peut concevoir de chanter autreent qu'en français.
    Les Thugs ne se sont jamais insérés dans le moule du rock hexagonal. C'est naturellement qu'ils seront produits par des labels anglais, et entre autres, Sub-pop, le label de Nirvana.
    Patrick Foulhoux s'attache à raconter le parcours atypique d'un des groupes les plus mythiques du rock français, dont la carrière fut internationale.
    L'intégralité de la discographie du groupe a été réédité par le label Nineteen Something tenu par un des frères Sourice.

  • Entendre chantonner les premières notes des « Tableaux d'une exposition » de Moussorgsky et vous pensez être en présence d'un adepte de la musique classique : Erreur ! Vous venez de croiser un fan d'Emerson Lake and Palmer !
    Le rock progressif est un culte, une chapelle dans laquelle se retrouvent de nombreux adeptes. Aujourd'hui, plutôt que de parler de chapelle. On peut parler de cathédrale car le genre qui est tombé dans l'oubli dans les années quatre-vingt est revenu au gout du jour Sans doute pouvez vous croire que la moyenne d'âge est de plus de cinquante ans. Certes King Crimson, Yes, Genesis et Soft Machine sont aujourd'hui considérés comme des membres fondateurs et les héros du genre ont pour nom Pink Floyd et Peter Gabriel. Mais le rock progressif a aussi de jeunes adeptes à peine sorti des langes. Si durant les années quatre-vingt-dix, le rock progressif a été remis au gout du jour par quelques groupes de Metal comme Dream Theater, il est aujourd'hui vénéré par les fans de groupe comme Opeth, Steven Wilson et Radiohead.
    Etre fan de rock progressif peut être un apostolat, plus surement un type de drogue. Le succés de Magma est là aujourd'hui pour le prouver et la floraison des sites Internet sur le sujet le confirme.

    La définition du Rock Progressif.
    Le rock progressif arrive à la fin des années soixante à la suite du rock issu du blues et du R'n'B qui a fait la musique des Beatles et des Rolling Stones. Il s'agit d'une musique de musiciens aux idées avancées voire d'avant-garde. Une musique qui se rapproche de la sophistication du jazz et de la musique classique avec une petite influence du folk. Une musique alliant complexité et virtuosité, avec une présence importante des claviers et d'instruments divers comme le tabla ou le violon et sortant du schéma des trois minutes et de la structure couplet / refrain pour proposer des morceaux de plus de dix minutes en forme de saga épique et de concept album.

  • Maisons de ville

    Collectif

    Malgré le fait que les villes deviennent de plus en plus denses, ce qui entraîne une concurrence accrue pour le prix de l'espace et de l'immobilier et, par conséquent, une pression importante sur les nouveaux acheteurs, il y a encore de la place pour un large éventail de possibilités prenant en compte la définition de la vie urbaine. Les architectes, développeurs et constructeurs conçoivent des maisons autour des principes de densité, d'efficacité et de flexibilité pour répondre aux besoins des habitants de la ville. Ils abordent les problèmes environnementaux, physiques, sociaux et économiques grâce à des solutions créatives qui favorisent l'intégration non seulement de nouveaux ensembles architecturaux dans un tissu urbain existant, mais aussi celle des personnes dans une communauté. Les résultats peuvent combiner les avantages de la ville avec la vie et l'intimité de la vie de banlieue.

  • Architecture scandinave

    Collectif

    Une enquête complète sur l'architecture nordique avec plus de 500 illustrations qui fournissent une explication visuelle de l'architecture conçue par les architectes scandinaves. Avec des exemples de bâtiments publics, commerciaux et de l'habitat individuel, ce magnifique volume montre comment les architectes scandinaves utilisent leurs propres ressources et traditions, tout en adaptant les styles de l'Europe médiévale, de la Renaissance, des époques baroques et modernes pour générer des idées qui auront des conséquences internationales majeures sur l'histoire de l'architecture. Cet ouvrage montre l'inventivité des architectes scandinaves dont le plus célèbre est surement Alvar Aalto suivi par Arne Jacobsen. Il est aussi à noter que les danois et plus globalement les designers scandinaves sont les inventeurs du design moderne, un design fonctionnaliste qui s'est développé au milieu du vingtième siècle influencé par le Bauhaus allemand que nous retrouvons aujourd'hui dans l'ensemble de nos objets quotidiens.
    Ce regard unique sur la nouvelle génération d'architectes scandinaves constituera une ressource infiniment riche pour tous les passionnés d'architecture et de design d'intérieur.

  • ~Ian Curtis, avec son groupe, Joy Division, a marqué définitivement son empreinte dans l'industrie musicale.
    Banlieusard de Manchester, Ian Curtis, avec ses acolytes de Joy Division, choisit d'emprunter dès 1976 une destinée punk. Après quelques tatonnements, il crééra un univers inédit dans la rock. Précurseur du mouvement dit post-punk, il influencera le courant cold wave, new wave, etc.
    Mais le jeune Ian, en proie à ses doutes, ses errances, et d'une santé, aussi bien mentale que physique fragile, son introspection dans la noirceur du monde le poussera à commettre l'acte radical le 18 mai 1980. A 23 ans, sa femme, Deborah, le découvre pendu dans la cuisine, la veille d'une tournée américaine qui s'annonçait légendaire.
    Le groupe laisse en héritage deux albums (dont un posthume), et ouvre la voie au groupe New Order, fondé par les membres de Joy Division.
    Diégo Gil s'attache, dans ce petit livre, à raconter la dernière journée de Ian Curtis. Les fans et profanes de Joy Division trouveront un plaisir à (re)découvrir le portrait tourmenté de l'intello punk, qui n'a jamais réussi à trouver sa place.
    Ian Curtis a fait l'objet d'un biopic, Control, en 2007, réalisé par Anton Corbijn (photographe du groupe, et de U2 entre autres).

  • Le bois est l'un des meilleurs matériaux pour la construction et les architectes comptent sur sa polyvalence. Parmi ses avantages, au-delà de ses remarquables caractéristiques, on trouve ses grandes capacités tant thermiques qu'en isolation acoustique, son caractère écologique, son apparence chaleureuse. A cela se rajoutent la luminosité et le confort qu'il apporte, ainsi que sa texture qui provoque une sensation agréable. Pour ces raisons, les architectes et les concepteurs utilisent ce matériau noble, qui offre une infinie possibilité d'aménagements extérieurs et de décoration. Aujourd'hui les nouveaux critères, en terme de développement durable, appliqués aux logements et aux immeubles de bureaux durables placent le bois sur le devant de la scène. Ainsi les architectes bénéficient d'une source inépuisable d'idées avec les produits dérivés de ce matériau. En outre, la grande variété de bois disponible et le fait qu'il soit facile à recycler, facilite la construction. Le bois, un matériau écologique d'avenir.

  • Il existe différentes manières de servir la musique pop. A la fin du XXe siècle, d'innombrables groupes l'ont démontré qui ont été rangés, malgré leurs différences, sous l'appellation « rock indépendant ». Dans ce livre, Guillaume Belhomme raconte l'histoire d'une centaine de musiciens et de formations emblématiques qui, entre 1985 et 2000, ont rebattu les cartes du rock et de la pop : dans les pas de quelques anciens (The Cure, Nick Cave, Sonic Youth, Morrissey, Tom Waits...), c'est l'occasion d'en apprendre sur des noms aujourd'hui incontournables (PJ Harvey, Nirvana, Radiohead, Pixies, Björk, My Bloody Valentine, Beck, The Jesus and Mary Chain, The Breeders, Tortoise, Tindersticks...) et de découvrir ou de redécouvrir des groupes parfois oubliés (Moose, Pavement, Lush, Pale Saints, Medicine, The Wedding Present, Yo La Tengo, Superchunk, Ride...) ainsi que quelques curiosités d'importance (AC Temple, Cop Shoot Cop, Swirlies, Pitchblende, Pram...). Pour chacun de ces 100 groupes ou musiciens, une sélection d'enregistrements incontournables a été établie et chroniquée. En plus des pochettes de disques qu'il reproduit, le livre est illustré par quelques documents d'époque : billets de concerts, cassettes, presse, affiches...

  • Deep purple

    Dominique Dupuis

    Deep Purple, groupe protéiforme, peut être considéré tout autant à l'origine du hard rock comme à celle du rock progressif. Mais c'est en tant que groupe fondateur du hard rock au même titre que Led Zeppelin qu'il laisse sa marque dans l'histoire de la pop avec deux balises incontournables : l'album Deep Purple in rock, sorti en 1970 et le titre « Smoke on the water », tube que tout apprenti guitariste met un point d'honneur à jouer et que tout adepte du rock a, au moins une fois, chantonné dans la rue ou sous la douche. Toutefois l'histoire commence en 1967 mais s'avère particulièrement tourmentée, faite de fâcherie et de changements de personnels constants. Les différentes formations prendront le nom de code « Mark » et de « Mark 1 » à « Mark VIII » couvriront plus de cinquante ans de l'histoire du rock pour être toujours vivant aujourd'hui Le remarquable, au-delà de la longévité du groupe, se situe de 1969 à 1973 ou Deep Purple, au long de quatre albums, ancre le hard rock dans la mémoire collective avec des classiques comme « Speed King », « Child in time » ou « Black Knight ». Le chant hurlé entre aigu et grave de Ian Gillan , une rythmique à la lourdeur étouffante et les riffs survitaminés de Ritchie Blackmore, le guitariste acariâtre, définissent le style du hard rock naissant.
    Deep Purple Cover presente la discographie de la galaxie Deep Purple, soit les albums du groupe comme les albums de ses fondateurs à travers leurs projets divers comme Rainbow de Ritchie Blackmore ou The Ian Gillan Band.

  • Pendant plusieurs décennies, les concepts d'écologie et de durabilité ont généré des courants d'opinion très influents dans notre société, envahissant tous les domaines de notre vie.
    Personne ne va à l'encontre des théories du réchauffement climatique ou du besoin toujours plus pressant de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Dans le domaine de l'architecture, cette problématique provoque des changements et développements importants. Cependant, la réalité nous dit que nous avons encore de grands progrès à faire. Le pourcentage de bâtiments durables est encore très faible et en conflit ouvert avec l'augmentation des projets de construction dans le monde entier. Cela demande beaucoup d'investissement et de participation de la part de tous les architectes, constructeurs, fabricants de matériaux et bien évidemment des clients finaux.
    Ce livre donne la parole à 30 architectes internationaux, professionnels reconnus, qui révèlent les nouvelles tendances de l'architecture durable et précisent comment ils ont contribué par leurs idées aux bases de cette architecture.

  • Le Velvet Underground a connu un destin incroyable. Dans les années 1960, dans le sillage d'Andy Warhol, avant-gardiste, provocateur et beaucoup trop en avance sur son époque, il n'a eu aucun succès ! Mais comme l'a dit Brian Eno, si pratiquement personne n'a acheté ses disques à leur sortie, ceux qui l'ont fait ont ensuite tous formé leur propre groupe... Inexorablement, le Velvet a fait de plus en plus d'émules, notamment dans le mouvement punk, jusqu'à devenir aujourd'hui l'un des groupes qui ont le plus durablement marqué l'histoire du rock.
    Le Velvet Underground a dès ses débuts été soumis à une tension créatrice originale et productive due aux origines radicalement différentes de ses deux leaders. Lou Reed, pur new-yorkais, proche de la rue et d'une certaine littérature décadente liée à la drogue et aux déviances en tous genres (William Burroughs, Hubert Selby Jr.), qu'il a étudiée avec le poète alcoolique Delmore Schwartz, était aussi un fan de rock'n'roll, de doo-wop et de pop. De son côté, John Cale, jeune prodige gallois de la musique classique et contemporaine ayant étudié le piano et l'alto, était venu se dévergonder à New York et se frotter à l'avant-garde (John Cage, Terry Riley, La Monte Young). Le groupe était donc placé sous les signes en apparence contradictoires de la pop music et de l'avant-garde expérimentale... À leurs côtés, Sterling Morrison (guitare) et Moe Tucker (batterie) apportaient un côté rock garage à une musique décidément très riche.
    Ce livre analyse la production discographique du Velvet Underground, qui n'a publié que quatre albums lors de sa trop brève existence, mais qui a vu sortir une pléiade de disques après sa séparation : live, inédits et autres pirates devenus officiels... Parallèlement, depuis 1970, les trois figures principales du groupe se sont lancées dans des carrières solo d'une richesse incroyable, que ce livre détaille chronologiquement. Lou Reed, bien sûr, dont une bonne partie de la discographie est constituée par l'enregistrement de chansons ébauchées avec le Velvet, et qui obtiendra enfin le succès avec « Walk On The Wild Side ». John Cale, dont la trajectoire solo va s'avérer d'une opulence époustouflante entre avant-garde et pop chatoyante et dont l'élan créatif ne semble toujours pas vouloir s'arrêter. Nico, enfin, qui publiera, souvent avec l'aide de ses deux acolytes, des oeuvres d'une beauté et d'une originalité totalement inouïes.
    Stan Cuesta écoute et collectionne les disques du Velvet Underground, de Lou Reed, de John Cale et de Nico depuis son plus jeune âge. Ils ont produit sur lui, comme sur un nombre incalculable de fans de musique, un effet dévastateur, jusqu'à décider de sa « carrière » de journaliste, au cours de laquelle il n'a eu de cesse de les voir en concert et d'interviewer ces artistes mythiques.

  • Villas modernes

    Collectif

    L'ouvrage Villas Modernes présente trente-six architectes d'Europe et des États-Unis avec des nouveaux projets de villas inscrites dans notre époque. D'une villa en milieu urbain à celles installées dans des lieux parfois bucoliques comme au bord d'un lac, sur une côte ou sur les flancs d' une montagne, le livre présente plus de 100 maisons uniques, toutes autant passeport pour le rêve que mine d'idées peut être possibles à réaliser.
    Un beau livre présentant des réalisations toutes plus exceptionnelles les unes que les autres.

  • La lumière naturelle est un élément fondamental de l'architecture et du design d'intérieur. Cela concerne l'interaction créative et parfois spirituelle entre le monde créé par l'homme et le monde naturel. La lumière naturelle éclaire et anime. Les architectes et leurs confrères architectes d'intérieur se sont toujours préoccupés, à travers les âges, de la transformation de la lumière naturelle en un matériau de construction. Vu à travers les yeux d'un décorateur, ce livre examine les nombreux effets de l'éclairage naturel dans la décoration intérieure contemporaine.
    L'ouvrage présente, après une brève introduction, une série de chapitres consacrés à toutes les pièces d'une maison. Avec plus de 500 photographies en couleurs, ce magnifique volume est un outil de référence essentiel pour tous ceux qui cherchent à créer des espaces transcendant le physique. Espaces en lumière naturelle est un guide inspirant, mais pratique, qui propose une approche originale et intemporelle de la décoration contemporaine.

  • Soul music ; acte 1

    Christophe Delbrouck

    Soul Music est un tour d'horizon chronologique et biographique des héros de la culture musicale populaire afro-américaine des années 1920 à 1980 : il résume ainsi l'histoire du gospel, du rhythm'n'blues, du doo-wop, de la soul, du funk, du disco et des prémices du rap en confrontant l'histoire de tous les pionniers, de Mahalia Jackson à Prince. Ces aventures emmêlent la réalité sociale de l'époque, la lutte pour l'égalité des droits civiques, les années race records et les vols de l'industrie du divertissement. Elle célèbre autant la lutte pour la liberté d'expression, l'impact de Ray Charles, de Chuck Berry, de Little Richard, de James Brown et autres Aretha Franklin sur la pop music, les modes du funk et du disco jusqu'à la prise de pouvoir de Michael Jackson et du hip hop. Sur plus d'un demi-siècle, cet ouvrage dénoue les drames et les succès de tous ces artistes qui ont pesés irrémédiablement sur l'histoire musicale planétaire.

  • Londres, 1977. Daniel Treacy quitte l'école où il s'ennuie à mourir. Avec ses amis du lycée, il enregistre une chanson dans un studio du coin avec une dizaine de livres avancées par ses parents et envoie le disque à John Peel qui en dit le plus grand bien. Les Television Personalities sont nés... ou presque. Part-Time Punks, premier succès indépendant de l'histoire du rock anglais, s'écoulera à plus de 10.000 exemplaires, la plupart emballés à la main par la famille Treacy dans leur petit appart de Kings Road.
    En attendant d'être une star, Daniel travaille comme coursier pour sa mère, une des meilleures blanchisseuses de Maida Vale, au centre de Londres. Ses plus gros clients : le label de Led Zep, où elle le fait embaucher en menaçant le manager de cramer ses chemises. Daniel n'y livrera pas que des paquets de linge propre ou sale.
    Dreamworld, c'est le monde bien réel, farfelu et rêvé d'un esprit hyper créatif, hyper sensible et aussi tourmenté, la vie et la presque fin d'un des plus grands génies négligés de l'histoire de la pop music.
    Dans la vie tumulteuse de Daniel Treacy, on croise en chair et en os Jimmy Page, Bob Marley, Paul McCartney, David Gilmour, Wham!, Alan McGee, Nico, Kurt Cobain et... David Hasselhof. Les fantômes de Salvador Dali, de Syd Barrett et le héros ouvrier Geoffrey Ingram font également partie de la danse. Dans un Londres reconstitué avec le plus grand soin où le Swinging London laisse la place à l'Angleterre de Thatcher, aux punks et à la longue dépression, il est parfois préférable de s'abriter derrière des rêves d'enfant plutôt que d'affronter le monde réel.

  • Le style industriel est devenu l'une des tendances les plus influentes des dernières années en matière de décoration intérieure. A la suite de la deuxième révolution industrielle, l'évolution de l'industrie s'est traduite par une modification du concept de design du meuble au même titre qu'elle a transformé la société. Son esthétique nostalgique, la sincérité et la crudité de ses matériaux et de sa fonctionnalité l'ont rendu populaire dans les quartiers populaires des États-Unis avec la naissance du concept de loft living. L'avènement de nouveaux matériaux et les possibilités de fabrication en vrac ont donné naissance à des pièces qui sont devenues aujourd'hui des icônes du design moderne. Ce livre se veut une source d'inspiration et d'orientation pour ceux qui font leur entrée dans le monde du style industriel, en présentant les noms les plus influents du genre, des pièces anonymes récupérées dans des magasins d'occasion et des projets de décoration intérieure soigneusement sélectionnés.

  • Maisons écologiques

    Cayetano Cardelus

    Ce livre présente une sélection de maisons écologiques, construites selon les notions de développement durable. Il nous montre tout ce qu'il est possible de faire et toutes les alternatives proposées en ce sens par l'architecture actuelle. Une fois considéré comme des curiosités architecturales, ces maisons, construites selon les règles du respect de l'environnement, jettent les bases de la construction d'avenir.
    Cet ouvrage nous invite aussi à reconsidérer nos lieux de vie ainsi que notre qualité de vie. Il montre que nous ne pouvons pas être satisfaits de notre situation actuelle et qu'elle doit être ré-envisagée selon les termes de l'architecture durable afin que nous léguions à nos enfants et petits-enfants un espace dans lequel ils se sentent chez eux de manière à ce que « jouir d'un environnement sain et digne » devienne la norme.

  • Blues en 150 figures

    Philippe Thieyre

    Une des musiques fondatrices de l'histoire américaine, le blues a essaimé en de nombreuses ramifications, du jazz au rock et à la soul, prenant différents visages au fil du temps. Le but de ce livre est de rendre compte des mouvements et des styles qui l'ont traversé à travers 150 figures ayant marqué de leurs empreintes ces multiples évolutions depuis 1920, date du premier enregistrement labellisé blues. Des centaines de disques chroniqués et autant de pochettes illustrent le parcours de personnages haut en couleurs qui ont façonné le blues, l'ont fait connaître au plus grand nombre et ont élargi son spectre musical. Ne sélectionner que 150 figures dans un genre aussi vaste et varié, implique des choix drastiques, laissant de côté des musiciens pourtant très talentueux. En premier, il y a une centaine de figures incontournables tant leurs contributions furent essentielles pour le développement et le renouvellement du blues, tels Ma Rainey, Robert Johnson, T. Bone Walker, les trois King, Muddy Waters, Buddy Guy et autres Otis Taylor. Ensuite, l'originalité, l'excentricité, la flamboyance et la créativité sont des critères qui ont pesé dans des choix plus empreints de subjectivité tels ceux de James Booker, Don Van Vliet alias Captain Beefheart, Candye Kane, Syl Johnson, Sugaray Rayford, Marquise Knox... Ces 150 figures du blues ont été réparties en cinq chapitres correspondant à des périodes historiques, de 1920 à nos jours :
    Les premiers enregistrements de blues : jazz, classic women et country blues : Lors des années 1920/30 se côtoient deux styles fondateurs : les chanteuses accompagnées par des orchestres de jazz dans les villes et le country blues se jouant en solitaire ou avec des formations réduites en voyageant à travers les campagnes du sud des USA.
    Shouters et jump blues : Se produisant essentiellement dans des clubs, ces orchestres avec un chanteur vedette (le shouter) délivre un jump blues aux rythmes enlevés et saccadés qui préfigurent le rock'n'roll de la fin des années 30 au début des années 50.
    Blues moderne : Une appellation un peu fourre-tout, mais qui reflète, après la deuxième guerre mondiale, l'évolution vers un blues de plus en plus électrique et déterminant pour des sonorités encore actuelles.
    British Blues : Le boom du blues au Royaume-Uni à partir du milieu des années 60.
    Variations sur le thème du blues : Des années 60 à nos jours, les différentes expressions musicales dont le blues est l'élément fondateur A l'intérieur de ces chapitres, les musiciens sont ordonnés selon la date de parution de leurs premiers enregistrements en solo ou en tant qu'éléments importants d'un groupe. Cette option permet de resituer l'oeuvre et la place d'un artiste dans mouvement, plus encore que sa date de naissance. Certains bluesmen n'ayant enregistré que tardivement. Le nombre de disques, vinyles ou CD, chroniqués pour chaque entrée varient entre deux et six, voire sept en de rares occasions, en fonction de la longévité d'une carrière, jalonnée de productions au minimum très intéressantes ou indispensables pour suivre un parcours créatif. Toutefois, il ne faut pas juger l'importance d'un artiste au seul volume de sa discographie. Ainsi pour Robert Johnson, l'essentiel de son oeuvre peut se concentrer sur deux albums au contraire de B.B. King , par exemple, dont la longévité artistique est remarquable.

empty