Franklin Rausky

  • Face aux passions du vin et de l'ivresse, les sociétés humaines sont parfois prises dans le tourbillon des transports alcooliques, à la recherche de l'extase, de la jouissance, de la guérison, de la magie, de la sorcellerie (cultures oenophiles), ou encore crispées dans la mortification ascétique et le refus sévère et intraitable de toute boisson enivrante (cultures oenophobes), ou, au milieu des deux extrêmes, dans une volonté d'équilibre et de modération (cultures oenotemperées). La civilisation biblique s'inscrit dans cette dernière vision, mais elle n'est jamais à l'abri des intenses tentations païennes : orgies sexuelles en l'honneur des divinités étrangères, festins royaux exubérants et grandioses. Le monde judéen sera aussi en proie à un intense refus de l'alcool, des liqueurs de la faute et de la culpabilité. Entre ces deux dérives de l'excès et de la privation, la sagesse des traditionnaires juifs prône une difficile et exigeante attitude de mesure, une maîtrise des pulsions de jouissance et de punition. Noé, Loth et ses deux filles, Nabal l'époux ivrogne de la belle Abigaïl, Holopherne, le tyrannique général décapité par l'héroïque Judith, témoignent d'une littérature où les nectars enivrants ont partie liée avec les passions les plus véhémentes de la condition humaine.

  • Dans le monde grec, les épisodes suicidaires sont le fruit fatal de la colère et de la vengeance des dieux de l'Olympe. Rien de tel dans l'Antiquité d'Israël. Les personnages comme Samson, l'héroïque prisonnier, démolisseur des colonnes du temple de Dagon, Saül, le sombre et mélancolique premier monarque de Judée, Ahitophel, le sinistre conspirateur, ou les fervents guerriers de la forteresse de Massada sont, en dernier lieu, les acteurs et les victimes de leurs propres passions, retournées contre eux-mêmes. Ils ne sont pas les marionnettes passives d'un destin impitoyable. L'histoire psychanalytique, dans le sillage des intuitions de Freud, Reik, Fromm, Loewenstein, Poliakov, Éliane Amado Levi-Valensi, et l'histoire de la civilisation hébraïque, à travers les recherches de Buber et Kauffmann, nous invitent à revisiter ces itinéraires d'un passé lointain, si proche pourtant de notre siècle habité par les tentations de la destruction et de l'autodestruction.

    Sur commande
empty