Jacqueline Chambon

  • Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s'occuper des enfants mais pas d'utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s'apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même. Passionnant de bout en bout, "La Couleur des sentiments" a bouleversé l'Amérique et déjà conquis plus de deux millions de lecteurs, parmi lesquels un certain Steven Spielberg.

  • La révolution féministe sera violente ou ne sera pas... Prenant conscience des combats encore nombreux à mener pour une égalité des sexes, "l'allié" décide de passer à l'attaque. Le prix à payer ? Devenir l'homme qui déteste le plus la femme qu'il aime.

  • Mamammouth Nouv.

    Mamammouth

    Zachary Schomburg

    La ville de Tarteure semble subir le courroux de Dieu. Depuis quelque temps en effet, plusieurs habitants sont retrouvés morts, un trou béant au milieu de la poitrine, comme si le Doigt de Dieu avait poinçonné ses victimes. À l'intérieur de ce trou, un objet différent apparaît à chaque fois. C'est dans ce contexte que l'on rencontre Mano Medium, un jeune garçon sensible, qui travaille dans une usine de cigarettes. Il habite avec sa mère, Sisi, une dame entre deux âges, vivant dans l'eau de son bain. L'univers de Mano bascule lorsqu'il est licencié et qu'il retrouve Sisi, morte sous le Doigt de Dieu...

  • à l'aveugle

    Lance Hawvermale

    Dans le désert d'Atacama, au Chili, à l'exception d'un groupe de scientifiques reclus dans un centre d'astronomie, aucune plante ne pousse, aucun animal ne survit. Pourtant, tandis qu'il fume sa cigarette perché sur les hauteurs de l'observatoire où il travaille, Gabe Traylin distingue au loin une ombre, qui s'écroule... Il a aperçu l'assassin mais souffre d'une maladie qui l'empêche d'identifier et de mémoriser les visages, ce qui conduit les enquêteurs à le suspecter. C'est le début d'une course contre la montre pour découvrir la vérité sur une série de meurtres et d'enlèvements survenus dans la région.

  • C'est la nuit, la neige recouvre Boston d'un linceul glacé, et Tennessee, sous les draps blancs de son lit d'hôpital, navigue entre la vie et la mort.
    Alors qu'elle sortait d'une conférence de Jesse Jackson, elle s'est précipitée sur Tip alors qu'une voiture fonçait sur lui et l'a poussé sur le côté avant de prendre de plein fouet le véhicule. A ce moment, Tip ne sait pas encore que la femme noire qui vient de le sauver et qui gît devant lui est sa mère. Que depuis vingt ans elle n'a cessé de veiller sur son frère et lui. Qu'elle vit à deux pas de chez eux, dans un quartier pauvre, quand Tip et Teddy, les deux enfants noirs adoptés par Bernard Doyle, le maire de Boston, grandissent dans l'opulence d'une riche demeure patricienne.
    Et que la petite fille en larmes au bord du trottoir, la fillette aux allures de gazelle qui serre contre elle le manteau déchiré de sa mère, est sa petite soeur. Le temps d'une nuit, le temps d'un jour, le temps d'un roman, les liens du sang viennent défier les liens du coeur. Toute en émotion et en retenue, Afin Patchett recompose une famille sous nos yeux. Elle livre, par la même occasion, une réflexion pleine de justesse et d'empathie sur ce que signifie être noir aux Etats-Unis, aujourd'hui.

  • Au milieu d'une brillante interprétation, le pianiste de renommée internationale Marek Olsberg interrompt brutalement son jeu avec un simple : "C'est tout" et abandonne la salle. Ce micro-événement sera le grain de sable qui va bouleverser plusieurs vies. Un grandiose roman polyphonique sur les tours que nous joue le destin.

  • Des formes primitives du nomadisme au Land Art, en passant par Dada, le Surréalisme et le Situationnisme, une histoire et une théorie de la marche comme pratique esthétique. Ouvrage culte pour les urbanistes et les architectes, Paysages traversés passionnera aussi les flâneurs et les explorateurs qui font de la ville leur terrain de chasse privé.

  • Deux décennies sont passées quand une femme revient dans la maison où elle a vécu avec sa famille, qu'elle a abandonnée pour vivre sa propre définition de la liberté. Elle ouvre une boîte qui la replonge dans son passé. Maintenant, et sans que celui-ci en soit conscient, elle est face à son fils...

  • Elle ne boit pas, ne fume pas, couche encore à 36 ans dans le lit maternel et aime bien rester chez elle.
    Chaque fois que ses horaires de professeur de piano au conservatoire de vienne le lui permettent, elle se plaît à fréquenter les cinémas pornos, les peep-shows et les fourrés du prater. et quand un de ses étudiants tombe amoureux d'elle, erika kohut ne sait lui offrir en échange qu'un scénario éculé, propre à redorer la vieille relation du maître et de l'esclave. cru, féroce et en même temps d'un comique irrésistible, ce livre n'épargne ni l'amour maternel et ses vaines ambitions, ni la vénérable institution qu'est à vienne la grande musique, ni le sexe et ses névroses.

  • Un soldat alsacien de la Première Guerre mondiale découvre au firmament le Grand Garçon, une constellation si terrifiante qu'il ne peut en parler à personne. Un jeune homme constate que les murs de l'appartement d'Anja, la jeune femme aveugle dont il vient de tomber amoureux, sont couverts d'insultes. Marcel, seize ans, laisse sur la porte des toilettes d'un club érotique son numéro de téléphone accompagné du prénom Suzy. La famille Scheuch reçoit la visite d'un certain M. Ulrichsdorfer, qui prétend avoir vécu dans leur maison et cache un taser sous la veste de son costume de location. Les événements les plus inattendus interviennent dans la vie des personnages de Clemens J. Setz. Leur créateur nous les raconte avec compassion, voire tendresse. Il ouvre des portes dérobées qui nous laissent entrevoir des apparitions mystérieuses, d'insondables abîmes du quotidien ; d'une histoire à l'autre, on croise quelques revenants, et des formules délicieusement trouvées. «La consolation des choses rondes» est un livre plein de feux follets et de doubles fonds, à la narration radicale, passionnant jusque dans les moindres détails.

  • Stettler a plus de cinquante-cinq ans. Célibataire endurci et vivant seul depuis que sa mère est morte, il est le décorateur en chef des vitrines des "Quatre Saisons", le grand magasin d'une ville suisse morne et confortablement ennuyeuse. Ces vitrines, pleines de goût et de créativité, confinent souvent à l'oeuvre d'art, et le succès qu'elles rencontrent a placé leur concepteur au rang de quasi-artiste. Mais le vieux propriétaire meurt et ses fils veulent faire souffler un vent nouveau, plus audacieux et plus international sur tout le magasin. Ils décident d'engager Bleicher, un jeune décorateur, qui se chargera désormais, une fois sur deux, des vitrines... La volonté de choquer succède au raffinement. Variante d'«Au Bonheur des dames», «Sous la lumière des vitrines» est le roman de l'éternel combat des anciens et des modernes.

  • «Reines de sang» est une saga familiale qui s'étend sur quatre générations de femmes fortes et extrêmement résilientes. Les quatre branches d'un arbre bien ancré dans la terre de leurs origines malgré la force des vents contraires qui tentent à plusieurs reprises de les emporter. Quatre reines d'un jeu de cartes mal distribuées par le destin, mais dont chacune tente de tirer le meilleur avec la plus grande dignité.

  • Scientifique et chercheuse pour une entreprise pharmaceutique du Minnesota, le Dr Marina Singh est envoyée au Brésil sur les traces de son ancien mentor, le Dr Annick Swenson. Celle-ci semble avoir totalement disparu dans la jungle amazonienne alors qu'elle travaillait sur un nouveau médicament d'une extrême importance (une pilule qui allongerait la fertilité de plusieurs années), tandis qu'un collègue et ami de Marina, qui l'avait précédé, est mort dans de mystérieuses circonstances. Variation moderne sur Au coeur des ténèbres de Conrad, Anatomie de la stupeur est un roman sombre et magnifique, où la beauté de l'inattendu côtoie l'insondabilité de la perte.

    Sur commande
  • En 1929, sur une plage de Californie, a lieu la rencontre improbable de deux Anglais : Charlie Chaplin, le Tramp des bas-fonds londoniens et Winston Churchill, l'aristocrate qui allait bientôt sauver l'Angleterre de la barbarie nazie. Ils se confessèrent alors un secret bien gardé : leurs crises de mélancolie et leurs tendances suicidaires, et décidèrent que chaque fois que l'un d'eux serait en proie au «chien noir» (nom que Churchill donnait à sa dépression), il appellerait l'autre à l'aide. À travers ces rencontres réelles, Köhlmeier nous fait pénétrer dans l'intimité de deux monstres sacrés du xxe siècle.

  • Le 31 décembre 1999, avant le lever du jour, Faith Bass Darling, soixante-dix ans, a une révélation divine durant son sommeil - ou du moins le croit-elle. Elle va mourir avant la fin du millénaire, et doit avant cela se débarrasser de toutes ses possessions.
    Elle organise alors sur sa pelouse un vide-grenier hors du commun, où l'on peut dénicher des meubles du XIXe siècle, de l'argenterie, de la porcelaine, des bijoux, des lampes Tiffany authentiques - le résultat d'un siècle de consommation ostentatoire accumulée par ses riches ancêtres. Le moindre objet a une valeur quasi inestimable, mais Faith Bass Darling vend tout pour une bouchée de pain : la maladie d'Alzheimer, qui gagne du terrain, lui fait perdre le sens des réalités.
    Sa fille Claudia, appelée à la rescousse par une amie d'enfance antiquaire de métier, revient donc dans la maison familiale, qu'elle a quittée vingt ans auparavant sans jamais y remettre les pieds.
    A mesure que les souvenirs de Claudia remontent à la surface (l'accident qui a coûté la vie à son frère Mike et tué dans l'oeuf la carrière de footballeur du meilleur ami de celui-ci, John Jasper, noir, boiteux, devenu adjoint du shérif ; son enfance dans cette petite ville texane où le chemin de fer séparait encore, dans les années 1970, les quartiers blancs des taudis où habitaient les Noirs ; les sentiments qu'elle avait pour John Jasper ; l'alliance de famille qui lui était promise, objet à l'origine d'un quiproquo tragique entre elle et sa mère.), ceux de Faith Bass Darling deviennent de plus en plus confus, emmêlant le présent et le passé (elle revoit son fils Mike, sa fille Claudia mais telle qu'elle était petite fille, elle revit la mort de son mari.).
    Au terme de cette folle journée, entre la foire d'empoigne à laquelle se sont livrés les gens du voisinage pour mettre la main sur les trésors de Faith, et le grand bazar de la mémoire, tandis que retentiront le décompte du Nouvel An et les feux d'artifices, Faith retrouvera sa fille pour une ultime étreinte.
    Lynda Rutledge signe avec Le Dernier vide-grenier de Faith Bass Darling un premier roman émouvant et doux-amer sur la mémoire des objets et le "réconfort des choses". Habilement placées en ouverture de certains chapitres, de courtes notices - à la manière de celles que l'on trouve dans les catalogues de ventes aux enchères et consacrées à tel ou tel objet appartenant à Faith, suivies de l'historique qui retrace le parcours dudit objet depuis le jour de sa fabrication - évoquent des pans de l'histoire américaine en quelques phrases, dessinent d'un mot les contours d'une généalogie ou éclairent l'histoire familiale par le biais des objets qui en ont été les témoins. Dans une narration concentrée sur quelques heures, le roman "dépeint" alors, littéralement, le tableau de cette vie rongée par les trous, de cette mémoire en lambeaux, assaillie par l'ombre qui vient.

  • Schongau, 1660 : le curé de LorenzKirche a été empoisonné. Il utilise ses dernières forces pour dessiner un symbole qui mène à la très ancienne tombe d'un Templier. Le bourreau Jakob Kuisl, sa fille Magdalena et le médecin Simon vont-ils découvrir le mythique trésor de cet Ordre ?

    Sur commande
  • C'est l'histoire d'une fuite, dans un pays, la Russie, où la nature offre encore des espaces assez grands pour s'y réfugier ou s'y perdre.
    Au coeur de l'Asie du Nord, en Sibérie, Daniel Menchikov a rencontré sur les bords du lac Baïkal un émule de Thoreau, gardien du silence et des oiseaux. L'exemple de cet homme, qui a su rester libre dans le système le plus hostile à l'individu, va donner au jeune homme le courage de se révolter. Au nom de quelle histoire glorieuse, oubliée depuis longtemps, devrait-il supporter à l'armée les brimades et les humiliations qui sont de règle pour les jeunes recrues.
    Déserteur, rattrapé puis finalement chassé, comme élément perturbateur, le jeune homme achète un kayak et remonte le cours d'une rivière toujours plus profondément vers une contrée mythique, terre de la sagesse ancestrale. Récit d'aventure, quête spirituelle et satire sociale s'équilibrent harmonieusement dans ce livre qui est d'abord un hymne à la nature.

  • Imaginez un roman dont le personnage principal serait le Père-Forêt, l'esprit de la nature qui engendra les hommes, un être immortel, cruel, généreux, mais désemparé face à ses enfants humains. L'arbre, comme père et mère d'une humanité qui n'a pas été créée par Dieu et qui ne cesse de se débattre dans les souffrances du siècle dernier : la Révolution, la famine, les camps allemands et les camps soviétiques, le Mal absolu d'une science devenue folle. C'est cette parabole de l'homme, enfant prodigue de la nature, que nous propose Anatoli Kim, l'un des écrivains les plus originaux de la littérature russe, dans ce livre étrange et fascinant. Touffu, inextricable comme les forêts de Sibérie.

    1 autre édition :

  • Vers 1650, dans la petite ville bavaroise de Schongau, plusieurs enfants disparaissent et un jeune garçon est retrouvé mort, portant des signes sataniques. L'hystérie s'empare alors de la ville. Accusée, la sage-femme est livrée au bourreau, lequel est persuadé de son innocence. Magdalena, la fille du bourreau, et son ami, un jeune médecin, partent à la recherche de l'assassin.

  • 17e siècle, dans l'Empire allemand. Apprenant que sa soeur est mourante, notre bourreau Jakob Kuisl prend le bateau. Après un voyage mouvementé sur le Danube en crue, et aussitôt qu'il arrive à bon port, il trouve sa soeur et son beau-frère baignant tous deux dans leur sang. Le testament le désignant comme unique héritier, tout porte à croire qu'il est le meurtrier. Il est alors arrêté. Pendant ce temps, sa fille Magdalena et Simon Fronwieser, le médecin auquel elle est secrètement fiancée, sont quant à eux injustement accusés d'avoir provoqué la mort d'une femme qu'ils aidaient à accoucher. Ils s'enfuient hors des frontières de Bavière et arrivent eux aussi à Ratisbonne où ils ne tardent pas à apprendre la fâcheuse situation dans laquelle se trouve Kuisl. Ils décident de mener l'enquête...

  • La belle Mlle Clock vit trop vite et vieillit en un rien de temps. La fille de Caterina Pocski et de Marcel Buvot se meut comme un poisson dans l'eau. Le candide Roc est heureux comme il est, avec un sabot de porcelet à la place d'une main... Avec le déclenchement de la naissance, Teresa Colom passe en revue l'existence entière, au travers de différents personnages singuliers, de la naissance jusqu'à la mort, et crée un univers complet, un monde imaginaire, parfois cruel, mais toujours plein de tendresse et d'humour. L'écriture de Teresa Colom est à la croisée des univers de Tim Burton et des frères Grimm.

  • Ta fille morte

    Alex Berg

    Caroline ne veut pas croire que sa fille Liann est morte. Folle de chagrin et de colère, elle quitte Hambourg pour la solitude d'un village au nord de la Suède qu'elle a fui trente ans plus tôt. Que fuit-elle cette fois ? Pourquoi son ancien amant, le commissaire Ulf Svensson, arrive-t-il de Stockholm ? Est-ce pour la revoir ou bien cache-t-il d'autres intentions ?

    Sur commande
empty